REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Petit patron...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Partagez
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Nashar ! J’en peux plus ! Finn a déserté son poste depuis ce matin !


Nashar sortit le nez de sa paperasse. Ce n’était pas suffisant qu’il doive remplir ses déclarations d’impôts lui-même alors qu'il s'affairait déjà à préparer l'évènement du jour, qu'il fallait que le chef de la sécurité du Demon's Empire fasse des siennes. Il remarqua, vu l’agacement visible sur son visage, que Favaro avait tenté de gérer la situation lui-même, mais qu’il avait dû venir lui demander de l’aide. C’était compréhensible, le bleuté avait aussi des soucis de communication avec Finn.

Et il fait quoi à la place ?


Aucune idée ! Il a passé la matinée en cuisine, puis dans la réserve et il vient de partir en gueulant qu’il allait voir "un putain d’architecte de merde et un charpentier".


L'Empereur haussa un sourcil, principalement parce que, si c'était ces mots exacts, il ne comprenait pas pourquoi le charpentier n'avait pas droit à des insultes. Les actes de Finn étaient tous incompréhensibles. Il ne comptait plus les fois où, absolument sans raison, il lui avait sauté dessus pour essayer de le tabasser. Physiquement faible, il échouait toujours, mais cela ne l’empêchait pas de recommencer. Nashar soupira.

Soit, je lui parlerais à son retour. Si je baisse son salaire, ça devrait le calmer. De toute façon je comptais l’éloigner pour aujourd’hui. Tout est prêt en salle ?


Favaro se calma en hochant la tête. Un air profondément hautain vint alors prendre place sur son visage .

Yare yare, ingenuo. Tu penses que j’ai chômé toute la matinée comme Finn ? No ! Nous sommes prêts à les accueillir !


Un sourire satisfait vint répondre à l’arrogance du cogérant roux du cabaret.

Alors parfait. On ferme.


***


Le Demon’s Empire afficha donc fermé. Non, ce n’était pas Don Leone, magnat de la finance et père de Favaro, qui avait découvert que Nashar menait quelques activités lucratives par dessous les siennes. Ce n’était pas non plus les Jewelers qui l’avaient chargé de rapporter le trafic du riche homme - et qui ignoraient également tout du trafic du bleuté. Si l’un des endroits les plus fréquentés du pâté de maisons n’ouvrait pas ses portes un jour de semaine à midi, c’était parce qu’il était déjà complet. L’Empereur avait dû faire des pieds, des mains et surtout des réductions, mais il avait pu attirer un groupe diplomatique Nefyrien venu parler de leur faune, flore et culture. Ils passeraient donc l'après-midi au cabaret, avec d'aller officier des discussions plus tard.

L'évènement était attendu par Nashar, qui avait passé des jours entiers, qu’il aurait normalement consacrés à ses études, à planifier au millimètre près la réception des diplomates. Tout était prêt : les tables étaient parfaitement dressées, de vrais experts en hygiène s’étaient occupés du nettoyage, seuls les hôtes de table les plus efficaces étaient présent, des chefs étoilés avaient même été loués et soudoyés pour prétendre travailler au Demon’s Empire quotidiennement et un coursier était chargé de trouver Finn et de l’emmener faire la tournée des bars. Bref, tout était fait pour que les Nefyriens passent un bon moment et pour qu’ils enclenchent le bouche-à-oreille. Entre diplomates, une bonne adresse circulerait vite, ce qui profiterait à l’Empereur.

Nashar inspectait une dernière fois la salle de réception. L’orchestre habituel, composé de musiciens réguliers et de nouveau talent pas toujours talentueux, était aujourd’hui remplacé par un orchestre avec plus d’expérience, jouant une musique jazz douce en arrière-plan. Le Gérant serait bien monté sur scène pour chanter lui-même, mais c’était une frasque qu’il ne pouvait se permettre aujourd'hui : un homme d’affaire ne devait qu’être un homme d’affaires. Il aurait tout le temps d’impressionner les ouailles avec sa voix quand il dominera l’Univers.

Lorsque son inspection fut terminée, il réunit les 28 hôtes de tables présents et, comme lorsqu’il le faisait avant chaque grande bataille lorsqu’il était Empereur Conquérant à Valice, il s’affaira à motiver les troupes à rappeler la stratégie à adopter. Le ton était si militaire que les employés avaient, pour la plupart, prient une posture de soldat.

Vous tous. Si je vous ai choisi, c’est parce que vous êtes les meilleurs employés. Mais ce n’est pas d’employé dont j’ai besoin aujourd’hui. J’ai besoin de vous, femmes et hommes. J’ai besoin de votre coeur, de vos sentiments, de vos compétences. Bref, j’ai besoin de votre force la plus primaire : votre humanité. J’ai confiance en vos capacités, je sais que chacun de vous pourra bien s’occuper de ces 18 Néfyriens. N’oubliez pas que ce sont des diplomates. Vous ne représentez donc pas que le Demon’s Empire, mais Akerys tout entier.


Il fit une pause pour que sa troupe saisisse l’importance de leurs futures actions.

Ne provoquez pas d’incident. Ne renversez pas une seule goutte sur les tables. Faites-leur dépenser le minimum. Soyez courtois et polis. Réussissez, et je vous augmenterais de 20%. Décevez-moi et je vous affecterai au service de nuit tous les week-ends pendant trois mois entiers. Vous ête-...


Favaro débarqua alors en trombe, impeccablement habillé.

N-Nashar ! Il y a quelqu’un à la porte !


Le bleuté prit une profonde inspiration, nombre d’employés l’imitèrent.

Alors on y va.


Accompagné de son contingent d’hôte de table et de Favaro, l’Empereur marcha au pas vers la porte d’entrée. Les serveurs s’y regroupèrent alors en demi-cercle, tandis que Nashar mit sa main sur la poignée. L’heure était venue de briller, de mener le Demon’s Empire sur la scène intermondiale. Il ouvrit la porte, non sans un brin d'excitation, les hôtes de tables s’inclinèrent et commencèrent :

Bienven-..


Nashar ferma la porte et s’y plaqua immédiatement, dos contre elle. Son visage laissait entrevoir une panique sans nom, une horreur que même Favaro n’avait jamais vue, malgré tout le temps qu’ils passaient ensemble.

Non. Non ! NON !  


Qu’est-ce qui se passe ? Na-...


Elle est là ! ELLE EST LA PUTAIN DE MERDE !



vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



— Yare yare.


Le violent claquement de la porte fut précisément ce à quoi elle s'attendait. Nashar, en bon hôte qu'il était, ne souhaitait clairement pas d'un animal sauvage dans son établissement. La louve étant un élément perturbateur, incontrôlable et explosif, elle agissait telle une équation supplémentaire dans les calculs du bleuté. Évidemment, cela amusa intérieurement la concernée qui s'approcha d'un pas déterminé vers la porte scellée. Indéniablement curieuse, elle n'avait pas manqué d'apercevoir subrepticement tous les hôtes derrière son compagnon, tous prêts à lui faire des courbettes en pensant bêtement qu'elle était l'invitée tant désirée. Posant son avant-bras contre la porte d'entrée, elle susurra avec malice :

— Tu crois quand même pas que c'est qu'une simple porte de ton cabaret miteux qui va m'empêcher de passer ?


L'idée d'être en position de force lui plaisait, accompagnant cette pensée d'un sourire carnassier. Elle ne s'inquiéta d'ailleurs pas à l'idée que l'Empereur de Valice ne l'entendrait pas. Il avait suffisamment l'ouïe fine pour les conneries qu'elle pouvait débiter. Après une brève hésitation, la porte s'ouvrit enfin, non sans satisfaire l'hybride qui porta ses poings à ses hanches, sourire carnassier sur les lèvres.

— Ah, tu vois quand tu v- ?!


— G-G-GELEERDEEEEEEEEEE !


Eh merde.

Tel un vrai boulet de canon, Favaro s'était rué sur la tempétueuse brune sans prévenir. Dos à terre, Geleerde secoua vivement de la tête pendant que le rouquin pleurait à chaude larme contre sa poitrine. C'est qu'elle en avait presque oublié combien il pouvait se montrer un peu trop affectueux quand il le voulait.  

— Plus jamais ! Putain ! Plus JAMAIS, ¿me oyes? Des mois que j't'ai pas vu, bordel ! Ça va pas d'inquiéter les potes comme ça ?! T'aurais pu donner des nouvelles quand même !


— Oï oï, Favaro, tu m'étouffes là.


Donnant une légère tape sur l'épaule à son ami en lui offrant un sourire taquin, le concerné renifla bruyamment en affichant un air contrarié. Durant un instant, il fut tenté d'essuyer ses larmes d'un revers de manche avant d'abandonner l'idée. Bien trop vêtu pour l'occasion, mieux valait ne pas abîmer son costume avant le rendez-vous. Une fois qu'il daigna enfin à la louve de retrouver sa liberté, celle-ci se releva en époussetant brièvement ses vêtements. Il avait beau être beaucoup trop émotif par moment, Geleerde apprécia de le revoir en si bonne forme. Contrairement à d'autres, elle n'était pas du genre à informer son entourage lorsqu'elle disparaissait du jour au lendemain, jugeant cela parfaitement inutile. Après tout, la vie s'écoulait et le monde tournerait toujours, alors à quoi bon ?

— Allez, c'est bon, calme t-


Un violent coup de poing de la part de Favaro eu raison d'elle. Vraisemblablement mal préparée à un tel coup bas, l'hybride recula d'un pas avant de fixer avec étonnement son allié. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait, là ?

Conchatumadre ! Qu'est-ce que tu piges pas dans trio de choc ?! Tu foutais quoi à pas nous rejoindre, Nashar et moi ?! Je sais pas ce qui me retient de te... De... Te...


— ça me fait plaisir de te revoir aussi, Favaro.


Alors ça c'était un coup bas.

La rage au ventre, l'Akers tenta de se calmer en inspirant bruyamment, une veine de colère naissante sur son front. Faisant fi de la douleur qu'il ressentait après avoir confronté son poing contre la joue de l'hybride, il recommença soudainement à pleurer en attrapant de nouveau Geleerde dans ses bras. Oh bon sang. Roulant des yeux avec amusement, elle tapota le dos de son allié, comme un bébé à qui on devait faire digérer le repas du soir. Toujours à en faire trop, celui-là.  

Après quelques minutes pour le moins embarrassante, l'ancien Agent de HOPE finit par se calmer en libérant la louve de son emprise. Reprenant son souffle, il l'invita à entrer, ce à quoi elle s'exécuta d'un plaisir malicieux. Bien trop heureux de retrouver une amie du temps de HOPE, il ne se soucia pas du fait que son action allait sans aucun doute lui causer bien du souci avec le bleuté. Découvrant l'intérieur du Demon's Empire, l'indomptable siffla joyeusement en signe d'admiration :

— Eh ben~ Vous avez pas chômés. Très classe tout ça, très cossu.


— Hé hé, t'as encore rien vu ! Mate un peu les réserves du bar : on en a pour tous les goûts !


D'un œil averti et mains dans les poches, elle scruta les lieux dans les moindres détails, naturellement impressionnée par l'imposant établissement. Les tavernes poussiéreuses qu'elle côtoyait habituellement avait de quoi envier le Demon's Empire, bien que le charme de ces dernières manquait cruellement en ce lieu. Ici, tout semblait bien trop soigné pour être réel et Geleerde se démarquait totalement de la bâtisse qui accueillait habituellement des Akers particulièrement soignés d'apparence. Sourire carnassier de circonstance, elle s'approcha du bar d'un pas nonchalant tout en faisant signe aux employés de s'éloigner.  

— Vous dérangez pas pour moi, faites ce que vous avez à faire, allez, allez ~


Prenant place sur l'un des tabourets, elle se retourna pour fixer Nashar et Favaro, coude posé contre le comptoir tout en sortant une cigarette de son paquet sans la moindre gêne.

— C'est quoi cet accoutrement, d'ailleurs ? Fallait pas vous mettre sur votre 31 juste pour moi : je vais finir par complexer avec vos conneries.



Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Mille milliard de couronnement ! De tout les jours de la semaine, de l’année, de la décennie, du siècle, il a fallu que Geleerde débarque durant celui-ci ! Le plus drôle là-dedans ? Nashar s’en doutait qu’il y aurait une louve dans le potage ! Il n’y avait pas prêter trop attention, trop occupé à organiser la réception des diplomates, mais il avait sentit comme un vent sauvage déferlé sur Akerys depuis peu. Et ce n’était pas le soudain élant d’émotion de Favaro qui allait le rassurer. L’Akers était enfantin, mais Nashar avait réussi à lui donner un peu plus de maturité au cours des derniers mois, comme convenu avec Don Leone.

Mais autre chose inquiétait l’Empereur. Cela faisait maintenant quelques temps qu’il n’avait pas revu Geleerde. Il n’était pas spécialement superstitieux, mais il avait constaté que le destin leur réservait toujours d’affreuse surprises lorsqu’ils se retrouvaient après un long moments. L’idée d’annuler la réception lui traversa alors l’esprit, tandis que la louve entra au Demon’s Empire. C’était terminé. Game Over. Avec Geleerde qui avait remarqué le bar, il serait impossible de la faire sortir. Elle ferait passer l’alcoolisme de Finn pour une vulgaire manie.

Que faire maintenant ? La mettre au bar et le rendre invisible ? Essayer de la jeter dehors et passer toute l’après midi à la combattre dans Wisdom’s Heart pour la garder à distance ? Continuer dans le mutisme dans lequel le bleuté s’était terré ? Aucun de ces choix n'apaiserait maintenant ces inquiétudes.... Il restait néanmoins une option : celle de la raison.

Geleerde.


Dit-il en s’approchant d’elle et en ignorant - pour l’instant - sa remarque sur son accoutrement. Machinalement, il avança sa main vers sa cigarette. Mais au lieu de la détruire, il lui alluma d’un claquement de doigt de feu. Les employés, très décontenancé de toute la scène - voir Nashar en panique et Favaro aussi émotif était une première pour eux -, observaient passivement les événements.

Je vais recevoir des gens très important.


Favaro se mit derrière le bar et prépara trois verres à shot d’un alcool nommé “14°”.

Important pour moi, du moins. Je suis très content de te voir, mais je ne peux pas manquer à mes obligations ici. Je sais à quel point tu es bor-Libre, donc je ne chercherai pas à te mettre dehors, mais s’il te plait…


Favaro servit les verres et les trois Agents, si Geleerde était partante, bien sûr, burent en même temps, cul sec.

Tiens-toi le plus tranquille possible. Nos actions ici pourraient déclencher des tensions entre Akerys et Nefyria.


Les employés trésaillèrent légèrement à cette dernière information. Nashar ne leur avait pas tout dit ou exagérait-il ? Ils ne le savaient pas, mais la pression était à son paroxysme.

Alors je t’en conjure, tiens toi à carreau… Et je t’exaucerai un souhait.


Le prix pour la tranquillité de la louve pouvait semblait farfelue, mais pas du point de vue du couple d’Agent. Enfin, trio, en comptant Favaro. Sur HOPE, “exaucer un souhait” faisait référence au fait de faire la paperasse de l’autre, en gage d’un pari raté ou contre service. Avec le temps et la disparition du Vaisseau-Monde, l’expression était devenue synonyme de “Je ferai ce que tu veux en échange”. L’Empereur était prêt à miser gros pour que tout se passe bien.

Deal ?



vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



Rien n'était plus jouissif qu'un Empereur qui courbe l'échine devant vous. Jadis conquérant, puis devenu souverain de Valice, il se conjurait désormais en demande face à la Trompeuse de Mort. Très content de la voir ? Connerie. Elle n'en croyait pas le moindre mot. Geleerde connaissait sa propre malchance, attirant le mauvais œil sur elle ainsi que son entourage. Alors, dire être content de la voir, c'était presque comme lui avouer que les tendances masochistes lui plaisait.

L'implorer devait sans doute écorcher la bouche et la fierté de son compagnon, contrairement à l'hybride qui jubilait intérieurement face à tel spectacle. Une pointe de malice dans son regard de braise tandis que sa cigarette se consommait lentement d'elle-même, elle le jugeait d'un air se voulant impassible. Elle n'aurait pourtant pas dit non pour exercer une certaine épreuve physique pour se divertir, mais Nashar en avait décidé autrement. Tant pis : ils auraient probablement une autre occasion de fracasser des murs. Toutefois, ce qui l'intrigua bien plus, fut le fait qu'il l'informa de l'éventuelle conséquence dramatique que leurs actions pourraient avoir entre Akerys et Nefyria.

Une certaine tension pour le moins palpable se dégagea entre eux, tandis que Favaro les fixait un par un avec une certaine assurance. Il avait l'habitude de cette ambiance, contrairement au reste des employés qui ne savaient plus où donner de la tête. La réunion semblait effectivement bien importante pour Nashar, à tel point qu'il n'avait même pas tenté d'écraser la cigarette de l'indomptable. En d'autres circonstances, la louve lui aurait sans doute rit au nez, mais le bleuté connaissait son penchant pour les paris et autres frivolités du genre. Offrant un nouveau challenge pour l'hybride qui devait aujourd'hui se tenir à carreau en échange d'un vœu, l'esprit de Geleerde venait de gagner un nouvel excès de confiance démesurée.

Buvant cul-sec en même temps que ses compères, elle baissa légèrement le regard, avant de soudainement sortir un cendrier de poche. Signant le contrat à l'aide d'un geste prouvant sa bonne foi, elle écrasa volontairement son bâton de mort. Le claquement du cendrier de poche désormais refermé vint résonner dans toute l'étendue de la pièce, tandis que les derniers halos de fumée accompagnèrent la voix sombre de l'indomptable qui prenait désormais le jeu au sérieux :  

— Deal.


* * *

Toujours attablé au comptoir, le rouquin donna le plus gros des informations à la louve, lui expliquant rapidement la venue imminente des diplomates Nefyriens. Il ne s'attarda pas sur les autres détails, et encore moins des sombres affaires du bleuté, jugeant que ce n'était pas à lui d'en parler. Pensive, Geleerde se tenait le menton d'une main, pendant que l'autre se trouvait à proximité de son verre vide que l'Akers prit soin de resservir aussitôt.

— Tu as les noms des diplomates en question ?


Aussitôt, Favaro lui fit signe de patienter un instant, avant de se ruer vers une autre pièce. S'emparant d'une pochette dans lequel se trouvait les informations en question, il revint aussitôt pour la tendre à la louve. Tout s'y trouvait : des photos d'identités aux professions exercées, les informateurs avaient bien fait leur job.

— Le mieux pour nous tous serait que tu te fondes dans le décor : notre chef de la sécurité s'est fait la malle ce matin, tu penses pouvoir le remplacer ?


Relevant la tête de sa paperasse avant d'avoir pu finir de lire, elle arqua d'un sourcil curieux, fixant intensément son allié de longues secondes. S'ils avaient tant besoin d'un garde du corps, ce n'était forcément pas pour rien.  

— Vous craignez quelque chose en particulier ?




Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Aussi sérieuse que la louve pensât être, les émanations de domination, de fierté, de jubilation et de sentiment de supériorité suintaient au travers de son existence tout entière. Nashar ne se faisait aucune illusion. Connaissant la louve, elle ne l’aidait pas par altruisme, mais par pur orgasme sadique. Il le savait bien, mais il savait aussi que les enjeux de cette journée étaient trop importants pour que sa fierté personnelle se mette au travers de sa route. De toute façon, une fois Empereur de l’Univers, personne ne questionnerait ses choix passés. Privilège du monarque, comme il l’appelait.

Ainsi, en jouant de son beau minois, il put obtenir de la louve ce qu’il voulait. Bien sûr, il le paierait surement au centuple, mais c’était une autre affaire ; un problème pour le Nashar du futur. En attendant, il avait obtenu une promesse de non-agitation de la part de Geleerde. Cela n’avait pas spécialement de valeur, étant donné qu’elle attirait les ennuis comme les enfants attiraient les donateurs de bonbons. Néanmoins, c’était mieux que rien.

La suite des évènements se déroula donc dans un calme précaire. Les employés, choqués ou décontenancés par tout ce soudain remue-ménage, retrouvaient un peu de leurs couleurs, tandis que Favaro repassait encore une fois sur les détails gravitant autour de la rencontre, après avoir remis les documents à Geleerde. L’Empereur, de son côté, lui répondait :

Oui et non. Il y a toujours des Akers prêts à tout pour apprendre de nouvelle chose, que ça soit pour leur culture personnelle ou pour espérer laisser leur nom dans les manuels d’histoire. Le risque d’un intellect un peu trop intrusif n’est donc pas nul.


Le bleuté examina la tenue de la louve. Elle leur avait dit qu’elle allait presque complexer en comparaison des vêtements du staff du Demon’s Empire, mais à sa place, Nashar serait mort de honte. Jamais il n’avait pu comprendre qu’une personne aussi puissante puisse prêter si peu d’attention à son apparence. Il savait que la brune n’avait que faire du monde ostentatoire de la mode, mais elle semblait sous-estimer la peur que pouvait inspirer un uniforme dûment porté. Alors, dans un élan de bonté propre à son rang, l’Empereur fit apparaître une feuille de papier et un stylo. Il y nota scrupuleusement les mensurations exactes de Geleerde, avant d’appeler une de ces employées.

Tu es forte en sort de confection de tenue, non ? Si tu lui en fais une sur mesure en moins de 5 minutes, je te donnerai un bonus sur ton salaire, ou un jour de congé,  à toi de voir.


Vraisemblablement enthousiasmée, l’hôte de table accepta l’offre et accepta le détail écrit du physique de la louve. Elle se retira dans la salle de repos des serveurs et se mit à l’oeuvre, tandis que Nashar continua.

J’ai pour habitude de dire à mon chef de la sécurité de ne pas boire avant, mais te connaissant, c’est inutile.


Pour deux raisons : elle ne l’écouterait pas, et il n’en avait surement pas dans le bar assez pour vraiment lui faire tourner la tête… Peut-être dans l’arrière-boutique, mais elle ne savait rien de son existence. L’expérience avait appris à Nashar que c’était une bonne chose.

Ton travail sera simple : éviter que l’après-midi soit perturbé et te faire la plus discrète possible… En plus, comme c’est des Nefyriens, tu devrais bien t’entendre avec eux.


Oui, il faisait totalement allusion aux faits qu’ils étaient tous au moins à moitié animaux. Il osa même, dans une envie folle de profiter du calme avant la tempête :

Tâchez de ne pas abimer ma moquette, haha .



vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



Qu'il était facile de faire croire au bleuté qu'il gagnerait. Endormir la proie avant de l'attaquer par surprise : un bien bon passe-temps pour la louve. Si la plupart avaient tendance à penser que de beaux cantiques pouvaient être suffisant à endormir l'esprit d'un animal sauvage, le bleuté se démarquait du reste de la populace. Il ne pouvait pas ignorer qu'une telle demande entraînerait des conséquences pour la suite : il connaissait l'indomptable mieux que personne et savait donc pertinemment dans quel traquenard venait-il de se mettre. Ce n'était cependant pas le cadet des soucis de la louve, qui jouissait d'une position de force sur mesure. Après tout, dans les deux cas, elle resterait gagnante, quoi qu'il arrive.

— Je peux les rejoindre sur ce point.


Écoutant les dires de ses alliés, Geleerde hocha brièvement de la tête en signe d'approbation. La connaissance, fruit du pouvoir : la force brute n'était rien face à un esprit affuté. C'est ce que pensait Geleerde à ce sujet. Lier les deux compétences s'avérait être un atout maitre dans l'art du combat. Un simple soldat sans cervelle ne faisait jamais long feu sur le champ de bataille. Toutefois, certains avaient tendance à vouloir aller trop loin et trop vite, s'octroyant le pouvoir en violant la liberté des autres. Il était donc évident que si des Akers malintentionnés venaient à prendre en joue les diplomates Nefyriens, nul doute que ces derniers regretteraient bien vite leurs venues dans ce monde.

Bien qu'il ne l'avoua pas directement, Nashar fit passer le message comme quoi la tenue de Geleerde n'était pas adaptée pour un tel lieu. Évidemment. À quoi pouvait-elle bien s'y attendre avec des torchons pareils sur le corps. Jetant un rapide coup d'œil à l'employée, elle lui fit part de sa seule demande à ce sujet :    

— Sobre, la tenue.


La jeune couturière, bien déterminée à ne pas se mettre à dos son employeur ni la louve, secoua vivement de la tête, s'affairant à confectionner les nouveaux vêtements demandés. Pendant ce temps, l'hybride retourna à l'analyse du document confié par Favaro, écoutant d'une oreille distraite les dires de l'Empereur de Valice. Son habituel chef de la sécurité avait tendance à boire durant le service ? Comme c'était amusant. À croire qu'il appréciait se dandiner auprès des cas les plus désespérants pour mieux briller.

Soudain, les sourcils de l'hybride se haussèrent dans un étonnement se voulant discret pendant que Nashar se complaisait dans la réplique facile. Un demi-sourire victorieux pointa sur le faciès de la louve tandis qu'elle rangea les documents dans la pochette.  

— Tâchez de ne pas abimer ma moquette, haha.


— Oh, je ne m'inquiéterais vraiment pas de ça, si j'étais toi.


En effet, parmi les diplomates Nefyriens, elle avait découvert que l'un d'eux s'avérait être l'une de ses connaissances. Sa rencontre avec le bleuté en serait donc sans doute des plus... Explosive.

* * *

Désormais changée, Geleerde arborait une tenue pour le moins sobre, comme elle l'avait demandé. Jouant sur sa capacité de transformation, elle opta pour une coupe plus courte, dessinant avec finesse les traits de son visage. Mesdames, ne soyez pas trop jalouses : les pauvres coiffeurs n'auraient plus la moindre clientèle si tout le monde pouvait se vanter d'une telle capacité. S'aventurant en arrière et donc loin des employés prêts à jouer leurs rôles respectifs, elle vint croiser ses bras contre sa poitrine, dos contre le mur. Il n'y avait maintenant plus qu'à faire preuve de patience.




Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


La réponse à la boutade de Nashar fut plus qu’inquiétante. Certes, la moquette - de manufacture - n’était spécialement pas coûteuse, mais en abîmer une restait tout de même rare et mal vu. Geleerde pensait que quelque chose de pire allait se passer ? La paranoïa de l’Empereur, décuplée par la pression du jour, rapidement des proportions rocambolesques, allant jusqu’à même s’afficher sur son visage d’habitude si hautain.

Ce ne fut que lorsque la louve changea de vêtement qu’il retrouva ses esprits. Hm, du travail de maigre qualité ne méritant pas salaire. Toutefois, pour le bien de son image, il allait respecter sa promesse envers son employée. Et puis de toute façon, les gonis effrités étaient tellement devenus la tenue par défaut de Geleerde que la voir dans d’autres habits l’embellissait toujours. Mais pouvait-on lui en tenir rigueur, elle qui devait normalement porter une fourrure plus naturelle ?

Ça fera l’affaire.


Commenta Nashar en redressant le veston noir sur sa chemise blanche. De mémoire, ce fut la première fois qu’il l’aidait à s’habiller. Relâchant la bête sauvage, le bleuté estima qu’elle serait convaincante en Chef de la Sécurité Remplaçante. Il avait prévu d’assumer ce rôle lui-même, mais avec Geleerde présente, cela lui simplifier la tâche. Au moins, il serait certain qu’aucun ennemi n’entrerait dans le Demon’s Empire...Même si cela ne changeait rien au fait que le cabaret était gardé par un alcoolique pouvant se faire soudoyer contre une bière. À croire que Nashar les attirait. Le Karma ? Très certainement, sa lumière ne pouvait briller qu’en présence des ombres les plus sombres.

Un visage familier surgit alors, haletant. Rencontré la veille, il s’agissait du coursier qui avait pour mission de distraire Finn pour la journée. Transpirant à grosse goutte, il rapporta à Nashar.

Je ne l’ai pas croisé. J’ai bien reçu le message de Monsieur Leone, mais il n’était présent chez aucun charpentier ou architecte de la zone… Même si un de ces derniers m’a assuré s’être fait attaquer par un homme très bizarre.


Le bleuté tiqua de la langue en signe d’agacement. Que faisait cet enfoiré ? Lui qui était normalement si prévisible, pourquoi avoir choisi aujourd’hui pour se montrer si instable ? Nashar s'exaspéra seul en trouvant la réponse : parce que justement, la journée était importante.

Bon. Retourne voir l’architecte et remets-lui la somme que je t’avais donnée pour saouler Finn aujourd’hui. Dis-lui qu’il a une entrée pour deux à une de nos soirées, tout sera pris en charge par la maison.


L’Empereur ne s’inquiétait pas de l’état de l’architecte, vu les mots employés par le coursier et la maîtrise des arts martiaux de Finn, il était même convaincu que c'était le Jeweler ivrogne qui avait passé un sale quart d’heure. Mais pour peu que cet imbécile portât sa tenue de travail, l’image du cabaret en pâtirait très probablement. Il l’inviterait donc, lui et la personne de son choix et lui proposera de ne parler de l’incident à quiconque, contre monnaie ou menace. Il se décidera le moment venu. Le patron se tourna ensuite vers Geleerde.

Je doute qu’il revienne ici maintenant qu’il a pu fuir, mais si tu vois un homme d’à peu près ma taille, avec une couleur noire aux cheveux, certainement blessés à cette heure et avec une impression louche, met-le immédiatement hors d’état de nuire. Je me fiche de nombre d’os brisé.


Très fier de pouvoir donner des ordres à la louve - même si une partie de lui savait que ce n’était qu’illusion -, il se tourna ensuite vers le coursier.

Eh bien ? Qu’attends-tu ?


Planter comme un mat, l’homme tentait depuis peu de placer un mot entre les interventions de Nashar et les éventuels traits d’esprit de Geleerde.

Euh… Je crois aussi avoir vu des Néfyriens… Au coin de la rue… Il y a 5 minutes. C’est pour ça que je suis venu en courant, je dev-


Mais espèce de gr- ... Jeune homme, je n’en ai que faire de Finn, il fallait commencer par ça.


Tapant deux fois dans les mains pour attirer l’attention générale, le bleuté prévint séchement une dernière fois :

Cette journée se déroulera bien, ou il y aura des conséquences.


La porte du Demon’s Empire se fit alors toqué.

vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



À l'ordre donné par Nashar, l'hybride se contenta de simplement hocher de la tête. Désormais dévouée à accomplir son devoir, la brève description physique de Finn lui fut suffisante pour le juger comme cible potentielle s'il venait à pointer le bout de son nez. Contre celui qui avait abandonné son poste aujourd'hui, la louve protégerait son nouveau territoire sans hésitation. Souhaitons au moins pour le concerné qu'il serait suffisamment habile d'esprit pour ne pas revenir ici avant un bon moment.  

Portant son attention vers la porte d'entrée, Geleerde découvrit en même temps que les autres l'arrivée des Néfyriens tant attendus. En tête de file, le présumé chef des diplomates, perché sur l'une des cornes de sa potentielle seconde, marchèrent avec assurance et aisance vers le gérant du Demon's Empire. Bien vêtus également, ils inclinèrent leurs têtes en signe de respect avant que le représentant principal des diplomates n'élève la voix :       

— Quel incroyable établissement vous détenez là ! Merci à vous pour votre accueil, nous sommes honorés de venir ici en tant que représentant de Nefyria.


Secouant des plumes pendant que sa seconde affichait un air pour le moins renfrogné et strict, celle-ci prit la parole à son tour :  

— Une partie d'entre nous s'est accordé le loisir de visiter un peu plus longuement Akerys : j'espère que vous n'y voyez pas d'inconvénient.


Effectivement, quatre Nefyriens semblaient manquer à l'appel, dont celui que l'hybride connaissait. Jetant un regard vers le bleuté, Geleerde lui fit signe discrètement afin de lui proposer qu'elle aille à leur rencontre et de les ramener ici. S'il venait à leur arriver quelque chose, la réunion de courtoisie se terminerait probablement en une houleuse altercation.

— Enlève tes sales pattes, blanc bec ! Je n'ai pas besoin de quelqu'un pour tenir sur mes jambes !


Parmi les invités du jour, une vieille femme se débattait afin de s'extirper des bras de l'un des employés. Pensant bien faire en l'aidant à marcher, il se retrouva soudainement projeté en arrière d'un coup de bras puissant. Poussant un soupir agacé, la seconde tenta de justifier le comportement de la grand-mère à Nashar :  

— Ne faites pas attention à Shan. C'est une vieille harpie, mais elle fait partie des plus grands anciens que notre monde connait... Même si aurions préféré qu'elle reste à Nefyria dans sa hutte décrépite.


Le chapeau de Shan ouvrit un œil endormi devant ce raffut tandis que la propriétaire pointa de son index crochu la Nefyrienne :

— Shira, manque moi encore de respect et je te montrerais pourquoi on m'appelle la Sorcière des Marais. Tu ne voudrais pas que ta si belle peau de jeune sotte se retrouve avec des verrues purulentes, n'est-ce-pas ?


Eh bien, en voilà une grand-mère qui n'avait pas la langue dans sa poche.


Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


L’Empereur tiqua légèrement de l’oeil en observant les diplomates entrer. Certes, il était évidemment au courant des traditions de fusion de Nefyria. Certes, il avait entendu parler de leurs capacités à la maintenir hors de leur planète. Certes, il avait pensé au fait que certains auraient pu la garder en venant sur Akerys. Mais à aucun moment, il n’aurait pensé qu’ils seraient tous venus en fusion animalière, surtout leur chef. C’était la moindre des choses : quand on allait à Valice, on faisait comme les Valiciens. Pareil à Akerys.

Que faire maintenant ? Leur servir les mets du chef dans des gamelles ? Peut-être que Geleerde saurait mieux s’adapter que lui ? Se pourrait-il que, cette fois, le destin ait mis la louve sur sa route, non pas pour perturber son chemin, mais pour l’orienter ? Nashar ne put donner suite à cette pensée incongrue : le hibou le remercia pour l'accueil. Reprenant rapidement son sang-froid - qu’il n’avait pas perdu d’un point de vue externe- le bleuté rétorqua :

Tout l’honneur est pour moi, vous me flattez. Bienvenue au Demon’s Empire.


Le perchoir à hibou, une Nefyrienne à moitié… Quelque chose informa ensuite l’Empereur de l’absence de certains membre du cortège, partis visités Akerys. Le bleuté ne sut pas comment appréhender cette nouvelle. D’un côté, rien ne les obligeait à rester dans le cabaret, mais d’un autre, cela les exposait au danger de chercheurs fous. Heureusement, Geleerde fit signe à Nashar qu’elle pouvait s’en occuper. Au moyen de sa magie de glace et d’air, le patron dirigea un léger courant froid dans l’oreille droite de la louve, un des nombreux signes qui signifiaient “oui” entre eux. Bien sûr, en l'occurrence, il signifiait aussi “Je te dédommagerai”.

L’agitation d’une vieille Nefyrienne et d’un employé vint soudainement troubler les salutations. Ce dernier fut projeté contre un mur par la première. Elle semblait âgée, mais vu sa force, ce n’était pas un problème. Lorsque le malheureux se releva, il fit l’erreur de croiser le regard de Nashar . Glacé de sang, il retourna rapidement dans les rangs, conscient du savon qu’il se prendrait plus tard. Mais pour l’heure, Nashar utilisa tout son tact lorsque la seconde à cornes des diplomates fit mine de s’excuser.

Excusez l’attitude de mes employés, ils ne connaissent que les vieillards d’Akerys, sénile et tremblant. Néanmoins, ils savent aussi s’adapter à la fougue de votre vénérable compagne ; après tout, ils savent gérer les jeunes Akers pendant leurs examens.


Lorsque la dénommée Shan eût terminé de menacer la seconde cornue, elle se tourna vers Nashar, pour lui adresser le même type d’amabilité.

Et toi, petit Daolah… Me compares-tu à ces jeunes vauriens qui pensent qu’ils peuvent dompter Mère Nature avec trois petits sorts ? Et…


La vieille s’arrêta brusquement, dévisageant Geleerde, puis Nashar. Elle changea sa posture, qui était offensive, vers une position plus défensive. Comme si elle s’était rendu compte qu’elle était dans une tanière d’ours en fin d’hivers.

Eh bien la mamie ? Tu nous la fais enfin ta crise cardiaque ?


Fusillant Shira du regard, Shan se contenta de dépoussiérer le bras qui a été en contact avec l’employé un peu plus tôt.

Il n’y a qu’une syllabe de différence entre l’incantation pour incruster des pustules sur ta peau et celle pour graver des hémor-...


Ahum !


L’intervention du Chef hibou permit d’éviter à la conversation de prendre un tournant des plus étranges.

Eh bien, nous allons commencer par les présentations… Je suis Herita, Sage du Syrf Kala et Chef de la délégation des Diplomates venus présenter la faune et la flore de Nefyria à un congrès Akers.


Herita ? Était-ce un mâle ou une femelle ? Sa voix semblait être celle d’un mâle, mais son prénom sonnait autrement. Nashar abandonna la recherche : les prénoms n’étaient pas un bon moyen de définir le genre des animaux.

Voici Shira, qui m'assiste durant notre visite. Vous connaissez Shan, qui est là pour parler de la biodiversité des Marais… Mais nous hésitons à la faire intervenir… Bref, ce n’est pas le sujet ! Les autres sont des recrues du Syrf Kala, c’est leur première sortie hors de Nefyria.


Nashar salua aimablement chacune des personnes nommées, avant de présenter les employés du Demon’s Empire.

Enchanté de vous rencontrer. Je me nomme Nashar, membre des Jewelers et Gérant de cet établissement. Mon second à moi est Favaro que voilà.


L’Empereur indiqua le roux d’un geste souple de la main, omettant sciemment son grade de cogérant. L’Akers se redressa immédiatement, comme s’il avait été appelé à l’armée.

C’est un Akers, il saura répondre à vos questions concernant cette planète si vous en avez. Voici Geleerde, chef de notre sécurité pour aujourd’hui. J’ai spécialement demandé ses services afin de vous assurer une protection optimale.


Ne s’attardant pas sur le sujet, Nashar inclina la tête légèrement envers la louve ; signe qu’elle pouvait placer une réplique ici pour mieux se présenter si le coeur lui en disait.

Tous les employés et moi-même sommes à votre service. Nous pouvons même nous faire livrer des produits que nous ne possédons pas, si vous le voulez. Je vous invite d’ailleurs à prendre place.


L’Empereur indiqua fluidement les tables à ses invités. Les hôtes se mirent immédiatement en place, menu du cabaret prêt à être remis à chacun. La troupe de Nefyrien s’exécuta, désengorgeant l’entrée. Certains semblaient plus que ravis , surtout en examinant la carte des boissons. Nashar observa la scène, en restant aux côtés de Geleerde et de Favaro. Ce dernier murmura alors.

Héhé, nous revoilà comme à l’ancien temps… Elle a quoi la vieille ?


Le bleuté haussa un sourcil. Il était clair qu’elle avait remarqué quelque chose au sujet des deux immortels présents et que cela ne l’avait pas plut. Que ferait-elle ?

Aucune idée, gardons là à l’oeil.



vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



Le calme avant la tempête.

Geleerde restait cantonnée dans son nouveau rôle, ne laissant aucune expression pouvant la trahir. Ses traits d'esprits étaient rangés au placard le temps d'une courte pause avant le prochain levé de rideau... Mais était-ce pour le moins une bonne chose ? Qui sait ce que pouvait bien penser l'indomptable en cet instant. Peut-être avait-elle en tête un plan précis et méticuleux, bien déterminée à réussir son pari ? À moins qu'elle ne voilait ses véritables intentions...

Elle ne pu toutefois s'empêcher de souffler discrètement du nez face à l'insulte de Shan envers le bleuté : entre Nashar et un Daolah, lequel était le plus à plaindre d'être comparé à l'autre ? Hélas, le bref divertissement se termina subitement par l'intermédiaire de la Sorcière des Marais : observant les deux compères, Shan semblait curieusement se méfier d'eux. Plissant du regard, l'hybride se demandait sincèrement ce qu'elle lui voulait.

Bien qu'il ne valait mieux pas prendre à la légère le fait qu'elle soit apparemment capable de ressentir quelque chose émanant d'eux, Geleerde s'en fichait pour l'instant : cela ne lui empêcherait pas d'assurer son statut de chef de la sécurité.

Pour le bien de tous, la conversation fut heureusement détournée grâce à l'intervention de Shira et Herita. Haussant légèrement des épaules pour chasser cet étrange sensation de ses pensées, elle fut pour le moins surprise que Nashar daigne la présenter : ne devait-elle pas être discrète ? En réponse, Geleerde inclina légèrement sa tête à son tour pour saluer les invités Nefyriens.

Si son faciès ne laissait entrevoir aucun véritable désir de communication, elle renforça cette sensation en conservant toujours ses bras fermement croisés contre sa poitrine. Un chef de la sécurité n'avait techniquement jamais son mot à dire en de pareille situation. Un meh ! de désapprobation de la part de Shan fit arquer d'un sourcil l'indomptable : cette vieille folle allait être un problème si elle continuait à agir ainsi.

Étonnamment surprise de la patience et du professionnalisme de l'Empereur de Valice, la tempétueuse brune se demandait si elle était en face du même homme qu'elle connaissait depuis tant d'années. Avait-il finalement appris à se montrer humble avec le temps ? Finalement rejoint par le duo, la louve relâcha légèrement les muscles de son dos avant de soupirer discrètement.

— Ce qui est sûr, c'est qu'elle ne nous fait pas confiance.


Observant la Sorcière des Marais d'un simple coup d'œil en biais, Geleerde prit par la suite congé, bien décidée à accomplir sa besogne qui consistait à retrouver le reste des Nefyriens. Tournant des talons sans un mot, elle se fit discrète pour quitter les lieux.

Ou du moins, c'est ce qu'elle croyait...

* * *

— Je t'ai dit de tourner à droite !


De tout le genre humain, les vieillards étaient la pire des espèces. Habituellement démunis physiquement comme des enfants en bas-âge, ils estimaient que le reste du monde se devait de plier à leur moindre caprice, prétextant être les doyens du savoir et qu'ils méritaient le respect des cadets... Mais quand on se retrouve en plus à devoir porter l'un deux sur le dos, il y avait de quoi sincèrement perdre patience. Prise apparemment pour un fidèle destrier, Shan tapota contre les côtes de l'hybride à l'aide de ses talons pour la faire avancer.  

— Je croyais que tu n’avais pas besoin de quelqu'un pour tenir sur tes jambes, O bāchan.


— C'est toi qui est beaucoup trop lente en comparaison de moi ! Fallait bien que je me mette à ton niveau ! Allez, du nerf !


S'arrêtant brusquement après un énième coup de pied mal placé, la tempétueuse brune rétorqua à sa tortionnaire :

— Tape moi encore dans les côtes et c'est moi qui te trainerait dans la rue comme un vulgaire sac à patate.


Une grimace de la part de la Sorcière des Marais pour prouver qu'elle n'avait pas peur, la louve roula des yeux avant de reprendre sa marche. Bon Dieu, la récompense allait devoir être sincèrement gargantuesque pour qu'elle supporte ça encore un moment.  



Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Les employés perdirent peu à peu en stress. Ces clients là, bien que très importants, n’étaient que de clients, tout comme ceux qu’ils servaient par dizaine tous les soirs depuis leur embauche. À part leur apparence déroutante, ils étaient en tout point similaires aux étudiants fréquentant habituellement l’établissement : il y avait les timides, les bavards, les orgueilleux, les bienveillants et les alcooliques. Bref, l'ambiance générale effaça vite les méfaits de la vieille du marais, surtout depuis son départ.

Pourtant, si l’humeur d’une personne ne s’était pas améliorée avec ce départ, c’était celle de Nashar. Pire, le congé de Shan avec Geleerde participait à son inquiétude grandissante. Que faire si la louve la blessait ou la tuait ? Ou si elle lui montrait des choses qu’il ne valait mieux pas montrer à une dame aussi âgée ? Le bleuté relativisa en se disant que des deux, c’était surement la louve qui était la plus viei-... Expérimentée.

Mais l’Empereur n’avait pas de temps à perdre en scénario catastrophique : il avait des affaires à faire tourner. Une dizaine de minutes après que Geleerde soit partie en mission, Nashar alla à la table d’Herita et lui demanda si tout allait bien.

Incroyablement ! Le service est rapide et la nourriture est délicieuse !


Répondant par un sourire charmé, le bleuté ne put s’empêcher de voir la moue quelque peu perturbée de la seconde, Shira, qui fixait son assiette à la même table. Avait-elle un régime spécial ? Voulait-elle des vers ? De l’herbe ?

Il y a un problème ?


Shira leva les yeux en direction de Nashar et lui asséna, sans gêne, une pique appuyée par un ton désinvolte.

Vous avez des petits estomacs.


Herita fit de gros yeux de hibou à la sage du Syrf Kala, mais Nashar ne s’en inquiéta pas.

Les Akers n’ont malheureusement pas des ressources aussi diversifiées et grandes que Nefyria, nous prenons donc soin de n’utiliser que l’essentiel nécessaire à la satiété. Néanmoins, comme j'ai adapté les portions du menu à un estomac Akers, il est tout à fait normal que vous ne soyez pas satisfaite. Puis-je vous en faire apporter une autre, plus adapter ?


Calme et tact, Nashar s’était conditionné de longues heures pour rester dans son personnage d’aimable Gérant, au service de ses clients. Bien sûr, il aurait eu vite fait de jeter l'ingrate à la porte si elle n’était pas si importante. D’ailleurs, la Nefyrienne fronça des sourcils : la réponse du bleuté ne lui convenait pas, mais elle n’avait rien à y redire. Voulant éviter qu’elle trouve quelque chose, Herita intervint :

V-Vous parlez comme si vous n’étiez pas un Akers. Dois-je comprendre que vous êtes un errant, ou venez-vous d’un autre monde de l’Alliance ?


Le bleuté ramena son avant-bras droit au niveau de son nombril et inclina légèrement le torse. Si son geste pouvait paraitre étrange, c’était la position officielle d’excuse lorsque l’on s’adressait à quelqu’un de rang élevé.

Mes excuses, j’aurais dû me présenter plus convenablement. Je ne suis pas un errant, mais je ne viens pas non plus d’un des mondes de l’alliance. J’étais Agent de HOPE, avant la Déchéance, et je suis maintenant un Jeweler. Dans mon monde, j’étais l’humble dirigeant de ma nation, Valice.


Le Chef des diplomates laissa échapper un hululement de surprise.

V-Vous êtes un roi ?


Le bleuté se redressa en quittant sa position d’excuse, puis sourit en lui répondant.

Un Empereur, on m’a nommé ainsi après que j’ai uni les provinces de Valice.


“Province de Valice” était bien sûr un synonyme de “pays voisin”. Il avait aussi formuler sa phrase pour omettre les différents guerres et massacres qu’il avait du mener pour faire plier les récalcitrants et pour s'imposer en tant que maitre de l'Empire de Valice.

Oh ? Eh bien quel honneur pour nous d’être dans votre établissement.


Se félicita le hibou. À ses côtés, Shira regardait l’Empereur d’un air sceptique. Elle ouvrit la bouche, pour laisser échapper une question qui allait peut-être décontenancer Nashar.


***


Pendant ce temps, en plein Wisdom’s Heart, un homme se fit violemment jeter d’un bar. Déboulant sur le sol, son corps déjà boursouflé de coup s’endolorit un peu plus. Pourtant, cela n’empêcha pas l’ivrogne de se relever pour essayer d’entrer à nouveau.

Putain, mais juste un verre quoi ! J’ai pas que ça à foutre je dois bosser moi !


Une voix bien grave, vraisemblablement celle du tenancier, sorti alors des locaux pour le repousser avant qu'il ne passe la porte.

Si tu bosses, t'as l’argent pour effacer ton ardoise. T’auras rien avant, maintenant casse-toi !


Renfrogné, Finn lui répondit.

Mais je te te dis que j'avais assez pour régler, mais j'ai du aller me faire ma couleur ! Un peu de respect pour mes cheveux, enfoiré ! Compte-pas sur moi pour revenir ! Vieux con !


Fait donc ! Je préviendrais la police ! Ils te feront la couleur de tes poils de cul gratos !


Le chef de la sécurité du Demon’s Empire recula d’un pas. Il chercha une réplique, mais la douleur de son corps lui fit abandonner l’envie d’insister. À la place, il cracha au sol, avant de se retourner en direction du cabaret. S’il se souvenait bien, Nashar avait engagé l’Akers qui savait soigner les gens pour la journée, au cas où. Il le forcerait lui arranger un peu toutes les blessures faites par l’architecte.

Lorsqu’il tourna les talons, il s’élança sans vraiment faire attention à lui et percuta évidemment quelqu’un. Frêle, le choc le projeta une nouvelle fois au sol, sur l’une de ses ecchymoses. Il relava la tête pour dévisager la louve qui venait de le ramener aux pavés.

Mais bordel ! Regarde où tu vas ! Connasse !


Son regard se porta ensuite vers Shan, en califourchon sur Geleerde. Il changea d'expression et de ton pour continuer.

Ça vous dit de me payer un verre ?


vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



— Et pourquoi un soit disant Empereur de son monde, devenu Agent, puis membre des Jewelers joue t-il les gérants d'un établissement comme celui-ci ? Vous êtes tombés bien bas.


La réplique cinglante vint soudainement jeter un froid durant le repas. Des regards au coin pendant que d'autres ne savaient plus où poser les yeux, la seconde de Herita montrait ouvertement à tous qu'elle ne portait pas confiance envers leur hôte du jour. Agacée depuis son arrivée à Akerys, Shira aurait plutôt souhaité ne jamais y aller, estimant que partager leurs savoirs à des étrangers n'étaient pas une solution sur le long terme. Hululant en représailles, Herita se tourna aussitôt vers le bleuté, bien décidé à détourner la conversation :  

— N-Ne devions-nous pas rencontrer des Jewelers cet après-midi ? Je pensais qu'ils dineraient avec nous.


— C'est vrai ça. Où sont donc vos soit-disant érudits ? Ont-ils peur de faire pâle figure devant nous ?


La remarque était cette fois-ci de trop aux yeux de Herita. Bien que conservant un calme se voulant olympien, il gonfla soudainement des plumes avant d'arborer une teinte noirâtre sur son plumage. D'un regard sévère à faire pâlir tous les Nefyriens présents, tous savaient pertinemment que ce changement de couleur chez lui n'annonçait rien de bon. Serrant les dents, Shira se releva furieusement avant de quitter la pièce sans un mot pendant que la chouette reprit sa teinte habituelle.

— Ah, veuillez l'excuser, sir. Elle... Elle n'a pas eu une première rencontre particulièrement joyeuse avec des Akers...


* * *

Fixant le dénommé Finn d'un air désabusé, la louve n'avait pas manqué une miette de la scène avec le gérant de l'établissement. Allons bon, c'était quoi ce cirque ? Il avait vraiment besoin d'un verre pour se motiver à bosser ? Le dévisageant sans la moindre gêne, elle porta ensuite son attention vers Shan qui fit claquer sa langue après la dernière réplique de Finn. Cherchait-il à la draguer ? La bonne blague. Elle n'était pas le genre de femme facile que le jeune homme pouvait cueillir à la sortie d'un bar. La Sorcière des Marais étant très sélective parmi ses partenaires, elle n'allait donc tout de même pas laisser un blanc-bec tel que lui à profiter de sa présence. C'est que madame avait des goûts de luxe !  

— Vu ta carrure, tu n'as rien qui pourrait me satisfaire.


Pardon ?

Relativement surprise d'une telle réponse, Geleerde grimaça à l'idée que Shan soit encore... Active à ce niveau. Secouant de la tête pour s'éviter une série de cauchemars à cette idée, l'indomptable se pencha légèrement en avant pour fixer un peu plus en détail l'homme qui l'avait bousculé. En se fiant à la description donnée par Nashar, l'embrouilleur correspondait. De son côté, Finn se releva en époussetant brièvement ses vêtements avant de fixer la Sorcière des Marais.

— Allons, allons, chère madame, je ne me permettrais pas une telle proposition à une personne de votre... Genre. Je ne suis qu'un pauvre travailleur loin de chez lui, gagnant une misère pour se nourrir. Il me faut bien profiter de quelques plaisirs en dégustant un verre pour me donner le courage de retourner à ma besogne quotidienne.


Durant son monologue, Finn contourna la louve pour faire face à Shan, jouant des mains pour illustrer ses propos à la manière d'un acteur de théâtre. Tournant de la tête pour le narguer, la Sorcière des Marais restait fière en restant sur le dos de la louve. À cela, son chapeau entreprit d'ouvrir un œil fatigué, observant le fauteur de trouble qui arqua d'un sourcil en réponse.

— Je ne voudrais pas déranger votre ballade trop longtemps, mais peut-être que vous pourriez me faire le don d'une petite pièce à la place de m'offrir un verre ?~


— Si tu as un travail, pas la peine de faire la manche.


— Hm ? On se connait ? Ah, désolé, j'ai pas la mémoire des visages~ Je t'ai croisé dans une maison close peut-être ?


Jouant son jeu, Geleerde lui offrit un sourire carnassier en déposant Shan à ses côtés. Peut-être que le tester un peu avant de lui coller une raclée pourrait s'avérer distrayant.

— Rêve pas trop : si c'était le cas, mes services auraient été beaucoup trop chers pour toi.


— Houla, c'est pas sympa, ça ! Faudrait descendre d'un cran : t'as un complexe de supériorité ou quoi ?


— Va savoir : tu veux qu'on demande l'avis du patron à ce sujet ?


Clignant des yeux à plusieurs reprises, Finn ravala sa salive. Pourquoi avait-il la désagréable impression que cette orgueilleuse demoiselle semblait le connaître bien plus que lui la connaissait ? Reculant d'un pas, prêt à partir, il n'eut toutefois pas le temps pour cela : sous l'ordre de Shan, le chapeau se jeta soudainement sur le visage de l'embrouilleur, laissant apparaître quatre pattes félines dont les griffes s'accrochèrent à son visage.

— PUTAIN DE MERDE ! ENLEVEZ MOI CETTE CONNERIE !


Pendant que Finn se débattait comme un fou furieux en tentant de dégager la chose, la Sorcière des Marais fit signe à la louve de s'occuper de lui pendant qu'elle irait chercher les autres Nefyriens égarés.

— Je suis censé m'occuper de ç-


— Tu vas faire que me ralentir, idiote. Laisse gérer les grandes personnes et va donc jouer au baby-sitter de ton côté.


Sur ces mots, la silhouette de Shan disparue dans un halot de fumée soudain, pendant que Geleerde poussa un profond soupir. C'est à se demander à combien s'évaluerait sa peine de prison s'il lui venait à l'idée d'étrangler une vieillarde en pleine rue ? S'approchant de Finn qui gesticulait toujours, elle l'attrapa par la taille pour le soulever et le mettre sur son dos comme un vulgaire sac de pomme de terre. Maitrisé avec une facilité déconcertante, le chapeau de Shan cessa par la suite toute activité pour se loger contre la tête de la louve tout en... Ronronnant ?

Mais quelle journée de merde.



Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Shira termina sa première phrase qui commentait le nouveau statut du bleuté. L’air devint littéralement froid. Telle une onde-choc ayant pour épicentre un Nashar peinant à contenir sa rage, une baisse de deux à trois degrés s’empara du Demon’s Empire, peut-être même des alentours. Qui était cette sotte pour oser commenter le geste qui lui avait permis la survie de son Empire et de son peuple ? S’il n’était pas venu, Valice  tout entier aurait succombé à la maladie brumeuse et il aurait été Empereur de cadavre déformé par la douleur. Alors qui était-elle pour juger d’un acte si héroïque ? Nashar ne le savait pas, et il n’en avait que faire. L’image de l’Empereur ne devait jamais être entachée, encore moins en public.

Décidé à causer un incident diplomatique, le bleuté était à deux doigts de préparer son météore de glace pour abattre toute personne dans le Demon’s Empire, quand Herita intervient. D’abord inefficace, le soudain changement d’attitude du hibou surprit tellement Nashar qu’il en oublia temporairement ses intentions meurtrières. C’était simple, si le bleuté se fiait à ses sens magiques, la volaille en face de lui avait laissé place, pendant quelques secondes, à un énorme oiseau bouillonnant de rage. L’animal retrouva rapidement son état normal, se confondant en excuse devant la gérant pendant que sa seconde détala à l'extérieur. Nashar prit sur lui et accepta les excuses.

Ne vous inquiétez pas. Les Akers arriveront en milieu d’après-midi.


Se contenta de dire sèchement le bleuté. Il acquiesça ensuite de la tête, signifiant qu’il allait prendre congé. Nashar obliqua rapidement vers l’arrière-boutique où était l’entrée des sous-sols secrets du cabaret. Personne n’y était aujourd’hui, il avait interrompu toute activité illégale pour la journée. Mais cet endroit, quasiment isolé du monde extérieur grâce à plusieurs sorts plus ou moins autorisés, était parfait pour lâcher un peu de stress.

L’Empereur prit une grande inspiration en fermant les yeux. Lorsqu’il les ouvrit en expirant, une tornade d’air froid émana de lui, renversant quelques caisses d’objets potentiellement illégaux au sol.

Connasse ! Je te démonterai avec tes cornes et tu me diras qui est tombé bien bas !


Nashar fit alors apparaître un mur de glace devant lui qu’il frappa de toutes ses forces. Récemment, il avait trouvé que cet exercice était beaucoup plus pacifiant que la méditation. Une ruse du démon ? Peut-être bien, mais cela calmait ses pulsions. Bien sûr, ce n’était pas sans un contre coup : le poing du bleuté était maintenant en sang.

***

Quelques minutes plus tard, Nashar réapparut dans la salle principale du Demon’s Empire. Il avait nettoyé toute trace de sang et, même si des traces d’impacts étaient toujours visibles sur son poing, rien ne pouvait laisser voir qu’il revenait d’une petite séance de relaxation. Sourire aux lèvres, il fit signe à Favaro de gérer les affaires pendant qu’il s’absentait un instant. Le bleuté sortit du cabaret pour retrouver Shira, assise de l’autre côté de la rue. Il s’avança vers elle, non sans retenir son avis de l’égorger.

Puis-je vous parler ?


Vous n’avez pas mieux à faire ?


Vous n’avez pas idée. À vous entendre, vous ne portez pas les Akers dans votre coeur. Je ne sais pas pourquoi et cela ne me regarde pas.


L’Empereur créa soudainement une zone de froid intense autour d’eux, allant jusqu’à faire trembler la Nefyrienne de froid.

Mais je n’en suis pas un.


Il perça le regard surpris de la seconde des diplomates de son regard bleu démoniaque avant de se pencher à son oreille pour lui susurrer tendrement.

Je n’ai encore rien fait pour mériter votre mépris.


Le déchu arrêta son influence sur la température avant de se relever, sans perdre son interlocutrice de vue. Cette dernière qui hésitait à faire le moindre mouvement, notamment à cause de l'odeur ensanglantée que dégageait le point de l'Ancien Agent.

Encore. Rien.


Se voulant cordialement menaçant, il lui tourna le dos, sans crainte de représailles. La Nefyrienne qui n’était pas facilement impressionnable se sentit néanmoins en danger. L’homme qu’elle avait en face d’elle n’avait rien à voir avec celui qui était dans le Demon’s Empire, quelques instants plus tôt.

Retournez à l’intérieur à présent, vous allez attirer l’attention.


***

Le chapeau l’attrapant par surprise, Finn ne put pas se défense, non pas qu’il en avait la force de toute façon. Il tentait bien d’arracher le haut de tête, mais la force de cet objet était démentielle. Il pensa logiquement qu'un tel item était surement ensorcelé et usa de son pouvoir d’affaiblissement de magie, qui n’eut aucun succès. La magie des Nefyriens faisait donc partie des magies intouchables par ses capacités ? Ou était-ce simplement que l’objet ne soit pas animé par un mage ? Finn s’en fichait royalement, il était aux prises avec un chapeau étouffeur.

Dans sa bataille,  l’Embrouilleur se sentit soulevé par une force colossale. Très vite, le couvre-chef oppresseur le quitta pour se placer sur la tête de son nouveau maton : la brune. Qui était-elle ? Cela n’avait aucune importance. Le bougre se débattait encore plus fort, bien décider à se libérer. Hélas, sa tortionnaire avait une force herculéenne, l’empêchant de bouger.

Mais bordel à cul ! Lâche-moi merde !


Traîné comme un vulgaire baluchon il interrompit sa débâcle pour observer un instant le ciel. Une fine brise fraîche le recentra et il opta pour une approche qui, en son sens, lui ressemblait plus.

De ses fines mains, Finn, maintenant calme, se mit à tâter la taille de la louve, sans aucune gêne et jusqu’à ce qu’il obtint satisfaction. Extrayant la fameuse gourde d’alcool que Geleerde avait sur elle en toute circonstance, il se l’enfila d’une traite avant qu’elle pût réagir.

Pfiou ! C’est fort !


Malgré la grimace et la remarque, il n’en perdit pas une seule goutte, allant même jusqu’à sucer allègrement le goulot de la flasque .

De l’alcool à la taille, des cheveux bruns et des yeux rouges, alors c’est donc toi Geleerde ? Hm, décidément je comprends pas les goûts du patron.


Rebouchant la gourde, il se la glissa sans gêne dans la poche, ce qui lui fit cumuler ébriété sur voie publique et vol. Satisfait, Finn perdit tout envie de quitter son nouveau moyen de locomotion, bien que peu confortable. Après tout, il n’avait pas à se déplacer, la louve allait le ramener au Demon’s Empire.

Il aurait pu trouver mieux, je comprends pas pourquoi il refuse les donzelles pour toi.


vava
Geleerde
groupe



Petit patron...
[ Arc 1 - Après mission alpha : Code 4073 ]
Petit patron... 2zo2



Subitement destituée de sa gourde, l'hybride fit claquer sa langue contre son palais en réaction. Comment diable avait-il pu deviner qu'elle cachait de l'alcool précisément à cet endroit ? À en croire sa réponse, Nashar lui avait déjà parlé d'elle, ce qui la surprit quelque peu sans réellement l'être. Quelle horreur avait-il pu bien dire à son sujet et qui la décrédibiliserait forcément ?

— Va savoir : tu ne seras pas le seul à te le demander.


Haussant des épaules, elle s'amusa des propos de Finn : la louve n'était pas du genre à cacher quoi que ce soit à ce sujet. Si on lui posait sincèrement les bonnes questions, elle y répondrait sans détour. Sa relation avec l'Empereur de Valice étant pour le moins complexe, très peu semblait comprendre l'essence même de leur duo. Cependant, ce qui intrigua l'hybride fut que d'après Finn, le bleuté se refusait aux autres femmes. Le plus surprenant dans cette affaire, c'était surtout le fait qu'il le faisait apparemment pour elle.  

— L'alcool te fais donc tourner la tête aussi facilement pour délirer comme ça ? Quel enfant.


D'un soupir, Geleerde ne prit bien évidemment pas au sérieux l'Embrouilleur. Nashar restait un électron libre, appréciant la compagnie des demoiselles à la plastique généreuse, se lovant dans des draps de soies en leur compagnie. Le fait qu'il se refuse à un tel plaisir ne pouvait être que la conséquence que d'une seule chose : il préparait quelque chose qui sollicitait toute sa concentration.

— Hey, relax : je rapporte juste ce qu'on me dit.


— Je ne pense pas que tu connaisses suffisamment Nashar pour te permettre de savoir si ce qu'il te dit est vrai ou non.


— Ah, parce que madame le prétend, peut-être ? Désolé de te le dire ma puce, mais faut redescendre un peu de ton piédestal. Et puis il t'a sûrement dit que c'était moi le chef de la sécurité de son cabaret, alors une fois qu'on arrivera là-bas, tu m'en voudras pas de te montrer gentiment la sortie avec mon pied dans ton c-


Délogeant soudainement Finn de son épaule, elle le força à plaquer son dos contre le mur voisin pendant que la main de la louve se posa au côté du visage de l'Embrouilleur. Malheureusement pour lui, Geleerde n'était pas d'humeur à rire ni même à discuter avec un énergumène comme lui.

— Écoute moi bien. Aujourd'hui, c'est moi qui te remplace au Demon's Empire. Ce qui fait que tu es sous mes ordres. Là-bas, tu ne seras rien d'autre que mon sous-fifre. Tout ce je te dirais de faire, tu le feras, sans discuter. Tu n'auras pas ton mot à dire et je ne veux pas t'avoir dans mes pattes une seule seconde. Agis comme tel, et je serais susceptible de ne pas te briser les os... Est-ce que c'est bien clair ?


* * *

À quelques pas de l'établissement, Geleerde remarqua au loin son coéquipier. Si Shira venait tout juste de retourner au Demon's Empire, le gérant semblait prendre une pause loin de tout ce raffut. Sifflant pour signaler sa présence, elle s'approcha de lui, maintenant fermement le bras de l'Embrouilleur qui boitait à moitié. Le pauvre fou avait eu l'idée de fuir, contraignant à la louve de lui briser les os de sa jambe gauche.  

— Je vois que tu sais toujours t'entourer des bonnes personnes.


Lâcha-t-elle en pointant du menton l'ancien chef de la sécurité. Elle comprenait désormais mieux pourquoi il le voulait loin d'ici : ce mec était encore plus imprévisible qu'elle. Mais puisqu'il avait fini par revenir, c'était presque à croire que le Demon's Empire agissait tel un aimant sur Finn. Espérant une pause avant de rentrer de nouveau au cabaret, Shan fit malheureusement son retour, apparaissant comme par magie dans un nuage de fumée palpable tandis que le chapeau revint à sa juste propriétaire.

— Vous deux, venez ici tout de suite ! Il y a un groupe d'Akers qui ont enlevés mes confrères et consœurs !


Enlevés ? Sérieusement ? Arka, bordel. Dans quel merdier tu as pu te fourrer encore ? Reportant son attention vers le bleuté, Geleerde désigna d'un mouvement de pouce l'Embrouilleur :

— On fait quoi de lui en attendant ?






Respecte ma putain d'autorité, Invité.
vava
Nashar
groupe

Petit patron...

image nash


Face à Geleerde qui le menaçait en présentant sa plus belle hostilité, Finn ne put s’empêcher d’être tout émoustillé. Cela lui rappela la fois où il avait dépassé les bornes en éborgnant profondément Nashar, qui revenait des toilettes. Bien sûr, la division de ce dernier avait remplacé l’oeil en moins, mais le souvenir du bleuté faisant fit de sa douleur pour le menacer de le tuer restait gravé en lui. C’était la même aura que la louve dégageait  : cette haine constante pour le commun des vivants, qui ne s’enflammait jamais, tant elle était toujours à son paroxysme. En tout cas, c’était comme ça qu’il le percevait. C’était donc logique, pour lui, de fuir à ce moment. Il s’en sortit bien mieux qu’avec Nashar, cela dit.

L’Embrouilleur se laissa calmement traîner jusqu’au Demon’s Empire. Enfin, calmement, c’était vite dit. Une fois le sort de sa jambe scellé, il n’a eu de cesse que de se plaindre à coup de “je le dirais aux Jewelers” et de  “je le dirais à Nashar”, bref, rien de bien inquiétant. Ils arrivèrent bien vite devant le Cabaret, ou Nashar observait Shira entrer dans l’établissement. Saleté de Nefyrienne, se disait-il en analysant le charme arrière de la cornue. Expirant un souffle froid comme un fumeur soufflait sa fumée, il reprenait peu à peu son calme lorsque les énergies, puis les voix, de Geleerde et Finn vinrent à ses sens.

L’univers me déteste, voilà tout.


Toujours autant remonté, Finn, en oubliant surement le type de relation qu’il entretenait avec Nashar, se plaint alors sans se faire attendre.

Regarde ma jambe ! Elle me l’a pété cette salo-...


Le Chef de la Sécurité fut interrompu par une violente gifle de la part de son patron. Lui servant le même regard froid qu’il avait donné à Shira peu avant, le bleuté l’ignora impérialement. Cela agaçait l'employé au plus haut point qui s'apprêtait à lui rendre l'appareil quand une deuxième claque survint.

Tu as perdu au change : la vieille ne valait pas cet ivrogne. Où est-elle en faite ?


Un nuage de fumée vint alors répondre à sa question. Shan en émergea, vraisemblablement prise de panique, ce qui était très étrange. D’abord perturbée, voire légèrement dégoutée de tomber sur le couple d’immortels, elle renseigna des raisons de son retour en catastrophe : des membres du groupe de diplomate s’étaient fait avoir par des Akers ! Mais bien sûr ! Il fallait que ça arrive aujourd’hui !

Nashar stressa légèrement… Beaucoup. Il avait un peu exagéré les faits devant ses employés, mais pas tant que ça : il perdrait toute crédibilité si un incident diplomatique survenait. C’était assez paradoxal, venant de celui qui était prêt à tous les tuer quelques instants auparavant, mais il se devait de les protéger. Leurs morts lui coûteraient beaucoup trop.

Où sont-ils ?


Shan pointa une direction du doigt avant de leur répondre :

Par là ! Je les ai vu menotté et les yeux bandés en train de suivre des Akers dans un-…


Un entrepôt ?


S’essaya Nashar, familié avec ce genre de chose.

Non, un magasin. Ne m’interromps plus, garnement. Je ne peux pas nous y téléporté tous, je vous retrouve là bas !


Aussitôt, la vieille disparut aussi rapidement qu’elle était apparue. Qu’elle était méprisable. Nashar comprenait pourquoi il avait senti une sincère joie dans la voix de Shira lorsqu’elle pensait que la sorcière faisait une crise cardiaque. Geleerde posa ensuite la question du cas de Finn. Nashar haussa les épaules en s’approchant de son employé. Lorsqu’il tendit la main, l’Embrouilleur tenta de reculer.

N-Non ! Ne fait pas ça ! Je te promets si tu fais ça j’irais faire un rapport aux Jewelers ! Oublie pas que je suis là pour te surveiller !


Tu détestes faire des rapports.


E-enculé ! Non !


L’Empereur, avantagé par ses deux jambes valides, lui colla alors sa main au cou et lui envoya une violente vague de froid. Il ne s’inquiétait pas des éventuelles séquelles qu’il aurait à son réveil : Finn s’était toujours montré étonnement résistant. Peut-être de la régénération ? Toujours était-il qu’il était maintenant évanoui, à cause du choc thermique. Le bleuté prit alors soin de déposer son corps devant la concurrence, non loin, en plaçant à côté de lui la flasque qu’il avait dans sa poche, ouverte.

On y va.


vava
groupe
Aller en haut MenuAller en bas