REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Sadako Yamamura

Partagez
vava
Sadako Yamamura
groupe

Sadako Yamamura

"Il y a une ombre avec moi. Elle m'est familière, c'est très ancien, cependant je n'arrive pas à m'en souvenir... Mais je suis certaine que je la connais. Et c'est ça qui m'effraie le plus."

Origine

Age

Sexe

Faction

Tiré d'une oeuvre existante

19

F

Syrf Kala (Nefyria)

HISTOIRE

“Sadako a toujours été...tourmentée.  Je ne suis pas son véritable père, pourtant je l’ai toujours élevée comme ma fille, autant que possible, bien que la dualité de sa nature n’ait pas rendu les choses simples. Ma femme, Shizuko, était une puissante médium, même si la véracité de ses pouvoirs fût sujet à de nombreuses frictions avec mes collègues de la communauté scientifique comme avec les médias. Les choses se sont aggravées lors d’une expérience publique que nous avons tentée devant un groupe de journaliste, durant lesquelles nous avons tenté de prouver mes thèses par une démonstration des aptitudes de Shizuko.

Helas, cela tourna au drame. Aucun de nos invités n’eût l’ouverture d’esprit d’accepter ce qui était devant leurs yeux, et ils crièrent au scandale, pointant du doigt “l’arnaque” et le “mauvais tour de magie”  qui leur était présenté. Sadako était elle aussi présente ce jour-là, et semblait bouleversée de voir ainsi sa mère ainsi humiliée, jusqu’à ce que sa colère  prenne le dessus. Lorsque le plus virulent des accusateurs s’écroula soudainement au sol, raide mort, sans raison apparente, il m’apparut clair que l’enfant avait reçu d’autres dons que ceux de sa mère…

Après ce terrible évènement qui avait éveillé son héritage paternel, son jeune corps ne pût supporter les forces opposées qui se déchaînaient en elle. Ainsi, elle se divisa en deux Sadako: L’une d’elle, humaine, avait reçu tous les aspects de sa mère. Sa gentillesse, sa timidité, ses aptitudes psychiques bienfaisantes. Quant à la seconde… elle tenait bien plus de son père.

Shizuko sombra dans la folie, de voir ainsi sa progéniture teintée par la forces du mal, et je pris alors la décision de séparer les deux versions de notre fille. La première, fût envoyée dans une petite école pour y vivre une vie normale, l’éloignant le plus possible de son double corrompu que je conservai près de moi, la nourrissant de drogues interdisant sa croissance en espérant que cela limite ses pouvoirs.

Cela ne semblait pas suffire… car j’appris que lors d’une sortie à la plage, quatorze enfants se noyèrent, après que Sadako leur ait supplié de ne pas aller nager, prédisant leur mort. D’une façon ou d’une autre, l’influence démoniaque de son ascendance paternelle semblait la suivre  partout où elle allait…”

-Heihachirô Ikuma, scientifique étudiant l’occulte




Quelques mois plus tard, la mère de Sadako mit fin à ses jours, forçant son père désespéré à la rappeler quelques temps auprès de lui, cachant dans le grenier cette “soeur” dont l’innocente enfant avait comme oublié l’existence, tout comme les souvenirs de l'événement ayant conduit à leur séparation était sortit de son esprit.  La jeune fille, calme et timide, avait été miraculeusement épargnée de ces douloureuses informations, renforçant l’espoir de son père qu’elle puisse un jour vivre une vie normale. Il l’envoya donc dans une grande ville, où elle put suivre une thérapie intensive pour l’aider à surmonter la mort de sa mère.

La jeune fille put grandir tranquillement, bien qu’ayant du mal à se faire des amis, tenant bon grâce à une photo de sa mère et un étrange cristal noir ayant, paraît-il, appartenu à son véritable père. Les années passant, Sadako commença lentement à éveiller ses pouvoirs à son propre insu, voyant parfois des fantômes qu’elle prit au début pour des hallucinations.

Mais au fil des années, et malgré les puissants tranquillisants que son thérapeute lui prescrivait, l’état de la jeune femme ne s’améliorait pas. Elle continuait d’avoir ces “hallucinations”, ces visions qui semblaient parfois montrer le futur, ces sensations étranges… mais surtout, cette ombre qui la suivait en permanence. Une ombre familière et effrayante, que même les gens autour d’elle semblaient parfois percevoir…

A ses 19 ans, la jeune femme rejoignit une troupe de théâtre, sur les conseils de son thérapeute, afin de guérir ces problèmes de tension ne faisant que croître. Sadako avait en effet un certain attrait pour le théâtre, et un certain talent en tant qu’actrice, qui la firent rapidement remarquer par le producteur de la troupe. Mais si cette nouvelle vie eût des effets bénéfiques, ce fût en vérité le début du cauchemar pour Sadako…



“Depuis que cette fille est arrivée, tout va mal, je vous jure. Tout le monde se sent mal à l’aise dans la troupe ! Elle est jolie, elle travaille dur, certes, mais elle est… bizarre. Y’a une étrange présence autour d’elle,  je saurais pas l’expliquer. J'ai entendu les filles discuter dans la loge, elles aussi font tout le temps le même rêve depuis que Sadako est arrivée: Une maison ancienne, avec un puit dans le jardin. Ça peut pas être un hasard  !  En plus, Aiko a confessé qu’elle aussi, voyait une ombre qui traînait avec elle… c’est vraiment pas normal.”

-Etsuko Tachihara, costumière


Et le jour même, la dénommée Aiko fût retrouvée morte, en plein milieu d’une répétition. L’affaire fût un scandale, et son ampleur médiatique explosa quand Mr. Shigemori, le producteur de la troupe, annonça que leur jeune nouvelle, Sadako, totalement inconnue du public, prendrait le rôle principal qu’incarnait Aiko. Au sein de la troupe les tensions étaient palpables. Le défunte n’avait jamais caché son dédain pour  la nouvelle arrivante, et voir ainsi comme les événements avaient tournés, de sombres rumeurs étaient murmurés dans le dos de la jeune comédienne…

Mais tous ne la détestaient pas. Au contraire, Sadako et le responsable du son, Toyama Hiroshi, commencèrent à se rapprocher l’un de l’autre, à passer plus de temps ensemble, et devinrent rapidement très proches. Celui-ci devint son confident, l’aidant à tenir alors que les évènements surnaturels autour de la jeune femme ne cessaient de se multiplier,  ne causant que plus de trouble au sein de la troupe déjà anxieuse et suspicieuse.
Et ce, jusqu’à la seconde tragédie.

Mr. Shigemori portait lui aussi un intérêt tout particulier pour la jeune femme. Persuadé qu’elle avait volontairement assassiné Aiko afin de prendre sa place, le producteur se trouvait lui aussi attiré par cette image qu’il se faisait de Sadako, mais arrogant et possesseur, tenta de la contrôler et la manipuler. Cela dérapa au point où il tenta de l’agresser, la veille de la représentation, avant  d’être interrompu par Toyama qui le tua en essayant de la protéger, bien que lui-même fût gravement blessé au crâne dans l’action.


“Quand Ikuma nous a présenté ces théories, nous avons été nombreux à les rejeter. L’occulte? Des femmes dotées d’aptitudes surnaturelles? En quoi cela était scientifique? Non, ça n’avait aucun sens. Lui-même a fini par réfuter ses propres thèses après cette fameuse expérience ayant tourné à la tragédie, il y a dix ans, avant de se réfuter on ne sait où.
Pourtant,  hier,… cette Sadako, elle m’a amené un homme avec le crâne ouvert, je l’ai vu de mes propres yeux. Mais à peine  le temps que je me retourne pour prendre mes instruments, elle a posé ses mains au niveau de la blessure, et quand je suis revenu vers le blessé, la plaie avait disparue. Volatilisée. Je l’ai gardé en repos une nuit, mais si je n’avais pas vu la blessure au préalable, j’aurais cru que ces deux là s’étaient moqués de moi.

Et si cela ne suffisait pas, voilà qu’une infirmière m’amène un de nos patients, pourtant paraplégique à vie, et maintenant capable de marcher comme à ses vingt ans depuis que cette même fille l’a touché. Deux miracles en deux jours? Ikuma n’était peut-être pas un fou finalement.
D’ailleurs, Sadako,... ce n’était pas le nom de sa fille?”


-Un chirurgien anonyme




“Je sais qui elle est. Et le monde doit apprendre la vérité. Mon fiancé était journaliste, tout comme moi, et a été foudroyé d’une crise cardiaque alors qu’il accusait cette Shizuko d’être une imposture, un tragique et pratique “accident” qui laissa tout le monde sans voix, et cette histoire sombra ensuite dans l'oubli. Mais j’ai mené mon enquête, et les choses vont bien plus loin que ça ! Savent-ils que les douze autres journalistes présents ce jour sont tous morts dans des circonstances inexplicables, durant les dernières années? Je suis remontée jusqu’au club de théâtre dont elle était maintenant l’actrice principale.

Une fille timide, et bizarre, comme sa mère. A notre rencontre, le fait d’être photographiée semblait la mettre mal à l’aise, et après quelques clichés, le flash de l’appareil de mon assistant explosa spontanément. Comme s’il y avait besoin d’une preuve de plus.

Les clichés révèlent souvent des phénomènes surnaturels. Et sur toutes les photos, les visages des membres la troupe étaient floutés… un signe qu’ils étaient condamnés à mourir d’une malédiction. Mais il y avait autre chose. Quelque chose de caché, derrière Sadako, d’invisible à la plupart des gens… comme une ombre. Derrière la jeune femme, se trouvait une deuxième Sadako, plus jeune et inhumaine…

J’ai en main quelque chose qui devrait la faire réagir. L’enregistrement audio de ce jour, le jour de l’expérience ratée. Tout ce dont j’avais besoin, c’était quelqu’un de leur équipe pour m’aider à le diffuser le moment venu, une complice que j’ai trouvée:  la dénommée Etsuko, qui craint Sadako et veut tout autant que moi la voir périr. Il suffira qu’elle remplace la bande audio lors de leur première représentation, et tout le monde verra qui elle est vraiment…”


-Akiko Miyaji, reporter


Et en effet, cela ne manqua pas.  L’équipe était inquiète de l’absence de Mr. Shigemori, mais il était trop tard pour annuler quoi que ce soit: La pièce devait se jouer.  Et quand vint la grand moment où Sadako fût seule sur scène, Etsuko inventa un stratagème pour remplacer Toyama dans la régie-son, et lança alors l’enregistrement dans toute la salle. Le public était confus, mais Sadako d’autant plus. Des flash lui revinrent. Des souvenirs, et un sentiment de désespoir l’envahit alors qu’elle s’écroula à genoux, se tenant les tempes, observant avec effroi les fantômes de tous les journalistes morts qui pointaient du doigts leur meurtrière.

Elle.

Dans le même temps, le reste de l’équipe retrouva le cadavre du producteur, caché derrière des éléments du décor. Dans leur obsession pour Sadako qu’ils tenaient coupables de tous leurs malheurs, ils ne virent aucun autre coupable possible en cet instant.

Sur scène, l’angoisse dévorante de la jeune femme faisait exploser ses pouvoirs. Les lumières clignotaient avant d’exploser. Les murs et objets tremblaient et s’écroulaient. Le médecin de la jeune femme, présent ce jour, tenta de la rejoindre pour la calmer avant de s’écrouler suite à une mort foudroyante et spontanée.


Lorsque cette tempête psychique fût calmée, Sadako tenta de s’enfuir, pour finir piégée par le reste de la troupe aidé d’Akiko. Toyama tenta de la rejoindre, mais fût retenu par Etsuko, et ne put qu’observer son amante être tabassée à mort devant ses yeux.




“Et ensuite, ils l’ont amenée ici. Cette journaliste avait appris pour la deuxième Sadako, et ces gens sont venus pour la tuer. Mais elle n’est pas humaine, il est impossible de la vaincre par les moyens normaux… ils l’ont appris bien trop tard. Celle qu’ils pensaient avoir tuée avait récupéré de ses blessures, et s’était enfuie dans la forêt, avant que la pire chose qui puisse arriver ne se produise: Les deux Sadako furent réunies en une seule et même personne. A l’apogée de leur force, remplie de colère et de désespoir, laissa son ascendance anormale prendra le dessus,  poursuivant et massacrant une à une toutes les personnes qui se trouvaient là, jusqu’à ce que je la retrouve en pleurs, proche des cadavres d’Etsuko et d’Akiko, qui s’étaient suicidées avant qu’elle ne les atteigne.



Elle m’a ensuite raconté les détails de cette terrible tragédie. Ma pauvre fille… ne pourra jamais avoir une vie normale. Où qu’elle aille, peu importe la distance que j’essaye de mettre entre elle et la vérité, rien n’y fait:  La mort la poursuivra toujours. Jamais elle ne connaîtra la paix… et jamais les humains ne seront en sûreté tant qu’elle est libre.

J’ai donc fait ce qu’aucun père ne devrait avoir à faire. Il m’a fallu l’empoisonner pour l’affaiblir, puis la frapper avec une lame, à de multiples reprises, jusqu’à ce que je parvienne à la faire tomber dans ce puit…. et d’en refermer l’entrée, afin de ne plus entendre ses pleurs et supplications.

Ma fille…. je suis désolé.”

-Heihachirô Ikuma

Physique et Mental

Sadako est une jeune femme entourée d’une aura étrange et mystérieuse, effrayante ou fascinante selon les individus, rappelant grandement les spectres de la culture japonaise. Sa peau pâle lui donne un air fantomatique, contrasté par de longs cheveux noirs de jais, entourant un visage fin et délicat, immaculé,  comme s’il n’avait jamais été ne serait-ce qu'effleuré. Du haut de son mètre soixante, la jeune femme  arbore un air mystique et traditionnel, pouvant ressembler quelque peu à une prêtresse quand elle porte sa légère robe blanche. Bien qu’il s’agisse d’un critère subjectif, il n’est pas rare qu’elle soit remarquée pour sa certaine beauté, son héritage non-naturel pouvant se ressentir dans l’absence d’imperfection, mais transparaissant sans l’ombre d’un doute au travers de ses iris rouges et ses pupilles violettes.


Son caractère est lui-même divisé entre les natures opposées qui la composent.
D’abord, tout comme sa mère, Sadako est d’une profonde gentillesse. Elle se montre respectueuse et dévouée, prête à aider ceux dans le besoin, même avec ceux qui ne lui rendent pas la pareille. Impressionable, ce caractère doux la rend aussi fragile, facilement effrayée ou blessée, et passe parfois pour de l’hypocrisie aux yeux de certains. Mais, elle tient de son père la teinte du mal, et se retrouve donc aisément sujette à des émotions négatives. L’angoisse et la tristesse, peuvent profondément l’affecter et se changer, lorsque certaines circonstances sont réunies, en une colère froide, vengeresse, et meurtrière. Malgré tout, lorsque ces “phases” passent, elle ressent une grande culpabilité  pour ce qu’elle aurait pu commettre à ces moments.


Sadako tient également de sa mère son calme et sa timidité. Elle est ce genre de jeune femme relativement discrète et cachée dans son coin, sans parler à personne de peur de déranger qui que ce soit, d’autant que son passé et ses pouvoirs la poussent à l’isolation. Ajouté à ça l’étrange aura qui l’entoure, elle fût bien souvent qualifiée de “bizarre” par cette attitude distante et observatrice, ce qui ne facilite pas son intégration dans les groupes.
Mais son héritage paternel lui induit parfois des comportements manipulateurs et sadiques, pouvant, lors de crises particulièrement violentes, la rendre psychotique.


Mais globalement; la jeune femme est bien plus proche de son côté humain, grâce aux drogues d’Ikuma ayant empêché la maturation de son “mauvais double”. Ses traits de caractère associés à son côté Yokai se manifestent généralement subtilement, sauf lors de rares crises particulièrement fortes,  pouvant la transformer en un monstre contre-nature et inhumain.

Sadako déteste néanmoins les aspects les plus sombres de sa personnalité, les ressentant comme une maladie, quelque chose qui ne devrait pas être là. Si la comédienne est loin d’être sans crainte, la seule chose lui faisait réellement peur, chaque heure de chaque jour… est bien elle-même.

Pouvoirs et Capacités

En tant que fille de médium, Sadako hérita de sa mère un don pour percevoir le passé et le futur sous forme de visions et prédictions, ainsi que la capacité de voir les fantômes.

Mais la capacité principale de la jeune femme, alimentée par ses deux héritages, s’appelle "Nensha" (“Thoughtography”, aucune traduction fr), et peut se résumer en une aptitude à transformer l'intention en énergie. Celle-ci se manifeste de plusieurs manière très différentes en fonction de son état actuel et de ses émotions:

-L’énergie déployée peut dessiner des choses sur les objets en les “brûlant”. Les images apparaissent sous forme de marques noires, de brûlures, prenant la forme de l’image qu’elle désire imprimer. C’est l’application la plus simple et la plus directe du Nensha.

-L’énergie peut également captée par des appareils d’enregistrement comme des microphones ou des caméras, sous forme de sons ou d’images s’ajoutant à/remplaçant ce que l’appareil avait déjà mémorisé. Au paroxysme de ce pouvoir, les appareils touchés par son Nensha peuvent transmettre des malédictions à ceux qui voient ou écoutent les pensées imprimées, mais grâce à (ou à cause de) la nature douce et humaine de Sadako, aucune malédiction créée de cette manière n’est entièrement inévitable. Moins son héritage Yokai a le dessus, plus les malédictions sont faibles et faciles à défaire, car elles ne peuvent être créées qu’à partir de haine brute.
Trivia :
C’est avec cette propriété qu’elle créé la fameuse “vidéo maudite”, où l’on peut voir que, même morte et entièrement transformée en monstre vengeur, elle permet une échappatoire.


-Avec un effort de concentration particulier, des pensées claires peuvent être transmises directement dans l’esprit de quelqu’un, comme des paroles ou des visions. Mais si elle est instable émotionnellement ou perd sa concentration durant le processus, l’informations sera indéchiffrable et extrêmement douloureuse pour le cerveau de la cible. Mais cette aptitude a tendance à rayonner naturellement autour de Sadako, ainsi les gens qui la côtoient régulièrement peuvent souffrir de légères hallucinations, ou se retrouver à faire des rêves prémonitoires. Généralement, toutes les personnes autour d’elle subissent les mêmes effets, trahissant la présence de ce pouvoir.

-Il lui est également possible d’utiliser cette énergie sous forme télékinétique, pour déplacer des objets ou les détruire, ainsi qu’infliger des dégâts internes qui peuvent être létaux. Cette aptitude très proche de son côté Yokai réagit particulièrement à ses émotions négatives, où elle est peu précise. Mais avec une certaine maîtrise de soi et de son pouvoir, Sadako peut se servir offensivement de sa télékinésie.

-Et enfin, le Nensha peut être utilisé pour soigner des blessures ou des maladies de toute gravité, même des maux n’ayant pas de remèdes naturels (comme la paraplégie). Sadako doit toucher la cible, et spécifiquement la zone “atteinte” du mal (approximativement) afin de transférer l’énergie positive là où il faut. Ce pouvoir la soigne également passivement, assez efficacement pour la remettre de multiples blessures moyennes en quelques heures, ou de blessures graves en quelques jours. Son côté Yokai lui permet de prolonger sa durée de vie, même dans des circonstances extrêmes, en utilisant sa colère comme source d’énergie. Néanmoins, survivre trop longtemps en utilisant sa haine assure qu’à sa mort, Sadako deviendra un fantôme vengeur.


Le père de Sadako étant une entité liée à l'océan, ses capacités sont à leur maximum lorsqu'elle est proche de l'eau.

De manière générale, le Nensha fait rayonner de l’énergie, qui ne se limite pas vraiment à sa “cible” normale. Ainsi, les utilisations puissantes de ce pouvoir ont de nombreux effets secondaires, pouvant perturber les appareils électroniques proches, provoquer des parasites dans les appareils d’enregistrement, transmettre des visions et pensées douloureuses aux humains proches, ou même à son paroxysme leur donner temporairement une version mineure du Nensha.

Mais cette versatile capacité n’est pas infaillible. Le pouvoir est extrêmement instable à cause de l’héritage double de la jeune médium, et demande une concentration particulière pour être utilisé correctement, concentration qu’il n’est pas aisé d’avoir dans des situations stressantes ou secouantes. De plus, il dépend majoritairement de l’état d’esprit de Sadako, de ses émotions, qui peut se retrouver incapable de faire ce qu’elle désire si ses émotions sincères sont en désaccord avec ce qu’elle essaye de faire: sa nature bonne lui permet de soigner qui elle veut, même des inconnus, mais elle sera incapable d’utiliser un Nensha offensif sur un innocent, encore moins quelqu’un qu’elle aime. Et encore, elle aura bien du mal à attaquer un ennemi si elle n’a pas de raison de le haïr profondément.  Si son côté Yokai prend le dessus, les utilisations agressives seront bien plus permissives, mais elle ne pourra pas soigner ou transférer des pensées positives, puisqu’elle risque de ne pas en voir l’intérêt.
En résumé, le Nensha transforme bien l’intention en énergie. Ainsi, avant d’avoir l’énergie, il est nécessaire d’avoir l’intention.

IRL

Pseudo : Vample
Age : 25
Comment avez-vous connu le forum ? J'en suis un ancien membre qui a suivi son évolution d'un oeil
Vous êtes sur discord ? Oui
Accès à la zone +18 du forum ? Oui
vava
The Birther
groupe
Bonjour et (re)bienvenue sur Rebirth RPG !

Une bien triste histoire pour Sadako, mais c'est une habitude de la maison venant de toi, n'est-ce-pas, briseur de cœur !  Sadako Yamamura 4158516773

Si cela est logique, nous nous permettons de le préciser, mais tout ce qui touche aux autres joueurs (les malédictions, les transmissions de pensées / visions) devront recevoir l'accord du partenaire de RP, pour éviter toutes les mauvaises surprises qui peuvent éventuellement déranger la liberté d'imagination des autres ainsi que la tienne. Un terrain d'entente vu en amont est toujours appréciable, plutôt qu'une bête confrontation entre les membres après que le mal soit fait.

Attention également avec les prédictions passées/futures : tout ce qui touche au lore profond, les PNJ influents et HOPE ne sera pas accepté, afin d'éviter une interprétation erronée. Au moindre doute, tu peux nous parler en privé, si besoin, nous restons ouverts à la discussion !

Sur ce, tu es validé : bienvenue à toi dans la meute du Syrf Kala ! Sadako Yamamura 403255964
Aller en haut MenuAller en bas