REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
×

OmniSearch


HRP


InRP

Qu’est-ce que l’OmniSearch ?

L’OmniSearch est un outil créé par le Staff qui recense absolument tous les sujets nécessaires à la compréhension et à la vie du forum. Il a pour but de faciliter votre navigation, notamment grâce à sa barre de recherche.On peut accéder à l’OmniSearch de plusieurs façons :

     
  • Via les images défilantes du Panneau d’Accueil, sur l’accueil du forum.
  • Via le bouton en forme de loupe, lorsque vous passez votre souris sur la petite planète en bas à droite, sur un sujet du forum.
  • En effectuant le raccourci suivant, n’importe où sur le forum :
Ctrl + Maj (Shift) + F

Ce raccourci peut aussi fermer l’OmniSearch.


Comment effectuer une recherche ?

Rendez-vous sur l’onglet “Rechercher”, puis entrez un terme en lien avec le sujet que vous voulez consulter. Veillez à bien appuyer sur la touche Entrer pour être certain de lancer la recherche. Vous verrez alors les sujets vous intéressant apparaître.Il est à noter que, lors de votre première recherche et quelques autres rares fois, les résultats mettent du temps à s’afficher (une dizaine de seconde), le temps de trier les sujets.Si jamais un terme recherché ne vous donne pas le lien du sujet voulu, n’hésitez pas à le proposer à un membre du Staff.

La suggestion de recherche est désactivée

                      La Contagieuse Folie d'Ithoutha ♥

                      Partagez
                      vava
                      Ithoutha
                      groupe

                      Ithoutha

                      Je ne cherche pas à vous tuer ... Je ne fais que vous fournir la corde ~

                      Origine

                      Age

                      Sexe

                      Faction

                      Un inventé

                      25

                      Femme

                      Nim Row (Solarii)

                      HISTOIRE

                      Une seule erreur … C’est tout ce qu’il faut pour provoquer de la douleur. Tellement de douleur. Tellement de désastres. Tellement de victimes. Une seule erreur qui ne devait avoir aucunes conséquences. Et pourtant… Le destin est un sale petit con.

                      Jeter une éprouvette aux ordures. Quel mal cela pouvait bien faire, n’est-ce pas ? Le protocole stipulait de bien détruire tout échantillon défectueux, de broyer puis de bruler mais … Quelle importance, n’est-ce pas ? Cet embryon n’allait jamais survivre. Il était déjà mort en l’état. Un peu de frustration, un peu d’exaspération et voila qu’au lieu de se déplacer d’une pièce à l’autre, on a négligemment jeté l’expérience dans un vide-ordure. Et voila … Comment Elle est née. Comment celle que le monde a condamnée pour être un monstre et une aberration a trouvé son chemin vers la vie. Mais quelle vie.

                      Ayant vu le jour dans d’obscures laboratoires, cet embryon aurait du mourir et pourtant, la petite créature, d’un mélange de chance et de désire de vivre féroce, a trouvé son chemin jusque dans les égouts où elle dû se battre chaque jour pour pouvoir se réveiller le lendemain. A début une créature difforme, disgracieuse, mutée et sans autre intelligence que de suivre son instinct … Cette chose se mit à grandir, se nourrissant sur des détritus avant de se battre contre des rats pour ne pas finir dévorée et rapidement, cette évolution malsaine mena petit à petit à une humanoïde … Qui se rappelait de tout ce qu’elle avait subit sur ce cours laps de temps de quelques mois.
                      Sa vie était loin d’être saine, tout comme son développement et pourtant, elle avait passé d’animal sauvage à esprit éclairé en une question de jour. Elle était là. Elle était conscience d’être là. D’être présente. D’être quelqu’un ou quelque chose. Elle se rappelait de cette guerre bactériologique qu’elle subissait encore aujourd’hui dans ses égouts sombres. Elle se souvenait des coups de dents et du métal rouillé qui la blessait en parcourant les tuyaux. La maladie. La douleur. Il n’y avait pas d’amour dans cet endroit. Juste une lutte constante pour survivre… Et rapidement, cette créature comprit que oui, cet endroit … N’avait rien pour elle.

                      Guidée par un désire d’être plus que ce qu’elle n’était, elle émergea des entrailles de la terre pour débarquer dans les ruelles sombre d’une grande métropole. Ironiquement, elle sortie d’une bouche d’égout à l’entrée de la dite ville. « Bienvenu à Delfios, capitale d’Orollyon et endroit de tout les plaisirs ». Une charmante introduction qui la fit rapidement sombrer dans les limbes. Elle n’avait rien d’ordinaire et son innocence l’a mené à faire face à de nombreuses personnes effrayées par son apparence, si bien que lorsqu’on n’essayait pas de lui faire du mal, on appelait la police pour gérer … Le nuisible qu’elle était. Forcée de se réfugier à nouveau dans les égouts, elle fut forcée de constater que la seule chose que lui a apportée ce voyage était un gout amer dans la bouche et surtout … Un gout de sang. Son propre sang. Les balles faisaient plus de mal que les morsures de rat … La surface. C’était pareille, en réalité. Il n’y avait … pas d’amour, pour elle. Cela lui ouvrit les yeux, cependant. Elle n’avait pas sa place. Nulle part. Le monde était cruel. Elle était seule. Elle était en piteuse état. Elle était misérable … Mais elle se mit à sourire. Sourire et retirer les balles de son corps meurtrit.

                      E̺͐̃l̘̳̔ḻ̶́e̶̓͞.̘͗̒ ͨ́͂Ȑ̳̕ḙ̀͢f̹̀ͬǔ̶̊ṡ͖ͣä̲̀i̳̱͗t͎̔͘.̨͎̠ ͓̈́̋D̺̒̓e͈͒̓ ̴̻͑p̭͌͞e͓͗͢r̮̥ͥd̨̥̲ŕ̝ͯe̙͛̎.̰҉͍

                      C’était la naissance d’un désire distordu et surtout, d’une mentalité dérangée. Cet événement avait donné naissance à tellement d’émotions contradictoires. La peur … L’excitation … La colère … L’euphorie … La haine … L’impatience. Ce monde allait être merveilleux lorsqu’elle aura apprit les règles. Elle pourra rendre les balles. Elle pourra rendre les moqueries. Rendre la salive qu’on lui cracha au visage. Elle pourra profiter de cette ville brillante de mille feux. Profiter de l’air pur. Profiter du soleil sur sa peau. Mais surtout … Elle pourra faire ce qu’elle désire et ne plus se voir se faire refuser si violement son souhait.

                      La machine était en marche. Elle passa des semaines, des mois à parcourir les égouts, à sortir avec précautions pour récolter ce qu’elle avait besoin, visiter les décharges et laisser libre cours à son imagination, à son cerveau qui depuis ce jour ne prit pas un instant de repos. Comme si c’était inné, elle transformait le plomb en or, changeant de simple débris en armes mortelles, s’inspirant de magasines, de journaux, des dires de la surface… Pliant le métal de sa force grandissante, se transperçant la peau à chaque manipulation, recouvrant de sang son merveilleux travail mais toujours avec le sourire, trépignant de joie à l’idée de remonter la piste de sa courte histoire. Elle n’avait rien oublié, après tout. Elle se remémorait où son chemin avait débuté. Il était temps d’aller voir ses créateurs.

                      Remontant dans les canalisations, elle retrouva ce laboratoire souterrain, visiblement top secret, trouvant le principale point d’accès, trainant avec elle moult bagage emplit d’armes plus meurtrières les unes que les autres… Des bombes artisanales explosèrent à chaque couloir, des tiges de métal transperçaient des crânes et des couteaux égorgeaient les fuyards alors qu’une brume putride envahissait les systèmes d’aérations dans le doux bruit des alarmes perçant les tympans. Elle avait retenu la leçon. Elle savait qu’elle allait se prendre des balles. Elle savait qu’elle allait finir amochée … Mais il ne fallait pas faire comme elle avait fait. Elle devait continuer. Elle devait le retrouver.

                      C’est ainsi qu’avec un bras invalide et qu’en étant criblée de balle, trempée de sang, que la créature envahit un des espaces de travail et plaqua avec violence l’homme qu’elle reconnu comme étant son bienveillant créateur. Elle se souvenait de tout. Elle lui demanda qui elle était. Pourquoi elle était. Comment elle était… Autre que le fait qu’elle brandissait d’étranges engins capable de tirer tant de débris métallique qu’ils pourraient bien le décapiter sur le coup, l’aura même de cette créature suffisait au scientifique à le terrorisait. Dans ses quatre yeux d’un noir profond, il voyait une bête sur le point d’exploser et de déchiqueter tout le monde comme elle avait fait jusqu’ici. Il lui répondit… Elle était une créature normalement créé pour être de super ordinateurs vivant. Des créatures destinées à être vendue au marcher noir, dans les recoins les plus sombre de la terre afin d’en fait de parfais employés, de parfaites choses, docile et sans volonté, des génies qui servirait le bien ou les intérêts de chacun. Mais ce scientifique avait fait une grave erreur.

                      Ē̉͘l̳̪̓l̟̬̍e͍ͫ͜ ̠̾͝é̵̯͂t̖̼̅aͦ҉͢ḭ̈́̍t̩̑͑ ͋̊͟l̅̄̔o̞̍͂ī̧͒n̜̐̾ ̲ͬ̏d̼̟̏’̗̉͘ê̜̍͟ţͮ͢r̵͋̄e̼̟͝ ̥ͪ̕d̽ͩ̀o̖ͦ͗c̬͓ͮi͇͓̳l̪̮͗e͂́̀ ̴ͣ̓e̯̥̒t̬̽͗ ̵͈̍s̡̰̅a͖͓̪n̵ͨͥs̈́̿̆ ̘͊ͫv̬̽ͯo̢̤͟l͋̃͛o̖ͤ͠ṇ͈ͣt̤̬ͮé̹͋ͬ

                      Elle comprit alors qu’en réalité … Sa vie n’avait littéralement aucun sens. Elle devait être un simple outil. Elle n’avait pas l’amour d’une mère. Elle n’avait pas la protection d’un père. Elle n’avait pas de future. Elle n’avait pas de semblable. Pas de guide. Pas d’amis ou d’alliés. Elle était l’une des premières expériences. Un déchet. Une anomalie. Elle était … Défectueuse. Tellement défectueuse. Son regard se vida d’émotion pendant un instant … Et elle tira sans réfléchir. La cervelle de l’homme repeignait désormais le mur alors qu’elle baissait les bras. Livide. Jusqu’à ce que son sourire apparut à nouveau. Et celui-ci était d’autant plus large. Elle prit la blouse du scientifique et se la mit sur le dos, perçant des trous pour sa seconde paire de bras, un détail qu’elle arrangerait après … Et s’en alla visiter les autres ailes du laboratoire. Faire le ménage. Elle aurait besoin d’absolument tout ce qui se trouve en cet endroit pour se donner les meilleures chances.

                      Un joyeux carnage plus tard. Elle agit vite malgré ses blessures, transportant le plus de matériel possible du laboratoire jusqu’aux égouts. Elle n’était pas idiote. Elle était tout sauf ça en réalité, c’était dans ses gênes d’être un géni … Elle savait que ce n’était qu’une question de temps avant que les employeurs de ce laboratoire secret ne vienne faire un raid sur l’endroit pour savoir ce qui s’était passé. Avec autant de machine et de données, elle réussit à aménagé un recoin lointain des égouts pour faire son propre laboratoire. Elle du réparer de nombreuses machines pour qu’elles soient à nouveau opérationnelles, faire tant de raccords et souder tant de pièces ensemble mais finalement, elle avait … Un chez elle. Ce qu’elle allait faire ? Il y avait tant de possibilité. Elle avait prit sa revanche mais était-ce suffisant ? Allait-elle se soigner ? Non … Elle était défectueuse et instable. Pas malade. Allait-elle voyagé seule ? Qui voudrait d’elle, après tout ? Mais c’est en se posant ses questions qu’elle eut l’idée …

                      Elle avait apprit beaucoup de chose sur la surface depuis. Elle avait découvert internet grâce au matériel et aux ordinateurs des scientifique. Un beau monde d’hypocrite où la différence était punie de dix balles dans le corps, comme elle avait souvent gouté. Elle apprit les coutumes de la société, prenant le nom d’Ithoutha pour dire d’en posséder un, de nom. Mais son inspiration vint de la pop-culture … Qui mieux qu’elle pour se tenir compagnie ? Elle était un génie, après tout. Elle était supérieure à ses autres êtres pensant. Elle en avait tué tellement à elle toute seule et ce, seulement avec de la poussière de métal. Elle était plus forte, plus résistante, plus intelligente. Qui d’autre qu’elle pour la comprendre, pour être à ses cotés ? Cette expérience l’avait rendu … Quelque peu narcissique. Et c’est dans cette « vertu » qu’elle décida de se cloner. Après tout, elle avait son propre ADN, le matériel qui l’avait enfanté, les travaux des scientifiques… Oui, cela ne pouvait que marcher.

                      Ithoutha passa des mois à créer l’embryon parfait tout en renforçant son laboratoire, creusant des galeries, installant des cuves, des machineries impossible, voyant son clone grandir au point de s’éveiller. Une merveille. La même créature. Ce même humanoïde aux tentacules imposants et aux attributs unique … Mais lorsqu’elle croisa son regard, son propre regard… Il y eut une longue période de fascination mais rapidement suivit par … Un dégout profond … Une peur palpable. Elle le voyait dans ses yeux … Dans ses propres yeux … Ce que le scientifique qu’elle avait si froidement tué redoutait tant. Un animal prêt à explosé. Une bête sauvage qui allait la tuer à la moindre occasion. Les deux se souriaient avec le même être malsain.

                      Avant de réaliser tout ce que cette découverte impliquait, Ithoutha sentait tout ses instincts lui hurler de faire quelque chose. Si elle lui tournait le dos, elle était fichue. Elle aurait accueillit la mort à bras ouvert … Si cela ne voulait pas dire échouer lamentable à profiter de la vie. Elle tenta de purger la cuve mais son clone brisa la vitre et lui sauta à la gorge pour essayer de la tuer et de clamer à son tour cette vie qu’on aurait pu lui priver. Dans cette bataille sanglante, seule l’expérience d’Ithoutha fit la différence, maitrisant son clone au sol avec tous ses tentacules pour se saisir d’un morceau de verre à terre et se mettre à la poignarder, encore et encore. L’expérience était traumatisante en elle-même mais ce qui l’était plus encore … Etait que toute les deux souriaient de la même façon. Jusqu’au bout. Même lorsque l’autre se noyait dans son sang et que la première en était recouverte.

                      Lorsque son clone ne respirait plus … La créature se mit à rire … A rire de plus en plus fort et de manière toujours plus hystérique mais quand bien même elle criait, des larmes commençaient à perler sur ses joues. Quel beau chaos. Quelle horrible situation. Quelle tragédie. Elle avait vu son vrai visage. Elle était folle. Elle l’a toujours été. Ses réactions étaient toujours exagérées. Ses désires bien trop irréaliste ou sadique. Ses méthodes toujours extrêmes. Mais surtout … Oui … Elle était dangereusement instable. Inadaptée à la vie en société. Avec quiconque. Toutes ses tentatives … C’était futile. Elle restera toujours seule et elle ne profitera jamais de la vie comme les autres le feraient. Une cause perdue.

                      C’est ce qu’elle pensa pendant un long moment. Démotivée, elle plongea dans le mutisme, restant sans son siège à regarder des débilités sur ses écrans, parfois soulageant ses pulsions, cette rage en elle en « étudiant » l’anatomie des pauvres passant en … profondeur … Elle avait des piques d’ambition, souhaitant conquérir l’adversité pour justifier sa vie mais rapidement, son humeur retombait en sachant qu’elle sera toujours l’ennemie. Elle serait crainte.

                      Mais un jour … Elle retrouva … Une petite fille, dans son laboratoire. Se réveillant avec une bouteille de soda renversée au sol et le corps saupoudré de chips, seulement éclairée par la lueur d’un écran diffusant des show d’action en tout genre. La seule raison pourquoi Ithoutha ne s’était pas jetée dessus pour l’empêcher de bouger et peut-être même l’étranglé était parce qu’elle confondait encore le rêve et la réalité, somnolente et que, par chance, elle n’était pas dans un moment d’instabilité. Elle gigota et grimaça, défigurant la gamine qui se tenait près d’elle avec stupeur, agitant les bras pour se redresser sur son siège.

                      « Bordel de … Mais … Qu’est-ce que tu fous ici ?! » Elle demanda agressivement, montrant les crocs tout en essayant de se remettre de sa courte nuit… Mais la jeune fille ne semblait pas apeurée. Elle restait stoïque et l’observait. Elle devait avoir 14 ou 15 ans. Pas si jeune que ça. Une adolescente.

                      « Vous habitez sous notre maison. » Et avec ses mots, la créature tentaculaire se retrouva d’avantage confuse qu’en rage.

                      « Mais il y a rien au dessus, c’est … Un terrain-vague. » Elle connaissait son laboratoire, après tout. Et pourtant.

                      Delfios était une grande ville en bord de mer et les égouts qui menaient à son repaire était ceux qui étaient proche de se jeter près de la mer. Sans parler des problèmes écologique évident de ses méthodes, l’autoproclamée scientifique savait qu’elle se trouvait hors de la ville, loin, près des cotes … Mais les choses changeaient. La misère s’installait petit à petit ici et là et Delfios n’était pas épargnée. Au dessus d’elle se construisait petit à petit un bidonville, ce qui était un désastre pour elle puisque si une gamine a su trouver son repaire, alors si on voulait vraiment la trouver, cela serait une histoire d’heures si une communauté s’installait au dessus d’elle.

                      Mais autre que cette surprise, le calme de la gamine la perturbait. Elle était froide ou du moins, peu impressionnable. Elle la renvoya chez elle en la faisant promettre de ne rien dire à personne, au risque qu’elle vienne tous les tuer… Affirmant ses dires en lui brandissant un couteau sous la gorge. Et même là … Pas de réaction de peur ou autre.

                      La gamine revint et rapidement, Ithoutha abandonna l’idée de la menacer encore. Dans sa folie, elle avait assez d’expérience pour décerner les durs à cuire. Après tout, en plusieurs années, elle avait fait le tour des bars pour trouver des victimes. Enfin, des sujets d’expérience ! Et elle avait déjà essayé de dupé jusqu’aux plus coriaces des mercenaires. Mais ce qui garda réellement la jeune femme en vie était sa curiosité par rapport à son travail. Nico, tel était son nom, trouvait son ingénierie fascinante et… Vouloir en savoir plus … Elle ne savait pas ce qu’elle ressentait. C’était nouveau, ça, c’est sur. A force de se côtoyer, elle apprit que cette petite a toujours vécu dans la misère et par cela, elle voulait dire qu’en plus de vivre dans un bidon ville, elle avait déjà eut des armes pointé sur elle, des menaces de mort sur elle ou sa famille … Ainsi de suite. Pas étonnant qu’elle gardait son calme. Elle et sa famille étaient dans les affaire de gang jusqu’au cou.

                      Mais elle n’avait pas peur. Elle revenait régulièrement et visiblement, elle ne disait rien de son laboratoire au monde extérieur. Elle ne commenta même jamais sur son étrange apparence. Ce que cette petite blonde était pour Ithoutha ? Elle … Ne le savait pas. Elle était Nico. Celle qui passait de temps à autre dans son repaire et celle contre qui elle n’avait … pas spécialement de colère ou de désire tordu.
                      Les années passaient ainsi et Nico devint une part de sa vie. Elle se surprenait à l’accueillir de plus en plus chaudement et à respirer une certaine joie de vivre à ses cotés. Elle ne s’en rendait pas compte mais elle ressentait pour la première fois un certain sentiment d’amitié, de chaleur humaine, un lien qu’elle n’avait jamais expérimenté. Elle ne pensait plus à ses soucis en sa présence et elle essayait d’être le meilleur d’elle-même pour ne pas l’effrayer … Chose qu’elle n’aurait jamais fait avec personne.

                      Mais un jour, a l’aube de sa vie d’adulte, la petite blonde devenue femme vint chez Ithoutha avec un air grave. « Ithoutha. Fait de moi un instrument de mort. »

                      Ouaw. C’était quelque chose qui sonnait super bien dans la tête de la scientifique mais elle ne put s’empécher d’ouvrir en grand ses quatre yeux. « J’ai jamais entendu quelque chose de plus badass. Mais tu m’explique ? »

                      « Mon père a tué ma mère … Et je ne pourrais jamais l’égorger comme je le souhaite sans aide. »

                      C’était la version courte. La version un peu plus longue était que la mère de Nico avait eut ses enfants avec un des plus grands leaders des ombre, un marchant d’arme réputé et reconnu … Et bien entendu, ce riche père n’était nulle part pour les aider. Mais parce qu’il était si puissant, Nico sortait d’une prise d’otage où des ennemis du père pensaient faire pression sur lui en menaçant cette « famille de l’ombre »… Fausse bonne idée, puisque celui-ci n’avait que faire de cette branche de sa famille … Et le résultat fut que sa précieuse mère se fit tuer pour rien. Et maintenant, c’était l’heure de la vengeance.

                      Plus excitée par cette perspective qu’attristée par son histoire, Ithoutha se fit une joie de commencer à faire des plans. « Et bien, si tu souhaite vraiment lui botter le cul, je peux changer ton bras pour y intégrer des mitrailleuse ! Peut-être un lance-roquette ! Je vais t’améliorer les jambes aussi, pour courir vite et sauter haut ! J’ai réussis à choper des prothèses cybernétiques de super qualité en plus ! Et puis … »

                      « Fait le ! » Autoritaire mais est-ce qu’Ithoutha pouvait la blâmer ? Non. Pas parce qu’elle venait de perdre sa mère mais parce que ce qu’elle allait lui faire allait être géniale ! …

                      Après anesthésie, le reste fut un joyeux et festif étripage de sa seule et unique amie. Tirer les boyaux, couper la chair, briser les os, tordre et arracher, détruire pour reconstruire, des heures et des heures à effectuer des branchements, à relier les nerfs aux câbles, à perfectionner l’armement, les muscles synthétiques… Mais au plus elle travaillait, au plus elle se sentie … déçue … Du résultat. Nico n’était plus vraiment Nico. Cette machinerie, ce n’était pas comme ça qu’elle … Qu’elle … l’aimait ? … Elle ne voulait pas construire un simple robot (ou cyborg en l’occurrence) cool et destructeur. Non … Elle allait y mettre du sien, pour cette fois. Du cœur, du désire de bien faire. C’est ainsi que lorsque Nico se réveilla, elle ne vit physiquement aucune différence avec sa forme passée. D’apparence, elle était la même jeune fille… Ithoutha s’était écartée de sa ligne de conduite pour lui offrir une peau synthétique, pour refaire son visage comme il l’était même si en réalité, tout ce qui lui restait de vivant était une partie de son torse et une partie de son crâne.

                      Elle ressentait pour la première fois … Une fierté sincère en sa création. De son point de vue, elle avait sublimé Nico. Elle lui expliqua ce qu’elle pouvait faire et pas longtemps après, elle fit le voyage avec elle pour l’aider à rendre une visite à son père. Elle voulait voir sa création en action. C’était la raison qu’elle se donna pour ne pas dire qu’elle voulait simplement aider et protéger cette femme qui a fait intrusion dans sa vie.

                      Après avoir vidé un manoir entier de son personnel en rependant leur sang sur le carrelage, une folle assoiffée de sang armée jusqu’aux dents couvrant une furie vengeresse, elles se retrouvèrent devant le mafieux. La créature laissa Nico avoir son moment et savoura chaque moment de revanche, la jeune femme devant elle hurlant ses quatre vérités à son père tout en le martelant jusqu’à ce que personne ne puisse plus jamais le reconnaitre. Son cœur battait. Elle était magnifique à ainsi se déchainer… A faire gicler le sang … Elle était devenue une tarée, comme elle …

                      M҉̟͡ă̅̾i̩͎͑s̜̥ͨ ̨͕̖j̟ͯ͋a̬̭ͨm̜̱͌a̳̗̯ì̶̌s̬̞͋ ͉ͪ͊e̖͌͟l̨ͧ̚l̫̽̕e̱ͨ̐ ̮̱̓n̵̠̑e̯͈̚ ̳ͧͅv̢̌ͯo̥̓ͦǘ̵̈́d͉̼͆ṙ͢͝ȃ͎̲i̋ͨ͢t̥ͧ̕ ͂͌͆s̷͔̣'̥ͯ̆e̩̟͢nͩ͐͆ ̩̖̊s̫̆ͪé̯̍ͣp͍͔ͮa̰̍ͫr̼̀̽è̠̉r̵̦̆.̣̎͒

                      Les mois à venir, elle aida Nico à reprendre la place de son père. Grace à de nombreuses astuces, de nombreux piratage et tromperies, Ithoutha réussit à tromper la mort du père assez longtemps pour officiellement léguer son empire à Nico et ainsi, la sortir de la pauvreté la plus abjecte et optionnellement gagner une place en tant qu'ingénieur en chef dans son entreprise d’arme. C’était sa façon de la remercier pour avoir fait tout cela avec elle… Mais plus qu’une place dans son entreprise, Ithoutha voyait ça comme la marque d’affection qu’elle avait toujours voulu avoir.

                      La vie devenait meilleure. Enfin. Elle avait des fonds, elle avait de meilleur équipement, elle vivait désormais dans un manoir luxueux et cerise sur le gâteau … Avec Nico. Non, en réalité, tout le reste était la cerise sur le gâteau. La seule chose réellement importante… C’était Nico. Elle avait si bien grandit pour devenir une femme si magnifique à ses yeux. Une femme mortelle, badass, professionnelle, froide … Mais si chaude avec elle. Elle était persuadée qu’elles étaient pareilles, quand bien même il restait un monde de différence entre elle et la cyborg. Et ce merveilleux rêve semblait presque à sens unique … Nombreuses fois la créature venait enlacer la blonde pour la câliner mais jamais l’inverse. De nombreuses fois, elle lui disait des mots doux et tout autant de fois, Nico l’accueillait avec froideur et signes d’agacements. Ce n’était pas dramatique, pour elle. Ithoutha savait qu’elles avaient une connexion et elle fit tout soutenir la nouvelle trafiquante d’arme dans son métier, l’épaulant, son bras-droit, heureuse de simplement la voir prospérer pendant qu’elle fournissait les armes les plus dévastatrices qu’elle puisse concevoir.

                      Mais il y avait une grande différence entre les deux … Ithoutha était folle mais Nico était brisée. Une nuance importante. Après un certain temps, la scientifique confessa plusieurs fois son amour à la blonde mais celle-ci ne répondait pas ou mettait cela à plus tard jusqu’à avoir le malheur de lui refuser en plein visage.

                      Et justement, le visage de la pieuvre se décomposa avant qu’elle ne sourit à nouveau, des spasmes parcourant son visage. « Oui … Oui, je sais. C’est parce que je suis comme ça, n’est-ce pas ? » Dit-elle en se montrant elle-même.

                      « Tu sais bien que non, Ithoutha. Je t’ai toujours accepté comme tu es. »

                      « Non. Je le sais. Je suis le problème. J’ai l’habitude maintenant ! J’ai toujours été un problème ! »

                      « Pas avec moi. »

                      « ALORS POURQUOI TU REFUSE ?! » et alors que la cyborg gardait son calme et restait digne, Ithoutha brisa de ses poings et de ses tentacules le bureau dans l’appartement de Nico qui les séparait, faisant voler papiers et débris de bois. « QU’EST-CE QUE J’AI FAIT ?! DIT LE MOI ! JE PEUX ARRANGER LES CHOSES ! »

                      Elle secoua la tête en réponse. « Tu ne peux rien faire. C’est moi. Je ne suis pas prête. »

                      La scientifique se saisit d’une paire de ciseau qui trainait dans les décombres avec rage et avec vivacité et brutalité, elle vint saisir la nuque de la marchande d’arme et était à deux doigts de lui planter le métal tranchant dans l’œil … Mais elle s’arrêta alors que Nico ne bougeait toujours pas, la regardant simplement. Elle voulait déverser sa rage mais elle revoyait la gamine qui s’était infiltré chez elle et qui ne bronchait toujours pas sous la menace. Elle n’avait pas changé. C’est pourquoi elle abandonna et sortit en prenant soin de défoncer les portes sur son passage.

                      E̳͋̽l͓̾̃l̶̻҉ḛ̏̕ ͂̑̅é́͆ͩṯ̑́ȧ̘̐ị̢ͅt̸̟͆ ͚̣͜l̺͈ͦe̝̍͠ ̲̋̚p̥ͧͅr̰ͦ̋oͣͣ̽ḅ̵̓l̰̘̚ę͙̀̕m͕̎̎e̵̡͢.͖͌̀ ͈̎̂E̲͌̕l̩̣̉l̒̀̄ḙ̴̽ ̙̔͢a҉̙ͥ ͈̱ͅt҉̩̗o͍̻͠u̖͙͋j̢ͥͨơ̺̊u̪̻̎ŗ̘̤s҉̑͟ ̵͉͠é̙̒͑t̝̿͡é̵̎̆ ̷̮̱l̉͗̂e͈ͫ̍ ̵҉̀p̻͗͠r̷̺̎o̶̗ͅb̬ͧ͛l̻̥͉ḙ͓̀̊ṃͥͫe̖ͭ͟.̶̭̚

                      Les représailles étaient en route. Les prochains jours, Ithoutha resta silencieuse et ne communiqua pas avec Nico. Femme d’affaire devenue trop importante pour elle, n’est-ce pas ? Elle devait se croire meilleur alors que c’était elle qui l’avait porté jusqu’à son trône. Elle n’aurait rien pu faire sans elle ! Sans sa science, sans son attention et toute son affection pour elle ! Des années à lui apprendre la mécanique et à la protéger dans l’ombre et voila où ça l’a mena ! La créature instable cultiva sa haine pendant de longues journées et maintes fois, elle avait imaginé lui arracher les circuits et ce qui lui reste de chair, encore et encore, des manières les plus douloureuses possible … Et finalement, elle se décida. Nico ne méritait pas tout ce qu’elle lui avait offert … Et elle allait tout lui reprendre sinon … Elle sentait que son cœur allait finir par exploser !

                      Loin du manoir qui était leur QG, elle envoya un simple message. « Nico, rejoins moi ou abandonne ton trône ! Cette fois, c’est décidé … Je viens pour toi et je ne prendrais pas « non » comme réponse ! Rien ne pourra me faire revenir sur ma décision… Tu peux sceller tes portes, barrer les routes, crypté les codes mais tu sais que je détruirais chaque murs que tu dresseras ! Je n’arrêterais pas tant que ton entreprise ne soit pas mienne ou … q̔͐͘u̯͇͐e̶̫̰ ̵ͬ͝T̛ͧ̕Ǔ̩̔ ́ͤͪs̜͙̹o͈̣͎ǐ̯̝s̵̻̜ ̴ͥ̓m̀͊͢ĭ̥͖ẻ͕͜ñ̽̾n̜̖͎e͓ͪͯ ! » Et sans lui laisser le temps de répondre, elle coupa … Et se mit en route.

                      Armes pleins les mains et plein les tentacules, elle avait déjà poursuivit de tels croisades de nombreuses fois mais jamais l’une d’elle était plus importante que celle là. C’était pour l’amour… Pour la haine… Pour le jackpot… Pour sa propre J̷̀͊u̸͆͆s̶ͧ̚t̸̨͔i̴͈̊c͕͍͋e̥͂̿

                      Une fois aux portes de ce manoir isolé de tout dans une épaisse forêt, la scientifique chargea un gatling dans des cliquetis bien sonore et menaçant, un sourire dément plaqué sur son visage. Elle se mit à hurler, sachant que Nico l’observait. « C’est mon dernier avertissement, considère toi comme menacée ! Hors de mon chemin ou envois moi tout ce que t’as !» Et ainsi, elle ouvrit le portail de simple pression de tentacules et pénétra le domaine, prêtre à faire un carnage.

                      Mais personne n’était dans cette maison. Evacuée, vide, pas âme qui vive, servants, mafieux, garde du corps, tous déporté. Seul Nico l’attendait dans les jardins. Visiblement sans armes, une cigarette entre les lèvres, dans une tenue d’affaire… Elle savait de quoi était capable Ithoutha. Elle savait qu’elle allait très certainement survivre face aux dizaines et dizaines d’hommes qui gardaient l’endroit… Et elle semblait confiante elle aussi.

                      « Ce n’est pas ce que tu veux, Ithoutha. »

                      L’assaillante brandit ses armes « Ce qui est dit est dit alors fait attention que tes prochaines mots ne te laissent pas déchiquetée sur le pavé ! »

                      « … Tu ne peux pas me forcer à t’aimer. Ni me forcer à faire quoi que se soit. Je te serais toujours reconnaissante pour ce que tu as fait mais l’argent, la compagnie, ou moi idiotement prétendre te tenir la main … Rien de tout ça va te rendre heureuse.»

                      « … Mauvaise réponse. » Et c’est ainsi que les premières balles volèrent et qu’un combat dénué de sens venait de s’engager.

                      Nico connaissait la maniaque mieux que personne et elle savait qu’elle ne se calmerait pas avant d’avoir calmé ses nerfs ou d’avoir trop mangé de plomb. Ce qu’avait oublié Ithoutha, ou plutôt négligé, était que le corps cybernétique de sa dulcinée était le travail de sa vie. Elle avait voulu devenir une machine de mort et c’est ce qu’elle était devenue. Agile, résistante, aux réflexe surhumains … Au final, et malgré les avertissements de son amie, ce fut Ithoutha qui se retrouva à terre, ensanglantée, mutilée, démembrée, son adversaire connaissant les propriété régénératrice de son corps unique … Tentacules, bras, chair, tant de morceaux manquant et quand bien même, Ithoutha rampait au sol. Non pas pour s’enfuir mais se trainant pour essayer de l’atteindre. Le spectacle finissait par être misérable alors que Nico arrivait désormais à nonchalamment la repousser de sa botte, le regard emplit de pitié. Cette entrepreneuse et reine du crime menait d’une main de fer son entreprise et pourtant, la froideur habituelle laissait place à une tristesse évidente sur son visage.

                      « Ithoutha … Arrête … Tu as perdu. »

                      « Non … Abandonné … N’est pas dans ma nature … »

                      « Abandonné quoi, Ithoutha ? Il n’y a jamais rien eu à perdre, dans cette histoire. Je t’ai vu sourire sincèrement tant de fois lorsqu’on était à deux et qu’on travaillait ensemble. Et que je refuse ta proposition n’aurait rien changé. J’aurais toujours été là. Là pour toi… Ce qui nous unis va au delà de la raison. Cela devrait te parler, ça… Non ?»

                      Ses mots réussit à la stopper net dans ses gestes, tenant simplement la jambe de la blonde de son seul bras valide, face contre terre. Elle y resta un moment jusqu’à sentir Nico s’accroupir devant elle. Elle se mit à sangloter quand bien même un rideau de cheveux cachait son visage. « J’ai essayé … de te tuer … Pourquoi … Tu es si gentille avec moi ? … » Elle semblait drainée, épuisée, le seul moment de calme comme l’avait prédit Nico. « Tu devrais me tuer … »

                      Son amie vint la ramasser, la hisser un peu pour pouvoir voir son visage en pleure. « Ne dit pas ça. »

                      « Mais … J’ai mal … J’ai tellement mal, Nico... ! »

                      « Je sais … » Nico la plaqua contre elle, elle-même quelques larmes aux yeux.

                      « Non … Pas comme ça … J’ai faillit te tuer …» Elle se laissait pendre à son corps, se fichant bien de se vider de son sang. C’était son cœur et sa tête qui faisaient le plus mal.

                      « Je sais, Ithoutha. Je sais … »

                      La blessée finit par pleurer à chaude larmes dans le cou de la seule personne qui avait réussit à la comprendre un temps soit peu. Une nouvelle expérience qui montrait le chemin vers le reste de son existence. Elle restait convaincue qu’elle était le problème et est-ce que c’était grave ? Elle ne savait pas. Elle ne savait pas si elle devait, pouvait ou voulait changer. Son esprit super-actif ne se concentrait plus que sur cette tendre accolade et très franchement, elle ne voulait plus penser à rien d’autre qu’à cela jusqu’à la fin de sa vie si elle le pouvait. Mais bien entendu, il y eut une fin et Nico vint asseoir son amie pour la débarbouiller et se mettre à la soigner.

                      « D-Donc … On … On est … amies, c’est ça ? Juste amies ? … »

                      « Oui, idiote. »

                      « Je suis folle, pas idiote. » Dit-elle pour appliquer ce principe chez elle qui lui tient à cœur, retrouvant le sourire malgré les blessures. « Cela veut dire que je suis toujours ton ingénieur en chef ? … »

                      « Oui, tu l’es. »

                      « … Et que je peux toujours claquer le fric de l’entreprise pour faire des teufs d’enfer ? »

                      « … Avec modération. »

                      « J’ai … Jamais su ce que ce mot voulait dire, Gheeheehee ~ »

                      Et au final, tout allait bien dans le meilleur des mondes … Plus ou moins. Ithoutha prit du temps pour guérir et repris sa vie comme si de rien n’était. Elle reprit ses rêves de grandeur, repris ses délires, son désire de créer armes et machineries, reprendre la vie trépignant de criminelle, de marchande d’arme et de … Chirurgienne. Pour ainsi dire. Mais dans cette vie bien remplie, elle eut de nombreux autres épisodes. Des épisodes plus graves que simplement kidnappé rivaux et innocents pour les allonger sur une table d’opération et satisfaire ses besoins sadiques. L’un d’eux fut bien plus important que les autres.

                      Maintenant qu’elle vivait à la surface pour la majeur partie du temps, Ithoutha se tenait au courant des avancées technologique en tout genre. Elle-même était l’inventrice de bien des dispositifs révolutionnaires mais quelque chose fit sauter quelque chose dans sa cervelle. Quelqu’un a été désigné comme le plus grand géni de cette ère et cette personne n’était pas elle. C’était une femme molle, sans classe et détestable aux yeux de la créature. Elle avait réglé les problèmes énergétiques du monde ? Et alors ?! Elle aurait pu le faire aussi si c’est ce qu’elle voulait accomplir ! Elle a fait d’énormes progrès chez les IA ? Et personne n’en parle de sa dimension de poche ? Bon, certes, elle n’était pas en position de partager ses travaux mais qu’importe ! Elle fait beaucoup plus de choses et beaucoup mieux ! Si quelqu’un devait être la plus grande scientifique au monde …

                      C͑ͫ̄'̤́ͅé̶̠͘ţ̭͝a̭͕͋i̋͌͠ť̄̔ ̒̒ͭé̝͖l̸̶͖l̴̒ͅé̊͛,̭̰̅ ͇̉̌e͓ͨ̂ẗ̺͇ ̤̑ͬp̨͌̕e͗̍͠r͑́͠s̺͆ͅo̷̜͝n̬͙͗n͈̪̿è̹ͭ ̵͉́d̬ͫ͌'҉͚̋ȃ̈́͛ũ̶̪t̪ͮͪṛ̱̚ẹ̽̓s̱̞̽

                      La plus grande fierté de cette scientifique était la création d’un androïde qui possédait un vrai caractère, une personnalité propre, indissociable des humains. Une IA qui avec le temps, avait apprit comment elle devait ou plutôt, comment elle VOULAIT réagir aux choses. Elle avait brisé les barrières des machines, de la conscience … Avait-elle rendu vivant une machine ? C’était un débat qui n’intéressait pas Ithoutha ! Le plus important c’est que l’autre idiote avait fait un beau joujou technologique et si c’était ça, son chef-d’œuvre … Elle allait faire beaucoup mieux !

                      Avec persévérance et beaucoup d’astuce, la criminelle vint voler les plans de cet androïde et elle travailla à le perfectionner … à sa manière. Cet androïde était fait pour être un « être-vivant » mais Ithoutha allait l’améliorer en faisant ce qu’elle savait faire le mieux … Le transformer en machine à tué. Le châssis était déjà à la pointe de la technologie, presque futuriste pour l’époque. En lui-même, cette machine pouvait faire un carnage si elle le désirait vraiment mais il fallait réellement que cela soit sa fonction première ! Elle ajouta armes, lames, explosifs, améliora les systèmes de visées, les réflexes, ajouta des moteurs plus puissant pour donner plus de force, bucha jours et nuits et pourtant, ce n’était pas parfait… Jusqu’à ce qu’elle trouve quelque chose d’intéressant en ligne.

                      Une nouvelle source d’énergie venait de faire son apparition en ce monde. Un cristal mystérieux, unique, avait été trouvé dans les entrailles du plus vaste désert et ses fragments vendu au plus offrant. Elle ne savait pas si tout ce qu’elle lisait en ligne était vrai mais une chose est sure … Si c’était quelque chose que personne ne connaissait et que personne n’avait réussit à expérimenté dessus … Il y avait le potentiel qu’elle soit la première à découvrir une énergie aussi démente qu’elle !

                      Une fois un de ses cristaux en mains, elle l’intégra à son androïde et l’anima. Tout semblait marcher. L’androïde se redressa et observa curieusement les environs avant qu’Ithoutha se réjouisse de son fonctionnement et ne lève une main vers elle.

                      « Hey ! T’es en vie ! High-five, nouvelle copine ! ~ »

                      Mais en frappant dans la main de sa création … Un étrange choc la parcouru et … Et lorsqu’elle ouvrit les yeux à nouveau, elle du se retenir à une poutre de métal alors qu’elle allait tomber dans le vide. Elle n’était plus dans son laboratoire … Elle était au sommet d’une tour en chantier dans une immense cité composée d’usines à perte de vue. Une vision qu’elle n’avait jamais vue. Même le ciel ne ressemblait pas à ce qu’elle avait l’habitude de voir. Elle releva le visage pour fixer son androïde qui était également là, confuse visiblement. Pendant à un bras et quelques tentacules dans le vide, elle resta figée un long moment avant de réaliser ce qu’elle croyait avoir fait.

                      « Putain, j’ai inventé la téléportation ! J’ai inventé … Ah ! AH ! C’EST QUI LA PLUS GRANDE SCIENTIFIQUE AU MONDE MAINTENANT, HEIN ?! C’EST QUI ?! Dans ta face, avec ton robot qui a des « sentiments » ! Pfft !  Le mien, il me téléporte où j’veux maintenant ! »

                      Il lui faudra quelques temps pour comprendre qu’elle avait de plus gros soucis sur les bras … Qu’elle n’était plus dans son monde et qu’elle n’avait pas moyen d’y retourner.

                      Physique et Mental

                      « C’est pas grave si je suis un peu instable. Je m’en suis toujours sortie jusque ici. Je me fiche bien si je suis dans le dénie … C’est une douce maladie ~ »

                      Ithoutha n’est clairement pas votre scientifique habituelle, tant sur l’apparence que sur le caractère ou … L’esthétique … La morale … Tout ça. Le plus évident est bien évidement le premier coup d’œil. Elle n’est clairement pas humaine et n’est rien de vraiment connu et reconnaissable … Si cela n’est la comparaison avec une pieuvre mais c’était un peu de la triche. Les tentacules font toujours pensés aux pieuvres… C’est le plus évident, chez elle. Elle ne possède pas de jambes mais bien huit tentacules pour se déplacer et faire tout ce qu’elle a à faire. Des membres résistant et puissant qui peuvent lui permettre de faire beaucoup plus de choses, beaucoup plus qu’une simple créature marine puisse faire ! Après tout, les poulpes en tout genre sont de vrais gelées une fois sur la terre ferme mais pas Ithoutha qui pourrait grimper aux arbres ou faire des bonds vertigineux !

                      Autre que ses attributs pour le moins remarquable … Et bien, il y a tout le reste. Elle possède le tronc d’une femme mais quatre bras, quatre yeux, une certaine absence de nez, un sourire carnassier et une chevelure sauvage qui reste rarement en place ! Après tout, Ithoutha est un melting-pot génétique tout à fait artificiel. Il y a tant de choses en elle ! Humain, pieuvre, lombric, il y a de l’insecte et de la créature marine à foisons dans son code génétique ! Ses crocs sont animal, ses yeux sont sombre comme les créatures des profondeurs et un peu partout sur son corps, on peut voir les marques et autres cicatrices des diverses manipulations génétique qu’elle s’est opéré sur elle-même. Elle est une abomination génétique, un prototype qui a subit un échec et c’est pour ça qu’elle est si instable, aujourd’hui.

                      Instable est un mot gentil, plus une marque de politesse que la description la plus véridique qu’on puisse faire d’elle. Le cœur du problème, chez Ithoutha, est que son attention est souvent focalisée sur les mauvaises choses. Elle a un comportement obsessionnel envers ce qu’elle trouve « cool », pour ne choisir qu’un mot. Elle a du mal à se poser des limites, sa raison est fine et lorsqu’elle veut quelque chose, elle ira par tout les impaires pour l’avoir. Que cela soit un bien matériel, un concept ou … Une personne.

                      Ayant grandie dans la violence et ceci couplé avec sa raison pour le moins fragile, Ithoutha a apprit à aimer la douleur, que cela soit la recevoir que la donner. Elle a déjà beaucoup reflété sur sa vie : pourquoi la douleur, comment, qu’est-ce que cela peu apporter, etc. La douleur est la forme de peur la plus primaire. C’est la peur que ressent le corps face à une menace … C’est ce qui la tient en vie. C’est grâce à la douleur qu’elle a su sortir des tréfonds des égouts. C’est la douleur qui l’a construit, qui lui a fait ressentir des émotions. C’est poétique. C’est beau. C’est la nature humaine ou même de n’importe quel être vivant. Et comme elle a confiance en son corps pour toujours guérir, elle n’a pas peur de quelques blessures, bien qu’elle ne cherche pas activement à en recevoir. Par contre, elle est parfois prise de pulsion sanguinaire, manifestation soudaine et sporadique d’une haine et d’une rage cachée en elle pour toute la misère que le monde lui a donné. Le sadisme est un réel problème.

                      Mais au final, elle se retrouve souvent en conflit entre son être misérable et la fierté d’être devenue ce qu’elle était. Ithoutha est folle. Complètement givrée. Elle a des désires tordus et trop peu de retenue mais tout ça, étrangement, elle en est consciente. Elle sait que son existence revient à faire souffrir les autres, directement ou non… Et quelque chose lui dit que ce n’est pas « bien ». Mais d’un autre coté, elle ne peut qu’être fière de ce qu’elle construit ! Que cela soit des machines, des armes ou un empire quelconque. « Je suis folle, pas idiote » est l’une de ses phrases favorite car elle n’a pas plus grande fierté que son intellect, au point de s’en vanter et … d’adopter un comportement colérique si quelqu’un s’obstine à dire le contraire.

                      Entre les moments de douce folie, Ithoutha peut être vue, au calme, comme une personne excentrique. Elle adore rire, elle adore faire des choses, importante ou non, utile ou juste pour le fun. Elle est un peu hyperactive en ce sens. Elle aime aussi jouer avec les gens. Elle peut montrer les crocs, hurler et menacer mais ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est tout autant perdre le contrôle que le garder dans le creux de sa main. Manipulatrice à ses heures mais surtout, une femme qui ne prend pas grand-chose au sérieux, sauf les quelques points qui le sont vraiment. Comme dit plus haut, son intellecte, son travail et ce qui l’obsède. Certains pourraient dire qu’elle est le cœur de la fête mais ceux qui la connaissent savent qu’il ne faut pas forcement trop s’amuser avec elle …

                      Ithoutha peut s’amuser à manipuler les gens, comprenant les désires et ayant étudié la nature humaine jusqu’à un certain point. Elle se fait même un plaisir d’essayer de rendre les gens fou… « La contagieuse folie d’Ithoutha », comme elle aime appeler ça. Mais  tout ça ne veut pas dire qu’elle n’est pas facilement manipulable également. Pour Ithoutha, ce qui compte le plus au monde tourne autour de ses obsessions… Et si cette obsession concerne une personne, elle serait bien capable de devenir une héroïne au cœur pur si on lui demandait. La « hype », l’excitation… Agitez la bonne carotte sous ses yeux et son instinct lui dictera de bondir mais qui sait ce qui peut lui passer par la tête à tout moments.

                      Pouvoirs et Capacités

                      Ithoutha est une expérience mélangeant un bon nombre d'ADN différent. Elle fut créée pour simplement être un super ordinateur vivant mais pour arriver à ce but, on lui donna quelques autres petits trucs et astuces. Le lombric, par exemple, est fortement implanté dans ses gênes. Cela veut dire qu'elle possède d'importantes capacités régénératrices sur la durées. Ses tentacules repoussent par exemple, tout autant que ses bras ou n'importe quoi d'autre. Peut-être qu'à l'aide d'injections de son crue, elle peut accélérer les choses mais en l'état, cela lui prendrait quelques jours.

                      Et à cause de son melting-pot génétique, Ithoutha s'avère également être quelqu'un de très forte physiquement. Ne sous-estimez jamais la force de ses tentacules ou de ses bras. Si elle y met du siens, elle pourrait soulever une voiture avec plus ou moins d'aisance mais pas beaucoup plus, cependant. Un don mais qui n'est pas exploité. Elle préfère se voir comme une scientifique après tout et préfère dédier son temps à "la science" plutôt qu'à soulever des voitures quotidiennement.

                      Et parlant de science, elle utilise celle-ci comme principale moyen de se défendre ! Ou ... Moyen de détruire tout ce qui bouge si nécessaire, plutôt. Elle est la génitrice de bien des inventions ou du moins, de nombreux mécanismes adaptés au combat ou gadget utilitaire pour se sortir de X situations ! Arme à feu, lasers, foreuse, gants à propulsion, fronde gravitationnelle ... Oui, quel intérêt d'avoir un esprit géniale si c'est pour créer des armes on ne peut plus conventionnelle, après tout ? Mais ce qui fait la dangerosité d'Ithoutha (sans parler de l'hésitation non-existante à vouloir tuer quelqu'un) est le système révolutionnaire qu'elle a enfanté ... Des portails de transitions pour son matériel ! Grace à un dispositif qu'elle s'est installé dans la nuque et directement attaché à son système nerveux, la scientifique peut faire appel à des portails (Des sortes d'anneaux métallique rouge) qui relie un endroit proche d'Ithoutha et sa planque qui contient bon nombre d'inventions. Ainsi, elle peut toujours avoir accès à ses armes en toutes situations !

                      IRL

                      Pseudo : BB
                      Age : 26
                      Comment avez-vous connu le forum ? AUCUNE PUTAIN D'IDEE, TIEN !
                      Vous êtes sur discord ? Oui
                      Accès à la zone +18 du forum ? Oui


                      La Contagieuse Folie d'Ithoutha ♥ Ithouthasigna

                      (Thanks Neeko ♥️)

                      vava
                      The Birther
                      groupe
                      Bonsoir et (re)bienvenue sur Rebirth RPG !

                      Encore un personnage fascinant sur bien des points dont tu nous fais l'honneur d'incarner ici et qui nous promet bien des rebondissements La Contagieuse Folie d'Ithoutha ♥ 403255964 *pat pat*
                      Inutile de te faire faire un tour du propriétaire : tu connais bien la maison maintenant ! Un point à noter pour éviter la mauvaise interprétation : le hangar se doit d'être physiquement là sur l'un des 4 mondes du forum et pas ailleurs.

                      Validé ! Bienvenue à toi, Légionnaire du Nim Row !

                      Et bonne chance à ceux qui tomberont dans les tentacules délicats de Ithou ~
                      Aller en haut MenuAller en bas