REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Don't go gentle into that good night

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant
Partagez
vava
Anonymous
groupe
C’est en sursaut que je m’éveillais, extraite de mon sommeil par un lourd bruit. Dans un moment de panique, je commençais à regarder autour de moi si quelque chose ne venait pas de se casser ou pire – que la coque se soit brisée, ce qui me plongerait immédiatement dans le vide spatial !

Néanmoins, tout semblait aller pour le mieux. Autour de moi, se trouvaient toujours les parois recouverts de câbles, d’écrans et de voyants qui faisaient bip et flash,  appartenant à cette boîte en métal capable de se déplacer dans l’espace. En fait,  avec tous ces bruits électroniques qui ne cessaient pas de geindre, j’étais incapable de dire si tout allait bien ou si le vaisseau allait bientôt exploser…

Mais la première option semblait le plus probable, étant donné que les deux agents qui m’accompagnaient n’eurent aucune réaction particulière à cet évènement, me tournant toujours le dos. Le premier était un quarantenaire strict aux cheveux brun coupés au carré qui était venu me voir afin de m’expliquer ce qu’était HOPE et leur mission, ayant les mains accrochées à ce qui ressemblait de très loin au volant d’une voiture. Ou en tout cas, je supposais que la fonction était la même, puisque la « voiture de l’espace » semblait réagir aux mouvements cet outil.

La seconde était une femme un peu plus jeune, peut-être à peine plus âgée que moi, bien qu’un peu plus grande, qui pianotait sur… des boutons… de toutes les couleurs ? C’était presque comme dans ces films de science-fiction où les acteurs pianotent aléatoirement sur des faux claviers pour donner l’impression qu’ils faisaient quelque chose d’important. Enfin, j’espérais quand même  que ces boutons là servaient vraiment à quelque chose !

Un autre impact.

Celui-ci était bien plus lourd, qui secoua un instant le véhicule,  et je crus réellement que le vaisseau avait été troué ! Paniquée, j’agrippais entre mes mains ma larme d’acanthus –ce pendentif que ma mère m’avait offert pour ralentir mon vieillissement-. Son effet s’était dissipé depuis le temps, mais il contenait toujours une valeur sentimentale, et une source de courage dans…  les situations comme celle-ci.
L’oiseau de métal fût rapidement stabilisé cependant, sur les « Tout doux, tout doux », de son pilote. J’ignorais si c’était une sorte d’incantation qui avait vraiment une utilité ou juste une envie de… parler à un outil technologique ?

L’agente se tourna vers moi, me fixant de ses yeux pomme, avec un air situé entre l’amusement et la compassion. Elle se détacha de son siège, « plana » vers moi pour poser sa main sur mon épaule, me parlant d’une manière presque maternelle :
« Ne t’en fais pas. Ce sont de simples débris, d’après ce qu’en dit le scanner probablement une cargaison de marchandise tombée d’un vaisseau marchand.

- Encore des MAX-92. Ça va faire six mois qu’ils sont censés les remplacer mais on leur donne pas le budget pour. Pourtant ce défaut de conception est là depuis que ce modèle est mis en place – le verrou de la soute lâche quand le véhicule accélère trop d’un coup.  Renchérit le soldat. Heureusement qu’ils ne transportent aucune marchandise sensible. Ou militaire. »

A vrai dire, je n’avais pas compris grand-chose. A part que là où j’allais commencer ma nouvelle vie, existaient des problèmes bien similaires à ceux de la Terre… l’argent était roi. Ça, c’était quelque chose auquel j’avais été bien souvent confrontée, en tant que fille de commerçants.

« Enfin, nous sommes bientôt arrivés, tu devrais regarder par le hublot. » dit-elle. Voyant mon hésitation à détacher ma ceinture –je savais pas planer moi !-, elle me fit à ma place, tenant toujours mon épaule et attrapant maintenant ma main, pour me guider dans ce qu’on appelle l’apesanteur. Elle m’amené ensuite vers une vitre ronde située à deux mètres du poste de conduite, puis me montra l’extérieur :

« Voilà. C’est ici que nous allons. » Précisa-t-elle avant de me laisser observer.
Et ce qu’il y avait était…
Epoustouflant.



Un disque de métal flottait là, au milieu du vide. Immobile au premier coup d’œil, il semblait pourtant bien tourner à un rythme lent, exposant les reliefs qui le composaient, à coup de grandes plaques de chrome bleuté, de longues antennes qui semblaient pouvoir communiquer avec l’univers entier, de multiples lumières qui s’allumaient et s’éteignaient, et de gigantesques portes qui laissaient entrer et sortir des véhicules infiniment plus grands que le notre.
J’en restais bouche bée. C’était… impressionnant.  Effrayant, mais impressionnant. Même par thaumaturgie, il faudrait des années et une quantité colossale d’énergie pour fabriquer un tel colosse, sans parler du coût et des moyens mis en œuvre pour le maintenir en état !

« Impressionnant, hein ? Profite,  on y sera dans une trentaine de minutes,  et c’est tellement grand que de prêt on voit juste un mur en métal ! »
Cette dernière information piqua ma curiosité :

« D-dans une heure ? Mais il ne doit y avoir q-qu’un kilomètre à faire… c-ce véhicule est pourtant rapide…n-non ? »

Je reçus en réponse un grand sourire amusé :

« C’est une question de perspective. Nous sommes à presque 300 kilomètres de la station, pour te donner une idée sa taille est comparable à celle du plus grand pays de ton monde, ou d’un petit continent, prend l’analogie qui te semble plus claire. »


Je ne savais plus quoi dire. Car il n'y avait, de toute façon, rien à dire. En fait, je n’arrivais pas à concevoir qu’une construction artificielle puisse être aussi grande, ce n’était pas possible –ça ne devait pas être quelque chose de possible ! Je préférais alors conserver le silence, observant l’espace qui remplaça bientôt le monstre de métal alors que le véhicule s’orientait pour lui faire face.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _




Comme promis, il fallu une demi-heure au vaisseau pour atteindre les quais –ou l’équivalent spatial d’un quai. - D’autres vaisseaux entraient et sortaient de la titanesque mâchoire de fer par laquelle nous allions bientôt passer. Certains étaient similaires au notre, d’autres étaient si grands que je commençais à voir notre voiture comme une barque dans l’échelle des vaisseaux, et les plus grands d’entre eux des paquebots.  Après avoir passés d’une série d’échanges entre le pilote et une voix sortant du panneau sur lequel se trouvaient le volant et les boutons, notre voiture se mit à accélérer vers l’entrée de la station. Mais l’échelle était si importante que, malgré la vitesse qui me semblait très grande, j’eus l’impression que l’on ne s’approchait que très lentement !

Mais après une dizaine de minutes, nous pénétrâmes enfin à l’intérieur, M. Le pilote nous dirigeant d’une main experte vers ce qui devait être l’équivalent d’une place de parking réservée. La porte s’ouvrit ensuite, et je mis le pied pour la première fois sur un sol extraterrestre…




Que dire ? De l’intérieur, cela ressemblait presque à un bâtiment normal, quoique beaucoup plus -trop ! – futuriste et technologique. Des gens s’agitaient dans tous les sens : ce qui devait être des techniciens, des personnes qui passaient simplement, d’autres agents, des voyageurs qui entraient ou sortaient de leur véhicule, …
C’était… agité. Bien loin de l’image des stations spatiales serrées, vides et silencieuses que l’on voyait dans les romans. Il y avait bien assez d’espace pour respirer un air pur –bien qu’un tout de même cet arrière goût artificiel-, pour se déplacer sans se marcher dessus et se balader tranquillement. Nous passâmes par de larges couloirs bondés de monde et saturés de lumière artificielle, et d’autres recouverts de baies vitrées offrant une vue à couper le souffle sur la voûte cosmique.

Après avoir traversé ce labyrinthe de couloirs et pris l’équivalent d’un métro citadin, on me présenta à un bureau, celui qui devait accueillir les nouvelles recrues…  Une vieille dame tenait le guichet, et ce furent d’abord mes accompagnateurs qui lui parlèrent, leur expliquant qui j’étais et d’où je venais, avec tout plein de termes techniques incompréhensibles, avant de devoir me quitter pour retourner à leurs activités.
La dame d’accueil m’adressa ensuite la parole, de sa voix rocailleuse et épuisée :

« Commençons. Vous vous appelez comment ? »

- E-emily Grimbald…
-E’emily Grimbald ?
-N-non ! Emily G-Grimbald.
-Grimbald  ou G’grimbald ?
-Grimb-bald.

Elle m’observa avec un regard mi-agacé mi-confus. Je pris alors une profonde inspiration :

-Emily. Grimbald.
-Ah !

Comme avec une administration normale, on me posa tout un tas de questions, d’abord normales comme mon âge, et beaucoup d’autres biens plus cryptiques. Je retins particulièrement « Possédez-vous des appendices externes non-humanoïdes comme des ailes ou des tentacules qui demanderaient un aménagement spécial de vos quartiers ? », à croire que je devais m’attendre à rencontrer toute sorte de races à présent…

Une fois la paperasse faite, elle me donna beaucoup d’informations orales, comme mon « matricule » et des indications sur ce que je devais faire à présent. Je reçus également un autre papier, m’expliquant comment me rendre au bureau de l’Agent Centrenuit, qui serait si je comprenais bien,  la personne qui était censée me guider dans mes premiers pas. Remerciant la dame d’accueil, je suivis ses instructions du mieux que je pouvais, passant de nouveau par trains et couloirs, pour finir –après m’être trompée une ou deux fois- dans une sorte de grand Open Space où je devais à présent attendre que l’on vienne me chercher.  Quelques personnes étaient déjà là, à discuter ou travailler, alors je vins m’asseoir dans un coin isolé pour éviter de les déranger, sortant mon matériel de dessin pour m’occuper en attendant…
vava
Proxima Centrenuit
groupe
Musique

Qu’est-ce qui est plus étrange que de voir une personne courir sans raison dans les couloirs d’une organisation tout à fait sérieuse ? Voir cette personne courir en criant de panique, en tentant tant bien que mal de conserver son chapeau sur sa tête, alors qu’elle tenait sous le bras une pochette pleine de feuilles qui commençaient à partir dans tous les sens. Probablement en avait-elle déjà perdues sur la route, mais bon, ce n’était pas le plus important. Après tout, les dossiers qu’on lui avait donné n’étaient pas les plus confidentiels, très loin de là… C’était la paperasserie de base, les choses simples que l’on refilait aux nouveaux pour leur inculquer la douleur du poignet et la crampe de l’écrivain.

Car oui, après tout, elle était maintenant une agent certifiée de Hope. Elle avait même un diplôme, une preuve formelle qu’elle avait encadrée et posté en tant que poster au milieu de sa chambre, avec uen certaine fierté ! Oh, elle n’avait pas été la plus grande travailleuse pour cela, mais elle s’était investie énormement dans la découverte de ce monde et des petites histoires qu’il pouvait y avoir. Déjà qu’en plsu plusieurs commençaient à courir sur elle, comme quoi la bruyante petite nouvelle était trop rapidement devenue confirmée, qu’elle avait été pistonnée, par un potentiel Ashfield, avec qui elle se serait retrouvée dans un lit… Oh, des histoires, rien de plus…

Enfin, pourquoi courait-elle ? Raison très simple ! Elle était en retard ! Son IA l’avait pourtant prévenue à l’heure qu’elle avait un rendez-vous à faire, une mission de routine à mener ! Pas vraiment une patrouille en fait, mais plus… Eh bien, comment dire, un accueil ! Elle avait été désignée hôtesse pour une nouvelle recrue ! Une chouette manière de faire connaissance, même s’il s’agissait du travail que personne ne voulait faire. Evidemment, voir Jason s’occuper des petites gens n’aurait pas été du même effet, l’individu ayant un caractère assez… Froid ? Plutôt contreproductif en fait, contrairement à elle qui savait être chaleureuse et amicale, manquant tout de même de professionnalisme… Oh, ils se rendraient bientôt compte qu’elle n’était qu’une exception dans la masse.

‘’Laiiiiiissez passer ! Agent de HOPE en mission !’’
Disait-elle en évitant de peu des personnes qui étaient en train de discuter tranquillement, qui regardèrent intrigués la gardienne des astres qui était déjà loin. Quelle folle non ?

‘’Je vous ai déjà évoqué mon ressentit par rapport à votre utilisation des impératifs de missions. Celle-ci ne dispose pas de la catégorie suffisante pour en faire appel.’’
Grommela l’intelligence artificielle à son poignet gauche.

‘’Oui mais y’a le rettaaaaard !’’
Répondit-elle directement à son IA, avant d’esquiver une autre personne, en approchant de l’open space des recrues.

‘’Si vous vous étiez réveillée plus tôt, aux premières alarmes…’’


‘’Oui bon hein ! Voilà !’’
Dit-elle en ouvrant grand la porte, sans pour autant ralentir, et sans voir les marches qu’il y avait à quelques pas ! ‘’Ouaaaah !’’ Fit-elle en tombant tête la première, réussissant à faire une roulade pour finir totalement affaissée sur un des canapés, ne touchant personne par chance ou presque ! Dans tous les cas, beaucoup de personnes se tournèrent vers le centre de l’agitation, la jeune femme d’apparence se releva bien vite en secouant la tête, avant de lever à moitié le bras, pour capter l’attention, et répondre :

‘’Tout va bien, situation maitrisée avec brio ! Héhé !’’
Elle passait en même temps son autre main au niveau de son dos, s’étant endolorie un peu cet endroit, avant de regarder partout, pour dire à voix haute : ‘’Bon, c’est qui qu’on doit voir ? Qu’est-ce qu’on doit faire ?!’’

‘’Il s’agit d’une certaine… Emily Grimbald. Si vous lisiez les informations de missions à la place de sommeiller.’’


‘’Oui bon ! D’accord !’’
Elle se mit dans tous les cas bien au centre de la salle, avant de chercher du regard celle qui pourrait correspondre, sans véritablement déduire qui cela pouvait être. ‘’Elle est arrivée au moins ? Peut-être qu’elle est en retard ?’’

‘’Vous voulez dire plus que vous ?’’


‘’Oh, tais-toi !’’


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
Le crayon dansait avec vivacité sur mon carnet, mettant en croquis tout ce que j’avais pu observer jusque là. L’espace remplis autant de vide que de merveilles, la station spatiale perdue au milieu de nulle part, les vaisseaux sillonnant la voûte cosmique, les astres luisant au travers du néant, … Il y avait tellement de choses à faire qu’il me faudrait plusieurs jours pour tout mettre au propre ! Alors pour l’instant, ce n’étaient que des ébauches, des images à chaud bien ancrées dans mon esprit, que je mettais en brouillon pour ne pas les oublier. Elles seraient peaufinées plus tard, ce n’était pas bien grave.
En même temps, je jetais de temps en temps un œil aux alentours. Au moindre bruit perturbant l’ambiance sonore, au moindre mouvement dans le coin de l’œil. Y’avait-il raison d’être aussi méfiante ? Non, probablement pas. Mais ma sensei m’avait appris que le danger pouvait provenir de n’importe où, même dans les moments de calme, et mon étrange pouvoir n’anticipait pas tout.

Après quelques minutes d’attente, le calme ambiant vint soudainement être perturbé par une véritable tornade ! Une jeune femme équipée d’un haute-forme se précipita à l’intérieur et manqua les marches, finissant sa course dans un roulé-boulé qui l’amena jusqu’à un canapé, ne faisant aucun blessé par je ne sais quel miracle ! Je m’étais relevée dès son entrée fulgurante, prête à intervenir de quelque manière que ce soit, mais ma posture se détendit lorsque cette personne se releva, saine et sauve. M’apprêtant à retourner à mes occupations, mon geste fût interrompu lorsque son… bracelet parlant ( ?) prononça mon nom, lui indiquant qu’elle devait me voir.

Timidement, je m’approchais de la nouvelle venue, qui, maintenant que je l’observais de plus près… ressemblait moins à une policière de l’espace qu’à une magus de mon monde. Cette allure singulière, ces vêtements d’un autre temps, cette posture nonchalante et ces habits qui semblaient exprimer un thème particulier… Elle avait tout d’une thaumaturge, avec à première vue, la fierté en moins.

Je pris alors doucement la parole, cherchant à attirer son attention :

« E-excusez-moi, v-vous me cherchiez ?... Je suis E-emily Grimbald et on m’a indiqué de v-venir voir une certaine…C-Centrenuit. E-est ce que c’est vous ? »

vava
Proxima Centrenuit
groupe
Il ne fallut pas très longtemps pour que la concernée ne se lève et ne s’approche de la gardienne des astres, qui songeait à sous quel pot de fleur pouvait de cacher la demoiselle qu’elle était sensée accompagner un peu partout. Et il semblait qu’elle n’aurait pas besoin de retourner dans tous les sens son ancien open space, puisque la concernée, nommée Emily Grimbald donc, s’approchait d’une voix douce et assez hésitante vers celle qui était entrée trop bruyamment pour ne pas être remarquée, qui lui prêta oreille et un grand sourire amical !

‘’Oh ! C’est donc toi ! Et en effet ! Mon nom est Proxima Centrenuit, matricule HO-7197, agent de HOPE, pour te servir !’’

‘’Et aussi la dernière personne en date à s’être rentrée pour de bon dans les rangs de l’organisation.’’

‘’Certes, mais on pouvait se passer de ça. Et donc, c’est toi Emily ! Tu viens d’arriver non ? Le voyage s’est bien passé ? Il était long ? Oh par ailleurs, tu dois te sentir un peu perdue non ? Ça l’a été pour moi ! Tellement ! Oh, il faut que je te montre la lampe à lave !’’
Elle prenait par la main la jeune femme, pour l’amener jusqu’à côté du canapé, et lui montrer en effet la lampe à lave qui fonctionnait en permanence, une simple petite décoration : ‘’Je suis restée des minutes entières ici juste à l’observer ! Cet endroit est tellement différent de chez moi, je suis toute excitée de tout découvrir d’ici ! C’est si fantastique ! Et ce n’est que la station ! Je ne suis même pas encore partie vers les autres mondes ou les autres planètes ! Cela promet telleeeeement ! Oh, désolé si je parle trop, je m’emporte un peu facilement en fait !’’ Elle se frappait la tête en tirant de côté sa langue, pour montrer son idiotie, pour reprendre plus doucement ensuite :

Spoiler :
Don't go gentle into that good night Latest?cb=20140219170506&path-prefix=es


‘’Mais dans tous les cas, si tu as besoin d’un coup de main, n’hésite pas à me demander, je serais toujours ravie d’aider ! Mais commençons donc ! Si tu es toute nouvelle, alors il y a plein de petites choses à faire et à savoir ! Oh, pour commencer, est-ce qu’on t’a donné ta Hopewatch et ta Hopewear ? Ce sont les deux équipements les plus importants ! La Hopewatch, et bien…’’

‘’Il s’agit d’un intelligence artificielle programmer pour vous assister dans toutes les circonstances possible, que ce soit en manière de renseignement, d’information ou de communication.’’

‘’Oui, un peu près… Et pour la Hopewear, c’est un accessoire qui permet de pouvoir modifier tes vêtements d’un coup, par exemple !’’
Elle fit changer la couleur de sa tenue en rose, en souriant pleinement, tout en ne manquant pas de faire un petit tour sur elle-même, avant de reprendre : ‘’C’est très important, et bien pratique ! Je ne sais pas du tout comment cela fonctionne, mais c’est presque magique ! Oh, peut-être que ça l’est en fait ?’’


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe

L’agente se présenta sous le nom Proxima Centrenuit, donnant par la même occasion un matricule similaire à celui que l’on m’avait donné à mon arrivée. Me rappelant des coutumes nobles et ne souhaitant pas passer pour une rustre, je répondis avec un salut d’artiste martial : Le tronc droit, les mains devant la poitrine, le poing droit fermé dans la main gauche qui l’entourait, alors que je m’inclinais brièvement :

« Emily Maeva Lucy, 9ème descendante de la maison Grimbald, et disciple de Yim Wing Chun. Q-quant à mon matricule, il s’agit, j-je crois de…. 9614. E-enchantée ! »

Pour être franche, je commençais déjà à ne pas apprécier le fait d’utiliser des nombres froids et neutres pour identifier les personnes. Cela devait avoir un intérêt administratif, mais c’était…réducteur. On ne pouvait pas décrire quelqu’un avec un vulgaire numéro ! Mettant mon ressenti de côté, j’écoutais attentivement les dires de celle qui serait un peu ma guide, ou ma tutrice, qui prenait à présent des renseignements sur mon voyage et sur comment je me sentais. Et elle avait bien raison : j’étais complètement perdue… :

« M-merci, ç-ça été, même si c’est vrai q-que tout ceci est…nouveau… i-il y a beaucoup de t-technologie moderne et je dois avouer que ç-ça me met t-très mal à l’aise… E-en fait je n’ai p-pas vraiment l’habitude de tout ça… L-les mages ont tendance à p-préférer des outils thaumaturgiques et j-je n’ai pas souvent été en contact a-avec… le reste. »


Elle vint ensuite me présenter une… lampe à lave. C’était peut-être un objet certainement étrange, mais pour être honnête, c’était la chose la moins bizarre que j’avais rencontrée jusque là. Au moins, c’était… joli, quelque peu rassurant, dans le sens où ça ne faisait ni bips ni flashs ni autres bruits inquiétants.

« Ç-ça a l’air plutôt…r-reposant, comparé a-au reste, oui ! »

Sa prochaine question concerna deux objets dont j’avais entendu parler précédemment, mais dont les fonctions m’étaient jusqu’alors inconnues. Mais soudainement, je fis un petit bond alors que le bracelet de Mme. Centrenuit se mit de nouveau à parler, sortant une explication de ce qu’était la « HopeWatch » !
La Hopewear, quant à elle, semblait être une simple tenue métamorphe. Oui, ça… je pouvais comprendre. Tant que je ne cherchais pas à comprendre, justement, ça irait :

« E-eh bien on m’en a parlé e-et je crois que je suis censée aller l-les chercher… E-en soit, j-j’imagine que c-cette tenue pourrait être réalisée p-par thaumaturgie, m-mais je ne pense pas q-que ce soit le cas… »

vava
Proxima Centrenuit
groupe
Ce fut avec une légère révérence que la jeune femme nommée Emily se présentait, sous une liste de titre assez conséquente. Descendante de telle maison, disciple de machine… oh, cela faisait écho au fait qu’elle s’était présentée sous le titre d’agent… Peut-être qu’elle aurait dût se présenter sous un ensemble bien plus grand de titres, mais qui étaient en ce monde désuet… Il fallait avouer que septième gardienne de la lame créatrice ou maitresse de la guilde de Requiem n’allait parler à personne, ce qui était bien dommage. Peut-être faudrait-elle qu’elle recommande quelques noms tout particuliers aux services de recrutements de l’organisation… Ce serait avec un grand plaisir en tout cas !

Et elle expliquait ensuite que tout cela était très nouveau et la mettait mal à l’aise… La technologie, les montres qui parlaient, les vaisseaux et les ordinateurs ! Cela se comprenait, et la gardienne des astres ne maitrisait pas vraiment cela, mais cela ne l’empêchait pas de s’épanouir d’une manière totalement ridicule, ce qu’elle fit remarquer :

‘’Je trouve ça trouve ça très amusant que de découvrir de nouvelles choses ! De là d’où je viens, j’ai toujours recherchée à trouver tout un tas de choses inconnues ! Des secrets enfouis depuis la création du monde ! Des reliques légendaires qui ont marquées l’histoire, et… Oh oui, l’histoire même ! Découvrir de nouvelles choses m’a toujours passionnée, et que cela soit un artefact tout plein de poussière qui sort de la terre, ou bien quelque chose de nouveau, je suis toute intéressée par cela !’’


Elle fit un grand sourire, avant de fermer un instant ses yeux, pour tenter de calmer un peu toute son excitation qui pouvait se montrer envahissante, alors que les deux se posaient un instant devant la lampe à lave, la plus tranquille des technologies, si l’on excluait l’aquarium juste à côté !

‘’Oui, je trouve cela fascinant ! Enfin, comme beaucoup de chose, mais je ne me lasse pas d’en observer ! Il faudrait que j’en prenne une pour mon appartement, il est un peu vide. Oh ! Même peut-être qu’il faudrait que je commence une collection ! Et que je les allume toute en même temps ! Ce serait une telle situation que j’en perdrais la tête sans savoir où poser mon regard ! Un peu lorsque je m’aventure à un endroit que je ne connais pas !’’


Mais il fallait aussi expliquer les bases à la jeune Emily, ce qui pour le moment ne se faisait que bien partiellement, la gardienne se montrant très dissipée ! Elle réalisait par ailleurs à l’instant qu’Emily était elle aussi une magicienne, même si bon, elle n’avait pas spécialement la grande carrure des guerriers de son monde, une armure mouvante de deux mètres quarante de haut et de même largeur. Une porte en fait. Ou un mur. Une forteresse vivante ! On le qualifiait de tank de toute façon.

‘’Oh oui ! Cette journée promet d’être riche en mouvement ! Il va falloir qu’on passe récupérer ces objets, et qu’on fasse tout un tas de paperasse ! Par exemple, il faut qu’on prenne le dossier pour que tu obtiennes un appartement. Je l’ai déjà fait, je t’aiderais !’’


‘’Enfin une phrase où vous ne dérivez pas. Je commençais à désespérer.’’

‘’Ou alors on peut faire colocatrices ! Il faudra trouver de la place au milieu de la future exposition de lampe à lave, mais je suis sûre qu’on peut faire ça ! Ce serait super non ?!’’


‘’Je retire ce que j’ai dit. Vous êtes désespérante.’’

‘’Héhé ! Dans tous les cas, tu va devoir passer BEAUCOUP de tests pendant les prochains mois. Des tests physiques, magiques, psychologiques, et toutes ces choses… En fait, c’est pour savoir si tu serais apte à pouvoir aider l’organisation, mais s’ils t’ont recruté, c’est pas pour te larguer directement dans l’espace, hé ! Ce sont de réelles petites simulations pour les plus avancées !  Et peut-être même que tu pourras participer à de vraies missions pendant ta formation ! J’en ai fait une avec un agent expérimenté c’était… Fouaaaah ! Intense !’’

Oh oui, cela l’était…


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
Contrairement à moi, Mme. Centrenuit semblait réellement curieuse envers toutes ces choses étranges que l’on voyait ici, véritable passionnée de nouveauté. A vrai dire je trouvais aussi la découverte intéressante ! Mais mon cœur préférait observer la beauté du monde, que ce soit le passé ou le présent, et je pouvais même passer beaucoup de temps à imaginer un futur meilleur ! Après tout, n’était-ce pas là l’essence même de mon pouvoir ? Cependant, la technologie et ce que les humains en faisaient, ce n’était… pas quelque chose qui m’attirait. Peut-être que mon éducation faisait ceci, mais je ne pouvais m’empêcher de penser au fait que les avancées scientifiques étaient bien souvent faites au profit de la force militaire, et que déployer cette connaissance épuisait les ressources de la planète, tout en polluant l’air. Alors que la thaumaturgie faisait tout aussi bien les choses, avec un prix bien moindre, car le mana, lui, était une véritable ressource renouvelable…
Mais l’agente ne serait certainement pas bien intéressée par mes divagations thaumaturgiques.

Parlant de divagations, elle renchérit sur ma remarque concernant la lampe, décrivant son projet d’en obtenir une collection pour sa chambre. En fait, je ne savais pas vraiment quoi lui dire, à part lui sourire simplement et : « C-ce serait surement très j-joli, oui. »

Elle me parla ensuite de ce qu’allait être cette journée. Récupérer ces fameux « hopetrucs » et assurer que j’obtienne un endroit où dormir, dans un premier temps. Puis elle divergea de nouveau, me proposant soudainement une colocation alors que nous nous connaissions à peine ! Gênée, je répondis immédiatement :

« C-ce n’est peut-être pas une b-bonne idée… o-on ne se connait p-pas vraiment, e-et puis je risquerais de vous déranger… » avant de rajouter d’une petite voix : « e-et j’aime bien avoir mon espace à moi, q-quand même… »

La prochaine information m’inquiéta beaucoup plus, cependant. Des tests ? Ils devaient bien savoir ce dont j’étais capable, puisqu’ils m’avaient recrutée ! Cela m’intriguait vraiment… en fait, je n’aimais pas être testée. Et si je ratais à cause d’une erreur d’inattention ? D’un manque de sommeil ? Ou d’une crise de narcolepsie à un moment crucial ? Ce serait un échec, alors que ça ne veut rien dire du tout ! Et puis, s’ils me traitent comme une magicienne, ils risquaient d’être énormément déçus…

« J-j’espère qu’ils ne sont pas t-trop durs, p-parce que je ne suis pas douée pour grand-chose… m-magie est faible, e-et je ne suis p-pas une grande sportive, e-en plus j-j’ai plusieurs maladies qui peuvent être gênantes, e-et je ne suis pas une grande combattante non plus… j-je fais même de très mauvais choix en s-situation de stress… »


Le stress du voyage, de la découverte d’un lieu inconnu, de l’abondance de technologie, de voir autant de gens, et maintenant d’apprendre que l’on voulait mesurer mes aptitudes inexistantes me faisait vraiment paniquer ! Je reculais, regardant autour de moi sans vraiment savoir où poser mon regard :

« E-en fait, j-je ne suis p-pas sûre d’avoir ma place ici… c-c’est la p-première fois que je r-rejoins vraiment une communauté e-et je n’ai jamais été policière ou m-militaire… »


vava
Proxima Centrenuit
groupe
Déjà, Emily approuvait l’idée d’une gigantesque collection de lampe à lave. Est-ce que cela serait réellement une bonne idée ? Dans les faits, les lampes fonctionnaient grâce à de la chaleur, donc… Est-ce qu’en avoir une douzaine ne réchaufferait pas la pièce  à un point inimaginable ? Il fallait donc éviter d’acheter pour ensuite en être dégoutée… Ou alors devrait-elle improviser une nouvelle manière de gérer son environnement. La gardienne des astres avait toujours sût se montrer diablement rusée à ce niveau-là, donc ce n’allait pas être quelques problèmes qui allaient la stopper !

Mais elle semblait aussi refuser la collocation. Cela fit faire une moue un peu triste à Proxima, toutefois c’était sans aucun doute pour le mieux… Elles ne se connaissaient pas encore une fois, et la tranquille Emily risquait d’être assez perturbée par toute l’énergie que pouvait débouler Proxima à longueur de temps. La suivre partout n’était pas une mince affaire, très loin de là, et il lui faudrait au moins sept boites d’aspirines pour arriver à suivre tout cela. Et encore, c’était des cachets un gramme !

Néanmoins, elle semblait être aussi inquiète par rapport aux tests qui étaient à prévoir. Cela pouvait angoisser en effet, mais aussi faire de formidables poussées d’adrénaline. Dans un premier temps, la gardienne se montrait surprise, avant de baisser un instant son chapeau, pour masquer ses yeux, pour qu’ensuite elle affiche un regard plein de compassion, presque maternel et mûr alors qu’Emily commençait à paniquer et à douter de sa réelle utilité à Hope.

‘’Emily, personne n’est inutile, je peux te l’assurer. Dans mon monde, je dirige une guilde d’explorateurs et d’historiens, et j’ai déjà entendue de nombreuses fois des personnes douter de leurs capacités, de leurs investissements, et de s’ils étaient au niveau par rapport à d’autres. Nous sommes tous différents, et il est indéniable que certains sont plus forts, plus rapides ou plus intelligents que d’autres. Mais chacun apporte sa pierre à l’édifice, chacun donne de sa personne dans un but commun, et si cela ne dépendait que d’une poignée, jamais nous n’y arriverions. Les plus grandes surprises et les meilleures idées viennent lorsque nous sommes ensembles.’’

Elle ferma une nouvelle fois ses yeux, pour reprendre quelques secondes après.

‘’Si Hope a décidé de te contacter, c’est qu’ils souhaitent que tu les aides, que tu ne sois pas une grande sportive ou une grande magicienne, qu’importe ! J’ai eu moi aussi à passer l’un des tests, notamment celui psychologique… On va dire que je ne suis pas véritablement aussi professionnelle que d’autres, et je me laisse parfois un peu dominer par mes pulsions, mais… J’essaye de m’améliorer ! Et toi Emily, les premières choses que tu dois vaincre ici, ce sont tes doutes !’’

En même temps, elle tendit son bras et son index pour toucher juste un coup le front de la jeune fille, en souriant légèrement en coin, avant de reprendre :

‘’Et puis, les tests sont adaptés à chaque personne ! Hope nous observaient déjà dans notre monde non ? C’est aussi pour savoir nos limites dans celui-ci ! Par exemple, ma magie est nettement moins puissante ici, lorsqu’avant je pouvais même congeler de gigantesques trous-noirs ! Et puis, ces tests serviront à te trouver des équipiers adaptés ! Après tout, les agents agissent mieux en équipe ! Qui sais, peut-être que l’on sera ensemble, héhé !’’

Elle sourit, avant de reprendre une mimique un peu plus enfantine et enjouée, pour taper dans ses mains avec entrain :

‘’Bon, il faut qu’on aille chercher tes affaires ! C’est par ici !’’
Disait-elle en prenant une direction, pour effectuer quelques secondes un cent quatre-vingts : ‘’En fait c’était l’autre côté !’’


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
Face à mes doutes, Mme Centrenuit commença à tenter de me rassurer. Elle me parla de sa guilde et des rumeurs sur leur faiblesse, des qualités que certains ont et d’autres pas, et de la complémentarité formée des différences de chacun, au sein d’un groupe uni vers un objectif commun. C’étaient pourtant des choses que je connaissais… j’avais vécu ces situations où la survie dépend des forces et faiblesses de chacun, et pourtant, j’avais juste… oublié certaines choses.

Elle enchaîna alors sur la raison de ces tests. Dans sa bouche, cela semblait si simple… Hope ne faisait que tester nos capacités pour en mesurer l’ampleur exacte, et connaître avec exactitude les capacités de leurs agents. Cela pouvait bien sûr servir à former des équipes, et même probablement, à savoir pour quels types de missions chaque membre était destiné ? Je me demandais alors vers quelle tâche j’aurais une meilleure affinité…
Mais cela ne fit que m’amener à une cruelle vérité. Sans familiers, et aussi loin du mana de mon monde, je pouvais à peine être appelée mage. Même si j’avais des notions en négociations, je demeurais bien trop timide et… têtue, pour être une grande diplomate. Quant aux prémonitions, elles étaient bien trop instables pour être fiables. Non,  aujourd’hui, je ne voyais vraiment qu’un seul de mes traits qui pourrait intéresser ce genre d’organisation…

Relevant la tête, j’affichais un maigre sourire à ma guide : « D-désolée, je...j-je suis juste un peu f-fatiguée… ça fait p-presque deux ans que je vis d-dans le calme,  je n’ai p-plus vraiment l’habitude d’autant d’agitation e-et… de pression…  Comment faîtes-vous pour gérer tout ça avec a-autant d’entrain ? V-vous faîtes preuve d’un grand optimiste ! »

Je me demandais avec quel genre de coéquipier serais-je placée. Cela serait probablement très différent de ce que j’avais pu connaître… car je n’étais plus apte à rester dans la position d’un soutien de seconde ligne, qui laissait ses familiers et alliés s’occuper du front. Non, en fait… si je devais faire équipe avec une mage n’ayant pas un corps plus puissant que celui d’un humain, j’allais peut-être me retrouver dans la même position que Wing. Quelque chose compris entre le garde du corps, et…

Cette pensée me fit froid dans le dos.

Néanmoins, plutôt que de rester en silence à me laisser ronger par les doutes, je pris la parole tout en emboîtant le pas à Mme Centrenuit, dans son allée-retour confus :

« E-est-ce que vous savez si… o-on peut choisir nos propres missions ? Ou du moins, a-t-on l…le droit de refuser celles qui ne nous plaisent pas ? C-ce n’est pas que je prévois d-de désobéir, m-mais juste… a-au cas où… c-c’est un peu compliqué. »
En fait… Je n’étais pas totalement sûre de ce que je prévoyais, en demandant ça.
vava
Proxima Centrenuit
groupe
D’après ce que racontait Emily, c’était qu’elle s’était enfermée dans une relative tranquillité de deux années avant d’être contactée par les agents de Hope, et donc qu’elle subissait un grand changement de rythme qui allait plutôt dans le sens de la fatigue et du manque de moral ! Oh, mais cela ne serait que temporaire n’est-ce-pas ? D’ici quelques jours ou semaines, elle serait du feu de dieu, une véritable pile d’énergie prête à arrêter les méchants, les criminels et les malfrats ! Ou peut-être un peu moins, mais en effet, il fallait qu’elle s’habitue au rythme de Hope qui n’était pas le plus intense certes, mais qui demeurait assez pointilleux.

Par ailleurs, elle posait une question sur la gardienne des astres, à savoir comment faisait-elle pour tout prendre avec autant d’optimiste et de joie de vivre, et bien la réponse était toute simple, toute trouvée :

‘’Les gens pensent que c’est parce que je suis trop idiote pour penser à déprimer ! Que je ne vois jamais les conséquences et que par conséquent je n’ai pas de raison de m’inquiéter d’une chose ou d’une autre. Et j’aime bien qu’on pense ça, même si ce n’est pas totalement vrai.’’
Disait-elle en passant ses deux bras au niveau de sa nuque, tout en souriant comme si de rien n’était. ‘’Mais pour t’expliquer, c’est qu’il faut se donner les moyens d’avoir de l’entrain, se forcer à sourire même lorsque les choses ne vont pas pour le mieux. Oh, l’on peut pleurer évidement, mais il faut aussi savoir passer à autre chose ! Sinon, la vie serait si ennuyante… A chaque jour son ou ses aventures !’’

Dans tous les cas, les deux se mirent à avancer en quittant l’open space des recrues. Il fallait bien commencer cette visite un jour ! Toutefois, la jeune femme aux cheveux violets posa rapidement une question, qui prit un peu au dépourvu la gardienne des astres :

‘’Euh… Je… Je crois ? Pour des missions mineures, c’est peut-être possible, mais pour des situations exceptionnelles, je pense que non… Enfin, c’est comme ça que j’organiserais la chose ! Mais je t’avoue que je ne me suis pas trop posée la question en fait.’’

Continuant de marcher, Proxima mea Emily jusqu’à l’extérieur du bâtiment, où elle put constater l’immensité de la station spatiale certes, mais aussi que tout n’était pas un ensemble strict de bâtiment. Elles se trouvaient toutes les deux dans une sorte de cour, où se tenait un très grand plan holographique, à côté d’une fontaine à néon liquide, qui donnait une ambiance très flashy à l’endroit.

‘’Alors ! On se trouve au centre de toute la station Hope ! Aux « HeadQuarter ». C’est ici que toutes les choses importantes se font, autant pour la politique et la direction de toute la population présente que toutes les choses pour les agents ! Cet ensemble est divisé en quatre secteurs ! Alors…’’


‘’Le secteur H est le secteur résidentiel des agents. Il dispose d’un grand nombre d’appartement et d’un quartier privé réservé aux divertissements du personnel. Le secteur O est le secteur où les agents procèdent à leurs tests, ce qui sera une étape obligatoire de votre parcours. Bien évidement, la sécurité est primordiale là-bas, et les structures adaptées à vos besoins. Le secteur P contient les différents spatioports et les points d’embarquements. Enfin, le secteur E, où nous nous trouvons, contient tout le nécessaire administratif pour les agents et les membres du conseil.’’

En même temps que son IA parlait, Proxima indiquait sur le plan la position de chaque secteur, avec les quelques petites spécificités. Par ailleurs, elle fit un bond en arrière lorsqu’elle comprit que l’écran holographique était en plus tactile, et elle commença à appuyer partout pour voir ce que cela faisait, trop amusée, jusqu’à ce qu’elle dise :

‘’Du coup, tu souhaites visiter quel endroit en premier ? Il y en a tout plein !’’



Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
Ainsi, Mme Centrenuit avait pour philosophie de se forcer à sourire même quand les choses n’allaient pas, de ne pas rester sur ses douleurs et de savoir avancer malgré ces dernières. A vrai dire je ne comprenais pas vraiment comment elle y parvenait, les miennes ayant tendance à m’accompagner jour et nuit… sauf que je dormais, méditais ou dessinais, cela me faisait penser à autre chose ! Heureusement, cela correspondait à beaucoup de temps, alors mon esprit était pas mal occupé ailleurs… Mais en dehors de ces instants de répit, je n’arrivais pas à me détacher de mes démons. Un tenace fardeau que le passé.

Elle ne put malheureusement pas donner une réponse claire à la question suivante, ce qui me rendit un petit peu morose. Et légèrement inquiète, fixant le vide tout en suivant ma guide. Néanmoins, cela ne durerait surement pas… après tout, j’étais encore loin de ma première mission, non ? Et ils n’allaient quand même pas charger une nouvelle recrue de tâches trop…cruciales, quand même ? Cela ne serait pas bien grave si je refusais… Je commençais même à me demander si je ne devais pas mentir… dire que j’étais douée pour les missions diplomatiques ? Après tout j’avais déjà fait du commerce !...
Non, ce serait idiot… ils savaient certainement très bien ce qu’étaient mes forces… et les jeux sociaux ne faisaient pas partie des principales. Mais j’en profitais tout de même pour poser une nouvelle question, finalement toujours inquiète :

« V-vous avez déjà fait des missions, j-je crois ?... A q-quoi est-ce que cela r-ressemblait ? J-je n’ai jamais été d-dans une organisation u-un peu militaire c-comme celle-ci, alors j-je ne sais pas vraiment à q-quoi m’attendre… C-c’était difficile ? E-est ce qu’on vous a d-demandé d-…de faire d-des choses… d-dont vous n’aviez pas envie ?... »

Nous arrivâmes bientôt dans une grande cour plutôt joliment décorée, bien que je n’oubliais pas l’aspect artificiel de tous ces atours. Une…carte dessinée dans les airs ( ?) se tenait là, et je sursautais de nouveau quand la montre parlante se mit à énumérer les différents secteurs qui composaient la station spatiale –avec tout ça, j’avais même oublié que nous étions dans l’espace…-, et que Mme. Centrenuit jouait avec l’écran flottant. Elle me déconcerta alors  en me demandant ce que je désirais visiter, et en fait je n’étais pas vraiment sûre de savoir quoi dire, alors, confuse, je rétorquais :

« E-euh…j-je ne sais pas v-vraiment… o-on devrait p-peut-être visiter l-le secteur o-où nous sommes d-dans un premier temps ? J-je pense avoir d-déjà vu une p-partie du secteur P, q-quand nous sommes arrivés. »
vava
Proxima Centrenuit
groupe
Pendant le trajet, la jeune Emily posait une question assez intéressante, qui méritait bien milles et une réponse différentes tant elle pouvait partir dans de grandes explications, sur ce qui s’était passé, sur ce qui devait être tût et sur ce qu’elle pouvait déblatérer comme histoire. Il n’y avait pas que sur Hope qu’elle s’était amusée à faire plein d’aventures, déjà il y avait dans son monde, mais aussi dans son esprit fertile… Et puis, il y avait aussi d’autres qui lui paraissaient exceptionnelles, mais qui n’étaient au finale que de simples instants de perdition. Imaginer la un instant faire du lèche vitrine, c’était au moins aussi exceptionnel que de sauver des vies, tout du moins pour elle ! Mais toujours était-il qu’elle devait en sélectionner une qui lui passait par la tête…

‘’Correct en effet ! La première, c’était une enquête sur une série de meurtre, que j’ai réalisée seule. Ce n’était pas la chose la plus gaie, mais au moins je suis bien contente que la personne responsable ne risque pas de recommencer ! Et la seconde fois, c’était avec un agent bien plus expérimenté et professionnel que moi, l’agent Ashfield ! Oh, j’espère que tu le rencontreras ! Il est du genre détaché, un peu protecteur, le genre qui porte une chemise ouverte et qui garde les mains dans les poches !’’

Elle commençait à rire un peu, se rappelant comment elle avait été si maladroite lors de leur rencontre. Elle gardait un très bon souvenir de Jason, et espérait vraiment avoir l’ocassion de collaborer avec lui de nouveau, même si elle se doutait que ce sentiment n’était pas forcément partagé. Mais elle se souvint qu’elle n’avait pas entièrement répondue :

‘’Oui donc, la deuxième ! Nous avons dût infiltrer un cabaret ! Et pour cela, j’ai dû faire comme si j’étais une danseuse, puis comme si j’allais faire un numéro privé. Ce n’est pas ce que je fais habituellement, mais déjà c’était uniquement pour le travail, il ne s’est rien passé entre nous à ce moment là. Héhé, il était rouge comme une pivoine en fait, comme si j’avais brisé l’armure de glace qu’il portait. Enfin, c’était moi qui m’était proposée pour cette infiltration, et on m’a bien demandée si j’étais sûre, donc… Pas pour le moment, on ne m’a pas demandée de faire des choses que je n’avais pas envie !’’


Elle écartait consciemment de cela le fait qu’elle avait refusée de ne pas blesser le meurtrier qu’elle avait arrêté. L’homme avait perdu un bras sous la colère de la gardienne des astres, alors que théoriquement elle aurait dût agir de manière professionnelle. Mais bon, c’était fait, c’était fait, et maintenant elle était une agent officielle, même si son parcours était imparfait ! Et une fois sur la place, donc… ils commenceraient par le quartier où ils se trouvaient ! C’était… Etrangement malin en fait :

‘’Bien vu ! Alors commençons tout de suite ! Enfin, l’endroit où nous nous sommes rencontrées, c’est le « Recrue Space » ! Là-bas, toutes les recrues partagent le même open space pour travailler ! C’est pour favoriser l’entraide, que tout le monde s’aide un peu entre débutant ! Allez, on va à la suite !’’


Elle prenait directement le premier batiment sur la droite, déambulant dans les couloirs joyeusement, sautillant un peu parfois, tout en expliquant là où ils se trouvaient : ‘’Là, c’est tous les bureau des agents. Il y en a plein, et pour tout dire, je n’en connais presqu’aucun ! Beaucoup doivent être vide en fait, les agents ne s’y trouvant pas toujours, et puis d’autres sont en mission de longue durée sur les différents mondes. Mais le plus important, c’est qu’il y a le mien, et il est juuuuste ici !’’

Elle montrait du doigt une porte en verre, montrant par la suite un bureau très standard, qui ne changeait pour le moment aucunement des autres. Un bureau de bois aux angles harmonieux, une machine posée dessus avec le nécessaire d’information. Des rangement, des tiroirs, un peu d’eau qui arrosait automatiquement une plante verte standardisée.

‘’Oui, bon… Pour le moment, je n’ai pas encore eu le temps de bien m’approprier les lieux. En fait, je n’ai même pas encore pus m’amuser avec la chaise !’’
Elle rentrait dans le bureau, avant de recommencer à faire l’idiote en tournant sur son fauteuil rembourré : ‘’Héhé, je pourrais faire ça toute la journée et… Oh attend !’’ Elle se retournait, montrant le dos du fauteuil, avant de parodier une scène… ‘’Emily, je te veux…’’ Elle se retournait brusquement, la regardant droit dans les yeux : ‘’Dans mon équipe !’’

Elle riait de nouveau, telle une enfant, avant de se bondir en direction de la sortie, pour marcher avec le plus grand des sourires vers la suite, oubliant par ailleurs de fermer la porte, mais bon, déjà qu’elle n’était pas verrouillée initialement…


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
Ainsi, elle avait eu le choix de la méthode employée pour réaliser sa mission… même si ça devait être gênant, c’était bien sa décision et non une tactique imposée. Quelque part, bien que cela ne réponde pas directement à ma question, c’était un peu rassurant… quand bien même je n’étais pas certaine de savoir ce que je cherchais en demandant ça, dans un premier temps. Etait-ce la peur de l’environnement inconnu ? Des droits que pouvaient exercer cette nouvelle autorité ? Ou simplement que mon caractère…têtu, me fasse faire une erreur grave ?
Rien que ce qu’elle avait dû faire, je n’aurais jamais pu… il fallait mieux que l’on ne tente jamais de me l’imposer !

« J-j’espère que les gens ne sont p-pas trop stricts… ç-ça ne m’est j-jamais arrivé d-de devoir faire ce genre de travail… »

La visite reprit ensuite, avec l’explication des différents lieux. Je n’avais qu’une vague idée de ce qu’était un open-space bien que beaucoup de bureau fonctionnaient ainsi, mais ce n’était pas dans ce genre de cadre que j’avais évoluée, ayant plutôt l’habitude de travailler dans ma chambre ou dans un atelier thaumaturgique… deux endroits nécessitant solitude et calme absolu pour travailler ! Puis si tout le monde voyait le nombre de fois où je m’endors par jour, je risquais vraiment de passer pour une fainéante…

Sans changer de secteur, le lieu suivant concernait cette fois-ci les agents pleinement formés. Rôle que j’aurais un jour… si tout se passait bien ? Au moins, si je pouvais avoir mon propre bureau, ce serait un peu moins la honte ? Et puis peut-être que je pourrais aussi y installer un coin dessin ?
Hum… à tout bien réfléchir ce ne serait pas très sérieux… mais d’un autre côté M. Centrenuit ne paraissait pas la plus sérieuse des agentes et pourtant elle avait passé les tests et obtenu assez de confiance pour se voir confier des missions, alors… avec tout le respect qu’elle mérité bien sûr, ils ne sont peut-être pas trop embêtant à condition que les résultats soient là ?

J’observais la désignée jouer avec son fauteuil comme une enfant. C’était assez… touchant, de la voir ainsi, mais également très éloigné de l’idée que je me faisais d’une… « super agence spatiale » ? J’imaginais croiser des uniformes tout gris, vivre dans des bunker militaires, et ne côtoyer que des soldats au visage renfrogné… Etait-ce la politique de HOPE d’accepter et de donner sa chance à quiconque, ou la menace était-elle si grande qu’ils n’avaient d’autre choix que de s’assouplir pour renforcer leurs troupes ?
J’espérais que ce soit la première option.

Souriant gentiment à M. Centrenuit quand elle imita ce que je reconnu plus tard comme étant une référence à une émission de TV terrienne. A vrai dire, si je l’avais su de suite, peut-être aurais-je pu lui demander si elle venait aussi de la Terre, mais sur le moment… je n’avais aucun rire ou réponse à lui offrir.

Fermant ensuite la porte derrière elle, j’accélérais le pas pour suivre son rythme effréné, tirant profit de la transition pour la questionner :

« V-vous dîtes que vous n’avez p-pas eu le temps d-de vous occuper de votre bureau…ç-ça ne doit p-pas faire longtemps que vous êtes là, d-donc ? »
vava
Proxima Centrenuit
groupe
La jeune Emily restait une personne tout de même assez renfermée, plutôt introvertie. Elle ne commentait pas beaucoup et pour ça, la Centrenuit devait bien compenser pour deux, mais bon, à ça, il fallait s’y attendre ! Dès lors qu’on lui laissait un brin trop d’espace dans la conversation, il était difficile de la stopper, à tel point qu’elle se mettait à parler de banalités si on la laissait faire. La meilleure solution restait encore le scotch sur ses lèvres, mais la demoiselle n’était pas assez active pour oser faire ceci. Et puis, ce serait probablement impoli, et sa retenue l’en empêcherait surement.

Bref, alors qu’elle s’était bien posée sur son fauteuil un temps, qu’elle avait quittée maintenant, les deux demoiselles s’avançaient vers la suite de la visite. Une chose bien tranquille, bien pénarde, qui allait être tout de même rythmée par les quelques discussions qui auraient lieux, et qui furent amorcée par la Grimbald, sur le fait que cela ne faisait pas si longtemps qu’elle occupait son bureau…

‘’Oh, ça ? Et ouaip ! J’ai été super rapide, super efficace, si bien que je suis devenue agent bien plus rapidement que la moyenne ! Héhé, toujours été un peu précoce ! Du coup, toutes les choses gravitent à une vitesse folle autour de moi ! Les nouvelles petites missions que je dois faire, la paperasserie et toutes ces choses que je vois sans forcément comprendre… C’est beaucoup de temps ! Si bien que je ne dors pas tant que ça… Mais bon, je passe mon temps libre à me balader ou à me plonger dans des œuvres de ce monde, que ce soit des livres, des films ou des séries ! Hey, ils en ont des collections ! A croire que tous les ouvrages risquent de se retrouver ici ! Une sorte de médiathèque multidimensionnelle !’’

Elle souriait grandement à ce niveau là, exprimant son intérêt pour la découverte, avant de continuer la petite promenade, arrivant en quelques temps au secteur suivant, qui était bien proche du premier qu’elles avaient visitées ! Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agissait de l’immense secteur P !

‘’Et la suite de la visite ! Le secteur P ! C’est ici qu’on trouve beaucoup de chose ! Enfin, des choses capitales ! Les deux spatioports, c’est les deux très gros bâtiments là-bas, qui contiennent tout un tas de super gros vaiseaux ! L’un d’entre eux est militaire, et l’autre est civil. Par là-bas, super loin et super sécurisé, c’est les salles d’embarquement ! C’est ici que les agents peuvent se téléporter vers d’autres mondes et d’autres planètes ! Là-bas c’est les cellules, enfin je crois… C’est pour les agents un peu trop turbulents il me semble… Ah, et bien évidement pour les criminels ! Pas mon endroit favori, hein… Et enfin, il y a… Euh…’’


Elle réfléchit un instant, se grattant la tête, pour reprendre après une dizaine de seconde :

‘’Surement rien d’important. Je suis sûre qu’on entendra parler de ceci une prochaine fois !’’


Elle souriait de nouveau, avant de reprendre vers la demoiselle :

‘’Tiens et sinon, parles-moi un peu de toi ! Quels sont tes hobbys, tes passes-temps ? Qu’est-ce que tu faisais avant de venir ici ? Oh, et qu’est-ce qui t’a motivé à être de cette aventure ?!’’


Don't go gentle into that good night 1523862385-proxima3


"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."

- Spatiale !
- Combat !
- Mélancolie des astres !
- Maladresse !
vava
Anonymous
groupe
M. Centrenuit continua à meubler la conversation –ce qui m’allait très bien !- tout en répondant à ma question,  qui était surtout là pour ne pas paraître trop silencieuse. Elle enchaîna sur la difficulté à suivre le rythme des choses dues à son changement rapide de poste, puis sur ses activités lors de son temps libre, et enfin sur l’impressionnante collection multimedia mises à disposition des habitants de Hope.

Enfin, nous arrivâmes au secteur P que j’avais déjà brièvement traversé, qui, en plus de contenir la prison,  rassemblait tous les bâtiments permettant les entrées et sorties de la station. La station… je ne me voyais toujours pas vivre dans une boîte de métal flottant dans l’espace, vraiment ! C’était bizarre, et tout sauf naturel. D’où provenait le mana ? Qu’est ce qui alimentait les Mystères ? Comment pouvait-on avoir de la vie loin d’un monde ?... A moins que l’ensemble des habitants ici suffisait pour former un système similaire ? C’était… invraisemblable.

Mais une série de question de la part de M.Centrenuit interrompit mes réflexions métaphysiques. Un peu surprise, ma réponse fût confuse :

« Uh ? Euh…e-eh bien m-mes passes-temps… j-j’adore dessiner ! M-même si je peux b-beaucoup moins m’y c-consacrer qu’avant…  e-en fait j-je me force à m’entraîner t-tous les jours  au dojo p-parce que la pratique est i-importante dans les arts martiaux… e-et puis je suis l-loin de m-maîtriser le style q-que j’essaye d’apprendre… m-mais d-du coup j-je suis vite fatiguée p-parce que j-je dois dormir p-plus longtemps que les autres… m-mais je suis n-narcoleptique, a-alors ça ne laisse pas b-beaucoup de temps pour lire ou f-faire beaucoup de choses…

E-ensuite, avant de v-venir ici, eh bien… j-je voyageais…un peu partout… p-pour aider là où c’était p-possible. J-je n’avais p-plus vraiment d’endroit où vivre à v-vrai dire. »

Ce n’était pas entièrement vrai. Je cherchais plutôt à me repentir, n’ayant jamais trouvé le courage de retourner chez mes parents,  et d’assumer mes échecs. Quant à sa dernière question… je ne pouvais simplement pas lui dire. C’est donc avec un sourire forcé que je dis, à mi-ton :

« E-eh bien… p-puisque l’univers est en danger,a-autant aider ici… non ? »

Puis, je lui renvoyais ses questions, espérant qu’elle ne se montre pas trop curieuse :

« E-et vous ? »


Dernière édition par Emily Grimbald le Dim 24 Juin 2018 - 22:36, édité 1 fois
vava
groupe
Aller en haut MenuAller en bas