REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
×

OmniSearch


HRP


InRP

Qu’est-ce que l’OmniSearch ?

L’OmniSearch est un outil créé par le Staff qui recense absolument tous les sujets nécessaires à la compréhension et à la vie du forum. Il a pour but de faciliter votre navigation, notamment grâce à sa barre de recherche.On peut accéder à l’OmniSearch de plusieurs façons :

     
  • Via les images défilantes du Panneau d’Accueil, sur l’accueil du forum.
  • Via le bouton en forme de loupe, lorsque vous passez votre souris sur la petite planète en bas à droite, sur un sujet du forum.
  • En effectuant le raccourci suivant, n’importe où sur le forum :
Ctrl + Maj (Shift) + F

Ce raccourci peut aussi fermer l’OmniSearch.


Comment effectuer une recherche ?

Rendez-vous sur l’onglet “Rechercher”, puis entrez un terme en lien avec le sujet que vous voulez consulter. Veillez à bien appuyer sur la touche Entrer pour être certain de lancer la recherche. Vous verrez alors les sujets vous intéressant apparaître.Il est à noter que, lors de votre première recherche et quelques autres rares fois, les résultats mettent du temps à s’afficher (une dizaine de seconde), le temps de trier les sujets.Si jamais un terme recherché ne vous donne pas le lien du sujet voulu, n’hésitez pas à le proposer à un membre du Staff.

La suggestion de recherche est désactivée
                      Le Deal du moment : -31%
                      Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
                      Voir le deal
                      45.55 €

                      Une arrivée bien brutale [PV : Yagleadra]

                      Partagez
                      vava
                      Lana Disiendi
                      groupe
                      Cette forêt était un endroit très étrange, tout de même. Jamais je n’aurais cru qu’un environnement aurait permis, quelque part dans l’univers, l’apparition d’une végétation aussi drue. Pour supporter un gigantisme pareil, j’imaginais sans peine que la concentration en oxygène dans l’atmosphère devait être bien plus importante que sur Almeth. Pendant que j’étais en train d’admirer la verdure qui m’entourait, l’Ombre restait étrangement silencieuse. Elle ignorait la plupart de mes questions, me demandant d’être patiente pour le moment. Elle devait réfléchir tout ce qui venait de m’arriver, entre ma téléportation, ma transformation et le fait que l’Ombre ne parvenait même pas à entrer dans le système nerveux des plantes alentours. Je ne me faisais pas trop de soucis de mon côté. J’avais confiance dans l’intelligence de l’Ombre et je savais qu’elle allait bien trouver une réponse, où au minimum me garder en sécurité le temps de trouver un moyen pour rentrer.

                      En attendant qu’elle ait fini ses réflexions, j’essayais de me familiariser avec ce nouveau corps. J’étais surprenamment à l’aise avec ce physique d’oiseau. Pour faire une comparaison, c’était comme si j’avais toujours eu cette morphologie, tant les mouvements me venait naturellement. L’Ombre coupa enfin le silence pour communiquer :
                      - Aucune de mes tentatives ne réussit, je préfère attendre d’en apprendre plus sur cet endroit avant de m’obstiner. Concernant ton apparence, je persiste à croire que tu as pris possession du corps d’un être vivant. Quelque part au fond de ta conscience, je ressens une présence : cela doit être le propriétaire original. La communication est bloquée pour le moment, mais je vais faire mon possible pour ouvrir le dialogue. Je suis certain que nous pourrons en apprendre plus avec son opinion.

                      En somme, rien de nouveau, il fallait s’y attendre. Je me disais que maintenant que l’Ombre était coupé du reste de son être, elle devait avoir perdu une grande partie de ses capacités, surtout d’un point de vue de puissance de calcul. Ne voulant pas m’attarder plus longtemps au plancher des vaches, j’essayais de m’envoler. Ce fut un exercice plus ardu que j’aurais cru. Il fallait trouver le bon rythme, le bon angle et, même si la plupart des mouvements que j’essayais semblaient enracinés dans les muscles de la bestiole à plume, il me fallut plusieurs longues minutes – et quelques sauts se concluant par des chutes sur le ventre – avant de décoller de manière stable et assurer. Je rejoins une branche, que j’estimais être à une trentaine de mètres dans les airs, pour m’y poser et avoir une meilleure vue des environs. Mais avec la densité, il était impossible de voir bien loin dans tous les cas. Le soleil, s’il existait, était caché derrière la canopée, plongeant les bois dans une intense obscurité. Si ce n’était pas pour la vision que je profitais de la part du corps que j’empruntai, je ne pensais pas être capable de voir plus loin que le bout de mon nez.

                      Soudain, un frémissement me parcourut le bas du dos. J’avais la désagréable impression que l’on m’observait. Je tournais mon regard dans toutes les directions, sans résultat. L’Ombre confirma mes craintes, m’indiquant qu’un autre être vivant, plus massif et avec d’incroyables pulsions de violence, se trouvait dans la zone et se rapprochait lentement de ma position. Il ne fallut pas longtemps à l’Ombre pour me dire de fuir. À peine avais-je quitté ma branche et commencer à zigzaguer entre les arbres que mon poursuivant se mit en chasse. Quelques courts regards me permirent de me faire une idée de cette créature : une bête simiesque de couleur blanchâtre, avec plusieurs bois sur la tête qui parvenait à se jeter d’arbres en arbres, de branches en branches avec une agilité qui me terrifiait. L’Ombre m’hurla alors de virer de direction. Elle affirmait avoir ressenti une troisième présence et, avec un peu de chance, elle pouvait permettre d’occuper l’attention de l’animal derrière moi. Je tournai à droite et croisai mentalement les doigts pour que ce soit effectivement notre rédemption. Dans le cas contraire, il était fort probable que ça allait être la fin pour moi.


                      Dernière édition par Lana Disiendi le Ven 3 Avr 2020 - 19:06, édité 2 fois
                      vava
                      Yagleadra
                      groupe



                      Une arrivée bien brutale
                      « Bordel, alors tu déconnais pas quand tu parlais d’infection … »

                      C’était les mots de la scientifique de terrain Oly. On aurait pu croire qu’il s’agissait d’un simple agent de Hope fusionné avec un requin en vue de sa nageoire caudale, des aillerons sur ses bras, son dos, de son museau et sa gueule emplie de crocs … Mais non. Elle était l’une des privilégiées qui n’avait pas besoin de fusion pour être née comme ça dans son monde. Quand bien même était-elle scientifique, elle était aussi entrainée au combat et c’était pour cela qu’elle avait dans ses bras un fusil issu de la technologie avancée de Hope. Accroupie, elle observait un bouquet de ronce qui s’était flétrit et enroulé sur lui-même en un arbuste à priori mort mais en réalité vivant sur sa propre putréfaction. Connaissant le danger, la requine ne s’approcha même pas réellement, observant de loin, accroupie … Avant de se relever et de regarder Yagleadra.

                      « Nydus, c’est ça ? Bah s’il est capable des mêmes trucs que toi, on n’est pas dans la merde. »

                      Yagleadra, la grande dame dépourvue de peau, à première vue du moins, scrutait pendant ce temps les alentours, soupirant profondément, visiblement embêtée de trouver plus qu’une plante à la santé vacillante. Elle regarda par-dessus son épaule pour s’adresser à Oly qui était en réalité sa meilleure amie en plus d’être une collègue scientifique.

                      « C’est une façon de voir les choses, oui … Mais tu comprends désormais pourquoi je n’ai pas apporté la garde de Nefyria avec nous. »

                      L’autre scientifique à l’épaisse chevelure verte posa son fusil sur son épaule, grognant un peu dans sa barbe. « Clair que si on fait expertisé ça officiellement, ils vont te foutre en quarantaine mais en même temps, on peut pas leur cacher ça, Yag … Si ton gars est aussi dangereux que toi, un coup de main des autres agents, ça sera pas de refus. » Elle fit quelques pas en sa direction. « Et puis, c’est plus grand que juste toi et moi. Faut pas risquer de perdre Nefyria juste parce que tu veux pas rester en confinement pendant quelques jours. »

                      La grande dame de chair se tourna subitement vers son amie. Elle n’avait pas d’yeux, mais les traits de son visage montraient une certaine animosité soudaine, en plus de son ton. « Tu penses que je n’en suis pas consciente ? Mon monde est mort à cause de cette infection. » Un petit silence perdura avant qu’elle ne vienne se frotter le visage. Secrètement, elle était morte d’inquiétude et stressée au plus haut point. Elle ne voulait pas que le drame de son existence se reproduise d’une quelconque façon. « Pardon … »

                      « Nah, c’est moi. Je n’aurais pas dû dire ça. Tu dois avoir tes raisons… Promet moi d’y réfléchir, juste. Prendre la bonne décision est une chose, mais trop tardivement, ce n’est pas bon non plus. Bon, je vais aller dans le secteur 41 de Nonera. Je vais répertorié tout ce que je trouve. »

                      L’ancienne chancelière resta silencieuse un instant avant de faire un signe de tête à sa partenaire. « D’accord … Je prends par-là alors. Vers 53. Je remonterais 54 et 55 pour revenir à 47 »

                      « On se rejoint là alors. Fait gaffe Yag. Et Voe ?»

                      Voe, l’IA encastrée dans la moelle de la grande perche qu’était Yag, anima sa voix à travers sa Hopewatch. « Quel est la nature de votre demande, Organisme Oly ? »

                      La requine sourit en coin de ses crocs acéré. « Fait ton boulot pour une fois et empêche l’infection de se propager. C’est censé être ton job, non ?»

                      Ce à quoi la voix grave de l’IA ne manqua pas de rétorquer. « L’organisme Oly n’a aucun privilège pour ordonner à l’organisme Voe. De plus, l’organisme Oly est défectueux et obsolète. Son opinion n’est pas à prendre en compte. »

                      Yagleadra secoua un peu la tête d'une manière amusée alors qu’Oly grinça des dents. Cela a toujours été une grande histoire d’amour entre ses deux-là.

                      Les deux scientifiques se séparèrent donc pour couvrir plus de distance. Toute cette histoire était devenue le point d’attention principale de la scientifique en chef. Elle qui avait tant contribué à Hope et au Syrk Kala… Elle qui avait trouvé une nouvelle vie après l’éradication de sa race. Elle s’était jurée qu’un tel drame ne se reproduirait plus jamais et pourtant … L’autre survivant, l’autre personne qui pouvait potentiellement la comprendre. Le voilà lancé sur un chemin bien sombre et hasardeux. Forcer l’évolution ? Il avait vu les ravage de leur mutation pourtant … Mais qu’importe. Une chose à la fois. Elle devait avancer et ne pas regarder en arrière. Elle avait ça durant trop d’années et de siècles, de millénaires …

                      Après de longues minutes à marcher et à virevolté entre les arbres géant du Peri Nonera, s’aidant de ses capacités de mutation et surtout des ailes que lui offrait la libellule avec laquelle elle a fusionné, la scientifique se percha sur une branche et ne bougea plus durant un long moment. Elle n’avait pas d’yeux et visiblement plus d’oreilles mais percevait le monde à sa propre façon. Son corps se changeait constamment pour combler à tous ses besoins et elle ressentait le mouvement vif de deux … choses. Intriguée, elle utilisa ses ailes pour décoller et rejoindre la source de ce qu’elle percevait … Jusqu’à voir qu’il s’agissait d’une personne poursuivie par un grand singe blanc. Blanc d’apparence mais embuée d’une aura sombre caractéristique des corrompus. Le singe n’était pas totalement transformé … Mais c’était déjà tout comme. Elle haussa la voix vers la personne qui semblait fuir, n’écoutant que son courage.

                      « Montez ! »

                      La personne semblait être une aviaire et donc elle saurait sans doute monter plus haut. Le singe semblait agile mais sans la capacité de voler, cela sera bien plus délicat pour lui de la suivre … Surtout si Yagleadra s’en mêlait.

                      « Voe ! »

                      « Synthétisation en cours. »

                      Contrairement à Oly, Yagleadra ne portait pas d’armes sur elle pour la simple et bonne raison qu’elle pouvait en créer sur demande. Merci à ses capacités et à l’expertise de l’IA alien, un de ses bras se muta en l’espace d’un battement de cœur en pieux  qui s’allongea et ondula tel un tentacule. La bête lui arriva de face grâce aux manœuvres de l’autre personne mais ce n’était pas un problème. Yagleadra était déjà morte et n’avait plus peur de celle-ci. Son corps était devenu robuste, ou du moins, il pouvait se soigner seul … C’est pour cela que lorsque le singe changea de cible pour attraper la libellule avec ses pattes arrières, elle se laissa faire. Son tentacule cependant vint se faufiler le long du pelage de la bête pour venir percer sa gorge, ou c’est ce qu’elle espérait. Même avec ses capacités, l’erreur était possible, ici provoqué par le choc de se faire attraper. A la place, elle se faufila dans autre chose qu’une jugulaire et le macaque hurla, la lâchant et tombant un instant. Elle tomba lourdement sur une branche, faisant craquer son dos dans un gémissement de douleur mais rien qu’elle n’avait pas déjà expérimenté … Ses os craquèrent, sa carapace aussi, mais dans des bruits inhumain et des mouvements qu’aucun Homme ne pouvait réaliser, les muscles de son dos firent craquer à nouveau ses os, les assemblant à nouveau et les guérissant alors qu’elle se mettait lentement accroupis sur la branche.

                      La bête corrompue, elle, amortie sa chute en s’agrippant aux branches qui se brisaient sous son poids avant de pouvoir arracher l’écorce de l’arbre gigantesque sur lequel il était atterrit. Son cri assourdissant fit trembler les feuilles alentours avant de se remettre à escalader sauvagement l’arbre, semblant trop prit dans sa démence pour faire attention à son cou saignant. Perchée sur une branche plus haut, la Yamogrienne utilisa sa queue plate pour s’enrouler autour de la branche, se nourrissant un peu de l’écorce en consumant la matière organique pour créer une masse disgracieuse émanant de la paume de sa main. La bête s’élança à nouveau vers Yagleadra pour la broyer de coups de griffe énormes … Et malheureusement, Yagleadra était une scientifique avant tout. Son corps était sa meilleure arme, mais elle n’était pour l’instant pas la féroce guerrière qu’elle prétendait être. Avant de pouvoir muter sa main en créature pour la rivaliser, la patte du singe vint la percuter sans qu’elle puisse réagir assez vite et elle décolla à nouveau dans les airs, d’une manière forcée cette fois. Encaissant un peu le coup, elle utilisa la masse de chair dans sa main pour changer de plan et la lancer sur l’écorce contre laquelle elle se dirigeait dangereusement vite. Elle s’y colla et gonfla en une membrane de sang qui fit l’effet d’amortisseur. La voilà perchée dans son cocon, littéralement, mais la bête se balança à nouveau à la branche, prête à en découdre encore un peu plus en sautant dans sa direction …

                      « Régénération des tissus dorso : incomplète. En cours … »

                      « Plus vite, Voe … »





                      "Depuis trop longtemps, nous pensions pouvoir modeler le monde à notre image tel des dieux."

                      Une arrivée bien brutale [PV : Yagleadra] Testya10

                      "Je suis le résultat d'une telle arrogance ..."

                      ___________________________________

                      This bizarre Thing That I Am,
                      Everything But Powerless,
                      Deserve Respect,
                      Even Despite Everything I Did ...

                      vava
                      Lana Disiendi
                      groupe
                      Alors que j’approchais de l’être vivant détecté par l’Ombre, espérant une échappatoire rapide à cette épreuve, une voix retentit dans la forêt, m’ordonnant de prendre de la hauteur. Je m’exécutai, piquant vers le ciel d’un battement d’aile. En dessous-moi, je sentis la bête changer de direction et, quelques instants plus tard, un hurlement terrible claqua dans l’air. Une fois que j’estime m’être suffisamment éloigné du danger, je me posais sur une branche et regardait ce qu’il se passait. Je découvris enfin à qui je devais ma vie : un humanoïde au physique très étrange dont je ne parvenais pas à identifier de mon perchoir. Je ne préférais cependant pas m’approcher pour le moment. Il aurait sûrement mieux valu que j’en profite pour fuir encore plus loin, mais ce sprint aérien m’avait exténué et j’avais besoin de reprendre mon souffle. Et l’Ombre semblait très intrigué par l’inconnu.

                      De mon perchoir, nous gardions un œil attentif au duel. Je dois bien avouer que c’était un étrange spécial. Notre sauveur était doué de capacité que je ne parvenais pas à expliquer, mais l’Ombre m’assurait que c’était une créature composé en grande majorité de matière organique. Mais elle semblait changer de forme et muer son corps pour attaquer le singe. Si au début, le combat me paraissait équilibré de prime abord, mais il évoluait en faveur de la bête simiesque, l’individu ne possédant pas assez de force physique pour rivaliser. Je commençais à croire que si nous ne faisions rien pour l’aider, elle allait subir le sort que nous aurions dû. Visiblement, cette idée ne dérageait pas que moi, car je sentais l’Ombre s’agiter dans ma tête, cherchant sans doute une solution pour empêcher une mort inutile. Elle attira alors mon attention sur une liane épaisse se trouvant sur ma gauche.
                      - Si tu peux attraper cette liane avec tes serres et l’enrouler autour du cou du singe, cela donnera suffisamment de temps à notre sauveur pour le finir. On ne doit pas le laisser mourir, cet individu est pour le moment notre meilleure chance d’en apprendre plus sur cet endroit.

                      J’acquiesçai mentalement et m’élançai à nouveau dans l’air. J’attrapai la plante et en coupai une bonne longueur. Je m’approchai ensuite du combat, parvins à accrocher la liane à une branche qui me paraissait solide, surprise par la dextérité que m’offraient mes pattes et mon bec. Il ne me restait plus qu’à attendre le bon moment pour bondir dans l’action. Au moment où le singe sauta vers le cocon rougeâtre qu’avait généré l’inconnu, je me jetai moi aussi, l’extrémité de la liane dans mon bec. L’avantage d’avoir le physique d’un oiseau de proie était la vitesse que je pouvais gagner lors d’un sprint aérien. Très peu d’animaux peuvent rivaliser avec ces vitesses-là. Si bien que j’arrivais, avec beaucoup moins de difficulté qu'attendu, à passer devant le singe et à faire un tour autour de lui pour enrouler la corde improvisé. Il y avait cependant deux points que nous avions sous-estimés. Le premier, qu’il allait être plus compliqué d’étrangler la bête, car la corde était passée sous une de ses aisselles. Le second, qu’une liane n’était pas suffisante pour arrêter un animal aussi massif dans sa charge. La corde végétale, si elle l’avait ralenti et distrait un instant dans un claquement sec, s’était immédiatement déchirée. Au moins, il avait été surpris par le coup de fouet qu’il venait de se prendre. Avec un peu de chance, cela avait laissé suffisamment de temps à l’inconnu pour se remettre du coup précédent et contre-attaquer.
                      vava
                      Yagleadra
                      groupe



                      Une arrivée bien brutale
                      La membrane qu’elle avait lancé sur l’arbre avait bien servit de matelas en se collant à l’arbre et en gonflant, nourrie par les nutriments de ce même arbre. Chaque arbre, en Nefyria, était un être à part entière et elle ne pouvait s’empêcher de se sentir désolée de devoir puiser dans le corps de ce qui était essentiellement un autre être vivant. Cependant, Yagleadra n’était pas une guerrière à cœur. Ses compétences étaient extraordinaire, voir même effrayantes, mais l’expérience du combat n’est pas forcement là. Elle était, à la base, scientifique et politicienne après tout. Même ses années à Hope l’avait difficilement sortit de son habitude de se reposer sur ses mutations.

                      Collée dans sa propre mélasse, à bien des mètres de hauteur dans les airs, son IA faisait tout ce qu’elle pouvait pour l’aider à arranger son code génétique, ses muscles et sa chair. Son dos brisé se reconstituait petit à petit. Si la douleur était minime car la scientifique comprenait qu’il valait mieux laisser le moins de système nerveux opérationnel en place, se mouvoir « sans » dos était pour ainsi dire impossible. Elle était à la merci de la nouvelle ruée de la bête qui était dans les airs. Allait-elle en mourir ? Non. Il en faudrait bien plus pour tuer le monstre millénaire qu’elle était devenue. Mais s’il prolonge son incapacité ? Libre à lui de la massacrer comme bon lui semble et un être corrompu ainsi ne connaissait pas de limite, malheureusement. Qui sait si elle survivrait à ça.

                      La personne qu’elle essayait de sauver, cependant, réapparu et en un éclaire, réussit à freiner le singe en passant une liane autour de lui. Sa vitesse était impressionnante, elle devait le reconnaitre, mais l’effort en lui-même ne sembla pas avoir l’effet escompté. En effet, la liane se brisa bien vite sous le poids et l’élan de la créature … Mais cela sembla la gêner assez pour la déstabiliser dans son saut. De ce fait, au lieu de fendre sur Yagleadra pour déchirer sa chair et le cocon dans lequel elle avait atterrit, la bête s’écrasa sur son tronc mais plus bas. Plantant ses griffes dans le bois, le singe se frotta par réflexe le visage qui semblait marqué au sang d’une blessure, sans doute causée par la liane … Mais cela ne le retint pas longtemps avant qu’il ne se mette à escalader pour l’atteindre. Les précieuses secondes gagnées, cependant, permit à Yagleadra pourvoir bouger à nouveau.

                      « Régénération : complète. »

                      Sans perdre de temps, Yagleadra solicita à nouveau les particularités de son coprs pour fusionner ses deux bras droits et les transformer en un énorme bras griffu qui semblait être plus long que son corps en entier. Cependant, au lieu de s’en servir pour frapper la bête qui sautait vers le haut, encore et encore pour grimper le tronc, elle vint simplement saisir une épaisse branche non loin d’elle.

                      « Voe, à mon signal … »

                      Elle n’avait pas besoin d’en dire plus. L’intelligence dans sa Hopewatch n’était pas que mécanique. C’était une machine qui avait été amélioré avec la même mutation qu’elle. A moitié machine, à moitié organique, Voe faisait partit du corps de Yagleadra, son hote. Les mots n’étaient pas toujours nécessaire pour communiquer.
                      Au moment où le singe voulu abattre son énorme poing massacreur sur l’agent de Hope, celle-ci s’extirpa de son cocon pour se hisser sur la branche qu’elle tenait. Résultat des courses, la bête avait le poing embourbé dans la chair sanguinolente qu’elle avait laissé derrière elle, cette membrane, ce cocon … Et la bête avait clairement assez de force pour s’en dégager, mais c’était sans compter sur les nombreuses capacités de Yagleadra.

                      « Maintenant ! »

                      Ainsi, dans un battement de cil, la chair sur l’arbre changea d’apparence et une mâchoire énorme se referma sur le bras du singe au complet. On aurait dit une plante carnivore emprisonnant et gobant la mouche qu’elle venait d’attraper, mais avec plus de dents que prévues. La bête poussa un hurlement alors que les crocs pénétraient sa chair mais une bête blessée était encore plus dangereuse. C’est pour cela que la Yamogrienne donna un violent coup de griffe dans l’air, une de ses griffes venant justement se détacher pour se planter le dos de la bête qui se débattait.

                      « Tue le ! »

                      « Eclosion Mortelle. »

                      Ainsi, telle une graine plantée en terre, la griffe qui était passé sous la peau se mit à grandir et à s’infiltrer dans la bête. L’éclosion mortelle fit naitre des fleures de sang de parts et d’autre du corps de la créature, perçant violement sa peau, au point que même son crâne finir par se fissurer … Et la blessure, cachée par les pétales de fleures rouge et humide. La créature désormais sans vie, Yagleadra pu enfin reprendre son souffle, se redressant sur sa branche alors que son bras monstrueux se résorbait petit à petit pour redevenir deux bras … « normaux ». Sans plus de cérémonie, les crocs s’ouvrirent pour finalement laisser tomber la bête vers le sol.

                      On aurait certainement pu la prendre pour une folle … Mais Immédiatement après, la grande dame se tourna vers l’arbre pour l’effleurer de ses griffes et lui parler. « Je m’excuse pour les blessure que nous t’avons infligés. Que son corps rejoignent la terre et puisse fermer tes plaies … » Après tout, la générosité de l’un de ses arbre l’avait un jour sauvé la vie … Changé sa vie, même. Pour le meilleur.

                      Elle regarda ensuite autour d’elle pour chercher du regard la personne qu’elle avait sauvé. Ou bien qui l’a sauvé ? Un peu des deux, sans doute.

                      « Vous êtes toujours là ? Tout va bien ? »




                      "Depuis trop longtemps, nous pensions pouvoir modeler le monde à notre image tel des dieux."

                      Une arrivée bien brutale [PV : Yagleadra] Testya10

                      "Je suis le résultat d'une telle arrogance ..."

                      ___________________________________

                      This bizarre Thing That I Am,
                      Everything But Powerless,
                      Deserve Respect,
                      Even Despite Everything I Did ...

                      vava
                      groupe
                      Aller en haut MenuAller en bas