REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073

Nouveau monde ! Pour une nouvelle vie !

Partagez
vava
Raven
groupe



Un nouveau monde pour une nouvelle vie

feat Sakado




Toute cette histoire est bien trop étrange, elle dépasse de loin tout ce que j'aurais pu imaginer. Ai-je été téléportée ? Il semblerait bien... En tout cas je ne suis plus dans le petit parc en plein centre-ville ça c'est sûr ! D'ailleurs je remarque qu'il n'est pas la même heure ici, je me retrouve à passer du milieu de la nuit à l'aube rougeoyante en quelques secondes... Il me faut un peu de temps pour m'habituer à ce saut dans le temps. Bon aller reprend toi Raven !

Une fois le choc émotionnel de mes premiers instants dépassé, je me mets à observer mon environnement, à humer l'air pur. Ici la forêt est aussi verdoyante que lumineuse ! Ça me rappelle avec nostalgie ma toute première maison... Le vent circulant silencieusement entre les troncs, l'odeur des plantes, l'air humide, le chant des oiseaux, la fraîcheur de la terre, la rosée du matin... Tant de similitudes qui me font monter les larmes aux yeux. J'ai l'impression que je pourrais bâtir un nouveau chez moi en ces lieux. Mais... Ce n'est pas justement l'occasion rêvée d'échapper à mon quotidien ennuyeux ? De renouer avec mes racines, et retourner à ma vie originale, même loin de mon peuple...

Cette idée me fait sourire tellement elle m'emplis de joie ! Enfin de nouveau libre, sans règle, sans personne pour me rappeler à l'ordre. Vivre à fond en solitaire sans risquer de blesser qui que ce soit ! Puis je me rappelle le petit poids dans ma main. Le cristal d'un noir obsidienne y est toujours. Maintenant que j'y pense, c'est seulement après avoir reçu le bout de pierre précieuse dans la main que je me suis retrouvée ici. Serait-ce lié ? Et puis, je ne peux pas être forcément seule ici, si ça se trouve il y a d'autres personnes un peu plus loin. Au fur et à mesure que je réalise certaines choses, mon rêve de vie libre et solitaire s'évanouis peu à peu.

Et si la grande déesse avait une mission pour moi ? Autre que celle que m'ont déjà confié le Bien et le Mal, c'est-à-dire maintenir l'équilibre entre la vie et la mort. Et ce corbeau, où est il passé ? Et pourquoi est-ce qu'il avait un cristal dans son estomac ? Et pourquoi se trouvait il dans ce parc alors qu'en septs ans je n'y avais pas vu un seul corbeau ? Et... ? Et... ? Et... ?

Tellement de questions se bousculent dans ma tête, à un point que ça en vienne même à m'effrayer. Subitement, ma vie m'a été dérobée, et alors que dans un premier temps je voyais ça comme l'occasion idéale de tout reprendre à zéro, je réalise dans un second temps que tout ce que je connaissais avait disparu. Dans cet environnement inconnu, il me faudrait tout réapprendre. Quels sont la faune et la flore du coin ? Quelle est la chaîne alimentaire qui régit cette biodiversité ? Je me surprends à parler de moi et de ce qui m'entoure comme si j'étais dans un univers totalement différent, ce qui serait totalement absurde ! Et pourtant, un petit quelque chose en moi, mon instinct, me souffle que c'est peut-être bien le cas.

Ça me donne des frissons dans le dos rien que d'y penser. Je regarde à nouveau la pierre dans le creux de ma main... Mais bon sang où est passé ce fichu corbeau ? S'il était toujours là, j'aurais au moins pu faire un rituel pour obtenir quelques informations sur lui, comme savoir sa provenance. Était-il venu de loin ? Ou avait-il été envoyé par le ciel ? Malheureusement je pense que je n'aurais jamais cette réponse... Soudain, une sensation étrange m'envahit et un battement d'ailes, que je pourrais reconnaître parmi des centaines tellement il m'a marqué, se fait entendre derrière moi. Je me retourne alors, mais ne vois rien. Vérifiant d'éventuelles traces sur le sol, regardant les branches des plus basses jusqu'à cime... Rien.

Puis une silhouette noire dépasse du bord de mon champ de vision sur la droite. Ah ah, je te tiens ! Et là je manque de tomber à la renverse. Ce que je vois en face de moi, ou plutôt à côté de moi, est une aile de corbeau... Géante ! Et il y en a une deuxième sur ma gauche. Mais le pire dans l'histoire, c'est qu'elles semblent attachées à moi, dans mon dos, entre les omoplates. Je tente de regarder, mais je ne suis pas assez souple pour le faire. La peur finie par passer, laissant place à la curiosité. D'une main je caresse les plumes, c'est doux et bizarre. Comme si les ailes étaient une partie de mon corps, je ressens les choses comme si je me caressais la peau... Une branche craque non loin, et je m'arrête immédiatement.

Qui va là ?

An'ye Harm None Do what Ye Wilt


vava
Sadako Yamamura
groupe


L’ obscurité s’était répandue tout autour de moi, alors que mon esprit divaguait et se perdait dans ses propres pensées, faisant tout pour échapper à la réalité, aux ténèbres de cette cage de pierre, à la froideur de cette eau qui m’entourait, mais surtout, à la terrifiante solitude… il n’y avait plus que moi. Mon propre père m’avait délaissée…

M’abandonnant à mon sort, je laissais donc mon esprit partir, loin de ce puit, de cet enfer. Il se perdit dans des terres lointaines, des montagnes et des océans, des villes dont les mille feux illuminaient le voile nocturne. Puis, soudainement, une forêt, plus vraie que nature. Ce n’était pas celle qui se trouvait derrière ma maison, non, c’en était une autre… beaucoup plus grande. Beaucoup plus… étrange. Je pouvais sentir le vent sur ma peau et dans mes cheveux, accompagné d’odeurs boisées, entendre le doux chant d’oiseaux inconnus, sentir la chaleur du soleil réchauffer mon visage.



Je me retournai d’un coup. Puis une autre fois, observant frénétiquement les environs, qui ne pouvaient pourtant pas être réels. Forçant mes jambes encore trempées à se mouvoir, je fis quelques pas hésitants, m’attendant d’un instant un autre à heurter la pierre de ma prison. Pourtant, rien. Aucune roche humide. Aucun retour brutal à la réalité. C’était comme-ci… étais-je en train de rêver? Ou, si un dieu existe, aurait-il eu pitié de moi?...


Ne croyant pas ce que me sens percevaient, je commençais néanmoins mon exploration des environs, de ce mystérieux environnement onirique. Tout semblait si… mystique. Si apaisant. Jamais je n’aurais cru un jour rencontrer un lieu si relaxant, si bien qu’il ne pouvait pas être réel. Un doux rêve d’un esprit faisant preuve de deni… pourtant il me fallait en consommer chaque instant, me remplir de cette illusion de liberté jusqu’à ce que la vérité ne me rattrape.


Avançant au travers des branches, ma première rencontre de ce monde irréel se fit plus tôt que je ne l’aurais imaginée. Perdue dans une petite clairière, une jeune fille aux cheveux rougeoyants semblait tout aussi perdue que moi. Mais mon regard se porta dans son dos… parcourant les deux ailes noires qui en sortaient. Etait-ce là… une sorte d’ange? Un cri de terreur et de surprise m’échappa avant que je ne puisse le maîtriser:

“Aaaah !”


Stupéfaite devant cette vision surnaturelle, je fis quelques pas en arrière, terrifiée par cette créature, avant d’heurter un arbre. Elle m’avait vue. Elle allait me ramener…

… à moins que?...

“Je...je suis morte, c’est ça?... Vous êtes… la faucheuse?...”
vava
Raven
groupe



Un nouveau monde pour une nouvelle vie

feat Sakado




La personne effrayée recule jusqu'à se heurter à un arbre. Je comprends, à sa place j'aurais eu peur de moi-même. Mais attends... J'ai eu peur de moi-même ! Sans m'avancer vers elle, je lui lance un sourire pour montrer mon comportement amical. Mais soudain un vent glacial fige mon expression. D'un point de vu physique la jeune fille me ressemble étrangement, du moins elle ressemble au "moi du passé" avant que je ne reçoive mon don, bien qu'elle semble plus âgée de quelques années.

Mais ce qui m'intrigue le plus, c'est sa lumière. À la fois d'un blanc éclatant et d'un noir enivrant, un mélange très contrasté tout en restant dans l'harmonie. Je n'ai encore jamais vu ce type de lumière, je suppose donc avec légitimité qu'il ne s'agit pas d'une personne ordinaire. Peut-être a-t-elle été "bénie" par la grande déesse elle aussi. Et si elle possède effectivement des capacités spéciales, s'en est t'elle mieux sortie que moi ? Ou bien a t'elle été aussi forcée à partir en exil ?

Je...je suis morte, c’est ça?... Vous êtes… la faucheuse?...

Ce n'est pas dans mes habitudes de me montrer méfiante, mais le nom "faucheuse" fait tilt dans mon esprit. Elle connaît donc mon don, mais comment ? Alors que je tente de trouver comment elle aurait pu savoir ça, une autre évidence me parvient. Je regarde mes ailes nouvellement poussées, et je soupire avec un rire intérieur tellement la situation me parait débile à présent. Elle ne sait pas que je suis une faucheuse de vie, mais elle le croit à cause de mon apparence.

Non tu n'es pas morte, du moins je ne pense pas sinon cela voudrait dire que je le suis aussi. Et oui, je suis "une faucheuse" en quelques sortes même si je reste une simple humaine avant tout. Tu n'as rien à craindre de moi, je ne te ferais aucun mal. Évite juste de me toucher et tout se passera bien.

La pauvre fille a l'air déboussolée, perdue, loin de chez elle. Un peu comme moi. Je suis curieuse de savoir jusqu'à quel point nous nous ressemblons. Ses paroles me reviennent rapidement en tête, elle croyait être morte, donc elle pensait se trouver au paradis ou même en enfer, du moins dans un endroit qui ne lui est pas familier. Il y a de forte chance qu'elle ne vienne pas d'ici non plus dans ce cas ! Pour m'en assurer mieux vaut lui demander. Après une petite présentation bien sûr, entre être civilisés.

Moi c'est Raven, mon histoire est assez longue et assez tourmentée donc je ne vais pas tout te raconter, mais pour faire simple, je ne suis pas du coin. D'ailleurs je ne sais même pas où nous sommes, j'ai atterri ici après qu'un corbeau m'ait vomi ce cristal dans la main, dis-je en lui montrant le caillou. Puis ces ailes sont sorties de nul part et puis tu es arrivée. Est-ce que toi aussi tu viens d'un autre endroit ?

An'ye Harm None Do what Ye Wilt

vava
Sadako Yamamura
groupe
Après m’avoir bizarrement fixée, la créature m’adressa la parole, d’une manière étrangement sympathique. Mais le simple fait de l’entendre me fit sursauter, tant que je n’attendais pas à ce qu’une telle chose… parle. Pourtant, elle parlait bien, d’une langue compréhensible, me confirmant qu’elle était une faucheuse… mais que je n’étais pas morte pourtant. Je n’étais plus sûre de savoir si je devais me sentir effrayée ou confuse, de me retrouver dans un lieu inconnu, face à un ange de la mort, qui m’assurait pourtant que mon heure n’était pas encore arrivée… Je demeurais donc dans un certain mutisme, écoutant l’inconnue parler.

Elle s’appelait Raven, et apportait déjà une réponse à la première question qui me brûlait les lèvres: Où étions-nous. Et malheureusement, elle n’en savait rien…. mais un détail son discours me fit réagir. La femme-aîlée disait avoir reçu un cristal de la part d’un corbeau, un objet qui ressemblait fortement au prétendu héritage de mon père. Quelque chose qui je possédais depuis ma naissance. Se pouvait-il que Raven ait un lien avec?... Non, ça n’aurait aucun sens ! Elle-même ne savait pas ce que c’était… mais ça ne pouvait pas être une coïncidence non plus, si?


Quoi qu’il en soit, je restais silencieuse durant de longues dizaines de secondes, me contentant d’observer Raven, avant de finalement me rendre compte qu’elle attendait une réponse de ma part. Après avoir pris mon courage à deux mains, je commençais simplement:

“S...Sadako. Sadako Yamamura. Et vous avez raison, je...je ne viens pas d’ici. Enfin, je ne crois pas, je… je ne me souviens pas être venue, en tout cas. Mais j’ai aussi un cristal, comme vous…”

Je sortis le pendentif de ma robe, pour lui montrer le cristal noir.

“C’est quelque chose que j’ai toujours eu avec moi, que mon père m’aurait laissé… Je crains de connaître votre réponse, mais vous n’auriez pas un quelconque indice sur ce que ça pourrait être, par hasard? C’est que… enfin, c’est une longue histoire. Pardon de vous avoir importunée avec ça.”

Savoir que je pouvais communiquer avec Raven me rassurait un peu. Les monstres font toujours moins peur quand ils parlent… et nous étions deux monstres dotés de cette capacité.

“Est-ce que… je peux rester avec vous? Je pourrais vous aider… d’une certaine façon, j’essayerais ! Mais je ne sais pas où aller… je n’ai aucune idée de quoi faire.”

J’avais l’habitude de la solitude, mais l’idée de progresser seule dans ce pays inconnu me terrorisait… j’ignorais tout de la survie en pleine nature ! Pourtant...pourtant je savais ce qui arrivait à ceux autour de moi, et ne souhaitais pas lui infliger ça:

“Enfin… Je ne vous dérangerais pas longtemps. Dès que l’on arrivera dans une ville avec une gare, ou un aéroport, je vous laisserais tranquille. C’est juste que… ça ne devrait pas être long ! Nous sommes encore surement au Japon, perdues… quelque part.”
vava
Raven
groupe



Un nouveau monde pour une nouvelle vie

feat Sakado




Sadako, c'est donc ainsi qu'elle se nomme. Et comme ma déduction le laissait penser, elle ne vit pas dans les environs. Comment est-elle venue jusqu'ici ? Même la jeune femme l'ignore. Je suis prête à parier que son voyage s'est déroulé en quelques secondes, comme le mien. Mais qu'elle est donc le déclencheur de cette téléportation ?

Alors que je m'interroge, je me perds dans mes réflexions, mais rapidement Sadako me ramène à la réalité avec un élément de solution. Sortant un pendentif caché sous ses vêtements, elle me présente un petit cristal noir en tout point semblable au mien. Selon ses dires, il fait parti de son héritage familial et qui ne l'a jamais quitté.

La première question qui me vient alors en tête c'est : Pourquoi est-ce qu'un foutu corbeau aurait avalé l'héritage d'une personne pour venir me le recracher dans la main ??? C'est totalement insensé bordel ! Bon reprend toi Raven, reste calme. Si le cristal est effectivement le lien, pourquoi ce serait il déclenché après plusieurs années pour Sadako ? Alors que pour moi c'était de façon instantanée... Tout cela est bizarre, mais j'imagine que l'on finira par trouver la réponse avec le temps.

La jeune femme me demande alors, à la manière d'une enfant apeurée, si elle peut rester avec moi un moment étant donné qu'elle ne saurait pas se débrouiller seule ici. Et pour ça elle est bien tombée, sans vouloir me vanter, il n'y a pas de meilleure personne que moi dans les environs qui sache aussi bien se débrouiller dans ce type d'environnement.

Pourtant ce qui occupe mes pensées pour le moment, ce n'est pas tellement le fait que nous soyons perdues au milieu de nul part, mais la manière dont notre relation s'est naturellement construite. Bien que je sois visiblement la plus jeune de nous deux, c'est moi qui occupe la position "dominante". Cela s'explique peut-être par le fait que je sois beaucoup plus calme que mon interlocutrice et que je me trouve dans un type d'environnement familier. Ou bien cela vient peut-être de la sagesse que j'ai reçu de la grande déesse. Bon d'accord j'ai toujours été très capricieuse et encore plus bornée, mais dotée d'une grande sagesse pour mon âge.

Sadako m'assure qu'elle ne veut pas me déranger longtemps, bien qu'elle ne me dérange pas du tout en fait... Ça fait du bien d'avoir un peu d'interaction sociale de temps en temps. La jeune femme me parle alors d'une ville, ou bien d'un pays ? Le Japon... Je n'en ai jamais entendu parler. Qu'est-ce que ça peut bien être ? Ou plutôt, où est-ce que ça peut bien être ?

Excuse-moi, mais je n'ai jamais entendu parler du... Japon, c'est ça ? C'est le nom de l'endroit d'où tu viens ?

An'ye Harm None Do what Ye Wilt

vava
Sadako Yamamura
groupe
Raven ne connaissait pas… le Japon? Comment était-ce possible? Ce n’était pourtant pas un pays peu connu ou isolé ! Et puis, nous y étions, non? Il n’y avait aucune chance que quelqu’un puisse ignorer quelque chose comme ça…

“Mais… c’est là où nous sommes !”

Ah moins… qu’il n’y ait une autre explication. Une raison bien plus grande et grave à cette inimaginable ignorance. Mais ça ne pouvait pas être vrai… ça ne pouvait pas. Je fixais Raven, confuse et apeurée, cherchant à comprendre, à rechercher une autre explication plus… supportable.

“Ou… peut-être pas…”

Maintenant que j’y réfléchissais… les faucheuses, ça n’existait pas. Les gens morts autour de moi, jamais il n’y a eu de Raven venue pour eux, ou un quelconque autre être. Je n’en avais jamais vue… ni personne, en fait. Alors que ça devrait être très connu…

Puis, je me pris à penser aux évènements qui m’avaient conduit ici… à ce que j’avais fait, à ce que ces pauvres gens avaient subis, et à l’endroit où je devrais être. L’émotion me figea sur place, puis je me mis à observer lentement l’environnement, oubliant pendant quelques instants mon interlocutrice. Ça n’allait pas… rien de tout ça ne pouvait exister.

Fixant à nouveau l’adolescente, je parvins à marmonner quelques mots:

“Raven, d’où est-ce que… vous venez? Parce que le Japon, c’est… un grand pays, entouré d’eau. Ce n’est pas possible que ça vous soit entièrement inconnu.”

Puis je regardais le sol, mes mains, ma robe encore trempée, puis la faucheuse de nouveau:

“Non, ça… ça ne peut pas. Je ne devrais pas être ici. Rien de tout ça n’est réel !”

Tremblante, mes genoux flanchèrent et me firent tomber en arrière, sonnée. Je m’attendais à tout instant à me réveiller… à devoir faire de nouveau face à cette réalité que mon esprit cherchait à fuir.

“S’il vous plaît… aidez-moi…”
vava
Raven
groupe



Un nouveau monde pour une nouvelle vie

feat Sakado




D'un air confus, je dirais peut-être légèrement énervé, Sadako m'affirme avec force que le Japon est le nom de l'endroit où nous nous trouvons. Loin de moi l'idée de vouloir la contredire, mais je ne me souviens pas avoir entendu ce nom quelque part avant aujourd'hui. Il faut dire que lorsque j'avais quitté ma forêt, je m'étais réfugiée dans la grande société humaine, pour autant, je n'en gardais pas moins mes distances avec les autres individus.

Leur monde était tout à fait étrange pour moi, tellement différent, tellement spécial, parfois dégoutant, parfois merveilleux. Et pourtant ce monde qui me paraissait déconnecté de la réalité, se trouvait à quelques kilomètres de la maison où je suis née. Ou peut-être est ce que c'est moi qui étais déconnectée de la réalité de ce monde... En tout cas, je n'y ai jamais prêté beaucoup de mon attention. Si ça avait été le cas, est-ce que j'aurais connu le terme "Japon" avant aujourd'hui ? Je n'en sais strictement rien.

J'ai vécu le début de mon enfance dans mon village d'origine nommé Hofpela, et j'en ai passé le reste dans la Grande Ville. C'est comme ça que je l'ai toujours appelé, même si je sais que mon entourage l'appelait autrement, je ne me souviens plus de son vrai nom. Je suis déso...

Ne me laissant pas finir ma phrase, Sadako commence à s'agiter dans tous les sens. Son regard ne cesse de passer successivement d'un endroit à un autre, de manière rapide.

Est-ce que ça va ?

Pour toute réponse, la jeune femme ne cesse de s'affoler encore plus, le regard dans le vide cette fois-ci. Elle crie alors que "rien de tout ça n'est réel". Je crois comprendre qu'elle parle de ce changement de monde, ça n'est pas facile à digérer, je le sais puisque je suis dans le même cas. Mais au moins je n'avais aucune réelle attache dans ma dernière maison. Sadako en avait peut-être au contraire, et lorsque l'on voit tout son monde disparaître, c'est difficile. Surtout si c'est la première fois, et je parle en connaissance de cause.

À présent, tout le corps de mon interlocutrice tremble avec une violence insoupçonnée. Mais ce qui me choque le plus, c'est le combat invisible que je suis sans doute la seule à pouvoir observer. La lumière noire qu'émet Sadako augmente en intensité, au détriment de la lumière blanche, puis les rôles s'inverses, encore et encore. Dans cette lutte sans fin, les deux forces à l'intérieur de la jeune femme se disputent la place. Chacune voulant voir l'autre lumière s'éteindre définitivement.

Dès le premier coup d'œil, j'ai su que cette fille était différente, tout simplement parce que je n'avais encore jamais vu deux lumières "cohabiter" dans un seul et même corps. Dès qu'elle se sera calmée, j'aimerais lui poser quelques questions à ce sujet. Pour l'instant, la femme tombée par terre me demande de l'aider et c'est bien ce que je compte faire. Instinctivement, je lui prends la main et l'aide à se relever. Puis je me rends compte seulement après de mon erreur. Je la lâche immédiatement une fois qu'elle est bien remise debout.

Je surveille la lumière blanche qui faiblit légèrement sans pour autant s'éteindre. Je constate alors que je ne lui ai pris qu'une petite partie de son énergie vitale. Quand je veux la lui rendre, elle revient lentement vers elle. Je regarde alors mes mains, ou plutôt : mes gants. C'est la première fois qu'une personne ne meurs pas instantanément lorsque je la touche, cette idée me réjouis au plus haut point bien sûr, mais je trouve étrange que cela se produise le jour même, alors que je venais tout juste de recevoir cette tenue.

Je me souviens alors du petit mot. Nous ne t'avons pas oublié Raven. Est-ce la grande déesse qui a décidé de m'envoyer ceci pour m'aider à mieux contrôler ces pouvoirs qui étaient devenus un fardeau pour moi dès la première seconde ? Je la remercie en silence. Puis mon attention revient sur Sadako.

Je suis désolée si je t'ai fait mal en t'aidant à te relever, je t'assure que ce n'était pas dans mon intention...

Bon, comment commencer ? Comment lui demander avec tact, sans la faire fuir, ni la mettre en colère ? Autant lui expliquer directement !

Sadako, je peux voir approximativement le temps de vie qu'il reste aux personnes qui m'entourent, car ils émettent une lumière spéciale que moi seule peut percevoir. En revanche pour toi, je suis incapable de déterminer quoi que ce soit. Tu dégages la lumière rayonnante d'une personne de vingt ans environ, en pleine forme, avec toute la vie devant soi. Mais il y a également en toi la lumière sombre que je n'observe que sur les morts. Qui es-tu exactement ?

An'ye Harm None Do what Ye Wilt

vava
Sadako Yamamura
groupe

Le monde tournoyait tout autour de moi. Mes derniers souvenirs tourbillonnaient dans ma tête comme un ouragan enragé, le tout autour de son oeil,  un seul et unique instant, la dernière chose qui me paraissait réelle: La lumière du soleil, concentrée en un seul cercle au dessus de ma tête, illuminant un instant ma prison de pierre et d’eau, la dernière chose que je verrais de mon monde.
Puis, cette lumière se fit happée par l’ombre, l’ombre d’une stèle refermant ma cage, dévorant la lumière telle une éclipse. Une éternelle éclipse. Je me rappelais avoir hurlé… avoir imploré pour qu’il me fasse sortir… mais les ténèbres étaient là, devenues mon foyer, par l’acte de mon propre père.

Etait-ce vraiment ça, la réalité?... Mourir au fond d’un puit, oubliée d’un monde qui ne pouvait m’accueillir, … dans lequel je n’avais pas ma place… parce que cette ombre qui m’accompagnait était bien trop dangereuse?....

Lentement, mes sens se rétablissent. Mes narines se remplirent de l’odeur boisée et exotique de cette forêt inconnue. Mes oreilles rencontrèrent le doux son du vent dans les feuilles, du chant d’oiseaux lointains et mystérieux, des mots d’une jeune fille ayant rencontré le même sort. Et enfin, mes yeux purent apprécier la lumière verte et dorée qui habillait ce merveilleux endroit, ainsi que cette même personne, ayant accouru pour me porter secours.
Quelle réalité voulais-je vraiment? Celle qui se trouvait au fond d’un puit, dans l’eau, le froid et les ténèbres, ou… celle-ci? Un monde nouveau et libre, plein d’opportunités où j’aurais peut-être la chance de trouver ma place?
Alors peut-être était-ce encore une hallucination… Ou peut-être que quelqu’un, là-haut, avait-il eu assez pitié de moi pour m’accorder un miracle. Je n’en savais rien. Mais, en cet instant précis, il n’y avait qu’une seule réponse que je pouvais donner à cette interrogation::

Est-ce que ça a vraiment de l’importance?



Mon esprit redescendit sur terre dès lors que la faucheuse me toucha le bras, tirant pour me relever. Un froid soudain m’envahit alors, puis une douleur cuisante au niveau de mon bras. Raven m’avait dit de ne pas le toucher ! Mais c’était elle qui venait de le faire… je la fixais alors, le regard endoloris, plein d’incompréhension. Puis, la surprise mêlée à la souffrance se transforma un instant en colère, une colère froide et cruelle, une colère incontrôlable venant d’une partie jusqu’alors cachée de mon âme, et, alors que j’observais intensément la jeune fille, mon esprit n’était focalisé que sur une seule pensée : Tu vas mourir. J’entendis une branche se briser sur un arbre proche, et s’écraser au sol, sous la pression de mon intention qui prenait forme.


Mais dès lors que le contact fût rompu, la douleur s’estompa, et mes forces commencèrent dès alors à revenir. Je secouais alors la tête, chassant ces pensées et cette émotion sortie de nulle part, avant de tenir mon bras un peu engourdi. J’observais Raven, qui semblait aussi confuse que moi:


“Je...merci... “

C’était comme si j’étais entré en contact avec la mort elle-même. Mais était-ce aussi son toucher qui m’avait inspiré tant de haine envers elle?... La mort ne devait pourtant apporter aucune émotion particulière… j’aurais plutôt dit qu’elle amplifiait les émotions fortes déjà présentes. Etais-je si haineuse?... Non, il faudrait que je lui demande.

Mais ce fût Raven qui prit l’initiative de me questionner. La faucheuse voyait l’espérance de vie restante des gens, ce qui était très étrange, mais pas...tant que ça, pour une agente de la mort, je pouvais imaginer? Néanmoins, elle voyait chez moi… deux auras? Mon visage s'assombrit alors, car je pensais bien comprendre d’où venait la seconde… et j’aurais espéré qu’elle ne m’ait pas suivie:

“Je… ne sais pas. Ma mère était médium, et mon père…”

Je me stoppais un instant, le regard vide, alors que je pouvais presque entendre des vagues, loin dans mes souvenirs… :

“... Elle ne m’a jamais dit qui il était. Tout ce que j’ai de lui, c’est ce cristal. Et… je ne sais pas si ça a un lien avec lui, mais… il y a toujours eu quelque chose, proche de moi. Une ombre… qui fait du mal aux gens. J’ignore ce qu’elle est, mais… elle a toujours été là. C’est peut-être elle que vous avez ressenti, parce qu’elle est probablement dans les parages… j’ignorais qu’elle était venue avec moi… Mais c’est pour ça…. que je ne veux pas vous déranger longtemps. J’ai peur qu’elle vous blesse, vous aussi...”

Puis, à mon tour, je la questionnais:

“Quand vous m’avez touchée, je… j’ai eu très froid, et très mal, pendant un instant. Puis c’était comme si…. Je me suis mis à vous haïr, tout d’un coup, et voulais vous faire du mal C’est votre pouvoir… de faucheuse, alors?”
vava
groupe
Aller en haut MenuAller en bas