REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
×

OmniSearch


HRP


InRP

Qu’est-ce que l’OmniSearch ?

L’OmniSearch est un outil créé par le Staff qui recense absolument tous les sujets nécessaires à la compréhension et à la vie du forum. Il a pour but de faciliter votre navigation, notamment grâce à sa barre de recherche.On peut accéder à l’OmniSearch de plusieurs façons :

     
  • Via les images défilantes du Panneau d’Accueil, sur l’accueil du forum.
  • Via le bouton en forme de loupe, lorsque vous passez votre souris sur la petite planète en bas à droite, sur un sujet du forum.
  • En effectuant le raccourci suivant, n’importe où sur le forum :
Ctrl + Maj (Shift) + F

Ce raccourci peut aussi fermer l’OmniSearch.


Comment effectuer une recherche ?

Rendez-vous sur l’onglet “Rechercher”, puis entrez un terme en lien avec le sujet que vous voulez consulter. Veillez à bien appuyer sur la touche Entrer pour être certain de lancer la recherche. Vous verrez alors les sujets vous intéressant apparaître.Il est à noter que, lors de votre première recherche et quelques autres rares fois, les résultats mettent du temps à s’afficher (une dizaine de seconde), le temps de trier les sujets.Si jamais un terme recherché ne vous donne pas le lien du sujet voulu, n’hésitez pas à le proposer à un membre du Staff.

La suggestion de recherche est désactivée

                      Conflits d'intéret

                      Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
                      Partagez
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      Il était déconcertant de voir à quel point cet homme fut prévisible et simple à comprendre. La plupart des solarkiens avaient tendance à cacher systématiquement leur jeu, Greed non et c’en fut presque désarmant. Je sais, cela fait plusieurs fois que je le souligne, mais je n’y peux rien si – par pur hasard – ce dernier provoquait – à nouveau – les potentielles sources de menace malgré ma mise en garde quelque peu nuancée. Et cette témérité ne s’arrêtait pas là, car la pauvre serveuse fut abordée à peine sa besogne – aussi simple fusse-t-elle malgré les apparences – terminée envers nous. En effet vous l’avez deviné, ma connaissance en est la cause. Je ne comptais l’arrêter, je ne pouvais me sentir responsable de ses actes et mon plan permettait ce genre d’écarts, mais même si cela avait pu égayer sa journée de se sentir protégée, c’était mettre l’huile sur le feu et risquer des tensions inutiles. De toute façon, si les choses eussent dégénéré, ce dernier risquait de s’endetter envers Solarii – voire ma personne soyons ambitieux – et faciliter les négociations en ma faveur.

                      Évidemment, je ne souhaitais pas que cela se produise, mais s’il fut un temps soit peu lucide, il savait qu’à peu de reprises on lui eût proposé un moyen de se faire une place sans faire couler sang. Après, restait la suite, mais encore fallait-il avoir l’opportunité de lier quoique ce soit à prix abordable et cet homme ne semblait pas du genre à vouloir difficilement gravir les échelons par des actions héroïques. Non, il voulait quelque chose et je lui offrais la possibilité de l’atteindre plus rapidement que n’importe quel immortel parti de zéro. De quoi obtenir un ascendant sur ses potentiels pairs et de quoi négocier. Il allait devenir important et j’allais pouvoir chapeauter – fusse temporairement – une inconnue dans l’équation politique solarkienne, suffisamment longtemps pour permettre au Nim Row de s’adapter à ces arrivées soudaines. Elles allaient déstabiliser notre équilibre fragile entre les continents : imaginez une armée d’immortels ou autres étrangetés surpuissantes en tout genre, défiant tout ce que nous connaissions jusqu’alors et par la même la position du Gardien, il ne serait plus qu’une question de temps avant que notre peuple ne s’effondre sur lui-même comme ce fut le cas pour le peuple de Suram.

                      Sa tentative d’approche face à un être visiblement timide – dont le succès semble mitigé, pour les intéressés – et l’affirmation de sa recherche d’aise tout deux réalisés – non sans une pointe d’agacement et une petite piqûre de rappel sur ses papilles sensibles, l’avare détailla ses propos concernant la méfiance envers « la main qui te nourrit » : comme quoi il fallait toujours rester alerte malgré tout. Évidemment que je me méfiais de tout, surtout des gens avec qui je m’entendais bien ou me liais d’une certaine relation, dans ce monde la confiance s’obtenait suite à la mise en calcul de « gains » et « pertes », et chacun vivait pour résoudre ses propres équations. On pouvait dire que j’en étais le fruit même : malgré les apparences, je n’aimais pas ma mère comme un enfant aimait sa mère. Non, je l’aimais comme un enfant aimait sa génitrice qui se trouva être aussi sa source de moyens mentaux et physiques pour comprendre l’univers tel qu’il le percevait. Elle avait choisi mon père pour son patrimoine génétique, je l’en avais remerciée pour cela jusqu’à ma vieillesse prématurée où…

                      Alors que je fus perdu dans mes pensées, mon instinct m’en arracha car on venait d’agripper à l’épaule mon interlocuteur. L’homme, lourdement modifié et faisant littéralement de l’ombre en dominant Greed de par sa carrure, parlait d’une voix rauque et l’on pouvait deviner des implants aux cordes vocales :

                      « Dégagez. On veut pas de gars comme vous ici. »

                      Malgré son phrasé prononcé et porteur, sa poitrine ne bronchait pas comme s’il ne semblait nullement quérir d’inspiration à sa suite. Avait-il aussi des extensions aux poumons ? Je n’avais pas vraiment lâché ma canne une fois assis – et malgré cette habitude ce cyborg ne semblait pas au fait – donc si j’eusse eu à me défendre cela était fort pratique. Lors de la réponse provocatrice de Greed – qui me fit soupirer en devinant la réponse de l’armoire – je pus observer attentivement l’augmenté qui semblait fixer tour à tour ma main armée et le visage enfantin de l’autre avant de rétorquer par des phalanges de métal sur la tempe de l’avare. Un bruit peu ragoûtant pour un repas entre « amis » s’en échappa si je puis dire, ainsi qu’une vue imprenable sur la moitié du visage intacte et toujours souriante malgré le peu de maintien restant de sa tête. J’en avais presque l’estomac retourné mais de nouveau je devais rester impassible si je souhaitais garder cette tension le temps que l’autre se reconstitue.
                      Satisfait de son coup il observa de nouveau ma main forte en haussant des épaules :

                      « Pas si costaud ce gars, on m’a menti on dirait… »

                      J’ajustai mon chapeau légèrement tâché de sang puis m’accoudai ensuite sur la table cramoisie en lui coupant la parole :

                      « Vous parlez plus vite que vous ne réfléchissez l’ami, laissez-lui un peu de temps. On vous a bien informé non ? Vous fixiez ma main forte depuis tout à l’heure. »

                      Il en avait des muscles, mais pas partout c’était indéniable. Je désespérais à l’idée de devoir tout lui expliquer, l’invité allait-il s’occuper de lui ou bien un détail très important ayant disparu de son champ de vision ?


                      Dernière édition par Yoligan Niveren le Sam 28 Déc 2019 - 15:42, édité 1 fois (Raison : Correction fautes)


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      L’impact métallique sur le coté de mon visage envoya ma tête pendre sur le coté, visiblement maintenus en place par quelques muscles plus que par un os bien placé. Le visage figée dans un sourire narquois, paralysé pendant quelques secondes dans une position inhumaine, il était facile de déduire les faits : Bris de nuque en règle. Face a cela, Yoligan se maintenait en position, gardant une menace, discrète mais sans doute expéditive, sur le colosse.

                      Il fallut pour ma part l’espace de quelques secondes, le temps du brève échange entre le major et le cyborg pour que mon corps ne s’active. Quelques étincelles d’énergie rouge m’entourais, alors que ma nuque roulait inhumainement sur mes épaules, jusqu’à retrouver une place naturelle et que je ne reprenne un contrôle ordinaire sur mon corps, massant ma nuque en souriant.

                      « Pas mal, pas mal. Un bon crochet du droit, de quoi décapiter un homme avec cette main surcompensée. Maintenant, qu’est ce que vous compter faire ? Continuer a vous acharner inutilement, ou comprendre que cela ne sert a rien de me chercher des embrouilles ? Je vous laisse l’opportunité d’être intelligent et de reculer. Il vaux mieux avoir un immortel dans ses bonnes grâces que contre soit, pas vrais ? »

                      Toujours avec un sourire provocateur, je lui tapotais le coude de son bras métallique. Il avait été surpris par ma résurrection, avait eu un léger râle de surprise, mais restait de marbre en dehors de cela. Il me regardait en plissant des yeux, sans doute ruminant l’impuissance que je semblait sous entendre, serrant de nouveau ses phalanges d’acier, qu’il propulsa en avant dans un cris de rage.

                      Un lourd bruit traversa l’air, différent que précédemment, alors que mon corps traversait la pièce pour aller se fracasser dans une table voisine. La poussière de l’impact se dissipa alors que je me redressait, le cou et la joue recouvert d’une teinte noire, ne déplorant aucun des dégâts précédemment reçus.

                      « Tu vois ? Inutile de continuer. Après, si tu y tiens, c’est comme tu veux. Je n’ai rien contre un peu d’exercice. »

                      La matière noire recouvrant mon cou et ma joue commence alors a se rétracter vers mon torse, pour se fondre dans mon « vêtement ». Je tournais ma tête pour m’adresser a Yoligan.

                      « Major ! Tu devrais peut-être reculer, ça risque de devenir mouvementé ici. »


                      J’ôtais ma veste pour la laisser tomber sur le coté, alors que mon corps se recouvrait de la même matière noire protectrice que tantôt, se répandant depuis mes mains et mon torse pour englober toute surface excepter la tête. Il ne faudrait pas gâcher mon charme naturel !


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      Comme je le souhaitais intérieurement, je n’eus pas longtemps à attendre avant qu’un signe venant de mon futur associé ne sonna le glas de ce que je supposais être un état de coma ou d’inconscience éphémère. En un éclair – autant au sens propre qu’au figuré – l’esprit provocateur revint aussi vite qu’il était parti : ce dernier complimentait le coup porté ainsi que la technologie – remarque qui fit palpiter mon esprit scientifique patriote par ailleurs – pour finalement prévenir de l’inutilité de sa manœuvre. Je jetai un œil vers ma gauche, du côté de la sortie et des informateurs qui à la vue de mon regard détournèrent le leur, probablement pour faire mine de tenir une conversation entre eux. Avaient-ils omis de dire le plus important à son sujet ? Non, ils m’avaient l’air tout à fait professionnels ou au moins un minimum habitués à ce genre de besogne, alors avaient-ils des doutes malgré la démonstration précédente dans la rue ? Je ne voyais que cela. Ou alors, peut être que le bourru souhaitait simplement mettre cela à l’épreuve…

                      Nouveau son métallique, la table face à moi fut pris d’un sursaut. Cette fois Greed venait de disparaître de mon champ de vision et, au vu de la posture de l’autre ainsi que du nuage de poussière soulevé à ma droite, il venait incontestablement de l’envoyer balader d’un nouveau coup de poing. Je soupirai.
                      La vision du lieu retrouvée, j’aperçus une petite surface noirâtre sur le visage de l’immortel qui effectivement s’y trouvait. Mieux encore, il n’avait aucune blessure… Intriguant. Était-ce donc ce fameux bouclier dont il parlait tantôt ? Il était vrai que je ne voyais aucun équipement particulier sur lui, pouvait-il donc créer une protection à la surface même de sa peau et se protéger ainsi ? Je me demandais avec amusement par quel procédé physique une matière aussi peu encombrante pouvait suffire à accomplir son œuvre, tandis que de mon côté Diplomatie demeurait sous la table.

                      Cette fois, nouvel et dernier avertissement de la part de l’avare, il n’avait rien contre « un peu d’exercice » pour le citer. Après s’être recouvert de cette matière obscure en laissant son visage à découvert, il adressa une remarque à mon attention pour me préparer à une éventuelle bagarre, m’arrachant un petit rire grinçant :

                      « Oh ne t’inquiète pas, je suis déjà prêt. »


                      L’armoire détourna du regard puis devint blême : Ses yeux jonglant de la table à mes mains, il venait certainement de comprendre qu’il avait complètement perdu de vue mon arme secrète. Je récupérai alors d’une main nos livrets du menu tandis que la table prit un vol dans la seconde qui suivit, le colosse venait de la soulever de ses deux mains et mettait donc à découvert ma supercherie. Il eut même l’occasion de l’observer de près, très près, trop près pour lui. À peine la table retournée flottant dans l’air, la canne fila droit dans son œil gauche, propulsée par mon pied projeté en avant afin d’effectuer une glissade sous le projectile massif. Une petite étincelle brilla dans mon dos à cause du frottement de Tact au sol mais rien était à déplorer de ce côté.

                      J’entendis un léger cri venant certainement de l’éborgné de l’autre côté de la table mais déjà je prévoyais mon prochain coup : ma Diplomatie dans ses parties. Cela devait laisser à Greed suffisamment de temps pour revenir afin de l’incapaciter à deux si besoin. En un contre un je n’avais aucun problème, mais avec autant d’implants et ce que je supposais être des poumons renforcés, on ne pouvait absolument pas faire durer l’affrontement. Je devais mettre toutes les chances de mon côté puisqu’en jetant la table vers ma direction il venait d’agresser un représentant du Nim Row.
                      Lors de la glissade, je piégeai Diplomatie entre mes bottes pour la ramener à portée de main en pliant ensuite mes jambes. Je finis alors sur le côté et aperçus enfin une tête recouverte par les mains de son propriétaire, il semblait saigner et n’appréciait clairement pas sa situation puisque l’instant d’après il tenta de me piétiner, mais il me loupa d’un cheveu lorsque j’utilisai la canne pour me servir d’appui sur sa deuxième jambe.

                      Un creux se forma là où son pied tonna le sol, mes yeux s’écarquillèrent sous le masque. Tant de force brute sur du marbre ?! Il devait avoir de sacrés implants aux jambes pour pouvoir déployer autant d’explosivité, est-ce que ces derniers atteignaient ses hanches ? Je me devais de tester l’étendue de ses transformations.
                      La constatation faite et tenant toujours nos livrets d'une main en me retrouvant presque dans son dos, je profitai de mon lever réflexe de l’autre main tenant la canne pour donner un coup ascendant à l’endroit ciblé et peut être faire mouche.

                      Un son de cloche retentit dans la pièce au moment de l’impact.


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      Le major ne semblait pas en reste en terme de combat, a en juger par le ton calme et enjoué avec lequel il répondait a ma mise en garde. Il suffisait de voir avec quelle vitesse il s’adaptait a la situation, profitant d’un plan minutieusement anticipé et exploitant le caractère prévisible de notre convive pour lui projeter sa canne dans l’œil. A n’en pas douter, Yoligan avait la situation sous contrôle, ce qui ne m’empêcha pas de m’approcher pour l’assister. Cependant, au moment de poser ma mains sur l’épaule de l’éborgner pour en terminer, un déclic inquiétant se fit entendre sur ma droite. Le temps de tourner la tête et je vis le gouffre sombre du canon d’un fusil de chasse, braqué sur mon épaule et ayant pour cible ma tête découverte.

                      Une fraction de seconde s’écoule avant qu’un autre déclic ne signale le début des hostilités. Mais je restais de marbre, alors que mon bouclier s’était étendus le long de ma joue jusqu’à mon oreille, faisant ricocher la chevrotine de l’arme qui vint blesser la main de mon assaillant, qui lâcha son arme dans un cris de surprise. J’affichais un petit sourire narquois en répondant a ce dernier.

                      « Décidément, vous n’êtes pas très futé sur cette planète il faut croire. »


                      Je reconcentrais mon attention sur le combat que menait le major avec le colosse métallique, qui semblait bien redoutable a en juger les dégâts qu’il faisait au décors. Peut-être que mon collègue aurait bien besoin d’un coup de main. Mais il suffisait d’un coup d’œil pour voir que certains de nos convives de bar s’étaient emparé d’armes et braquaient Yoligan, profitant de la distraction du combat pour tenter quelques attaques furtive. Je m’interposais entre les profiteurs et l’agent du Nim Row, riant ostensiblement alors que les balles ricochaient sur mon bouclier et que certaines me transperçaient le visage, dont mon œil droit. Je les regardais recharger, un grand sourire sur mes lèvres, alors que j’empoignais une table proche du combat.

                      « Je vous emprunte ça, si ça ne vous dérange pas. »

                      La table vola au travers de la pièce pour aller percuter le groupe de tireur, les laissant étourdis sous les gravats. Soit ils mettraient quelques temps a se relever, soit ils feindraient l’inconscience. Je pencherais plus pour la seconde solution, la plus intelligente, mais je commence a me dire que je surestime peut-être les capacités de ces gueux.

                      Je sens un impact de balle derrière moi, suivant un bruyant coup de feu. L’homme se tenant derrière le comptoir me braquait avec son fusil, encore fumant, une mine dure, marquée par les cicatrices qui ne faisait que donner plus de charme a cette magnifique moustache. Sa voix était forte et autoritaire, même si ces mots ne pouvaient cacher sa peur.

                      « Sortez de chez moi, je veux pas de monstres comme vous ici. Dégagez avant que ça n’empire ! »

                      Je regardais le barman en souriant, ramassant quelque chose sur un corps inconscient avant de me diriger vers lui, tout sourire, sous les coups de feu. Les impacts tantôt ricochaient, tantôt me transperçaient la tête sans m’arrêter, alors que ma régénération s’occupaient des dégâts. Une fois arrivé a son niveau, j’empoignais son arme, chaude entre mes griffes pour l’écarter de ma personne.

                      « Je vous avez prévenus, vous n’avez pas écouté. Vous ne pouvez vous en prendre qu’a vous même, mais pour être tout a fait honnête, c’est endroit avait vraiment besoin de changer de tête. »

                      Je portais ce que j’avais ramassé tantôt, qui s’averrait être une grenade, a ma bouche, arrachant la goupille et faisant sauter le loquet de sécurité tout en la tenant fermement, ainsi que l’arme du tenancier. Un bruit sourd retentit alors que le contenus de mon crâne s’éparpillait sur le bar.


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      Un moment de gêne s’installa entre le colosse et moi, lui était surpris du coup et moi du son atypique sorti de ce dernier. J’hésitais entre exprimer de la surprise ou de la pitié mais lorsqu’il tourna la tête, son regard haineux mêlé à la honte confirma mes tristes doutes : il avait perdu quelque chose de précieux, et je ne souhaitais pas savoir comment.
                      Dans son ombre, j’aperçus vaguement Greed mais la seconde qui suivit ce fut une détonation extrêmement bruyante qui brisa ce silence incommodant, suivi d’un cri de douleur. Pendant ce temps, mon adversaire se redressa finalement en profitant de ma surprise afin de réaliser un coup de poing revers circulaire et bras tendu. Au vu de sa posture je n’eus pas de difficulté à deviner son attaque et malgré la vitesse ahurissante, j’arrivai donc à passer en dessous tout en prévoyant son potentiel prochain objectif : profiter de ses implants et de mon esquive basse pour frapper très violemment du genou droit. J’évitai aussi de justesse le coup qui comme prévu partit, d’un appui de ma canne sur son torse en profitant de sa garde désormais ouverte par sa première tentative. Il était doué, il savait où et quand frapper avec quelle partie du corps, mais c’était justement sa faiblesse parce que moi aussi je le savais. J’allais devoir user d’illogique dans ce combat si je tenais à arracher du temps voire la victoire contre lui.


                      Un brouhaha de petits cliquetis se fit entendre avant que je ne comprisse la situation. Nous n’étions pas face à quelques pauvres ahuris certainement éméchés, mais un gang. Aussi chauvins qui pussent être les habitants de Suram, jamais ils ne dégainaient aussi facilement pour défendre un pauvre type ayant pris pour cible deux étrangers, ils rejoignaient peut être la bagarre à la main, mais ils ne mettaient pas en joue un représentant du Nim Row de la sorte. Je cherchai alors désespérément à me protéger d’eux en approchant fortement leur allié mais finalement les détonations qui suivirent n’aboutirent à aucun impact sur mon corps, à la place j’entendais comme des ricochets. Je voulais déterminer pourquoi cela, la curiosité me rongeait, mais je ne pus me résoudre à me retourner sous peine de perdre de vue mon véritable adversaire. Ce dernier profita d’ailleurs de mon geste poussif pour enchaîner une salve de coups de poing en ma direction que je parai difficilement de ma canne lorsque je ne pouvais les prévoir. Sa vitesse de frappe fut telle que je ne pouvais les voir venir, je dus profiter de nos connaissances communes en combat de rue et quelques unes inspirées de l’armée pour les visualiser et les éviter. Je réalisai une véritable partie d’échec où prévoir quatre, cinq, six coups en avance était nécessaire, vital dans mon cas, car je ne pouvais encaisser une seule attaque de sa part sans risquer de multiples fractures voire la mort instantanée. La voix rauque de l’armoire vint alors couvrir le son des détonations :

                      « Marrant ! Tu es donc capable d’éviter mes coups avec ces livrets en main mais tu ne cherches pas à frapper en retour ! Dépêche-toi ou tu vas fatiguer, minus du Nim Row ! »

                      Il avait raison. L’esprit occupé par l’évitement de ses phalanges et une main occupée inutilement, je ne pus me résoudre à imaginer quelconque contre-attaque et ne me sentais pas tenir ce rythme bien plus longtemps, alors qu’au même moment les tirs fusèrent d’un coin à l’autre de la pièce. Je devais vite trouver un plan et garder mon souffle régulier au possible. Ce ne fut pas comme s’il se contentait de donner ses coups un à un, bien sûr que non, il avait aussi un jeu de jambes impeccable et sans ouvertures qui lui permettait aisément de frapper sous plusieurs angles quand un genou ou un pied surprise ne venait pas ébranler mon calme. De quoi m’empêcher de le complimenter malgré l’intérêt grandissant pour cette situation délicate.
                      Dans la joie de participer à un jeu dont les règles jouent autant en ma défaveur, j’entendis un courant d’air dans mon dos puis un bruit sourd sur le côté gauche maintenant que nous venions d’effectuer une petite rotation, les coups de feu cessèrent et un léger flottement de la part de mon adversaire me permis d’entrapercevoir un moyen de reprendre l’avantage. Je fis de sorte à esquiver ses prochaines salves en menant peu à peu le combat vers ce moyen en question qui se trouva être une chaise et une table, ils allaient me servir et mon adversaire semblait plus qu’heureux de m’y diriger, certainement pour m’y bloquer. Je commençais à m’essouffler sous l’intensité continue de l’effort mais j’arrivais au but, juste encore un peu.

                      Une fois dos à la chaise parfaitement rangée sous la table – aussi étrange que cela pût paraître malgré la situation chaotique – et en posture basse, je m’effaçai d’une rotation rapide sur le côté en tirant violemment à la canne les pieds de la chaise pour me remplacer et qu’il y butât son poing en voulant m’atteindre d’une attaque marteau. Aussi rapide qu’il était dans l’exécution de ses mouvements il ne pouvait prévoir ma vision de l’obstacle pendant son bref moment d’absence, concentré sur ses alliés qui venaient certainement de se faire réduire au silence. De plus mes prédictions en avance de ses combos me permirent de guider ses enchaînements vers ce dernier coup ; coup qui éclata la chaise et projeta ses échardes de tailles diverses vers mon ennemi.
                      En effet, avec un poing marteau, la chaise devait normalement éclater en tous sens, hors en la tirant vers lui j’ajoutais une force vers sa direction, la somme des deux avait donc provoqué une somme valorisant une propagation en sa défaveur. Cependant il restait des chances pour que je prisse tout de même une grande quantité de morceaux, ce fut alors la raison pour laquelle ma posture était basse : pour l’obliger à se rapprocher davantage et m’attaquer non pas avec le bras tendu ainsi qu’une trajectoire purement verticale du poing, mais davantage un arc de cercle ramenant ce dernier vers lui. Ainsi, le dossier se retrouvait plié – et donc pas éparpillé aux quatre vents – puis le reste ramené presque entièrement à lui, projetant premièrement le dossier sous la pression et enfin le reste en morceaux du fait de son élan.

                      La stratégie accomplissant son œuvre sur un franc succès, l’effet ne fut que de courte durée mais suffisante car il était désormais à genoux le temps de reprendre ses esprits, pendant que je posai les livrets sur la table puis armai de la même main Tact se trouvant toujours attaché à l’horizontale sous mon sac à dos. Un petit sifflement s’échappa de ce dernier quand j’aperçus du coin de l’œil la grenade dans la main de Greed. Pris de panique je retournai la table d’un coup de pied et sautai m’y mettre à couvert quand l’explosion parcourut le bar en soufflant poussière et fenêtres qui éclatèrent sous la pression.
                      Je n’entendais plus grand-chose si ce n’étaient les acouphènes, mais je remerciais le réducteur de bruit intégré au masque qui me permettait de ne pas devenir sourd à cause des tirs en intérieur et de ne pas perdre mes tympans sur cette grenade. Me rappelant rapidement du combat que je devait achever, il ne fallut pas une seconde de plus pour bondir avec Diplomatie et remettre la main sur la détente de Tact en observant l’état du colosse. Les oreilles en sang, le regard vide et le genou à terre, il luttait pour ne pas sombrer dans l’inconscience malgré le choc. Quand je fis le tour, j’aperçus une quantité effroyable d’échardes et autres éclats parcourant son corps en sang. Il ne bougeait plus, mais il respirait toujours et je ne savais quoi faire. Son gang était soufflé pour ceux qui étaient présents et le tenancier… Je n’osais me retourner pour apercevoir l’horreur du résultat.

                      Je portai ma main ma radio portative puis remarquai quelque chose au toucher, je portai donc celle-ci à mes yeux puis pus déterminer un morceau de marbre logé profondément dans cette dernière. Mon regard se porta ensuite vers le sol où le baraqué eut frappé, juste à ses genoux. Il était craquelé et des morceaux manquaient. J’entendis alors de nouveau la voix, quelque peu affaiblie et tremblante mais présente, du survivant :

                      « Ils… sont là. Ils… nous venge… ront. Vous… êtes… prêts ? »

                      … « Ils » ?


                      Dernière édition par Yoligan Niveren le Lun 30 Déc 2019 - 2:33, édité 1 fois


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      Mon corps inerte jonche le sol, au milieu de plusieurs morceaux de chair, appartenant tantôt a moi, tantôt au barman, même si cet état n’est jamais très durable chez moi. Quelques secondes passent, pendant que mes os et mes chairs recomposent la tête qui avait explosé suite a mon dernier tour de force. Je me redresse dans un soubresaut de vie, passant ma mains sur ma nuque endoloris en lâchant un soupire.

                      « Faut vraiment que je me calme moi. »


                      Je me relève difficilement, titubant quelque peu dans le mouvement. Je commence a être affaiblis après ces cinq morts d’aujourd’hui. Il fallait bien donner du spectacle au public, histoire de cacher mes faiblesses sous quelques bravado et bluffs, même si j’avais tout de même mes limites, et que je commençais a les approcher. Je sentais mes muscles « absents », je sentais le vertige se manifester. Je trébuchais, posant le genoux a terre le temps de respirer profondément avant de me relever.

                      L’endroit n’était plus qu’une ruine, parsemé de débrits, de chair et de vicère. Je me grattais l’arrière du crâne, gêné.

                      « Quel bordel … Je pensais pas que ça marchais aussi fort leurs trucs… »

                      Je jetais un œil de part et d’autres de la pièce, cherchant d’éventuel survivant au travers de la fumée, pour au final apercevoir le colosse qui avait combattus le Major, un genoux a terre. Il ne semblait pas avoir été propulsé par l’impact, mais a en juger son état, je ne pense pas que ça soit une bonne chose. Son corps était mutilé de toute part part des débris de bois et de schrapnels. Le major pour sa part était debout, légèrement chancelant. J’observais la scène où notre survivant nous laissait quelques avertissements, avant de lâcher un soupir, ramasser un fusil au canon sciés qui trainait au sol, m’approcher pour braquer le colosse de profil, appuyant négligemment sur la détente avant de jeter l’arme sur le coté, légèrement étourdis. Je me retournais vers le major, il avait l’air en bonne santé, secoué mais rien de casser, même si la présence de sa canne ne paraissait plus vraiment superflue. Je me penchais en avant, le regardant avec un sourire légèrement moqueur.

                      « Hey mon ptit gars, ça va ? Tu tiens le coup ? »


                      Je l’époussettais et réajustais ses vêtements, avant de me retourner vers la scène qui nous entourait.

                      « Ouaip, et bien on aura bien rigolé, mais sans déconné vous mettez quoi dans vos grenades ? Moi chez moi ça explose a 2, peut-être 5 mètres mais ça fait pas péter tout une pièce. J’espère que la serveuse n’a rien. Serait dommage de perde un bout de chou pareil. Tu peux marcher ? »


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      Son premier mot me tuait d’avance, attendaient-ils des renforts ? De tout le gang ce n’était donc pas le seul aux gros bras ? Je me doutais bien qu’il devait y avoir quelques hommes éparpillés en dehors du bar pour diverses raisons, mais cette expression de défi… Était-ce qu’une partie minime de leurs ressources ? Certes c’était un des meilleurs bars de la ville mais tout de même… Nous venions de botter une fourmilière bien plus grosse que je ne l’imaginais, et ça c’était une très mauvaise nouvelle. Peut être que Greed s’en sortait, mais mon cas fut bien plus incertain.
                      Un canon entra dans mon champ de vision, dirigé vers le colosse puis la détonation retentit avec l’explosion sanguine et musculaire qui en suivit. Probablement un fusil de chasse très usé que le porteur – visiblement indemne comme toujours – ne tarda pas à balancer dans un coin de la pièce. Il me demanda avec le sourire si je tenais bon, ce à quoi je répondis oui d’un signe de la tête en rangeant ma radio :

                      « Je retrouve peu à peu l’ouïe mais comme tu peux le constater, la tenue a amorti les dégâts externes. »

                      L’avare soigna quelque peu mon apparat, le remerciant ensuite d’un mouvement de tête j’observai les dégâts qui ne me surprenaient pas contrairement à lui. Il précisait que chez lui une telle arme explosait sur quelques mètres mais certainement pas toute une pièce. Un petit rire amusé et certes approbateur m’échappa lorsqu’il fit mention de son inquiétude et de l’intérêt de la survie d’un « bout de chou pareil » pour terminer par une petite question concernant mon aptitude à marcher :

                      « Ça devrait aller, cependant il va me falloir un peu de repos avant de refaire des cabrioles avec mes cent kilogrammes dans le dos. » Disais-je en pointant mon paquetage du pouce. « La petite devrait s’en sortir, aussi timide qu’elle pouvait être c’était une employée de cet endroit avec des prédispositions à la survie, sinon les gars de ce bar auraient été obligés d’en employer d’autres régulièrement. Pour ces gars, elle avait un bon rapport qualité-prix-survie et les affrontements dans ce genre d’endroits sont assez récurrents. Te rappelles-tu notre table ? Toute brûlée. La trace était trop récente et profonde pour être un accident de cuisine si tu vois ce que je veux dire. Tout ça pour te dire qu’elle a certainement trouvé une cachette où se mettre pendant ce temps. »

                      Je me dirigeai péniblement vers le peu de fenêtres verrouillables et les fermai en tirant ensuite les rideaux après avoir vérifié qu’aucune menace me visait de l’extérieur :

                      « Pourrais-tu vérifier l’état des survivants et jeter un œil en cuisine je te prie ? Normalement tous nos assaillants sont présents dans cette pièce et nous ne voudrions pas avoir à combattre sur deux fronts à la fois. Ayant pris pour cible un membre de la Légion Nim Row je te donne l’autorisation de les neutraliser voire de les éliminer s’ils représentent un danger. Je sais que c’est un peu tard mais la formalité l’oblige et nous nous mettons certainement un gang entier à dos en ce moment même. Ces tarés aimeraient bien jouer avec nos protocoles en montrant les bavures au reste de Suram, si tu vois ce que je veux dire. Je repasserai derrière ta vérification pour m’occuper des armes et munitions à notre disposition. Je voudrais bien quitter les lieux, mais ce serait risquer la vie de témoins innocents et je n’ai aucun moyen de contacter le quartier général. »

                      Évidemment, puisque c’étaient des directives que je proposais je reçus quelques boutades de sa part mais il s’exécuta tout de même, tandis que je lui expliquai la différence entre nos grenades en apportant ma contribution au plan de résistance à l’assaut du reste du gang. Une question me taraudait d’ailleurs l’esprit, car ses habits demeuraient intacts malgré l’explosion de sa grenade :

                      « D’ailleurs, en parlant de bizarrerie liée à cette grenade, tes vêtements sont en quelle matière pour résister parfaitement à une explosion pareille ? »


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      Le major tenait bien le coup, même si son armure était couverte de poussière et de débris. Il se plaignait de son ouïe, sans doute soufflée avec le brouhaha qui a englobé la pièce tantôt. Il ne se priva pas de lâcher un rire lorsque je parlais de la serveuse qui nous avait accueillie précédemment et tenta de me rassurer comme quoi elle était habituée a ce genre d’altercation, que si elle ne l’était pas, elle aurait été remplacée rapidement, au vus du rythme de ce genre d’évènement. Je lançais un sourire en coin au major.

                      « Ça veux dire que ce genre d’échange est régulier ? Et que tu en fais suffisamment partie pour en déduire ce genre de chose ? Je savais bien que tu étais du genre festif, haha ! »


                      Pour la suite, le militaire semblait vouloir prendre les choses en mains, demandant une inspection détaillée des individus présents, faire l’inventaire des morts et des vivants tout en se pavanant de me donner « l’autorisation » d’éliminer ceux qui résisteraient. Certes nous avions maintenant un gang sur le dos, mais ce n’est pas comme s’il était dangereux. Après tout, j’étais celui qui avait causé le plus de destruction avec cet échange, que cela soit dans un sens ou l’autre. Je haussais les épaules en regardant Yoligan.

                      « Tu sais, je n’ai pas besoin d’autorisation pour faire ce que je veux, hein, mais okay, je vais faire le tour des gens. C’est l’occasion de trouver des trucs utiles, même si je ne vois pas trop l’intérêt en dehors de ça. Et puis, c’est vrais qu’on a peut-être provoqué tout un gang, mais bon, c’est moi qui ait causé le plus de dégâts. Est ce que ça fait vraiment d’eux une menace ? »


                      Si je trouvais les grenades de son monde étrangement puissante, lui était époustouflé par la qualité de mes vêtements qui restaient intact face aux dégâts. Je regardais nonchalamment mes vêtements.

                      « Bah quoi ? J’ai jamais eu de problème avec. Ça tient les explosion de roquette comme pas deux, de la bonne qualité Amestrienne. Je ne sais pas trop, mais probable que ça soit renforcé par alchimie. Mes lunettes aussi sont bien résistante. »


                      Après ce bref échange, je m’en retournais a mes cadavres. Des hommes et des femmes, modifié en grande partie pour certains. J’en comptais une demi dizaine, armé et inconscient, faisant probablement partie du fameux gang, laissant la pièce étrangement vide de civil. Je traînais les corps jusqu’au major, les entassant là avant de les fouiller pour m’accaparer leurs babioles, leurs argents et tout ce qui pouvait intéresser la pie que j’étais.

                      Je m’en retournais ensuite vers le bar, où j’inspectais le cadavre sanguinolent du patron, transpercé par une bonne quantité de shrapnel. Son arme semblait avoir bien encaissé le souffle de l’arme et avait volé dans le coin de la pièce, légèrement abîmée. Un fusil a un coup, puissant mais lent, le modèle qui sert plus d’arme d’intimidation mais pas vraiment performante pour ce qui est d’un échange. Quelque chose qui me plaisait bien, étant donné que j’aurais sans doute le loisir de recharger si je venais a rater ma cible. Je la ramassais avant de m’engouffrer dans les cuisines, également déserte. Étrange, pourtant il ne me semblait pas avoir vus de gens prendre la fuite, il fallait bien qu’ils soient allés quelque part…

                      J’inspectais un peu plus en détails la cuisine, rien, personne ne s’étaient cachés sous les plans de travail. Bizarre, bizarre, il n’y avait pas 36 endroits où ils avaient bien pus aller, a moins que … Je m’approchais d’une grande porte métallique, froide, que j’attribuais a une chambre froide où l’on entreposait les différentes viandes et mets de l’établissement. Quelle ne fut pas ma surprise d’y trouver ma serveuse adorée et trois convives, en trains de se les geler, un peu paniqué de voir quelqu’un entrer avec une arme, que je mis rapidement sur mon épaule, un grand sourire aux lèvres.

                      « Major ! Venez donc voir ce que j’ai trouvé ! »

                      Je tendis le bras pour prendre une bouteille d’alcool avant de demander nonchalamment aux civils.

                      « Vous en voulez ? Servez vous, c’est offert par la maison et ça vous tiendra au chaud. »


                      J’en profitais pour passer ma main autour de la taille de serveuse, qui était largement paniquée et n’osait pas réellement contredire mon mouvement, de peur de subir l’arme que j’avais dans mon autre mains.

                      « Allez, venez, y’a plus de danger pour le moment. »


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      À ma remarque concernant la petite, il sourit légèrement en soulignant – amusé – mon expérience supposée en la matière, et questionnant au passage la fréquence de ces affrontements. Un léger silence de malaise s’installa lorsque je répondis :


                      Vous pouvez faire clic droit -> Lire en boucle pour ce post

                      « Jusqu’alors, il y a toujours eu quelques tensions mais rien d’aussi grave comme aujourd’hui. Généralement de tels cas se gèrent en amont, mais il faut croire que cette altercation n’était pas leur plan non plus, ils n’étaient clairement pas équipés pour nous affronter. » Je regardai un instant les informateurs en apparence toujours sonnés : « Malgré leur intervention de surcroît. Entre ton assurance et la faiblesse d’esprit de leur champion, ça ne pouvait qu’éclater un moment ou à un autre, même si j’aurais préféré que ça ne mette pas en danger la vie de citoyens. »

                      Nous nous mîmes donc au travail, lui fouillait les corps – vivants ou morts – tandis que je m’occupais de sécuriser les sorties en préparation d’un siège le temps que la cavalerie arrivait. Lorsque je lui octroyai les droits de consultant temporaire, il me demanda l’utilité réelle d’une telle manœuvre au vu du résultat actuel des choses : après tout, il se l’était en quelque sorte octroyé sans demander et le gang ne semblait pas être la vraie menace comme pouvaient l’attester ses agissements bien plus destructeurs. En effet, il avait raison mais il avait aussi tort :

                      « S’il me venait l’idée de provoquer une échauffourée dans l’unique but d’en tirer un avantage, d’après toi quel intérêt ai-je à poster des combattants armés d’une grenade aussi qualitative et destructrice ? Pour qu’un de mes hommes l’utilise et fasse courir la rumeur que les gangs causent des ennuis à leurs honnêtes frères de galère qui se taisent devant la Légion ? Pourtant, il existe une flopée de types de grenades qui font tout aussi bien ce travail, pour moins cher et dangereux de surcroît. » Je marque une pause, puis ajuste mon chapeau en guise d’acquiescement silencieux : « Oui, cette grenade nous était destinée, nous devions l’utiliser pour dégrader l’image de la Légion et de ses collaborateurs. Et je ne serais même pas surpris que cette grenade ait porté une raie rouge et le sigle « NI » suivi d’un code numéroté, avec un peu de chance tu pourras en retrouver une deuxième avec ce sigle sur un autre gars si ce n’est pas déjà le cas. »

                      Autre sujet perturbant dans cette histoire, mon interlocuteur semblait posséder une tenue mêlant tissage et alchimie selon ses dires. De l’alchimie… Était-ce une chimie alternative ? Une chimie qui contournait les lois communes de la physique ? À l’écouter, sa tenue eut résisté à des roquettes, mais ses propos concernant les grenades de chez lui me faisant perdre toute notion de comparaison, je supposai alors qu’elle était dotée d’une certaine technologie dont je ne pouvais concevoir l’étendue sans études supplémentaires. Je me contentai alors de lui répondre un « Intéressant… » réflexif lorsqu’il ajouta que ses lunettes aussi étaient tout aussi résistantes.
                      De mon côté, à part quelques passants curieux – pour le peu que je pouvais discerner entre les victimes de malformations monstrueuses et autres gens sous capuche – qui restaient peu longtemps dans les environs en voyant l’état du bar de l’extérieur, je ne remarquai aucun observateur suspect ni tireur d’élite et continuai alors mon simple travail de fortification, profitant de pouvoir reprendre mes forces.
                      Un cri me sortit de ma concentration, celui de l’avare, ce dernier m’indiquait avoir trouvé quelque chose. Ni une ni deux, je le rejoignis après avoir jeté un bref coup d’œil aux personnes présentes dans la pièce principale. Ne constatant rien d’anormal je n’arrêtai pas mon élan pour passer côté cuisine, retenant un autre élan que je ne saurais vous décrire tellement l’instinct fut vif en apercevant les restes du tenancier :

                      « Laisse-moi deviner, nous avons au moins un habitant dans la chambre froide ? Ou plutôt devrais-je dire… Une habitante en particulier. » Je m’approchai alors de mon camarade : « Est-elle accompagnée ? Je vois que tu as trouvé un coup unique aussi. »


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      Le silence régnait dans la pièce, qu’il n’y a pas si longtemps était remplis des bruits de vie que sont les cliquetis de verres et le brouhaha de multiple conversation. Mais tout c’était envolé en une dizaine de minutes, détruit par la folie des hommes. Il ne restait plus que ruines et cadavres, embaumés part la douce brise qui souffle sur les champs de batailles. Yolligan disait que les échauffourées du genre n’étaient pas si rare mais qu’elle ne s’envenimait pas comme elle l’avait fait aujourd’hui, même s’il affirmait que cela ne faisait sans doute pas partie d’un quelconque plan, au vus de ce qu’il venait de se passer. Je me grattais le menton en tournant la tête pour observer la scène.

                      « Hmm, je ne sais pas, c’est tout de même bien étrange non ? Qu’un gang se lance contre un immortel et un officiel alors qu’il ne s’était rien passé de tel avant ? Si on exclue les morts et tout, ça pourrait être une sorte de … test, nan ? »

                      Je me gratte l’arrière du crâne, avant d’abandonner la réflexion devant le manque de résultat. Une telle entreprise coûterait énormément pour le peu de résultats produits. Est ce qu’une information pouvait valoir autant de vie et de matériel ? Nan, peu probable. Personne ne serait assez fou pour sacrifier autant pour si peu. Je laissais mes pensées inutiles derrière pour entendre le major énoncer sa volonté d’épargner d’innocent civil. Je passais encore une fois mon regard sur les cadavres jonchant la pièce ici et là, couvert de débris et de suis. J’affichais un léger sourire.

                      « Hmph, est ce qu’on peut vraiment parler d’innocents quand tout le monde est armés dans le coin ? Si on porte une arme, c’est qu’on compte s’en servir pas vrais ? Est ce qu’on peut parler d’innocence quand l’on envisage de tuer quelqu’un ? »


                      Le major semblait perdus dans ses pensées, a parle d’un piège tendus pour discréditer le Nim Row, en donnant des armes de la légion a des criminels devant les utiliser contre les légionnaires, pour créer une scène propice au complot. Je ne comprenais que la moitié de ce que disais le militaire, mais il semblait rejoindre l’idée que cette affaire était plus qu’une altercation hasardeuse.

                      « Hmm, tu pense qu’il pourrait y avoir des gens derrière tout ça ? Des gens qui voudraient tester nos forces, des gens ayant de l’influence ici bas et au cœur de la légion ? Il faut bien qu’ils se soient fournis ces grenades quelque part. »

                      Je détournais le regard, lâchant un soupire avant d’ajouter en souriant.

                      « On dirait que je ne suis pas le seul a jouer en dehors des règles. »

                      Je survolais rapidement les corps du hall, amassant les quelques babioles que je trouvais dans les poches de mes victimes avant de me diriger vers la cuisine pour y faire ma découverte. Le major arriva rapidement répondre a mon appel, constatant ma découverte. Il se renseignait sur cette dernière, avant de commenter sur un coup unique que j’aurais trouvé. Légèrement confus, je levais la bouteille que j’avais emprunté.

                      « Tu parle de ça ? »


                      Je laissais quelque seconde planer, avant de rire et de reprendre.

                      « Nan j’déconne, tiens regarde. »

                      Je lui tendais la carabine que j’avais volé a la marre sanguinolente.

                      « Qu’est ce que t’en pense ? Ça vaux la peine de la garder ? L’est plutôt classe, et ça fait de beaux trous de ce que j’ai vus. »


                      Je me massais l’arrière de la nuque pour appuyer le fait que j’avais encaisser plusieurs tir de l’arme, et que si je n’avais rien subis, l’impact s’était fait sentir.

                      « Enfin, c’est un peu grand pour moi. Ça serait cool pareil mais en version une main. Ça doit être très satisfaisant d’arracher un bras avec un pistolet quand même. »


                      Les quatre convives ne savaient pas vraiment où se mettre, alternant les regards a mon attention avec mon arme et le major. Ils s’avançaient lentement, a pas de panthère, profitant de la discussion pour tenter de s’éclipser. Seul la serveuse restait immobile, assise dans la pièce, recroquevillée. Elle ne pleurait pas mais semblait tout de même choquée. Comment lui en vouloir, une bonne partie de sa vie venait de partir en fumée.


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      Yoligan Niveren
                      groupe
                      Le travail était pénible. Il fallait que l’observe chaque ouverture, les dégâts reçus à leur encadrure, les points de tir depuis les ouvertures faisant face au bar pour pouvoir en deviner les angles, si les volets des fenêtres fonctionnaient en rafistolant au possible avec des débris le cas contraire… Un vrai travail d’orfèvre réalisé à la hâte en l’attente du siège, même si la forte température frappant à travers le plafond de verre du centre commercial n’aidait absolument pas à mon rétablissement. Mes premières constatations de ce qu’il venait de se passer exposées et mes outils de secours sortis d’une poche intérieure de mon manteau, l’avare me demanda dubitatif l’intérêt d’attaquer un immortel ainsi qu’un légionnaire, alors que justement c’était une première, supposant un test de nos capacités.
                      Je réfléchis quelques instants, clouant quelques planches de chaises arrachées pour renforcer des volets abîmés et boucher au passage les trous causés par la rixe, mais la chaleur et le départ de l’adrénaline rendirent encore plus difficile la tâche, notamment un fichu clou qui refusait de s’enfoncer malgré mes efforts…

                      Après quelques instants, Greed réagit ensuite à mes propos sur l’innocence, comme quoi s’équiper d’une arme était équivalent à vouloir s’en servir, notamment pour éliminer quelqu’un. Je répondis à ses questionnement, partagé entre le pensif et une pointe de mélancolie réprimée :

                      « Concernant les armes… c’est assez complexe : Tu peux très bien avoir une arme en guise de dissuasion, de quoi blesser ou incapaciter sans tuer, ou tout simplement pour provoquer une peur telle qu’à la simple vue de cette dernière, le danger soit écarté. Une arme est un outil, elle n’a pas de fin par essence, tout dépend de ce qu’en fait son utilisateur après tout. Dans un jeu de cartes – tu dois bien en avoir dans ton monde d’origine je suppose – ce que tu as en main t’offre une possibilité d’action, pas une fin – sinon le jeu serait uniquement basé sur du hasard – ce qui compte donc ce ne sont pas les cartes, mais ce que t’en fais. Pour les armes c’est exactement pareil : tu peux avoir l’arme la plus destructrice qui soit, de quoi raser un continent adverse par exemple, mais est-ce que ça veut dire que tu comptes tuer des millions de personnes que tu pourrais résonner ? Il y a toujours des conditions comme la morale, l’intelligence, et l’opportunité pour empêcher de tuer parce que l’on porte une arme. » Je marque une pause, reprenant un peu de volonté : « Et pour les agissements du gang, c’est effectivement une hypothèse à garder sous le coude, cher ami. »

                      Un test, des combattants qui se savaient perdants, une première depuis les dernières révoltes… Non…

                      Le clou tomba de la planche en un cliquetis sur le sol marbré. Je ne savais pas exactement le plan du chef de leur gang, ni pourquoi un tel sacrifice, mais ce que je devinais était loin d’être rassurant. Malgré mon expérience, c’était la première fois que je m’exposais à ce qui jusqu’à cet instant demeurait une théorie. Maintenant d’une main le renfort, je me penchai en avant pour ramasser l’objet à la pointe émoussée, c’était donc pour cela qu’elle refusait de se loger… Je me relevai, me posant une autre question : Pourquoi était-il émoussé ?
                      J’observai alors le volet derrière la planche, toquant cette dernière et jouant avec l’entrebâillement pour la sous-peser : Non seulement il sonna sourd comme on y eût placé une couche résistante aux chocs, mais en plus il fut étrangement lourd pour du bois simple. À l’époque, il n’y avait pas vraiment de crainte de cambriolage, des lieux de restauration comme celui-ci étaient la norme et le centre-commercial était bien gardé, il n’y avait aucunement besoin de renforcer ces volets déjà bien lourds et ne laissant entrer personne sans implants de force.

                      Cependant, ce n’était pas le point principal qui m’inquiétait : Comment une munition bas de gamme pouvait espérer, avec un fusil simple, traverser de part en part le volet ainsi renforcé avec un trou aussi petit et une déformation aussi faible ? Je regardai de nouveau l’extérieur et constatai la multitude de fragments de petite taille et une absence totale de gros impact ou de ricochets sur les surfaces planes d’en face, je supposai donc une munition à fragmentation : Très efficace contre les implantés du fait de la pénétration passant outre la première couche de protection, suivie de la dispersion pour causer des dommages internes, ce type d’armement était exclusif aux plus fortunés et les organisations de protection ou de combat, du fait de la rareté de non-implantés dans ces domaines périlleux et du coût de production. En effet, il était plus simple de toucher une surface visible en surface que des os cachés sous la peau et des vêtements.
                      Mais cela confirmait mon hypothèse : malgré ma présence régulière en ces lieux et la faible probabilité de rencontrer des implantés étrangers à Solarii, ils étaient armés non pas pour nous éliminer, mais pour qu’on les eût éliminés avec leurs ressources. Autrement dit, pour occasionner des dégâts collatéraux en notre nom. Car si les munitions étaient difficilement accessibles pour un gang de Suram, les fusils eux étaient équipés pour les tirer en gardant l’apparence typique. Il fallait que j’étudiasse davantage cette théorie mais une fois posé pour démonter plusieurs d’entre eux.

                      À mon analyse poussée ajoutant une nouvelle notion – que c’était probablement une stratégie se voulant salir le nom de la Légion – pendant que je reprenais ma besogne de construction, il me demanda si des gens se trouvaient derrière cette histoire, que nous n’avions pas affaire à un bête groupe de téméraires du fait de ces fameuses grenades. Soupirant et souriant, il ajouta qu’il ne semblait pas être le seul à sortir des sentiers battus, pensée qui avait le don de m’agacer : Devais-je gérer des voleurs de technologie ou un réseau la fournissant ? Dans le premier cas, seuls le gang et le marché noir étaient à craindre, mais s’il devait y avoir un traître parmi les rangs du Nim Row… cela était bien différent et autrement plus dangereux pour mes projets :

                      « Il faut croire, je savais bien que Suram était plein de surprises. Cela dit si l’on retrouve ce traître, ce sera bien la dernière erreur qu’il fera en service. Si son objectif est similaire au mien, uniquement fournir son réseau ne fera que nourrir une entité qui – notamment dans le cas des gens d’ici – n’en a rien à cirer de l’union intercontinentale. Au final, c’est donner l’opportunité aux pires gourous de Suram de valoriser les gangs qui auraient apporté la richesse en omettant l’aide de la Légion. Un gang qui vole l’organisation créée par le Gardien et qui n’a pu réparer les dégâts dus au soi-disant Aîné jusque maintenant, cela a de quoi raviver la ferveur de certains xénophobes du coin. De plus ce ne sera qu’une question de temps avant que le traître ne se fasse réduire au silence, lorsqu’il deviendra trop gênant pour eux. »

                      C’était le risque d’une telle manœuvre : personne n’était au courant de telles affaires, mais il devenait impossible pour la Légion d’aider le traître quelles qu’étaient ses intentions. Contrairement à cette personne, le plan qui mûrissait dans mon esprit était certes prévu pour ne pas être connu du public, mais il était aussi un moyen de laisser libre à la Légion la communication à ce sujet.


                      La cuisine quant à elle demeurait propre malgré la panique qui eut provoqué la chute de quelques mets et ingrédients encore chauds, vierge de toute trace d’action sanglante contrairement à l’autre pièce. De vrais exemples de travailleurs respectueux de leur métier, je suspectais que ce qui eut été renversé était le fait de nouveaux cuisiniers, probablement deux ou plus puisqu’une casserole et une assiette étaient tombés de leur table de part et d’autre de la pièce, déversant leur contenu au sol tout aussi de marbre. Je me devais de garder cela à l’esprit pour plus tard, car cela voulait probablement dire que ces derniers n’étaient pas habitués ou préparés à ce genre de situation.
                      À ma question, l’avare me répondit quelque peu perdu si je parlais bien de la bouteille qu’il tenait en main, en utilisant le terme de « coup unique ». Une seconde et un petit rire soupiré de ma part plus tard, il ria en me proposant de jeter un œil au fameux fusil à un coup. À peine entre mes mains et ayant rapidement jeté un œil à la population présente dans le garde-manger, je vérifiai la chambre d’explosion en ouvrant l’arme comme pour remplacer sa munition, dégageant le sang qui semblait s’être engouffré dans le canon du même geste rotatif. Greed me demanda alors mon avis sur cette dernière, s’il méritait son intérêt à le garder pour lui. Selon ses dires et sa gestuelle de douleur à la nuque, la munition était puissante… Il ajouta que le fusil était trop long, préférant une version à une main en précisant la satisfaction d’amputer un bras à l’aide d’un pistolet. Je tournai à nouveau mon regard sur lui à ces mots, puis les autres qui semblaient quelque peu horrifiés de ce qu’il venait de dire avant de répondre, retirant la douille encore chaude d’un coup sec de l’arme la poignée vers le bas :

                      « Hmmm… Pas étonnant qu’il faisait de gros trous, c’est le genre de calibre qu’on utilise pour chasser. Tu te souviens des crânes énormes sur les murs du hall ? C’est particulièrement efficace contre ces bêtes-là. Sur nous ça fait d’énormes dégâts mais sur elles leur peau est telle que c’est comme nous planter d’une fourchette, il faut vraiment savoir où viser pour espérer lui faire mal.
                      Pour revenir au fusil, normalement je le déconseillerais à un apprenti des armes solarkiennes – surtout après ce que tu disais des explosifs de chez toi, mais combiné avec tes capacités ça devrait servir efficacement comme moyen dissuasif. De plus, cette arme est connue pour sa robustesse et la facilité de trouver des pièces, elle est très modulable et on a déjà vu des modèles de fusils de précision sortir sur sa base pour te dire… »


                      M’interrompant d’un coup, je pointai de la canne les férus de discrétion par excellence sans quitter l’arme des yeux :

                      « Il y a encore une poignée de ces types armés jusqu’aux dents au milieu du hall, ils sont inconscients mais vous êtes prévenus, surtout vous deux. Vous travaillez depuis peu ici non ? Je serais ravi de pouvoir vous interroger mais c’est à vous de voir si vous voulez rester, nous nous préparons à tenir un siège. Cela vaut aussi pour vous mademoiselle. » Disais-je en en redirigeant Diplomatie en direction de la jeune femme, finissant l’inspection de l’arme.
                      « Où en étais-je… Ah oui, tu aurais besoin d’une version raccourcie du Coup Unique. Alors sache que plus le canon est court, moins on peut se permettre une munition de gros calibre – à moins que les flammes en bout de canon soient ton trip, mais on peut utiliser un type de munition à fragmentation qui permet de déchirer fortement le corps de ta cible pour une puissance égale à de quoi la transpercer de part en part. Cela dit, ces munitions sont très coûteuses, puisqu’on demande un minimum de gaz pour un maximum d’énergie. Après, les flammes à la sortie du canon peuvent toujours te servir vu ton style au corps-à-corps, mais tu auras beaucoup moins d’impact qu’avec un canon un peu plus long qu’à un pistolet. »


                      Une réputation de vétéran :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 P2np

                      Un scientifique du commandement :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Giphy

                      Des plans spectaculaires :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 Source
                      vava
                      Greed
                      groupe
                      Yoligan essayait de me convaincre que posséder une arme était différent de s’en servir, que ce n’était qu’un outil sans fin. Ça n’avait pas de sens. Une faux était créer avec pour finalité de couper le blé, une pelle pour creuser le sol. Une arme avait pour finalité d’ôter la vie, pas de faire pousser des fleurs. L’intimidation n’est qu’une déclinaison de cette finalité et ne fait pas du possesseur un innocent. Je me contentais de hausser les épaules au premier hiatus du major, ajoutant de manière intéressée.

                      « Si tu le dis. Pour moi ça n’en fait pas des innocents. Ils ont pris des armes en connaissance de cause, ils s’attendaient a ce que les choses puisse prendre une telle tournure. Tu ne prend pas une arme en espérant ne pas avoir a t’en servir, ou bien tu es un profond imbécile hypocrite. Tu peux mentir aux autres, mais se mentir a soit même est la pire erreur que puisse faire un humain. J’espère que tu seras plus malin que cela. »

                      Pour la question suivante concernant les tenants et les aboutissants de notre situation, le major semblait acquiescer la possibilité qu’une taupe se cache dans son organisation. Il parlait, assez innocemment je dois dire, du fait qu’un élément dissident serait éliminé une fois devenus dangereux, partant du principe que ce n’était qu’un petit agent sans impact, occultant la pire possibilité.

                      « Tu pars du principe que ce serait un gang possédant un élément donné au sein de ta légion, mais qui te dit que ce ne serait pas l’inverse ? Si un élément de ta légion se faisait maître de divers éléments annexes pour avancer ses plans, éléments sur lesquels nous empiéterions, ne pense tu pas que cela serait plus … grave qu’un simple taupe vendant des armes a l’ennemi ? »


                      Je lâchais un petit soupir en souriant.

                      « Nous avons peut-être mis le pied dans une grande machine dont l’ampleur nous dépasse. Ahhhh, que j’ai hâte de la mettre en pièce et de m’en rendre maître, hahaha ! »

                      Vint ensuite le moment de l’examen balistique. L’homme de fer inspecta dans les moindres recoins l’arme que je lui avais apporté, m’expliquant qu’elle utilisait du calibre de chasse et profitait de plusieurs option de personnalisation. S’en suivit un long discours de conseil balistique quand aux munitions a utilisé et comment bien personnalisé l’arme pour l’objectif escompté. Je regardais l’arme quelques instants, les yeux légèrement exorbités devant la complexité de l’œuvre a accomplir. Je regardais le major s’occuper de nos invités qui ne lui répondirent pas grand-chose d’autres que quelques pas feutré et signes de la tête. J’arrêtais cependant la demoiselle qui nous avait servis, reconcentrant mes esprits sur mes plans.

                      « Pas si vite ma belle, je voudrais te toucher deux mots. Je sais que beaucoup de chose se sont passés aujourd’hui, que la sécurité de l’emploi n’est plus ce qu’il était. Sache que je compte reprendre l’endroit, et que je te paierais grassement si tu reviens travailler pour moi. Bien sûr, je te laisse le temps d’y réfléchir. Prends quelques congés, aux frais de la boite et reviens dans une semaine. Je te paierais et te proposerais un nouveau contrat. Allez, tu peux y aller, et fait attention a toi sur le retour. »

                      Je fis une légère révérence en l’invitant a sortir. Une fois seul a seul avec le major, je me redressais en posant mes mains sur mes hanches.

                      « Je pense que ça me fera une belle bicoque. Oh, pour l’arme. Je te fais confiance pour t’en occuper. Je veux une arme de poing des plus puissantes que tu pourras me fournir, peu importe si ce n’est qu’un coup unique. Je ne pense pas en avoir besoin de plus de toute façon. »

                      Finissais-je en haussant les épaules.


                      Spoiler :
                      Conflits d'intéret  - Page 2 OPYaGTm

                      Conflits d'intéret  - Page 2 Puq1
                      vava
                      groupe
                      Aller en haut MenuAller en bas