Emily Grimbald

Partagez
vava
Adelaïde
groupe
CP d'Emily Grimbald
  • Univers d'origine
  • Nasuverse
  • Origine du perso
  • Semi-Inventé
  • Âge
  • 22
  • Sexe
  • Féminin
Matricule HO-9614



Histoire




Entrée du 8 Avril 2010 :
Je m’appelle Emily Grimbald, j’ai quinze ans, et je suis une apprentie magicienne. Demain, je partirais vers le japon, afin de participer à une sorte de tournoi entre mages, une compétition choisissant d’elle-même ses participants que l’on appelle la Guerre du Saint Graal.  Je n’aime pas me battre, et je n’ai pas l’esprit compétitif, mais en tant qu’unique héritière de ma famille je me dois de la réussir.
Ça me rend nerveuse, alors j’ai décidé pour me changer les idées d’écrire ce mini-journal. J’ai toujours voulu en avoir un, mais je n’ai jamais eu le temps de m’en occuper. Entre l’apprentissage de la magie, les cours normaux, et tous les dessins que je dois faire, j’ai déjà une vie très chargée…

Mais je me disperse. Je devrais commencer par le début. C’est comme ça qu’un journal commence habituellement non ?

Je suis née le 20 Juillet 1994 près d’Edimbourg, voyant le jour sous le signe du Cancer dans l’une des nombreuses chambres du manoir Grimbald, une famille ayant fait fortune dans le commerce d’objets magiques. Les premières années de ma vie se sont déroulées sous l’amour de mes parents et l’enseignement d’un tuteur qui m’a appris les bases en lecture, écriture, et mathématiques. Cependant, c’est souvent un peu compliqué car je suis atteinte de narcolepsie. C’est-à-dire que je peux m’endormir soudainement à tout moment de la journée, même lorsque je suis debout ou occupée à faire quelque chose. A cause de ce handicap j’ai passé mon enfance sous étroite surveillance, ne pouvant jamais me déplacer librement sans être accompagnée d’un serviteur. Sortir n’était même pas envisageable, en dehors des jardins de la demeure qui, aussi vastes soient-ils, finirent par me lasser une fois explorés de fond en comble, dans les moindres recoins. Alors, ne pouvant assouvir ma soif d’observer les merveilles du monde extérieur, je finis par me rabattre sur mon monde intérieur. Très tôt, je commençais à dessiner. D’abord ce qu’il y avait autour de moi, puis bien vite se rajoutèrent des éléments fantaisistes  venant tout droit de mon imagination bien remplie par tous les mystères que mes premières leçons en thaumaturgie m’apportaient. Au fur et à mesure que j’apprenais des choses, je façonnais dans mon esprit un univers à part, constitué uniquement de pure féérie, dans lequel j’effaçais toutes les contraintes et les aspects sombres de la magie réelle. Les visites étant rares, et le cocon trop protecteur qui m’entourait ne me permettant pas de rencontrer de nouvelles personnes, la solitude m’emplit rapidement, et je ne trouvais le réconfort que dans mon monde et celui des livres fantastiques qu’il m’arrivait de lire lorsque je cherchais l’inspiration.
Mais je n’en veux pas à mes parents de m’avoir élevée dans ce contexte. Je peux les comprendre, après tout  je suis leur fille unique, ils veulent simplement qu’il ne m’arrive rien. Même si c’est un peu étouffant, je crois qu’il s’agit d’une marque d’amour avant tout.

Quand je n’étais pas plongée dans mes crayons et mes feuilles, j’apprenais les arts familiaux dès ma sixième année. Enfin, j’essayais. Notre lignée a depuis de nombreuses générations été spécialisée dans la fabrication de Mystic Codes, c’est-à-dire des objets insufflés de pouvoirs magiques utilisés par les mages. Mais, peu importe comment je m’y prenais, je ne parvins jamais à maîtriser ce talent qui, malgré les possibilités infinies qu’il offrait, ne m’inspirait guère. Ce n’est pas que je ne comprenais pas, mais je n’avais simplement pas le cœur à fabriquer de simples outils inertes.  Je crois que mes parents en furent très déçus, et cela me désolait profondément… Alors, espérant les rendre plus fiers,  je commençais à me renseigner de moi-même, dans la bibliothèque, sur d’autres domaines dans lesquels je pouvais  mieux me retrouver. C’est ainsi que je découvris les secrets de l’alchimie et de la nécromancie, deux moyens permettant de réaliser, ce qui pour moi est un véritable miracle : la création de familiers ! Je veux dire, à partir de matière inerte, de rien, j’apprenais qu’il était possible de créer des êtres vivants à part entière, capables de penser et de bouger d’eux-mêmes ! Cette découverte eût pour effet d’animer mon cœur d’une nouvelle passion. D’accord, je détestais devoir avoir à faire avec la mort, et les premiers exercices se finirent pour la plupart en sanglots, mais à la longue j’appris malgré moi à mettre mes émotions de côté en pratiquant cet art sombre. Pour m’en sortir, j’imaginais pendant ces travaux les animaux bien vivants que j’allais pouvoir concevoir, et ça m’aida beaucoup à outrepasser le dégoût que mes études autodidactes me provoquaient.

Cela dit, je maîtrisais très rapidement les bases, et en seulement quelques mois j’étais déjà apte à donner naissance à des êtres mineurs. Le premier était un hamster tout blanc, que j’avais appelé Gaby, et je l’adorais !
Mais je manquais encore d’expérience, et sa mort survenue seulement le lendemain  me rendit si triste que je faillis abandonner mes recherches afin de ne pas avoir à revivre cet évènement. Pourtant, ce sont mes parents, ayant accepté que j’étudie ma propre voie, qui me réconfortèrent et m’encouragèrent à continuer. Parce que d’après eux, j’avais un talent inné pour cette matière et c’aurait été dommage de m’arrêter alors qu’il s’agissait vraisemblablement de ma vocation.
Je n’aime pas me vanter, mais il est vrai j’avais été apte à comprendre et appliquer du premier coup la plupart des processus de conception, même ceux étant décrits comme difficiles à prendre en main. Ainsi, je repris mes études sur cette voie, mais en me promettant de ne plus jamais finaliser la moindre créature, c’est-à-dire me limiter à créer des corps, sans leur donner vie. Du moins, jusqu’à avoir parfaitement maîtrisé leur création.

Par contre, à l’image du talent familial, c’est mon apprentissage de l’Aria, c’est à dire l’art d’incanter des sortilèges provoquant des phénomènes interférant avec le monde physique, qui pécha lorsque je commençais son étude à mes dix ans. Il ne s’agissait pas d’un problème concernant ma quantité d’énergie magique, le « Prana », ou de sa maîtrise, ni d’un souci de compréhension des procédés, mais à nouveau un manque d’inspiration. La plupart des sortilèges étaient destinés à blesser ou à manipuler les autres, et ma nature profonde me freina quand il fallu apprendre ce genre de pouvoirs, sans compter le temps monstrueux que je passais à étudier les familiers. Ha, ainsi que celui que je perdais entre les moments où je dessinais, et ceux où je dormais, aussi… Mais finalement, il y eu un sort, et un seul, que je parvins à apprendre. Il s’agissait d’une incantation de soin, qui me parut cette fois extrêmement simple, parce que cette-fois je voulais vraiment l'apprendre.

C’est d’ailleurs durant cette période que je commençais à mieux me connaître. J’avais pu constater que je suis loin d’être bête, je pense, mais ma principale force comme ma principale contrainte restait, et reste toujours, ma trop grande émotivité. Quoi qu’il se passe, je laisse toujours le flux de mes sentiments s’écouler à pleine puissance, parce que de toute façon il me faut faire des efforts inhumains pour le retenir. Dans certains cas, je l’utilise comme une force motrice bien supérieure à toute autre capacité que je pourrais avoir, me permettant de trouver courage et inspiration lorsque ce que j’entreprends est en accord avec ma nature. Mais parfois, si je dois agir en contre-courant (Comme, par exemple, blesser quelqu’un), ils deviennent un mur infranchissable sauf quand je parviens à me focaliser sur quelque chose d’important, comme pour mon apprentissage de la nécromancie.

L’année suivante, j’appliquais pour la seconde fois dans ma vie le processus d’animation de familier, sur la demande de mes parents qui souhaitaient me voir aller plus loin dans mon apprentissage. Même si j’avais beaucoup pratiqué, et que j’étais devenue bien meilleure qu’avant, je restais extrêmement nerveuse. La perte de Gaby me hantait toujours, et j’avais tellement peur de perde un nouveau familier que j’ai passé toute une semaine à réviser tout depuis le début, encore et encore, sans même toucher à mon carnet de dessin. Non seulement je ne voulais pas que cet évènement traumatisant se reproduise, mais j’avais aussi la pression qui nous prend lorsque l’on faire face à une épreuve importante, comme un examen. Le cadavre à utiliser –celui d’un faucon-, comme les caractéristiques que je devais donner à lé créature,  étaient des choses imposées. Au final je pense que c’est mieux comme ça, car je crois que j’aurais eu beaucoup de mal à imaginer comment mon familier allait blesser les gens…

Il me fallu en tout, deux jours pour lui donner la vie. Je vais passer les détails concernant les manipulations corporelles parce que je préfère généralement les oublier, mais tout s’est presque bien passé au final. Presque parce qu’il y eut un petit incident à la fin, mais rien de grave : En fait, il y a un blason magique qui sert de réceptacle de mana sur son torse, qu’il peut relâcher soit dans son corps, soit sous forme d’un rayon, et à la dernière étape –celle où l’on relie ses circuits magiques avec ceux du familier-, j’ai perdu un peu le contrôle à cause de la tension et je lui ai transmis plus d’énergie que prévu. En résultat, le surplus a été capté par ce fameux blason, et pour l’évacuer mon familier a lancé son attaque en plein milieu de l’atelier de mes parents, ce qui a découpé un mur. Mais heureusement, rien de précieux n’a été cassé, et surtout personne n’a été blessé.

C’est donc comme ça que Yosei –Ça veut dire « Fée » en japonais ! - est né. Je me sentais tellement heureuse d’avoir réussi ! Enfin, les premiers jours, je restais inquiète car je craignais un rejet… mais finalement, il était en pleine forme, sans aucun défaut ! Il savait voler, il voyait de super loin, il pouvait chasser pour se nourrir, et même se battre contre des gens ! Bien sûr, je lui ai interdis de tuer qui ou quoi que ce soit, à part les petits animaux pour manger. Au début il était un peu grognon, mais il est vite devenu très gentil. Avec moi en tout cas, parce qu’il a du mal à supporter les autres gens, et même les autres créatures en général. J’aimerais bien qu’il soit un peu plus amical parfois, mais personne n’est parfait je suppose. En plus, il est super-intelligent, et me donne plein de conseils. Par exemple, sur son idée, on s’est entrainés ensembles à renforcer notre lien pour le transfert d’informations : Lui, il observait des choses depuis le ciel et me les décrivait mentalement, et moi je restais au sol à dessiner en me basant sur ses descriptions. Les premières fois c’était un peu dur, mais au fur et à mesure que l’on essayait je parvenais à reproduire de manière de plus en plus similaire ce qu’il avait vu, avec un minimum de mot. On continue encore à s’exercer aujourd’hui pour ne pas perdre cette connexion, mais maintenant notre lien est si fort qu’il lui suffit de me transmettre les émotions que lui évoquent les choses, et je suis capable de les reconvertir en images dans ma tête, à un point ou au final, en me concentrant, c’est presque comme si je voyais par ses yeux.

Mais, c’est peu de temps après avoir créé Yosei que des choses étranges commencèrent à m’arriver. Dans mes rêves, apparurent des signes étranges, parfois des images floues, parfois des échos de sons, de voix incompréhensibles, parfois un peu de tout. Puis une nuit je fis un songe où je voyais un océan rempli d’arbres me tomber dessus. Et puis, le lendemain, alors que je me promenais autour du manoir,  j’eus l’intuition de regarder au dessus de moi pour voir, et esquiver in extremis un pot de fleurs tombant tout droit du troisième étage qu’une dame de ménage avait mal positionné. Je me souviens avoir eu tellement peur que j’avais couru me réfugier dans me chambre, pour ne plus en sortir avant le lendemain. Haha.
Mais en tout cas, après quelques autres évènements similaires –mais bien moins choquant !-, il était devenu clair que j’avais la capacité de faire des rêves prémonitoires, qui se focalisaient sur des moments marquants pour moi. Après quelques recherches à l’aide de mes parents et d’autres mages connus de ma famille, il semblerait que ce soit un pouvoir latent qui dormait en moi, et qui aurait été stimulé par la quantité de mana que j’avais déployé en me liant à Yosei. Ma narcolepsie, qu’aucun traitement n’atténuait, pourrait d’ailleurs y être liée. Mais cela reste une capacité mineure que je ne maîtrise pas pour l’instant... Peut-être qu’un jour, je serais capable de faire des vraies prémonitions, comme les médiums ? Genre avec des cartes… Ce serait génial !

Puis, les années suivantes, je continuais ma vie tranquillement.  Jusqu’à il y a trois mois. Ça a commencé par des picotements sur le dos de ma main droite, puis une marque s’est comme dessinée dessus. Partant d’un point central, trois branches de dispersant comme si elles rejoignaient les sommets du même triangle imaginaire, chacune se terminant par une spirale à son extrémité. Ce que cela signifiait? Personne dans mon entourage ne savait le dire... Il fallut prendre contact avec de nombreux clients et connaissances de la famille, ce qui dura plusieurs journées durant lesquelles je suis restée dans le flou concernant ce symbole dont je ne savais rien. Ça aurait pu être une maladie, une malédiction, quelque chose en rapport avec mes rêves... Mais il n'en était rien. Parmi toutes les personnes vers qui on s'est tournés, il n'y a qu'un seul qui a su nous répondre. C'était un magus vivant au japon, près d'une ville appelée Misaki, qui avait déjà eu à faire avec des personnes marquées comme moi, il y a trois ans. Il nous raconta la vérité sur leur signification:

Périodiquement, le Saint Graal, un artefact capable de réaliser les vœux, se matérialise dans notre monde –au Japon- et choisit sept mages qui deviennent des « Master », leur permettant d’invoquer un « Servant », c’est-à-dire un esprit héroïque ayant prit forme, avec des pouvoirs et capacités surhumaines. Le but est de vaincre les six autres Servant, et le vainqueur verra un de ses vœux exaucés par le Graal. Mais apparemment, depuis la dernière guerre, et ce serait probablement vrai là aussi, le nombre de participants et d'esprits n'était plus limité.
Ça paraît si incroyable que je n’y avais pas cru au début… Ça ressemblait plus à un conte que je pouvais imaginer dans mes fréquents moments de rêverie qu’à une histoire vraie, mais pourtant la marque était bel et bien là. J'avais été élue. Sur quels critères? Je l'ignore encore...

Afin de me préparer, j’ai créé un second familier le mois dernier, à nouveau selon les directives de ma famille. C’est un chien que j’ai appelé Ryusei, et il possède deux formes : Une de petit chiot très gentil, et une autre de combat, plus effrayante. Je n’aime pas trop sa deuxième apparence, mais si je dois participer à cet évènement, je risque d’avoir besoin de me défendre…  
Et maintenant, je suis fin prête. Officiellement, j’ai été transférée au lycée privé de Misaki, et on m’a payé un grand appartement familial dans cette ville. J’ai insisté afin d’y aller seule, car je dois apprendre à m’en sortir dans le monde des mages que je sais parfois difficile. Et il va s’agir de ma première véritable expédition dans le monde extérieur, et elle n’est pas des moindres… Mais je vais y arriver. Même si j’ai bien mon idée sur le vœu qui me tient à cœur, je dois le faire pour leur prouver que, malgré mon caractère et ma sensibilité, je suis digne d’être l’héritière de la lignée Grimbald.

Saber, Archer, Lancer, Rider, Assassin, Caster, Berserker. Arrivé là-bas, j’invoquerais un Servant qui possèdera l’une de ses classes, et je devrais me battre à ses côtés… J’y arriverais !


Entrées 2010 - 2015 :
17 Avril 2010

Cher journal.
C’est terminé. La guerre du Graal est terminée.
Je me souviens encore, il n’y a que quelques jours, quand je suis partie pour le pays du Soleil levant pleine d’espoir et d’appréhension. Mes mains tremblaient et mes yeux étaient remplis de peur comme de détermination, la crainte d’échouer à ce qui allait être la première véritable épreuve de ma vie. De décevoir ma famille qui attendait tant de leur héritière, mais aussi de décevoir celle qui m’avait accompagné dans cette guerre –car je sais à présent qu’il faut l’appeler ainsi-, celle que d’autres appelaient « Servant » mais que je préférais appeler « Amie ».

Par où commencer ? Il s’est passé tellement de choses. Oh, tout simplement : Non, je n’ai pas remporté LA victoire. Mais à la place, j’ai remporté une victoire bien plus importante, celle d’avoir fait face au monde malgré mes craintes, d’être sortie de mes rêves pour voir la réalité, et d’avoir aidé –même très peu- à mettre fin à cette folie à laquelle j’ai pourtant naïvement cru. Le Graal, symbole des faux espoirs, et une des pires choses ayant pris place en notre monde, a été détruit. Et même si je n’ai pas beaucoup participé, même si je n’ai pas été la plus utile… Je suis heureuse d’avoir été aux côtés de ceux qui ont mis fin à cette mascarade. A ce dramatique évènement …
Plus aucune goutte de sang ne sera versée en son nom.


Les marques sur ma main ont disparu, tout comme la personne avec qui elles m’unissaient. Quoique… non, nous n’avions pas besoin d’elles pour être unies. Yim Wing Chun est une amie, une précieuse amie, la seule que j’aie réellement eue. Et même si elle est retournée chez elle, elle restera toujours un peu avec moi. Ce qui n’est pas que symbolique d’ailleurs, elle m’a vraiment laissé des documents pour m’aider à apprendre son art martial ! Je n’ai jamais été très douée en sport, mais je pense que je vais essayer de m’y mettre…  Après tout,  dans sa chambre il y a toujours le mannequin de bois que je lui avais acheté ! Ce style est le lien qu’elle partage avec ses disciples, alors si je deviens l’une d’entre elle, le notre sera encore plus fort !

Comme prévu, je vais rester à Misaki encore un bon moment. Après tout je suis inscrite à un lycée, j’ai un diplôme à obtenir, et maintenant que je suis au Japon il va y avoir plein de lieux que je devrais visiter ! Même si j’aurais voulu le faire avec Wing, et que toute seule ce sera moins intéressant… Il y a bien quelques personnes avec qui j’ai fait connaissance, mais ils sont tous très occupés et pas facilement joignables, alors je vais devoir faire avec… J’ai toujours Yosei et Ryusei pour me tenir compagnie !

Maintenant, je vais aller dormir… Il est tard, et j’ai cours demain !



22 Octobre 2010

Cela fait un moment que je n’ai pas écrit dans ce journal. Ce n’est pas vraiment que je n’ai pas eu de temps, c’est… plus grave. C’est vraiment étrange, j’ai l’impression que la dernière entrée était hier, mais cela fait déjà six mois. Quand je me suis réveillée ce matin, je n’étais plus dans mon appartement à Misaki, mais dans mon lit au château familial. Ryusei et Yosei étaient à mes côtés, leur inquiétude palpable, et à peine une servante m’avait vue debout que mes parents étaient avertis, et je me retrouvais à nouveau dans ma chambre à discuter avec eux.
La dernière fois que cette scène s’était produite, était avant que je ne parte au Japon, quand nous discutions avec Wing de ce que je croyais encore être une simple compétition. Mais à présent, elle n’était plus là, et les circonstances étaient toutes autres…

Ils m’ont raconté que, après avoir tenté de me contacter dans les jours suivant la fin de la guerre, ils s’inquiétaient de ne pas avoir de réponse. Alors ils ont fait le voyage jusqu’à chez moi, et m’ont retrouvée endormie dans mon lit, se retrouvant incapables de me réveiller même par des moyens magiques alors que je semblais vivante et en bon état.  Ne sachant que faire d’autre, j’ai été ramenée en Angleterre, et depuis ces derniers mois je n’ai fait que dormir. Même si je ne m’en souviens pas, il y a quelques fois où je me serais « réveillée » uniquement pour me nourrir ou faire mes besoins, mais durant ces périodes j’étais inconsciente, et personne ne parvenait à communiquer avec moi avant que je ne retourne dans mon lit.

D’après eux et des études qu’ils ont été amenés à faire, mon pouvoir serait en train de grandir et comme pour la narcolepsie qui est un effet secondaire de sa présence, j’aurais développé un nouveau symptôme prenant la forme d’un autre trouble du sommeil : Le « syndrome de la belle au bois dormant ». J’ai beau aimer les contes, ce nom ne rend pas la maladie plus agréable…

Il n’y a apparemment aucun moyen de  la contrer ou de l’atténuer, actuellement, parce que la source de mon don est trop mystérieuse. Mais il y a une possibilité que ce doit déjà terminé, qu’il s’agissait juste d’une crise comme ça, et que ça ne recommence plus ! Enfin… j’espère.

Même si mes parents préfèrent que je me repose –ce qui est assez ironique, quand on y pense… - j’ai décidé de commencer l’entraînement au wing chun, parce que je lui ai promis que je le ferai !

PS : Ce qui est dommage par contre, c’est que j’aie raté l’anniversaire de mes seize ans… Mais mes parents m’ont dit que j’aurais quand même une petite cérémonie demain !


16 Janvier 2011
9h50


Cher journal.
Ça a recommencé. La dernière fois que je t’ai écrit, j’ai eu un sommeil normal pendant toute une semaine –Enfin, sans oublier ma narcolepsie-, puis voilà que quelques mois se sont encore passés. Quand c’était arrivé la première fois, j’avais espéré que ça ne durerait pas. Que quelque part, c’était peut-être un contrecoup de toutes les émotions que le séjour à Misaki m’a fait vivre, ou je ne sais pas… Mais non, ça a encore eu lieu. Et comme la dernière fois, j’ai juste eu l’impression d’avoir passé une nuit normale, à une différence près : J’ai fait un rêve beaucoup plus fort que d’habitude.

J’étais sous le ciel nocturne révélant toutes ses constellations, dans une grande plaine bleue et infinie. D’abord, ça a commencé par des réminiscences de la semaine que j’avais passée, à savoir beaucoup de temps à essayer de comprendre cet art martial… Lire les conseils, tenter de maîtriser mon souffle, apprendre les postures, assimiler les bases… C’était dur ! Mais étrangement, le refaire en rêve a comme simplifié les choses. Les doutes, les flous, les incompréhensions, tout ça n’existait plus dans le monde onirique. Comme si mon esprit travaillait beaucoup plus précisément, beaucoup plus rapidement : A chaque fois que je butais sur quelque chose, des souvenirs de Wing m’apparaissaient, se mêlant à des choses que j’ai lues sur les artistes martiaux, des choses que je pensais ne me rappeler que brièvement, me revenaient simultanément en tête, avec des détails à ne plus en finir. Et mes erreurs disparurent une à une, à la vitesse folle de la pensée. En un seul songe, j’ai comme appris bien plus qu’en une semaine entière d’entraînement.

Mais ce n’est pas tout. Une fois fait, d’autres images apparurent. Cette fois-ci, du château de ma famille. J’y voyais mes parents s’inquiéter parce que je m’étais encore endormie trop longtemps, ma mère fabriquer un pendentif malgré le désaccord de mon père, des servantes entretenir ma chambre le plus discrètement possible pendant mon sommeil, Yosei et Ryusei vivre leur vie en restant tout ce temps à mes côtés… je voyais tout ça comme un film, que l’on mettait en avance rapide et qui pourtant paraissait aussi clair que s’il était observé dans les moindres détails. Et après, je me suis vue enfin me réveiller, Ryusei aboyer de joie et Yosei se montrant fier comme à son habitude, tentant en vain de cacher ses émotions. Et plein d’autres choses ensuite, mais tout écrire prendrait des journées entières, et ça fait plus de deux heures que j’écris ! Le repas vient d’être sonné, alors j’y vais.


16 Janvier 2011
13h10


J’aurais dû le comprendre avant. Les rêves que j’ai fait, ils étaient comme des sortes de… prémonitions ? Comme j’ai déjà pu en faire avant, mais en beaucoup plus précises et détaillées. En fait, une des choses que je ne t’ai écrite avant, c’est que le pendentif que ma mère fabriquait était pour moi. En fait, je m’en suis rendue compte en marchant pour aller à la salle à manger que je l’avais autour du cou. Et maintenant que je l’ai vu, je me souviens que dans mon rêve, il s’est déroulé une scène où elle s’est assise à mes côtés, sur mon lit, et m’a prise dans ses bras. C’était la première fois que ma mère m’enlaçait comme ça, et je ne m’en souviendrais que dans un rêve…
Mais ce que je n’avais pas vu, c’est qu’après le câlin elle avait placé quelque chose à mon cou. C’était le pendentif.

Enfin, si je t’en parle c’est qu’il n’est pas anodin. C’est un objet magique qu’elle ma confié car il empêche de prendre de l’âge … et ainsi, je ne perds pas tous ces mois de ma vie à dormir, puisque je ne grandis plus. C’est un beau cadeau, et je ne sais même pas comment je pourrais la remercier.
En donnant le meilleur de moi-même quand je suis réveillée, peut-être ?



3 Avril 2011


Encore.  Je suis restée sans problème dix jours cette fois, avant de m’endormir longtemps. Je commence à me poser des questions… Est-ce que ça va s’arrêter ? La narcolepsie était parfois difficile à vivre, mais je m’y suis faite, je m’y suis adaptée pour avoir une vie à peu près normale. Mais là, je ne sais pas comment je vais y arriver. Le pendentif de ma mère va me permettre de ne pas perdre de temps jusqu’à ce que cette malédiction disparaisse, mais va-t-elle seulement disparaître un jour ? Je n’ai pas envie d’être pour toujours la belle au bois dormant… Et j’ai aussi peur de ne plus parvenir à me réveiller, un jour…

Enfin, c’étaient mes craintes à ce sujet. Il y a quand même quelques bonnes nouvelles, par exemple je ne suis pas perdue temporellement quand je me réveille, car je rêve toujours de ce qu’il se passe au château, en accéléré. Et puis je continue mes progrès dans le wing chun, grâce aux souvenirs de mes entraînements quand je suis réveillée ! En plus de ça, j’ai aussi repris les cours de magie, et tu sais quoi ? Ça m’a fait exactement la même chose ! Les leçons que j’ai étudiées, les livres que j’ai lus, c’est comme si mes songes m’aidaient à les comprendre et à les assimiler à la perfection. Alors que je croyais m’en souvenir moyennement, depuis que je me suis levée j’ai l’impression de les connaître par cœur, je pourrais presque te les réécrire mot pour mot ! Et il en va de même pour les mouvements en art martiaux, ils se sont comme gravés dans mes muscles.  C’est rassurant, parce que si cette maladie s’arrête un jour, au moins je n’aurais pas perdu en éducation.

Si elle s’arrête un jour…


29 Décembre 2011

Cher journal.

Non, je n’ai pas dormis aussi longtemps. En fait j’ai eu trois « phases de long sommeil » avant de t’ouvrir à nouveau, parce que j’ai été plutôt occupée cette année ! J’ai dit à mes parents que j’apprenais très vite quand je dormais, alors on a décidé d’une organisation assez particulière. En fait, durant les moments où je suis réveillée, je prends beaucoup de cours. Qui concernent la magie ou non, et cela inclut même un peu de sport. Même si je survole un sujet, c’est comme si je l’avais maîtrisé, alors autant tenter le coup !

Il n’y a pas eu que ça. Ils ont aussi réfléchis au fait que je me spécialisais dans une autre voie que celle de nos ancêtres, chose qui les dérange un peu et je le sais. Cependant, il y a un moyen de me rendre utile : Inclure les familiers dans le commerce. Bien sûr, personne ne touchera à Yosei et Ryusei !   Mais si je peux utiliser mes talents afin de fabriquer des créatures pour des mages qui en ont besoin, leur vendre, et servir à quelque chose dans la famille… Eh bien ça me rend heureuse. C’est idiot, mais faire ça me permet de me sentir existante, malgré le décalage avec le monde que je ressens de plus en plus. Je suis toujours là, même si c’est difficile, je suis toujours là.

Et ça marche plutôt bien, enfin, mis à part que les commandes peuvent être rallongées de quelques mois sans préavis…

PS : Mais cet été je suis quand même restée éveillée presque deux mois, et j’ai même fêté mon anniversaire !



9 Mai 2013

Cher Journal.

Cela va faire un mois que je suis réveillée, après avoir dormis le triple de temps. Ces dernières semaines ont été très remplies en activités, ça n’a pas été facile ! Entre les cours et les entraînements, les familiers, les quelques visites médicales habituelles…  Oui, j’ai commencé à revoir un médecin. Parce que je commence à me fatiguer très vite, quand je suis debout, et ça inquiète un peu tout le monde.

Moi aussi d’ailleurs, mais j’essaye de ne pas trop le montrer. Entre ça, et mes maladies, cela fait quelques temps que je me suis dit qu’il fallait me montrer forte, parce que… c’est comme ça de toute façon, et même avec tout ça je ne veux pas être un poids pour les gens. Je ne veux pas qu’on me traite avec plus de sympathie que les autres, ni qu’on me fasse des faveurs, à cause de mon état de santé ! Alors je me raccroche aux bons côtés : Via les rêves je sais toujours ce qu’il se passe dans mon entourage, je commence à développer une intuition de plus en plus grande, et puis… j’apprends toujours très vite. Je me suis beaucoup améliorée en thaumaturgie, et commence à me débrouiller en Wing chun ! Pour me préparer au cas où je devrais en avoir besoin, j’ai même inventé toute seule un sort pour invoquer un esprit. Une sorte de familier temporaire, formé à partir d’eau et des souvenirs de Wing –La personne, pas l’art martial !-, qui m’aide aux entraînements défensifs. Je lui demande de m’attaquer de toutes ses forces ! Et elle a été créée pour être un vrai familier de combat, pas juste d’entraînement !

Enfin… je n’ai pas envie de me battre contre qui que ce soit. Mais si ça devait arriver, je serais prête. Je ne serais plus la princesse à sauver, incapable de se défendre.


Oh, puisque je t’ai parlé de mes rêves,  il s’est passé quelque chose d’incroyable d’ailleurs ! Quand je dormais, j’ai eu un songe où je voyais des personnes que nous connaissions, amis et clients, subir un accident grave à cause de la magie, et disparaître… Cela m’a attristée, mais à mon réveil j’ai appris que ces gens faisaient vraiment des expériences assez dangereuses. Alors j’ai convaincu mes parents de les avertir. Et deux jours plus tard, ils sont venus nous remercier car cela les avait intrigués, donc des précautions avaient été mises en place… ce qui les a sauvés.

Enfin, on m’a beaucoup remercié surtout, alors que je n’ai pas fait grand-chose ! Mais je suis quand même heureuse d’avoir fait ça, que ça ait été un grand effort ou non… Bien sûr, ils m’ont posé plein de questions et je leur ai répondu, mais je ne sais pas comment dire, j’ai trouvé leur curiosité un peu gênante. Enfin, pas malpolie non plus, je suppose que c’est normal qu’ils s’intéressent à ce qui les a « sauvés ».
Je me fais peut-être des idées, mais c’est que mon sixième sens –oui, je l’appelle comme ça, littéralement !- ne m’a jamais mentie jusque là, alors je me demande si je n’aurais pas dû être plus réservée dans mes réponses…

Quoiqu’il en soit, je vais te laisser. Je n’ai pas beaucoup le temps de t’écrire, entre les cours, les entraînements, les dessins.  Quand je ne dors pas, bien sûr…


10 Mars 2015

Cher Journal.

Je tenais à te dire que… c’est enfin finit. On m’a libérée de la malédiction qui me faisait dormir si longtemps –Mais pas de la narcolepsie…-, et maintenant ce pouvoir est bien plus stable. Bon, à cause de la fatigue je dois souvent faire des siestes et  dormir beaucoup, mais je préfère quand même largement ça !
En plus, mes rêves n’ont pas perdus leurs propriétés, que ce soit pour l’apprentissage rapide ou les prémonitions,  et comme j’ai plus de temps pour moi, à être éveillée, eh bien ça fonctionne beaucoup mieux !

Enfin, je ne peux pas trop rentrer dans les détails…c’est important.


13 Avril 2015

Il est tard, en fait je viens de me réveiller en pleine nuit. J’ai fait un rêve horrible, et je ne crois pas pouvoir me rendormir, à moins de faire une crise. J’ai revu ce qui s’est déroulé il y a cinq ans, les combats, les mages, les Servants, la guerre… le Graal. Mais cette fois-ci, dans un autre lieu, avec d’autres personnes. Ce n’était pas vraiment clair, mais j’appréhende son sens. Je le crains, pour être précise…

Et si c’était une prémonition ? Je connais mes songes, je me trompe rarement sur leur signification, et tout porte à croire que c’est le cas, mais ce n’est pas possible ! Il a été détruit, il l’a détruit, alors comment cet artefact a pu revenir ? Je n’arrive pas à y croire, ni à comprendre, mais mon intuition ne me dupe jamais. Quelque chose comme ça va recommencer, il y aura encore des personnes qui vont se battre, et risquer leur vie, pour cette chose !

Je ne veux pas que ça arrive encore. Mais puisque je le sais, je ne peux pas rester sans rien faire… je dois trouver un  moyen d’y participer, coûte que coûte ! Il faut le faire disparaître à nouveau, avant qu’il ne soit trop tard. Avant que des gens ne soient blessés à cause de lui, avant qu’une personne mal intentionnée ne s’en empare.

Mais je sais que mes parents ne voudront jamais. Étant donné qu’ils sont persuadés que la malédiction ayant rongé les cinq dernières années est une conséquence de cet étrange rituel, et qu’il ne s’agit que d’une perte de temps… Notre famille a toujours été tournée vers la neutralité et ne participe pas aux évènements qui risqueraient de nuire à son image, ou d’attirer des ennuis, mais je ne peux juste pas rester les bras croisés. Si je suis devenue un peu plus forte, si j’ai peaufiné ma magie, si j’ai appris le Wing chun, ce n’est pas que pour moi… c’est aussi pour le bien des autres, et mon pouvoir est aussi un précieux allié !

J’ai peut-être une idée. Je peux demander de l’aide à une certaine personne, mais ce serait trahir la confiance de mes parents.  Je ne veux pas les blesser, je ne veux pas leur faire du mal, mais il m’est impossible de ne rien faire. Je suis persuadée qu’ils comprendront… avec le temps. Il leur faudra bien.

Parce que, ce Graal, j’ai le sentiment qu’il va causer bien plus de souffrances que l’ancien, si personne ne s’y oppose…


2017 :
Cher journal.
Et tout le monde…

Tout est de ma faute. Je n’ai rien écrit depuis deux ans, par honte de ce qu’il s’est passé. Je sais que j’aurais du, que fuir était lâche, que refuser de le voir en face n’était rien d’autre que de la fuite mais… je ne pouvais pas. Il m’était impossible de le faire, c’était… trop dur.
Mais les choses sont différentes aujourd’hui. J’ai  trouvé un moyen de réparer cette erreur… même si je ne me la pardonnerais, au moins puis-je consacrer ma vie à sauver autant de vies qui celles prises ce jour-là. Cependant, cela implique que je quitte ce monde… probablement définitivement. Alors si quelqu’un trouve ce journal, au moins pourra-t-il comprendre ce qui est réellement arrivé… et apprendre de mes erreurs.

[série de gribouillages et de phrases rayées]

Je n’arrive pas à le formuler, alors allons au plus simple : Je suis responsable de la destruction du Japon et de la mort de presque tous ses habitants.

Non, je ne l’ai pas directement provoqué. Mais si j’avais suivis mon intuition pourtant surnaturelle, si j’avais écouté mes rêves au lieu d’agir lâchement… ça ne serait jamais arrivé. Alors oui, je suis responsable… et cette dernière entrée expliquera en quoi.

Grâce à l’aide d’une certaine personne dont je tairais le nom, pour son bien, j’ai pu échapper à la vigilance de mes parents –et à la sécurité du château- pour rejoindre le Japon et plus particulièrement Tokyo, la ville où devait se dérouler une nouvelle instance de ce sanglant rituel. En utilisant les bonnes reliques, j’ai même réussis à invoquer de nouveau Wing ! Cependant, elle m’avait oublié, et j’appris plus tard que les Servant ne conservaient aucun souvenir des précédentes guerres. Cela n’a pas été facile au début, mais nous avons de nouveau appris à nous connaître, et mon amie semblait plutôt fière de savoir que c’était elle –ou une autre itération d’elle, mais qu’importe- qui m’avait initiée à la voie de son art martial, que je n’avais alors cessé d’étudier et pratiquer.

Mais contrairement à la précédente guerre, nous avions des alliés, et avions une idée précise de ce que nous devions faire : y mettre fin à tout prix, et si c’était impossible, s’assurer que le vœu qui sera prononcé ne causera aucun danger. J’étais même prête à formuler un simple désir moi-même, quelque chose que ce maudit artefact ne risquait pas d’interpréter de la pire manière possible !

Nous avons fait des rencontres et des découvertes, trouvés des amis et des ennemis, et avons du nous battre plus d’une fois !... Mais tout se passait aussi bien qu’un tel évènement le permettait, on a même sauvé quelques vies, et avons réussis à faire abandonner plusieurs autres Master ! Certains eurent besoin d’une méthode plus musclée que d’autres, mais… nous n’avons tué personne ! Et j’étais si heureuse à cette époque, de voir mon rêve se réaliser sans qu’il ne soit entaché de sang.

Mais nous avons finis par faire face à une personne bien plus déterminée, et bien plus malicieuse… un mage prêt à toutes les horreurs possibles pour accomplir son but, lui-même teinté d’une folie absurde : ramener à la vie une sorte de divinité du mal qui sévissait dans le Graal même ! Ce fût notre adversaire le plus coriace, le plus persistant, si bien que les derniers jours de la guerre furent passés uniquement à le combattre et déjouer ses plans tordus.
Mes trois familiers, Yosei, Ryusei, et Keiga… perdirent la vie pour nous permettre de continuer. J’étais alors emplie d’une rage et d’un désespoir jamais ressentis… je ne saurais pas ce que j’aurais fait si Wing n’avait pas été là pour moi.

Durant les dernières 48h avant ce jour, je fis régulièrement le même songe. Une créature monstrueuse et colossale, enveloppée d’un manteau de ténèbres, s’échapper de la fausse coupe sainte et marcher sur la ville… avant que tout ne disparaisse. Au fond, la signification était claire, mais… je n’ai pas eu la force.

Car finalement, nous réussîmes à vaincre le mage et son Servant. Pas tous seuls, car il avait nombre d’alliés, mais… nous avons réussis à l’isoler et couper toute retraite. Et alors que tout le monde était occupé à se battre, y compris Wing, je…
J’avais son corps blessé devant moi, incapable de se défendre. Il était à ma portée, à ma merci, et il aurait suffit d’un geste pour en finir sans douleur. L’envie ne manquait pas, le désir de vengeance, mais aussi d’empêcher la catastrophe qu’il allait provoquer.
Cependant, je… ne l’ai pas fait. Etait-ce de l’espoir qu’il ne soit plus en état de nuire ? Ou d’un manque de courage pour faire ce qui devait être fait ? Je l’ignore. Mais quoi qu’il en soit, le résultat est ainsi… il s’est enfui. Et parvint à s’emparer du Graal, invoquant la chose appelée « Tout le mal du monde », condamnant peut-être l’humanité à sa fin…

Mais ce que j’ignorais, c’est que la planète disposait d’un système de défense. Ou quelque chose qui y ressemble. Une arme secrète destinée à pulvériser toute menace qui pourrait détruire le genre humain, mais à quel prix ? Vous qui lisez ce journal, la « réaction en chaîne  ayant fait exploser toutes les centrales nucléaires du Japon » n’était pas quelque chose de naturel. C’est une force que le monde a déchainé pour stopper une chose qui aurait pu faire bien pire.

Et une chose qui, si j’avais été une personne courageuse, n’aurait jamais vu le jour. Ma propre survie fût un miracle, je crois que Wing m’a sauvée…. Je crois, je ne m’en rappelle plus. A vrai dire, je n’aurais pas dû y survivre. Je n’en ai pas le droit. Ou peut-être suis-je en train de vivre un rêve destiné à me punir ?
Je ne sais pas.  En fait,  je ne sais que deux choses :

J’ai tué des millions de personnes par égoïsme. En voulant garder mes mains exemptes de traces de sang…
Je peux aider à sauver bien plus, et ne ferai pas la même erreur la prochaine fois.




Description physique
Emily est une jeune demoiselle d’un mètre soixante pour cinquante et un kilogrammes. Elle possède de longs cheveux violets de longueur variable entourant ses joues tout en laissant son visage fin dégagé, qui tombent en cascade jusqu’au milieu de son dos pour les mèches arrière. Ses grands yeux verts sombre sont en permanence colorés d’une douceur sans limite, et semblent s’illuminer d’un éclat de profond bonheur lorsqu’elle est plongée dans ses dessins. Son nez comme ses lèvres sont minces, et le sourire léger qu’elle montre en présence de ses proches a tout d’innocent. Cependant, ces deux aspects de son visage seront bien souvent cachés derrière le carnet de dessin qu’elle porte en quasi-permanence contre elle, à la manière d’une peluche, derrière lequel la jeune fille timide se cache souvent.
Bien que sa peau soit claire, ses joues prennent très rapidement des couleurs à la moindre occasion où elle ressentirait de la gêne, c’est-à-dire très souvent lorsqu’elle discute avec d’autres personnes.
Les rondeurs de sont corps en général n’ont pas à rougir face à celles des autres filles de son âge, sans être exceptionnelles pour autant. Elle est simple, et en joue dans son style vestimentaire qui ne s’encombre pas de milliers d’ornements. Son style vestimentaire varie selon son humeur, la jeune fille apprécie autant les tenues school-like à base de chemise et de jupe, que les robes légères la plupart du temps dans des teintes bleues et dorées.

Dans ses cheveux, elle porte une petite fleur de prunier, symbole du style wing chun.

HopeWear

N'aimant pas particulièrement le changement ou l'idée de porter un attirail trop complexe, Emily s'en sert pour imiter les vêtements qu'elle porterait normalement.

HopeWatch

Technophobe comme la plupart des mages, Emily la conserve sous la forme d'un bracelet bleu à l'allure normale, qui ne déploie son arsenal technologique que lorsque c'est nécessaire. Au moins cela lui évite de paniquer dès qu'elle regarde son poignet.




Description mentale
La première chose que quiconque remarquerait dès les premiers contacts avec la jeune fille, serait sa profonde timidité. Elle est clairement mal à l’aise en présence d’inconnus, et est bien incapable de le cacher : Ses joues vont rosir, elle va bégayer, se cacher derrière son carnet… De manière générale, elle parle peu dans ses cas là, et montrera un caractère distant et réservé. Emily ne prendra que rarement  la parole à moins d’avoir quelque chose d’important à dire, ou si on l’interpelle directement, et ce pour donner une réponse concise et directe au possible. Cependant, si elle peut paraître difficile à atteindre, cette façade extérieure n’est que le masque qu’elle montre aux inconnus pour se protéger. En apprenant à la connaître, on se rend bien vite compte que derrière le rideau se cache un cœur d’or bourré de gentillesse, de bonnes intentions, d’attention envers les autres, et atteint d’une philanthropie sans limite. Elle fait partie de ces personnes incapables de songer à faire du mal à qui que ce soit, à moins d’avoir de très bonnes raisons de le vouloir.

Ha, mais elle n’est pas dénuée de défauts pour autant. Bien qu’elle soit capable de dire non – de manière polie et en s’excusant cependant-, elle est très facile à convaincre ou à manipuler si l’on trouve les bons mots, ou que l’on se montre intimidant. Elle a beau être d’un naturel empathique, et ait étudié la psychologie dans des livres et en observant les gens, elle sera incapable de refuser d’aider une personne qui semble avoir de réels problèmes, même si tous ses sens lui disent qu’il s’agit d’un piège. La jeune mage dispose également d’un côté très « dans la lune » qui s’applique presque en permanence et lui cause régulièrement quelques soucis, surtout lorsqu’elle perd la perception du temps et arrive en retard en cours ou aux rendez-vous… Il faut dire qu’elle dispose d’une imagination débordante, et la moindre chose dans son environnement est sujette à se voir dotée d’une histoire féérique et farfelue dans l’esprit de l’adolescente qui aura perdu toute concentration sur ce qu’elle faisait. Il n’y a qu’une seule chose sur laquelle elle peut rester attentive, et ce pendant des heures s’il le faut : Dessiner.

Car à ce sujet, elle a dépassé depuis bien longtemps le stade de la simple passion. Dessiner, c’est ce qui englobe tout ce qu’elle est, à la fois une addiction et une partie de son âme.  Que ce soit son environnement, ses rêves, les personnes qu’elle connaît –ou pas-  ou tout simplement des choses nés de son esprit prolifique, elle passe le plus clair de son temps à donner vie aux images qu’elle trace sur ses précieux carnets de dessin, les représentant parfois telles quelles, mais préférant souvent les modifier pour les placer dans des contextes totalement différent. Un vulgaire arbre deviendra le réceptacle d’une déité scellée qui ne se réveillera que lorsque le monde sera en danger. Une tête de cerf accroché au dessus de la cheminée deviendra celle d’un démon ayant terrorisé villes et villages avant d’être vaincu par des héros secrets, qui auraient séparé le corps de son cerveau pour empêcher qu’il ne ressuscite. Et tant d’autres histoires comme celles-ci, nées à partir de simples objets du quotidien devenus artéfacts grandioses en passant par le monde intérieur, puis la main de la dessinatrice. Elle apprécie également la plupart des formes d’art, bien que d’ampleur largement moindre. En fait, elle aime beaucoup de choses : Dessiner bien sûr, mais aussi les humains en général, étant de nature philanthrope, et également tout ce qui touche au monde et à la nature : la faune, la flore, les plantes, … Sans être dévorée de curiosité, c’est une fille aimant apprendre et comprendre tout ce qui l’entoure.

Et son arme principale quand il s’agit d’art, mais également dans toute chose qu’elle fait, ce sont ses sentiments. Bien que, sans être un génie, elle possède une intelligence très vive qui lui permit d’apprendre très jeune les compétences familiales, elle réfléchit bien plus avec son cœur qu’avec sa tête. Qualifiée d’hypersensible, tout ce qui se passe autour d’elle et tout ce qu’on lui dit l’affecte, même un peu. Que ce soit en bien ou en mal. Une personne se montrant intimidante l’effrayera, tandis qu’une autre se présentant amicale l’apaisera.

Néanmoins, après avoir vécue les deux guerres du Graal et les conséquences qui ont suivi sa défaite, son caractère s’est développé au point où elle n’ose plus douter ni réfléchir au bien fondé de ses actions. Son cœur dicte ses actes, et elle ne laisse plus rien entraver ses décisions même quand celles-ci semblent déraisonnées, tant que sa cause lui semble pure. Il y a quelques années de cela, tuer n’était même pas envisageable… aujourd’hui, son poing ne tremblera plus s’il est nécessaire d’en arriver à ce qu’elle voit cependant toujours comme un extrême.

Le wing chun lui a cependant apporté une élévation spirituelle conséquente, ainsi qu’une maîtrise de soi accrue. Sa recherche de la paix intérieure et de l’harmonie constitue autant un moyen qu’un but à atteindre, et son caractère s’en ressent. Elle paraît sereine et paisible, la plupart du temps, mais il ne faut pas se méprendre : cela ne change rien à la tempête émotionnelle  qui gronde à l’intérieur.

Narcoleptique de naissance, Emily a souvent eu besoin d’accompagnement durant son enfance. Cependant, elle refuse à présent d’aller dans un établissement spécialisé ou de recevoir un traitement de faveur particulier, désirant apprendre à s’en sortir d’elle-même afin de ne pas être un poids pour les autres ou d’être vue comme une assistée. S’ajoute à cela le fardeau d’être la seule héritière de sa famille, donc unique espoir de permettre la continuité de la lignée, infligeant à la jeune fille une pression la poussant à vouloir toujours tout faire le mieux possible même si cela l’oblige à surpasser ses limites.

Son origine est l’Embellissement. Quoi qu’elle fasse, Emily cherche à rendre les choses plus belles, de son point de vue : Donner une histoire épique à de simples objets via ses dessins, soigner les blessures via son seul sort ainsi que sa formation aux premiers secours, supprimer les évènements tristes du futur grâce à ses prémonitions…
Persuadée que l’état de son monde est la conséquence de sa faiblesse l’ayant empêchée d’aller au bout de ses idéaux, ce désir est à présent devenu obsession.  



Pouvoirs / Capacités


Magie&Combat:
Emily est une mage moyenne ayant pour élément l'Eau, mais ne connaissant initialement qu'un seul sortilège, permettant de soigner les blessures. Néanmoins après sa première expérience lors de la guerre du Graal, elle commence à aborder la thaumaturgie sous un oeil d'artiste martial, suivant la voie du Wing Chun lui ayant été transmise spirituellement par l'Esprit héroïque ayant donné son nom à ce style.

Loin d'être une grande sportive, elle compense ses faiblesses par magie, mais loin d'être une grande mage, elle compense ses faiblesses par un entraînement rigoureux. Elle a donc développé sa propre version du Wing Chun, modifié par thaumaturgie.

Monde onirique:
Une anomalie surnaturelle modifie au fil des années son esprit afin de développer ses capacités inconscientes. Cela a commencé par des rêves légèrement prémonitoires, puis une intuition particulièrement affûtée, passant par un univers onirique quasiment réel,  pour finir par un subconscient de plus en plus efficace pour détecter événements et dangers mais aussi de plus en plus gênant.
D'abord la narcolepsie, puis le syndrome de la belle au bois dormant, pour terminer par de troublantes migraines et d'une fatigue accrue. Les effets secondaires les plus dangereux furent amoindris il y a quelques années, et ce pouvoir s'est stabilisé lors de ces derniers mois ce qui lui permet de vivre à peu près normalement avec ce qui est autant un don qu'une bénédiction.

Naturellement, si les rêves sont souvent difficiles à interpréter, une intuition sur-développée proche de la prédiction de l'avenir immédiat est un atout non-négligeable pour une artiste martiale.

Tout aussi naturellement, avoir un esprit s'épuisant très rapidement à cause d'un cerveau humain non-prévu pour travailler à ce rythme est loin d'être commode en cas de sortie prolongée. -Narcolepsie, pertes d'équilibres, phases de fatigue soudaine, sont autant de problèmes face auxquels Emily doit faire face au quotidien.

Autre:
En tant que magus, sa spécialité est la création de familiers (Puppet Master). Elle en possédait trois qui lui étaient très chers, mais tous furent perdus lors de la guerre du Graal. Le traumatisme de leur disparition fait qu'il est peu probable qu'elle pratique de nouveau cet art.



Test RP



« Alors, qu’en dîtes-vous, mademoiselle Grimbald ? »


Aussi étrange soit-elle, je ne pouvais pas nier que l’offre de l’inconnu était attirante… Bien sûr, les conséquences seraient lourdes. Je n’étais pas une soldate et choisissait moi-même mes combats, ce qui allait peut-être à l’encontre de l’autorité que l’on souhaitait me voir accepter, et je n’étais pas sure d’avoir le courage de quitter cette terre…    mais était-ce réellement pire que de rester ici à me morfondre ? Leur cause paraissait juste, leurs moyens bien supérieurs aux miens, et surtout, peut-être était-ce là l’occasion de répartir à zéro. De recommencer depuis le début, en faisant tout pour ne pas réitérer les mêmes erreurs.

« C-ce n’est pas une décision à p-prendre à la légère… » répondis-je faiblement, pensive.

Ils me rappelaient l’Alliance… cette organisation cachée aux yeux de tous, œuvrant pour le bien commun. Même si leur but était bien plus spécifique, ils m’inspiraient la même intuition. Un sentiment neutre, un mélange subtil de compréhension et de méfiance. Sans aucun doute que leur cause était noble ! Mais jusqu’où iraient-ils pour l’accomplir ? Comptaient-ils sacrifier des innocents pour ce rêve ? Prévoyaient-ils de massacrer sans retenue ceux qui s’opposeraient à eux ? Je manquais bien trop de pragmatisme pour adhérer à ces groupes organisés et réfléchis… et n’allais en aucun cas devenir l’instrument d’une force si elle ne correspondait pas à mes idéaux.

Pendant un instant, je regardais les étoiles, au travers de la fenêtre de cette petite chambre d’hôtel qui m’abritait pour cette nuit. Ces petits points de lumière sur la toile d’ombre nocturne abritaient ainsi bel et bien d’autres formes de vie ! Cette simple révélation était déjà incroyable ! Et il y avait même des vaisseaux spatiaux comme dans les livres… si cela n’impliquait pas autant de choses, je n’aurais pas hésitée une seule seconde ! J’aurais tant souhaité que Wing soit là…
Ainsi que tous les autres… mais ce n’était plus possible.

« J-je vais vous suivre… » marmonna une petite voix s’échappant de mes lèvres.

« Pouvez-vous répéter ? » demanda l’Agent, tendant l’oreille pour être certain de bien entendre. Je tournais la tête vers lui, répétant d’un ton plus assuré : « Je vais vous suivre. L-laissez moi juste rassembler m-mes affaires et faire une dernière c-chose… »

A vrai dire, je n’avais pas grand chose. De l’argent liquide, des vêtements de rechange, mon précieux matériel de dessin, et mon journal, commencé il y a sept ans, et dont la première page était encore recouverte des espoirs d’une enfant bien loin de connaître quoi que ce soit de l’horreur tapie en ce monde. Puisque ceci devait être un nouveau départ, il me semblait naturel d’apporter une conclusion à ce chapitre de ma vie.

Alors je pris mon stylo, et j’écris. Sans prendre la peine de noter la date, sans prendre la peine de résumer ces deux dernières années passées à errer sans but. Tout ce qui m’était resté sur le cœur, tout ce que j’avais besoin d’exprimer, sans rentrer dans les détails mais n’omettant rien de crucial.
Une fois vidée de tout ce qui devait être dit, je plaçais ce journal dans une enveloppe, écrivant en son dos une certaine adresse en Angleterre. Il y avait là-bas deux personnes qui avaient déjà subis les conséquences de l’insolence dont j’avais fait preuve, et qui méritaient de savoir… qu’ils ne me reverraient certainement plus.

C’est une fois fait que je me plantais devant celui qui serait bientôt un « collègue », lui annonçant :

« U-une fois que c-ce sera posté…  n-nous pourrons partir. »

Il hocha simplement la tête, en silence, ayant certainement compris qu’il n’y avait rien à dire ni aucune question à poser. Mon choix était fait…  en espérant que celui-ci soit le bon.




Autres
Pseudo : Vample  
Age :23
Comment avez-vous connu le forum : Un certain falco :3


vava
Adelaïde
groupe
Fiche terminée. o/


HopeWatch Death Counter: 1
vava
The Birther
groupe
Yosha et bienvenue parmi nous mon ptit loup !


Emilyyyyy...


On le sait déjà, mais j'ai toujours eu de l'empathie pour ton personnage. Sa personnalité me touche beaucoup et la façon dont tu décris les états d'âme de l'adolescente y sont pour beaucoup. (Particulièrement lors d'une altercation avec un certain PNJ, si tu te souviens bien. *tousse*) Cest donc un vrai plaisir de la retrouver parmi nous ! Petit rappel toutefois : Emily peut retourner dans son monde si elle le désire. L'Organisation, après autorisation, est capable de la ramener quand elle en exprime le besoin, entre deux missions, puis revenir à HOPE. Bien-sûr, j'imagine qu'en vu de l'histoire qu'elle a vécue, elle préfère éviter ça, (legit) mais j'aime mieux te le rappeler en HRP, par précaution.


Et te voici une super flic de l'espaceee ! Félicitation~


Félicitation, te voici enfin validé !
Avant de RP, n'oublie pas de :

→ Mettre le nom du personnage qui te sert d'avatar dans ton profil (champ "Origine de l'avatar") !
→ Poster le cadre de tes futurs liens inRP
→ Poster le cadre de ta future Chronologie RP
→ De ne pas t'endormir pendant une simulation de pilotage de vaisseau.      

Bon RP parmi nous, Matricule HO-9614 !
vava
groupe
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aller en haut MenuAller en bas