REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Faithless Angel ☆ Anaël Amitiel

Partagez
vava
Anaël R. Amitiel
groupe

Anaël Raphaël Amitiel

"On ne saurait tirer l'aveugle de ses ténébres."
Le Coran, XXX, 52 - VIIe siècle.

Origine

Age

Sexe

Faction

Un inventé

Environ 150 ans

Femme

So'Rem (Val)

HISTOIRE



Tout commença avec la naissance d'une fille, en France. Alors que les nuages grisonnaient et s'accumulaient, alors que le vent soufflait délicatement tout en faisant légèrement pencher les arbres, la mère tenait son enfant, couchée sur de la paille. Elle la serrait fort, comme si elle avait peur qu'elle s'envole. Elle la réchauffait de son corps suant, sa respiration saccadée. Ses mains tremblaient, et la douleur était immense, alors, d'une douce embrassade, la mort retira son âme, ne laissant qu'un cadavre, qui gelait doucement en gardant le bébé sur lui. Un dernier mot, prononcé sous la forme d'un murmure...

Ciel.

Des gouttes. Des gouttes tombaient, petit à petit. L'enfant pleurait, hurlait nu sur le corps. Un homme, qui se tenait là, à genoux près de la femme éternellement endormie, approcha sa main. La petite lui serra un doigt, puis sourit. L'homme, lui, demeurait silencieux. Il prit l'enfant à son tour dans ses bras musclés, dont la saleté se faisait lentement nettoyer par la pluie. Il se leva d'un mouvement las, et s'éloigna de la charogne. La marche lourde, il était vieux et borgne. Son air était sifflant, et il toussait souvent, et fortement. Il déambulait entre les arbres, se retirant de cette ferme d'où provenait le nouveau-né, pour se perdre dans les profondeurs de la forêt. Il avait aidé cette femme, qui n'était autre que sa nièce, à accoucher, et maintenant le voici avec un enfant, lui qui n'en avait jamais souhaité. Son nom était "Raphaël Amitiel".

La nature semblait réciter un chant funèbre, tandis que le vieil homme avançait, tenant le bébé qui riait tout le long du chemin. Lorsqu'il arriva dans une autre ferme, la sienne, il alla s'asseoir sur un fauteuil usé, que son père, son grand-père et peut-être son arrière-grand-père avaient utilisé. Bientôt, il allait les rejoindre. Il en avait conscience, mais d'abord... Il allait devoir s'occuper d'elle. Ses bottes pleines de boue, il ne les retira guère. La vieillesse l'avait rendu assez faible pour que même les tâches les plus simples semblaient être de véritables tortures. Il se souvint de comment faisaient son épouse pour endormir leurs petits, et se mit à bercer l'enfant. Ses rides étaient si prononcées qu'elles maintenaient un visage grimaçant et presque austère.

Après un long moment de silence, il leva la voix en utilisant tout le peu de force qui lui restait.

Ma fille...

Il garda l'œil ouvert toute la soirée, habitué à rester éveillé par son travail en tant que berger. Ainsi pouvait-il protéger sa fille des dangers de la nature- et du monde.
Car le monde pouvait être généreux, comme cruel. Car il pouvait y avoir des justes, comme des mauvais. Enfin, Raphaël ne se basait pas sur les lois de la société, mais uniquement les siennes. Pour lui le bien et le mal n'avaient rien de concret. C'était unique, dans l'esprit de chacun.

Sa nièce, il l'avait élevée depuis le jour où on avait tué ses parents pour une histoire d'argent. Elle avait grandi à ses côtés, et suffisament grande, elle l'avait épousé. Elle était amoureuse, et elle voulait avoir un enfant. Elle avait eu ce qu'elle voulait... Mais elle n'allait pas pouvoir être à ses côtés, comme elle le rêvait. Beaucoup avaient trouvé leur union répugnante, voire scandaleuse, mais il n'en avait que faire. C'était son choix, il avait accepté de la prendre pour femme et de lui faire un enfant, et c'était à lui, et lui seul d'en juger si cela était bon ou mauvais. Pour lui, il avait fait quelque chose de juste. Quelque chose dont il en était fier.

***

Ciel grandit donc aux côtés de son père, qui s'était à nouveau marié. Une femme très ordonnée, donc en opposition avec Raphaël. Elle faisait professeure, et désirait que sa fille devienne religieuse. Alors celle-ci alla au couvent, suivant une éducation stricte, pour être formée comme une "fille modèle" pour la société dans laquelle elle vivait. Son père était passif, il n'accordait pas spécialement d'importance envers sa fille, non pas parce qu'il ne l'aimait point, mais il souhaitait surtout se faire plaisir, et profiter de sa vie avant qu'il ne meurt. Sa nouvelle épouse lui servait uniquement parce qu'elle "avait de gros seins" selon ses dires, et sa fille, il ne l'avait jamais voulue. C'était un vœu de sa nièce, un vœu qu'il avait rendu réalité.

Ciel était une fille particulière. Elle était étonnamment très intelligente, elle souriait toujours... Mais elle n'avait pas l'air de comprendre les sentiments comme la tristesse, la colère ou autre. Elle les avait étudiés, mais elle n'avait jamais pu les ressentir. Elle souffrait d'un manque d'empathie profond, alors elle faisait tout pour suivre la norme en jouant la comédie. Mais parfois, il lui arrivait de sourire, même en voyant un enfant se faire battre en cours. Non pas par sadisme, mais seulement parce qu'elle ne voyait pas pourquoi elle devrait être triste.

Un fait plus gênant, Ciel était hémophile. À chaque blessure, elle saignait longuement, et elle avait rapidement besoin de soins. Il était plus que probable que ces problèmes mentaux et physiques soient dus à la consanguinité, mais elle vivait avec. Elle vécut donc en apprenant sans relâche la religion chrétienne, jusqu'à devenir religieuse. Entre temps, Raphaël avait perdu la vie, mais elle n'en avait ressenti aucune peine. Son épouse avait hérité de sa fortune, et Ciel n'en avait reçu aucune partie, mais elle ne s'en plaignait guère. Son quotidien fut donc essentiellement composé de prières et d'éducation, car elle-même était devenue professeure, mais au couvent.

Lorsqu'elle aussi perdit la vie, c'était lors d'une guerre. Un royaume était venu conquérir ces terres, tuant les hommes et violant les femmes. C'était donc en se faisant ainsi salir qu'elle avait lâché son dernier soupir, rejoignant le monde d'en haut, pour devenir un ange.
Sa grande foi et ses prières régulières et sincères lui avaient permis de prendre une grande place au paradis, rejoignant les séraphins. Sa foi était si forte que Dieu fut généreux, et lui offrir le titre d'Israfil. Jusque là, elle n'avait encore commis d'acte considéré comme mauvais, alors elle méritait son rang. L'Israfil était le séraphin chargé de la fin du monde, celui qui allait, de son Cor Divin, anéantir l'humanité et tout le reste, pour le Jugement Dernier.

Cependant, bien qu'elle respectait les règles jusqu'ici, son manque d'empathie la poussa à désobéir. Comme tout célestin, elle aimait observer les mortels. Précisément, elle avait posé ses yeux sur un prêtre, qui n'était d'autre que l'homme qui l'avait violée. Le souvenir de cette scène la hantait continuellement, alors par curiosité, elle voulut voir ce que cela pouvait faire, une nouvelle fois. Apparaissant sous les yeux du religieux, elle l'avait immédiatement charmé par sa grande beauté. Et elle commit le péché de la chair. En effet, les habitants du ciel, séraphins, archanges et anges, avaient l'interdiction formelle de perdre leur virginité, au risque d'être exilés du royaume de la lumière éternelle. Et elle avait désobéi, donnant naissance à une fille, qu'elle appela "Raphaël Amitiel", en souvenir de son père.

Son péché l'avait condamnée à être bannie de l'au-delà. Elle devait désormais, en priant jour et nuit et en chantant le Kyrie Eleison, rester sur le monde des mortels, en attendant d'être pardonnée par le Grand. Elle éleva donc aux côtés de son amant, sa fille, qui suivit le même chemin qu'elle, allant donc au couvent à son tour. Mais celle-ci était... Une abomination. Un être mi-humain, mi-ange. Elle dut donc cacher sa part angélique, tout comme sa mère... Mais cette union de deux créatures différentes avait rendu cette fille aveugle. Car ces deux êtres n'étaient pas censés se lier, et Dieu voulait bien le montrer.

***


Raphaël grandit donc sous des règles religieuses très strictes. Elle était aussi intelligente que sa mère, et lisait beaucoup via des livres en braille. Elle arrivait à s'habituer à marcher sans canne grâce au don angélique qu'elle eut reçu de sa mère, le panpsychisme, ou la capacité de pouvoir voir les énergies de toutes choses. La beauté de cette fille était aussi grande que celle de sa génitrice, et elle attirait le regard de tous. Tant qu'un jour, elle fut interpelée par un curé fasciné par sa beauté. Il l'éloigna des autres, et alla la violer en la convaincant que c'était au nom de Dieu pour qu'elle ne le dise à personne. Elle avait douze ans ce jour-là. Étant dans la capacité de porter un enfant, elle tomba enceinte. Remarquant son cas, le prêtre se chargea de la violer une nouvelle fois, mais en la tuant, cette fois. Suite à sa mort, ses parents la cherchèrent partout... Et Ciel fut mise au courant plus tard par un messager célestin, que son enfant avait rejoint le paradis, et que Dieu ne l'avait pas envoyée en Enfers, malgré ses origines honteuses.

C'est ainsi que Dieu se chargea de lui faire perdre la mémoire, pour lui donner le nom d'Anaël Amitiel, ange de l'amour et de la vérité. Elle resta aveugle, pour garder la marque de son passé qu'elle ne connaissait plus, et prit une apparence de femme de la vingtaine d'années, belle et resplendissante.

Que le monde pouvait être cruel... Sa destinée fut impitoyable. Tant pour un être aussi pur, aussi protecteur. Cette créature, divine et bonne, vivait dans le palais des cieux, en compagnie des autres anges. Son rôle était de pousser les humains à s'aimer. À ressentir du désir. À se prêter à la sexualité. Mais rien de bien sale, car, en effet, Anaël ne devait pas laisser ses choix sombrer dans le péché de la Luxure.
Elle se chargeait aussi d'obliger les mortels à dire la vérité à certains moments. C'était quelqu'un de juste, qui adorait voir ces autres serviteurs de Dieu heureux et en sécurité. Malgré son premier devoir, Anaël Amitiel n'avait jamais succombé aux délices de ce sentiment qu'elle produisait chez ces personnes. C'était ce que Dieu avait ordonné.

Cette femme aux cheveux d'or respectait parfaitement les règles, tant qu'elle en monta en grade au fil du temps, passant d'ange à archange, puis enfin à séraphin, avant d'être élue à son tour Israfil. Ce jour-là, ce fut sa mère qu'elle ne reconnut point, Ciel, qui lui offrit son propre Cor Divin symbolique. Cette dernière lui avoua que son nom d'origine était Raphaël, avant de s'en aller, sans répondre à une seule des questions posées par la nouvelle Israfil, qui ne comprenait pas.

***

Ahhh... Dieu n'avait pas pensé à utiliser ses pouvoirs pour forcer ses sujets à ne jamais dévier. L'Amour était quelque chose de fort, de puissant, peut-être bien plus que le Créateur lui-même ? En tout cas, longtemps fut l'époque douce et sereine de la célestine aux yeux bleus. Mais hélas, hélas, cette pauvre demoiselle n'avait pas su éloigner comme il le fallait ce sentiment, aux yeux de son chef, pestilentiel et dangereux. Ce fut un jour, aux premiers abords si banal, où Anaël descendait du Paradis pour rejoindre les humains, et faire ce qu'elle avait à faire.

Malheureuse, oh oui elle l'était ! En voyant cette femme, si honnête, si naïve, qu'elle devait pousser à aimer un homme, un soi-disant meilleur ami de longue date... Elle ne put s'empêcher de se choisir elle-même en tant qu'élue de son cœur. Elle l'avait suivie longtemps, de sa petite enfance jusqu'à l'âge adulte. Cette sagesse l'avait envoûtée. Elle se sentait si proche de cette fille. Elle était tant admirative qu'elle l'avait prise comme muse dans le secret. Enjel, s'appellait-elle. Ce nom ressemblait fortement à "Angel" qui voulait dire "Ange" en anglais... Si ironique en y repensant. En s'imposant comme l'être de ses rêves, Anaël offrit la possibilité à cette humaine de la voir. Car les anges étaient invisibles aux yeux des mortels.

Son amour pour elle était si grand qu'il la poussa à avoir des relations sexuelles avec elle. Mais Dieu voyait tout. Ainsi donc, lorsqu'elle rejoignit les cieux, elle fut jugée comme l'eut été sa mère. Elle avait donné la chance à quelqu'un de voir les anges sans son autorisation, tout en ayant offert son corps saint ! Elle avait trahi sa Grandeur, qui lui avait pourtant donné une chance. Alors elle fut jetée du septième ciel, avant de subir le châtiment qu'on donnait aux pécheurs. Ainsi, on alla la frapper pour qu'elle s'enfonce profondément dans la terre.

"Ô terre, cette mécréante a osé marché sur toi, recrache-la !"

Ce cri à jamais gravé dans son esprit, son corps jaillit de la terre, pour se faire frapper une nouvelle fois, encore et encore, pour finalement chuter aux Enfers, rejoignant Lucifer, et devenant comme lui, un célestin déchu, mal vu de ceux qui vivaient en haut, humains comme anges. Affligée par cette malédiction, Anaël plongea dans le désespoir. Le seigneur des enfers, ayant eu pitié d'elle, sachant qu'il avait vécu une histoire similaire, lui offrit un lieu à elle, similaire à une grande cathédrale qui faisait sûrement la même taille que la Terre. Beau, néanmoins sombre et mélancolique, comme sa propriétaire. Elle pouvait tout de même sentir l'odeur pestientielle des corps brûlés; et la fumée des flammes noires des Enfers noircissait ses ailes... La marquant à jamais.

Le temps passait. Des années. Des années. Ennuyantes furent les journées que passait l'ex-séraphin. Elle priait en pensant que Dieu la pardonnerait, elle chantait ce que sa mère chantait si souvent, sans en avoir conscience...

Κύριε ἐλέησον Kyrie eleison « Seigneur, prends pitié »
Χριστε ἐλέησον Christe eleison « Christ, prends pitié »
Κύριε ἐλέησον Kyrie eleison « Seigneur, prends pitié »


...Mais rien n'arrivait. Ses jours se basaient sur contempler les vitraux qui racontaient sa vie éternelle, prier, jouer du piano, lire et danser. Mais quelque chose fut responsable d'un changement brutal dans le quotidien de la blonde. La mort de sa bien-aimée. Comment l'avait-elle su ? La faucheuse, qui connaissait ses sentiments pour elle, lui avait tout raconté. Désormais, elle était au Paradis, et jamais elle ne pourra la rejoindre. Cependant, ce n'était pas tout. Oh non, Dieu y avait pensé. Malin, il avait retiré cet amour qu'elle portait envers Anaël l'exilée. Submergée par la haine et la colère, l'ange déchue réussit à briser la barrière de sa malédiction pour rejoindre les humains sur terre. Ces émotions négatives l'avait rendue si puissante que même Dieu en fut surpris. Mais si elle venait à le faire tomber de son trône, qu'adviendrait-il du monde ? C'est pourquoi elle ne s'attaqua pas à son créateur, le laissant guider le peuple en vagabondant dans le monde des mortels sans réel objectif, rejoignant l'armée russe en se faisant passer pour l'un des leurs, à savoir les forces spéciales, aussi nommées FSR (Forces Spéciales Russes).

***

Quand le vaisseau de HOPE vint à elle, et qu'un agent lui proposa de rejoindre leurs rangs pour protéger les univers d'une terrible menace, sa bonté la força à accepter, malgré le grand risque. Elle n'avait plus rien d'autre à faire, de toute manière. Désormais elle ferait tout pour protéger le monde, au lieu de se promener en repensant au passé...

Physique et Mental

L'ange. Une créature fière, magnifique, élégante. Créé pour être sûrement l'être le plus beau après Dieu, l'ange est fait de lumière pure, blanche et éternelle. Gentillesse, loyauté, générosité, que d'émotions bonnes chez cet habitant du Ciel. Alors qu'est le séraphin ? Quelque chose de plus parfait encore. Anaël Amitiel en est un.
Majestueuse, elle est grande, peut-être dans les environs d'un mètre et quatre-vingt-dix-huit centimètres de hauteur. Sa chevelure, somptueuse par sa longueur et sa brillance, est blonde et son visage clair. Elle arbore habituellement un uniforme brun, reste de son expérience chez les FSR, et ses yeux donnent l'impression d'être d'envoûtants saphirs, sans pupille, cela présent à cause de sa cécité. Lorsqu'on les regarde, on en reste bouche-bée longuement, perdu dans cet océan bleu roi.

Une taille svelte, un poids extrêmement léger et des courbes féminines attirantes... La jeune femme parait dans la fin vingtaine, et garde souvent un faciès tendre et maternel. Elle arrive même à attirer la confiance par cette chaleur qu'elle procure rien que par son apparence. Si la colère vient à la prendre, ses iris virent au rouge, et son visage s'assombrit.
Anaël a des ailes de plumes noires et immenses. Autrefois, elles étaient blanches, mais la fumée des flammes de l'Enfer avait rendu sombre cette marque angélique, affichant donc ouvertement son côté déchu, pour toujours. Il est difficile de ne pas être charmé par autant de beauté...

Sa HOPEWEAR prend une forme d'énergie invisible qui recouvre sa tenue. Quant à sa HOPEWATCH, elle prend l'apparence un bracelet bleu serti d'un magnifique cœur de pierre précieuse bleue sur son poignet gauche, en sachant que Anaël est gauchère.

--------

"Un Ange se doit d'être bon et juste. Il doit donner l'exemple aux mortels d'en bas. Il doit inspirer l'admiration. Il doit pousser à faire du bien. Il doit être si parfait que son corps, rien que par la vue, doit offrir une sensation de bien-être chez autrui."

Dieu.

--------

Sagesse. Sérénité. Justice. Loyauté. Générosité. Intégrité. Tous ces mots... Forment la personne que nous appelons Anaël Amitiel. Un être honorable, mais imparfait. La perfection n'existait pas, même dans l'au-delà. Notre séraphin déchu a un sens de l'honneur très pointilleux et extrêmement important à ses yeux. La célestine ne laissera jamais personne la salir. Et si malheureusemen cela venait à arriver, gare à l'impudent qui aura osé. Car l'élégante Amitiel fait preuve d'une incroyable cruauté envers ces provocateurs, variant torture mentale, violence physique... Non, Anaël ne se retiendrait pas. Cela peut également arriver si l'on venait à trahir sa confiance, en sachant qu'elle peut reconnaître les mensonges...

Néanmoins, malgré tout cela, la jeune femme se trouve être quelqu'un de très empathique. Toujours à l'écoute, calme et réfléchie, elle fait une bonne confidente. L'hérétique est naturellement et facilement compréhensif envers l'autre, mais aussi tolérante : il en faut beaucoup pour attiser son courroux, et bien heureusement, en prenant connaissance de sa dangerosité potentielle.  
Bien que timide et réservée, elle reste sociable, et apprécie discuter avec les autres. Elle sait s'exprimer aisément et avec éloquence, dans un ton noble et dans une belle manière très soutenue. Si sa façon de converser peut paraître orgueilleuse, ce n'est nullement le cas en réalité. Il se trouve que l'exilée est excessivement modeste; elle rougit face aux compliments, aussi simples soient-ils, et a du mal à les accepter, dans le sens où elle n'arrive pas à prendre cela pour une vérité.

Cependant, Anaël est exagérément protectrice. Lorsqu'elle s'attache à une personne, elle prend les traits d'une mère, restant souvent derrière celle-ci, cherchant à la faire plaisir le plus souvent possible, lui évitant voire l'ordonnant de ne pas faire certaines choses... Elle n'hésitera pas à être violente si elle venait à faire des actes bien trop dangereux pour elle.

Loyale jusqu'au bout des ongles, elle respecte et respectera toujours ses promesses. Elle servira du mieux qu'elle pourra celui ou celle qu'elle aura choisi de garder en sûreté. Elle ne supporte point cependant d'être elle-même protégée, déclarant que cela n'est pas le rôle de celle/celui dont elle assure la protection. Il est probable qu'elle vienne à devenir nerveuse dans ce genre de situation, il est donc préférable de ne point trop insister dans ce cas-là.

Très tactile, elle aime sentir ses mains entrer en contact avec autrui, comme par exemple toucher ses cheveux, caresser ses joues, l'enlacer... Dans ce genre de circonstance, Anaël perd de sa timidité pour prendre une grande assurance et venir palper le corps. Il est à noter qu'elle n'a encore jamais eu de mauvaises intentions et ressenti de sentiment pervers en faisant cela. Bien au contraire, notre ange est innocent, mais point naïf. Si elle vient à savoir que la personne qu'elle touche pense à de sombres choses, elle arrêtera et s'en éloignera.

Sa condamnation lui a retiré son idéalisme. Devenue maintenant pragmatique, la célestine ne pense point au futur, et vit jour le jour en s'adaptant aux conséquences présentes, agissant plus ou moins relativement à la nécessité, pouvant être donc très active comme totalement passive.

Suite à une colère, la séraphin peut rapidement s'excuser. La majorité du temps, elle préfère se donner tort, culpabilisant rapidement. Néanmoins, si elle considère que la faute est trop grave, elle ne se retiendra pas... Et n'hésitera pas à être impitoyable.

Intelligente, expérimentée et observatrice, elle connait bien le comportement du peuple. La manipuler peut être extrêmement difficile; cependant, même si elle a souvent un air joyeux attendrissant, l'Amitiel reste quelqu'un de désespéré et nostalgique. Elle est romantique, et il peut lui arriver d'écrire des poèmes pour exprimer son affliction, la libérant de son corps souffrant.
Elle aime passer son temps libre à écouter et jouer de la musique, précisément du piano. L'Art la rend admirative et la passionne et, comme toute bonne lady, elle aime le thé. Pour terminer, Anaël a un amour pour la nature et les animaux, se sentant apaisée dans les lieux verts.

Pouvoirs et Capacités

Pour commencer, Anaël possède la capacité de pouvoir charmer autrui. En effet, elle peut pousser les gens à être admiratif de sa beauté, et si utilisé abusivement, donc en prenant un certain temps en se concentrant, elle pourrait obliger l'autre à tomber amoureux d'elle (ou de quelqu'un d'autre).
Elle peut également repérer les mensonges, et forcer autrui à dire la vérité.

Ensuite, elle possède le pouvoir classique des anges, celui de la lumière. En tant que séraphin, cela est plus contrôlé et puissant chez elle. Elle peut courir extrêmement vite grâce à cela (mais pas à la vitesse de la lumière), lancer des rayons potentiellement mortels, se régénérer avec la lumière du soleil (ou de la lune) et beaucoup d'autres choses en se basant sur ce pouvoir. La lumière peut potentiellement "purifier" un être, donc le libérer d'un sentiment négatif, d'une corruption, en posant une main sur le cœur de la cible. Pour terminer sur ce point, il peut aussi servir à soigner les gens.

Elle sait voler grâce à ses ailes, parler par télépathie et user de la télékinésie.

Elle est aveugle. Néanmoins Anaël peut sentir les présences environnantes grâce à l'énergie qu'ils dégagent, un don divin appelé panpsychisme. Elle peut reconnaître donc quelqu'un avec son énergie, le repérer de très loin, etc. Cela marche aussi avec les objets, les plantes, etc.

Mais en ayant été longtemps condamnée dans les enfers, Anaël Amitiel a développé le talent de pouvoir utiliser la magie noire. Très variée, elle peut consister à corrompre l'esprit d'autrui, jusqu'à peut-être le détruire ou encore manipuler les ténèbres (donc les modeler pour se camoufler, créer des sbires, etc.). Ces pouvoirs-là peuvent être plus puissants en se nourrissant des émotions négatives de leur propriétaire, comme la colère, la tristesse ou la frustration.

En tant qu'être divin, notre celestine possède des capacités physiques (comme magiques) impressionnantes (elle ne craint d'ailleurs pas la vieillesse, ni les maladies. Elle n'a pas besoin de manger, ni dormir, etc.). En dehors de la magie, elle sait se battre au corps à corps, et sait manier une épée, Avalon, qu'elle peut faire sortir des ténèbres depuis qu'elle a été condamnée aux enfers, pour se défendre des démons, bien qu'elle trouve ce style de combat barbare. Elle n'a encore pas vu toute la force du côté "infernal" de ses pouvoirs. Peut-être qu'elle pourra avoir une forme démoniaque dans le futur, qui sait ?

Elle garde encore le Cor Divin offert par sa mère, Ciel Amitiel, pour son titre d'Israfil, qu'elle peut utiliser pour manipuler les éléments, normalement utilisé pour mettre fin au monde.
Enfin, son auréole peut être séparée en deux chakrams lumineux extrêmement brûlants et tranchants.

IRL

Pseudo : Anami
Age : Hmhm
Comment avez-vous connu le forum ? Par un ex grbl
Vous êtes sur discord ? Oui
Accès à la zone +18 du forum ? Oui



Faithless Angel ☆ Anaël Amitiel 1557625598-result-2
L'ange déchu chante en #6633ff
Thème combat | Thème désespoir
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aller en haut MenuAller en bas