REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Pay Night

Partagez
vava
Nashar
groupe

Pay Night

image nash


Si trouble. Si confus. C’était l’état de l’esprit de Nashar. L’Empereur de Valice peinait à rassembler sa conscience, qui s’égarait dans une brume indescriptible. Geleerde aurait-elle honoré un certain pacte ? Heureusement, plus les secondes s’écoulaient, plus il se rendait compte que non, elle ne l’avait pas envoyé voir les faucheuses. Petit à petit, ses souvenirs lui revenaient, sans qu’il ne puisse vraiment comprendre ce qui s’était passé. Il ne savait pas où il était, ni même les raisons de sa confusion. Il était simplement là, las d’attendre que tout lui revienne.

Il entendait du mouvement tout autour de lui. Il ne se déplaçait pas, mais des personnes déplaçaient de lourds objets non loin. Le silence verbal était dérangé par des halètements, eux-même brouillés par des battements de coeur inquiets. Nashar put facilement deviner que quelque chose s’était mal passé pour eux, et que la situation leur avait échappé. Mais qui étaient-ils ?

Un bruit de gâchette retint son attention. Par réflexe, il voulut ouvrir les yeux et chercher sa provenance, mais il dut se rendre à l’évidence : quelque chose lui bandait les yeux. Qui osait faire ça au futur Empereur de l’Univers ? Quelle était cette mascarade ? Le bleuté tenta de faire part de ses interrogations, assaisonnées d’insultes épicées, quand il fut obligé d’effectuer un autre constat : il était bâillonné. Il commença alors à sentir d’épais liens autour de lui. Ce n’était que de vulgaires cordes, mais elles le paralysaient avec brio.

Qu’à cela ne tienne, je n’aurais qu’à utiliser mes pouvoirs, pensa-t-il en remarquant qu’il retrouvait peu à peu ses moyens. Mais lorsqu’il tenta de s’exécuter, une violente douleur s’empara de son corps. Cette douleur, il la reconnaissait ; c’était la même qui avait parcouru sa chair à d’innombrables reprises. La dernière qui lui revint en mémoire était survenue [lors d’un combat contre Mortik, sur HOPE] : il se faisait électriser. Le courant était tel que cela l’empêchait immédiatement toute utilisation de sa magie, et ce ne fut pas faute d’avoir essayé. De longues minutes durant, Nashar s'efforça de couper les cordes avec sa maîtrise du vent, de les geler, de les brûler et même de les mouiller pour les assouplir. Rien à y faire, il se faisait fortement électriser avant d’y parvenir.

Malgré tout, il put en tirer quelque chose. Même si les contrecoups furent violents, il put utiliser ses sens extra-sensoriels pour avoir une vision de ce qui se passait à autour de lui. Il n’eut toutefois le temps de ressentir peu de détails de son environnement : il était dans une grande salle, parsemé de container, des individus, au nombre inconnu, y chargeaient des caisses avec précaution et au moins une personne se trouver à côté de lui, le braquant d'une arme à sa tempe. Ligoté à une chaise, il ne pouvait rien faire, mise à part se souvenir. Comment en était-il arrivait là ? Et… Où était cet abruti de Morgan ?

vava
Arthur Morgan
groupe

Nashar ∞ Arthur
The many miles we walked, the many things we learned. The building of a shrine, only just to burn. May the wind be at your back, good fortune touch your hand, may the cards lay out a straight, all from your command. Shine light into darkness. That’s the way it is.
Apeine débarqué sur ces mystérieuses planètes reliées par une caillasse scintillante que le cow-boy reprenait ses vieilles habitudes : se foutre dans la merde. Même loin de chez lui, on ne changeait pas un homme, et encore moins Arthur Morgan.

L'ours sortit de sa brume difficilement, réveillé par un gnon titanesque en plein dans la mâchoire, heureusement cette dernière s'était renforcée à force de coups encaissés tout au long de sa vie. L'homme avait suivi une éducation à la dure, alors même si ce n'était jamais agréable de se faire extirper de son sommeil par la brutalité, il n'en souffrait pas autant qu'un type lambda au corps de lâche. Toutefois, son bourreau devait sacrément bien sentir cette aura puissante qu'il véhiculait puisqu'il ne le ménageait guère. Entre des mandales dans la tronche et des cris de néandertal à base de " Inhhh !! Agaboulga agagag innnnnh !! ", dans le but de le secouer et de lui tirer les vers du nez, tout cela en ayant la tête dans le cul, le cerveau du mercenaire faisait face à quelques complications pour se mettre en "on".

Arthur : Hein ?!! Qu'est-ce qui...

Mais ses phrases furent entrecoupées par cette espèce de macaque qui s'agitait au-dessus de lui. Visiblement, le trou du cul colossal qui le tabassait était un homme de main qui ne savait que brailler, puisque un type plus sérieux, mais aussi plus frêle se tenait derrière en s'exprimant de manière intelligible, lui.

Mec sérieux à l'arrière : Vos collègues y passent aussi, pour ce qu'il en reste.. Ne vous en faîtes pas.

Ses collègues ?! Oh bordel, sa mémoire revenait en petit morceaux, il comprenait. A quel moment c'était parti en couilles c't'affaire ?! Tout se déroulait comme sur des roulettes, et puis, un élément avait déraillé. Décidément, jamais un plan élaboré se passerait comme prévu avec Morgan, il était maudit. Autant y aller en freestyle la prochaine fois puisque les plans capotaient toujours. Il n'en gardait déjà pas une bonne expérience dans son monde mais ici, c'était le ponpon.
Alors qu'une pluie de poing continuait à s'abattre sur son visage, avec des pauses cela dit de plus en plus espacées entre chaque coup car le primate se lassait de l'indifférence du cow-boy, ce dernier prit le temps de se rafraîchir la mémoire, et de trouver un moyen de se dégager rapidement. Ses poignets et ses pieds étaient retenus par des cordes serrées, qu'il essaya tant bien que mal d'assouplir en les forçant, et en se brûlant la peau, en toute discrétion.

Ca y était ! Il s'en souvenait ! L'homme à l'arrière avait beau lui poser des questions, il ne les écouta pas. Sa mémoire venait de lui revenir... Foutu Nashar ! Qu'est-ce qu'il avait foutu ce con encore ? Et d'ailleurs, qu'est-ce qu'il branlait actuellement ?!

code by Silver Lungs


Pay Night 1558551612-yes-son

“Tout ça, cette vie, c'est bientôt fini. On est plus des fantômes que des gens
vava
Nashar
groupe

Pay Night

image nash


Si trouble. Si confus. C’était l’état de l’esprit de Nashar. L’Empereur de Valice peinait à rassembler sa conscience, qui s’égarait dans une brume indescriptible. Geleerde aurait-elle honoré un certain pacte ? Heureusement, plus les secondes s’écoulaient, plus il se rendait compte que non, elle ne l’avait pas envoyé voir les faucheuses. Petit à petit, ses souvenirs lui revenaient : la veille, il avait trop bu en écoutant Finn parler de sa couleur naturelle de cheveux qu’il trouvait horribles. Il lui semblait également qu’à un moment, ils s’étaient tous les deux battus, mais il n’arrivait plus à savoir comment il l’avait emporté.

Le bleuté se leva de son lit. Son appartement lui sembla alors petit, mais il relativisa : il avait passé les dernières décennies dans un palais, tout lui paraîtrait encore petit pour des années. Il vérifia rapidement qu’aucun rendez-vous ne figurait sur son agenda avant d’aller se glisser sous sa douche. Son corps se détendit instantanément au contact de l’eau chaude. Un vrai moment de détente, qui ne fut interrompu que par un toquement de porte.

L’Empereur ignora impérialement l’appel et prolongea son plaisir humide. Hélas, devant l’insistance de la personne décidée à lui parler, il ne put qu’abdiquer. Qu’il le veuille ou non… Ou plutôt, qu’il veuille qu’on s’imagine qu’il ne le veut pas ou non, il était maintenant le Gérant d’un Cabaret, un membre des Jewelers et une taupe au sein de l'organisation borderline d'un magnat de la finance. Autrement dit, les visites qu'il recevait n’étaient jamais de bon augure pour sa tranquillité. Et pour le coup, cela ne pouvait pas être plus vrai.

Une fois habillé, Nashar alla ouvrir la porte de son appartement qui palpitait. Il découvrit un homme vêtu de manière singulière : des habits qui ne faisaient pas très Akers et des accessoires rappelant les usines de fabrication à la chaine de Solarii . Le plus inquiétant ? Le sourire mortifiant sur son visage.

Bonjour, mon ami.


L’Empereur lui referma immédiatement la porte au nez, avec la ferme intention de prévenir les autorités du dérangé devant son domicile. L’homme parla alors au travers des murs.

Attendez ! C’est important ! Je suis une connaissance de Don Leone !


Nashar écarquilla les yeux. Il rouvrit la porte, regarda dehors dans le couloir pour voir s’il n’y avait personne, puis attrapa l’inconnu par le col pour le ramener violemment dans son appartement. Après coup, il referma derrière lui puis se mit à l’étrangler pendant qu’il se débattait.

Écoute-moi bien. Je ne suis pas une petite main de Don Leone. On ne vient pas chez moi. On ne me parle pas. On ne me regarde pas. Quoique ce puisse être, je ne suis intéressé que si Don Leone lui-même m’en parle. Maintenant je vais te laisser respirer : si les prochains mots qui sortent de ta bouche ne sont pas “Compris, je ne vous dérangerais plus”, tu seras le nouvel ingrédient mystère dans les smoothies de mon Cabaret.


Le jetant sauvagement au sol, le bleuté se surprit de la facilité avec laquelle il avait tenu l’homme de carrure respectable avec sa simple force. Sa musculature se développait sans qu’il ne l’entretienne. Encore un coup du démon en lui, mais ce n’était pas le moment de s’y attarder. L’homme, qui peinait à retrouver son souffle, sortit une lettre de sa poche qu’il remit à Nashar.

C’est… Don Leone... Il vous a... Recommandé… Il a du travail pour vous…



***


Tss. Encore une fois, le bleuté était embarqué dans une aventure contre son gré. Cela ne se passait pas dans l’espace pour une fois, mais à Solarii. Plus précisément, dans la zone III de Kamtsu. Don Leone l’avait recommandé à l’un de ses amis pour effectuer un “transfert discret de marchandise délicate”. Nashar l’avait évidemment traduit par “cambriolage”. Il en avait d’ailleurs parler à son contacte chez les Jewelers, qui l’autorisa à agir “selon ce que sa position de taupe auprès de Don Leone l’oblige à faire”.

Forcé d’accepter pour ne pas s’attirer les foudres du magnat de la finance, Nashar suivit l’inconnu qui était venu le chercher chez lui. Nommé Jack Namain, le Solarkien organisait souvent, d’après ces dires, des “transferts discrets”. Sa méthode était simple : il réunissait des inconnus avec des capacités hors du commun et ils coopéraient pour accomplir un objectif. En l’occurrence, il s’agissait de “transférer discrètement” des caisses de médicaments, d’un container à un autre, sans alerter les agents de sécurité ou la police.

C’est ainsi que le susnommé Jack, Nashar ainsi qu’une dizaine d'autres bandits étaient réunis dans une vieille salle mal éclairée, située dans un quartier paumé non loin du lieu du “transfert discret”. Jack, qui s’attelait à mettre en place les préparatifs, commença :

Bon. Nous sommes tous ici. L’affaire de ce soir sera vite réglée. Je lance la diversion, on rentre, on assomme les agents de sécurité qu’il reste à l’intérieur SANS LES TUER et on transfère les médicaments ET SEULEMENT LES MÉDICAMENTS dans le container de nos riches amis. Nos commanditaires ont été claires là-dessus. On ressort et on s’en va chacun dans des directions opposées. Votre paiement vous sera remis sous 48 heures.
Des questions ?



vava
groupe
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aller en haut MenuAller en bas