REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
REBIRTH RPG
Arc 1 : Code 4073
×

OmniSearch


HRP


InRP

Qu’est-ce que l’OmniSearch ?

L’OmniSearch est un outil créé par le Staff qui recense absolument tous les sujets nécessaires à la compréhension et à la vie du forum. Il a pour but de faciliter votre navigation, notamment grâce à sa barre de recherche.On peut accéder à l’OmniSearch de plusieurs façons :

     
  • Via les images défilantes du Panneau d’Accueil, sur l’accueil du forum.
  • Via le bouton en forme de loupe, lorsque vous passez votre souris sur la petite planète en bas à droite, sur un sujet du forum.
  • En effectuant le raccourci suivant, n’importe où sur le forum :
Ctrl + Maj (Shift) + F

Ce raccourci peut aussi fermer l’OmniSearch.


Comment effectuer une recherche ?

Rendez-vous sur l’onglet “Rechercher”, puis entrez un terme en lien avec le sujet que vous voulez consulter. Veillez à bien appuyer sur la touche Entrer pour être certain de lancer la recherche. Vous verrez alors les sujets vous intéressant apparaître.Il est à noter que, lors de votre première recherche et quelques autres rares fois, les résultats mettent du temps à s’afficher (une dizaine de seconde), le temps de trier les sujets.Si jamais un terme recherché ne vous donne pas le lien du sujet voulu, n’hésitez pas à le proposer à un membre du Staff.

La suggestion de recherche est désactivée

                      Forgé dans les cendres

                      Partagez
                      vava
                      Aila'Ra
                      groupe

                      AILA'RA
                       

                      GELEERDE
                       

                      Forgé dans les cendres


                      -Je lui ai fait bouffer le sable cette fois ! Il n'a rien vu venir !! J'aurais aimé que tu voies sa tête ! Hahaha !

                      Une gourde d'alcool dans la main, Aila'Ra buvait comme jamais elle ne l'avait fait jusqu'à maintenant, entouré des autres esclaves qui la félicitaient pour avoir terrassé la brute qu'était devenu son frère alors que son amie d'enfance, Emi'Rilis, lui souriait comme à son habitude.


                      -Tu comprends maintenant ? La force n'est pas une valeur unique...

                      -Oui, Maître ! La prochaine personne à tomber, ce sera toi !

                      La jeune esclave retenue un petit rire, les joues rosées devant l'enthousiasme et la détermination de son amie. Le paysage devint cependant subitement plus sombre et un grondement sourd commençait à se faire entendre au loin, tel un roulement de tambours avant une mise à mort. Relevant le visage, la Val'Ka à la chevelure brune affichait un sourire à la fois triste et rassuré tandis que du sang commençait à couler le long de ses yeux, de son nez et de sa bouche.

                      -À présent... Tu pourras nous protéger... N'est-ce pas... ?

                      Sur ses derniers mots, un immense Belze enragé monté d'une silhouette noire surgit derrière la Val'Ka, poussant un rugissement effroyable avant d'écraser les deux amies de ses pattes géantes.

                      Ce réveillant en sursaut, couverte de sueur et les mains tremblantes, la dernière survivante du clan des Dévoreurs de flammes eut du mal à retrouver son calme, plongeant son visage entre ses mains en tentant de faire taire cette rage et cette impuissance qui grognait au fond d'elle. Cela faisait maintenant plusieurs semaines que la Val'Ka avait quitté les ruines de ce qui fut sa maison, faisant route vers le lieu sacré de Kal'Dnir, elle devait s'arrêter régulièrement pour faire le plein de vivre et passer une nuit en sécurité. Heureusement, elle connaissait bien les clans et tribus voisines qui l’accueillaient volontiers en échange d'un peu d'aide dans leurs tâches quotidiennes. Profitant de ses moments d’accalmie, notre jumelle orpheline put entendre parler de plusieurs choses étranges qui semblaient se dérouler de part le monde, comme l'apparition d'étranges visiteurs venant d'autres mondes ou encore de la disparition soudaine du vaisseau de HOPE après qu'ils eurent éveillés l’Aîné des légendes ou que celui-ci les ai aidé, ou encore qu'ils ne savaient plus où ils avaient garé leur joli vaisseau... Cela dépendant de la version.

                      En plus de ses rumeurs sans réels fondements, Aila'Ra allait systématiquement voir les forgerons locaux afin qu'ils lui expliquent les bases de l'art de la forge. Généralement enclin à partager leurs savoirs, certains allaient même jusqu'à laisser notre héroïne pratiquer un peu, à son grand bonheur ! Enfin, il y avait une dernière chose que la jumelle faisait à chacun de ses arrêts, avant d'aller se coucher : Elle se fait tatouer, le long de son bras gauche, de nombreuses formes géométriques. Chacune de ses formes faisant référence à l'un des membres de sa tribu disparue, que ce soit la grosse Aka'Mo qui passait son temps à hurler, le beau Iki qui faisait tomber toutes les Val'Mar'Ko sous son charme ou la douce et ancienne En'Tor qui offrait ses petits pains chauds aux enfants tous les matins... Qu'ils aient un jour craché sur le nom de Aila'Ra ou non, tous faisait partie de sa tribu, de sa famille.

                      Évidemment, les bruits parlant de la disparition des Dévoreurs de flammes se faisait doucement de plus en plus entendre, les regards se tournant tout naturellement vers la survivante lorsqu'on la reconnaissait. Finalement, il ne fallut pas loin de quatre semaines pour que notre amie n'arrive finalement en vu de l'immense statue du Kal'Dnir. À ses pieds, il n'était pas rare de voir des forgerons et marchants itinérants, s'arrêtant quelque temps près de ce lieu de pèlerinage afin de faire quelques affaires avant de reprendre leurs routes vers Kor, Joug'Mo ou Mid'Hem.

                      Prenant une profonde respiration, Aila'Ra savait que la partie la plus difficile de son voyage aller débuter maintenant. Passant de forge en forge, elle finit par réussir à négocier avec l'un des Val'Ka afin qu'il lui laisse utiliser ses fours et ainsi elle put débuter la forge de son arme personnel, comme le voulaient les traditions de Val. Sortant de son baluchon toutes les anciennes armes de ses camarades disparus, elle les brisait afin de créer l'acier qui sera le cœur de son arme. Même l'immense hache de son père fut réduite en fragments. Elle sortait également le petit coffre que son père lui avait confié avant sa mort qui contenait une roche noire très rare qu'il avait dû trouver dans le Val'Sar, roche qui vint se rajouter à l'étrange mélange qu'elle avait déjà fait.

                      Sous le regard et les conseils du forgeron qui avait la gentillesse de la seconder, Aila'Ra frappait le métal brûlant des jours, des semaines durant. Mettant les souvenirs de ses proches dans chacun de ses coups de marteau. Un mois durant, jour après jour, l'arme que souhaitait la Val'Ka prenait forme. Une lame longue et légère. Une extension d'elle-même. Après un mois, la lame sortait finalement de l'eau sous le regard dubitatif des natifs qui passaient par là : En effet, l'arme qu'avait forgée notre héroïne était noire et terne, comme un morceau de charbon... Mais le regard de Aila'Ra scintillait, c'était son œuvre à elle et à personne d'autre.

                      Une nouvelle semaine allait être nécessaire pour finaliser la lame, nettoyage des impuretés, trempe de la lame et polissage à répétition, la jumelle y mettait toute son âme, tout son cœur et tous son temps. Profitant du temps de repos de la lame pour sculpter le fourreau de son futur partenaire dans une planche de bois venant de son village et qui n'avait pas été brisé par le piétinement des bêtes, étant au contraire devenu très résistant alors que le forgeron s'était proposé pour préparer la poignée de l'arme. Décorant son fourreau avec divers tissus et bijoux, souvenirs venant de sa tribu, la lame fut finalisée. Fendant l'air dans un sifflement aigu, Aila'Ra regardait son arme le sourire aux lèvres : le corps de la lame avait gardé sa couleur noire comme la nuit tandis que le tranchant avait finalement pris une teinte rouge sang.

                      -Aurore Cendré...

                      Ces mots sortirent machinalement de la bouche de la jeune femme en voyant sa lame, avant même que le forgeron n'eut besoin de lui demander le nom qu'elle voulait donner à sa partenaire qui resterait à ses côtés pour le restant de sa vie. Remerciant chaudement le vieil Val'Ka, Aila'Ra enveloppé son arme dans un grand tissu de cérémonie avant de se diriger vers la rive du Sva'Buta afin de laver sommairement la transpiration et la crasse qui c'était accumulé sur sa peau entre la forge et son voyage, histoire d'être présentable dans le sanctuaire de la Bénédiction.

                      Un minimum prête, son arme enveloppée en main, Aila'Ra dirigeait ses pas en direction de Nva'Nos, l'une des entrées de l'immense statue.



                      Dernière édition par Aila'Ra le Mer 13 Nov 2019 - 10:23, édité 1 fois


                      Forgé dans les cendres Signre10
                      vava
                      Geleerde
                      groupe


                      Ft. Aila'Ra


                      Forgé dans les cendres

                      Forgé dans les cendres Gel1210




                      — Je te tuerais, j'arracherais ta langue de vipère, tu mourras de ma main, j'en fais le serment !


                      Vm’Go du clan des Vm. Un barbare qui n'en porte que le nom. Prétendu fier Val'Ka dont la bénédiction devint également sa malédiction, son corps pourrit lentement pendant que les vers picorent son bras gauche. Le temps n'a plus d'importance à ses yeux : la simple idée de sortir et de trancher la tête à celle qui ose le tenir en joue ici depuis plus de trois mois suffit à le maintenir en vie dans cette optique. La louve le toise de son regard couleur pourpre, tel un bourreau dénué d'émotion.

                      Assise dans l'ombre, elle observe son invité, la cendre de sa cigarette dansant fébrilement dans le vide avant de s'écraser à même le sol. Privé de lumière, Vm'Go commence peu à peu à ne plus savoir le nombre de fois où Geleerde lui avait déjà rendu visite. Jouant de cela, elle ne venait jamais le même jour, la même heure, ni même à intervalle régulier. Et tout ce qu'elle faisait lors de ces entrevues, était de simplement l'observer dans la pénombre glacée de la grotte.  

                      — Qu'importe combien de temps tu aboieras, tu ne restes qu'un chien qui doit être apprivoisé.


                      Le barbare n'est pas encore prêt à capituler. Soit. Sa témérité est admirable, mais Geleerde sait faire preuve de patience. Elle attendrait, encore. Des mois, peut-être des années, mais elle attendrait. Qu'importe combien de temps lui faudra-t-il encore pour briser l'esprit du Val'Ka : elle guetterait dans l'ombre jusqu'au jour où elle pourra reconditionner l'âme de Vm'Go comme elle l'entendrait.

                      D'un geste las, la main de l'hybride se lève pour activer de nouveau l'illusion entourant la grotte devenue la prison du barbare. Une manœuvre aisée dans un tel lieu où la magie est proscrite : les fiers guerriers de Val n'étaient pas assez érudits pour se rendre compte de la supercherie. Hormis elle ou les mages les plus avertis pouvant détecter le mirage, personne d'autre ici ne saurait ce qui se trame derrière ses murs de pierres.

                      * * *

                      Devant elle, la statue du grand Kal'Dnir pointait le ciel de sa lame brisée pendant qu'elle analysait les environs d'un regard strict. Occultant son précédent statut d'Agente de HOPE, l'hybride arrivait la plupart du temps à se faire passer pour un membre d'une tribu reculée de Val. Bien que sa taille n'était pas aussi imposante que les barbares, sa force ainsi que son aspect bestial avaient de quoi grandement aider. Les maigres rumeurs à son sujet commençaient peu à peu à se propager, mais cela n'était pas encore suffisant pour que l'indomptable se fasse un nom. Brouillant ainsi volontairement les pistes la concernant, elle jugeait qu'il n'était pas encore venu le temps de se faire connaître plus que nécessaire et d'ainsi compromettre ses projets. Qu'il s'agisse d'une coupe de cheveux différente, des muscles fermes ou l'amputation d'un membre, Geleerde apparaissait toujours différente à chacun des barbares qu'elle croisait, restant ainsi difficilement traçable pour n'importe qui.

                      Bien sûr, ce genre de stratagème ne pourrait guère fonctionner à Akerys ou en la présence d'un mage ou autre sorcier, mais l'inexpérience des guerriers de Drekk offrait un avantage indéniable pour l'indomptable. Aujourd'hui d'ailleurs, sa coiffure arborait des couleurs argentées tandis que le teint de sa peau se confondait avec celui du sable chaud de Val. Quelques peintures de guerre ornant les contours de son visage et de ses bras, la Trompeuse de Mort se fondait dans ce nouveau décor. Seul son regard ardent ne changeait pas, exposant fièrement deux yeux couleurs rubis étincelant comme jamais.  

                      * * *

                      — À combien de verre es-tu ?


                      — Est-ce bien important quand la boisson coule à flot ?


                      Le rire gras et sincère du Val'Ka fit sourire la louve pendant qu'elle griffonnait encore quelques lignes dans son calepin vieilli par le temps. Assise en cercle avec d'autres barbares, ils buvaient sans se soucier des quelques passages aux alentours. Tous des marchands itinérants, ils avaient convenus de faire une halte méritée devant la statue du grand Kal'Dnir. Quant à Geleerde, elle n'avait croisée que simplement leur chemin, participant à la chasse d'un Tyrg et festoyant leur victoire en leur compagnie : les origines de chacun importaient peu : aujourd'hui, ils faisaient tous partie d'une tribu éphémère et qui disparaîtrait au lever du jour suivant.

                      Contempler le quotidien des clans de Val était devenu une habitude chez la louve : pour certaines raisons, le train de vie des barbares lui rappelait celui de Vaylirah, la terre qui l'avait vu naître. Comprenant ainsi certaines de leurs coutumes, elle ne manquait cependant pas de pointer quelques traditions obsolètes qu'elle considérait comme étant un frein à l'évolution des habitants. Notant ses recherches, ses observations, l'hybride avait un plan bien en tête... Qu'elle ne comptait pas mettre en application tout de suite encore.  

                      Soudain, les discussions cessèrent et certains regards se tournèrent vers la silhouette d'une jeune femme à la chevelure écarlate. Quelques murmures parvinrent aux oreilles de la louve, évoquant la possible disparition d'une tribu depuis peu et de sa seule survivante. La plupart se doutait des raisons du pourquoi la guerrière se trouvait ici et ce qu'elle désirait faire. À en juger par le tissu de cérémonie ornant sa nouvelle lame, elle allait obtenir sa bénédiction. Quand Aila'Ra vint passer non loin d'eux, l'un des Val'Ka accompagnant la louve se leva afin de la saluer avec respect :

                      — Que le Grand Kal'Dnir t'apporte honneur et force, sœur.  


                      À ces mots, il porta sa chope à ses lèvres pour en boire son contenu d'une traite, suivit aussitôt par d'autres barbares qui invitèrent la belle des flammes à les rejoindre. Après tout, qui refuserait un verre avant d'acquérir une bénédiction ?



                      Respecte ma putain d'autorité, Invité.
                      vava
                      Aila'Ra
                      groupe

                      AILA'RA
                       

                      GELEERDE
                       

                      Forgé dans les cendres


                      D'un pas assuré, la jumelle au regard vairon s'avançait en direction de l'immense statue à la lame brisée, mettant déjà en scène le rituel qui lui avait été enseigné il y a bien des années de cela dans un théâtre mental afin de canaliser le stress qui montait en elle à mesure qu'elle s'approchait de sa destination, craignant de ne faire une erreur le moment venu et de froisser la grande Divinité de Val.

                      C'est alors qu'elle était ramenée à la réalité par un groupe de Val'Ka qui lui présentait leurs respects en l'invitant à se joindre à eux autour de quelques verres. Hésitante dans un premier temps, la Dévoreuse regardait la statue un instant afin d'acquiescer un petit sourire accompagné d'un soupir discret, se disant que sa Bénédiction allait bien pouvoir attendre un jour de plus, elle se dirigeait vers la fine équipe, attrapant une choppe d'alcool en chemin pour la lever bien haut lorsqu'elle eut rejoint les barbares qui l'avaient interpellé.

                      -Gloire et Honneur à vous, Frères !

                      Répondit-elle d'une voix forte avant de faire un cul-sec de la boisson qu'elle venait de récupérer. S'installant à leurs côtés, Aila'Ra, qui n'avait rien mangé de la journée, prenait l'initiative de commander de la nourriture pour toute la troupe, usant de ses dernières ressources échangeables pour ça. Son arme posée à ses côtés, les verres s'enchaînèrent comme le souhaitaient les traditions de ce monde, entre les blagues grasses et les discussions un peu plus sérieuse, la jumelle put rapidement comprendre qu'elle était en compagnie de quelques marchands de passages, sauf une. Une Val'Mar'Ko à la chevelure d'argent, sa peau de sable étant orné de peintures tribales pas bien utilisées par la firme commerçante de Val. Levant son verre dans sa direction, Aila'Ra cherchait à attirer son attention en gardant un large sourire aux lèvres, le visage légèrement rougis par l'alcool.

                      -Et toi, Sœur, tu me sembles être moins bourru que tes camarades de beuverie ! Qu'est-ce que tu viens faire ici, au pied du Kal'Dnir ?

                      Écoutant la réponse que pouvait lui donner, ou pas, son interlocutrice, un éclat de lucidité traversé soudainement l'esprit de notre héroïne qui se rendait compte de la compagnie qu'elle avait autour d'elle. Des marchands, de tout horizon, qui devait avoir entendu bien des histoires durant leurs voyages... Prenant une gorgée de sa choppe, notre amie se mit à regarder droit dans les yeux chacun de ses compagnons de beuverie en reprenant la parole, faisant mine d'être plus ivre qu'elle ne l'était en réalité.

                      -Oh et vous savez que j'en ai entendu des histoires tordues durant mon voyage ! Genre les habitants du monde de métal là... Les Ip, Hup... HOPE'Ka ? Qui auraient égaré leur monde. Comme si c'était possible ! Reprenant une gorgée, le regard de la jeune femme devenait soudainement plus sérieux. Il y avait aussi des histoires concernant un « étranger » qui chercherait à détruire les clans et tribus de Val. Qu'est-ce qui ne faut pas entendre... N'est-ce pas ?

                      Ne savant pas trop comment et quoi chercher exactement à l'heure actuelle, Aila'Ra avait fait chou blanc dans ses recherches de pistes jusqu'à présent, mais l'occasion était trop belle pour qu'elle ne tente pas le coup. Même si les chances pour qu'ils aient la moindres informations soient quasi nulle.



                      Forgé dans les cendres Signre10
                      vava
                      Geleerde
                      groupe


                      Ft. Aila'Ra


                      Forgé dans les cendres

                      Forgé dans les cendres Gel1210



                      À la bonne surprise du groupe, Aila'Ra accepta volontiers de se joindre à eux. Sourire aux lèvres, les Val'Ka offrirent une place de choix à la nouvelle venue, agrandissant ainsi le cercle de cette tribu éphémère. Durant les minutes et premières heures qui passèrent, la louve gardait son museau contre son calepin, griffonnant toujours un peu plus de page à mesure que le temps se dérobait. Empreinte d'un mutisme profond pendant qu'elle allongeait toujours un peu plus sa liste interminable de verre alcoolisé, la boisson ne semblait pourtant pas suffisamment efficace pour l'éméchée. Les rires et les anecdotes continuèrent ainsi de plus belle, pendant que Geleerde mimait un sourire de circonstance quand il devait être sollicité. La présence de la survivante des dévoreurs des flammes ne l'accommodait pas, bien au contraire : l'occasion s'avérait trop belle pour ne pas observer un peu plus en détail une future bénédiction.

                      Aux premiers abords, Aila'Ra semblait être une guerrière généreuse et au tempérament enjoué : partageant volontiers les dernières richesses qu'elle pouvait posséder afin d'offrir à tous la pitance de ce soir, elle arborait également un sourire des plus radieux... Mais était-il réellement sincère ?

                      Subitement, la concernée extirpa la louve de sa torpeur en lui exposant sa chope sous les yeux. Face à elle, l'hybride arqua d'un sourcil dubitatif avant de pousser un soupir discret. Allons bon. Les barbares avaient-ils tendance à faire ami-ami avec les loups ? Lui rendant son sourire, bien que plus pincé et subtil, Geleerde s'arma de son verre à son tour, le levant en direction de celui d'Aila'Ra.

                      — Dans mon clan, il est coutume d'assister une fois par an aux bénédictions qu'offrent le Kal'Dnir à ses guerriers. Nous observons et nous constatons tout ce qui aurait pu échapper au Val'Ka béni lors de sa cérémonie. Nous offrons par la suite notre maitrise du combat à ceux qui auraient besoin de s'entrainer en la maitrise de leur nouvelle capacité.


                      La chope de la louve vint subitement toquer celle de la jeune écarlate pendant qu'elle lui décerna un sourire un peu plus carnassier.

                      — Tu sais maintenant où me trouver si après ta bénédiction tu  désires un combat honorable.


                      Le mensonge pouvait paraître grossier, mais nullement incontesté. Dans un monde où l'histoire n'était recensé que par des rumeurs et du bouche à oreille de vieillards à successeurs, il était impossible de connaître la pure vérité d'un récit. Bien sûr, les ouvrages n'étaient pas non plus un gage de certitude des mémoires du passé, mais il n'existait pas de livre à proprement parlé ici. Difficile donc de connaître toutes les coutumes d'un clan à un autre, même pour celui qui voyageait de ville en village.  

                      Lorsque la conversation dériva au sujet de HOPE, l'un des marchands du groupe cracha subitement par terre, bras croisé contre son torse.  

                      — Ces faibles ont eu ce qu'ils méritaient : à cause de leur incompétence, nous avons perdus certains de nos hommes dans leur maudit oiseau de métal.


                      Un cri de guerre mutuel des autres barbares vint ponctuer ses propos tandis que l'un deux frappa son pectoral droit. De son côté, Geleerde ne prononça rien de plus à ce sujet : elle ne pouvait pas contredire les faits dont elle avait elle-même assistée. Bien que la disparition du Vaisseau-Monde fut une grande perte, les conséquences qui s'ensuivirent s'avérait bien plus dramatique que sa propre perte.

                      Soudainement, l'ambiance devint plus sombre et pesante, lorsque l'écarlate évoqua l'existence d'un curieux étranger cherchant à détruire les clans de Val. Évoquait-elle celui qui portait le nom d'Aîné ? Devant ce silence de plomb, l'un des Val'Ka décida de prendre la parole à son tour. Plus sage et posé que son compère, il porta son attention vers Aila'Ra, plongeant ses yeux couleurs azurs dans les siens.

                      — Il fut un temps où j'ai eu la chance de me battre au côté de ton père. Ton frère et toi vous n'étiez pas plus haut qu'un bébé Drasky, ah ah.


                      Si l'anecdote lui évoquait de bons souvenirs, son rire portait la douloureuse marque d'une âme en peine. Mélancolique, il leva la tête en direction de ce ciel ne voyant jamais le soleil avant d'ajouter calmement :

                      — Les esprits de nos fiers guerriers veillent désormais sur nous, aux côtés du Grand Kal'Dnir.


                      Bien que peu surprise, la louve prêta attentivement l'oreille vers ce qui se déroulait ici même. Malgré ce que pouvait penser des barbares de Val, ces derniers n'étaient pas tous aussi insensibles que ce qu'on pouvait imaginer.

                      — Des rumeurs circulent depuis peu au sujet de cet étranger. J'ai entendu dire que certains l'aurait aperçu près de l'Arka'kava, mais...




                      Aila'Ra :
                      Comme il s'agit de ton BG au sujet de l'étranger qui a décimé le peuple de Aila'Ra, je préfère éviter d'aller plus loin afin de ne pas te couper l'herbe sous le pied : n'hésite pas à me dire si la dernière partie te va ou si tu préfères que je la retire Forgé dans les cendres 3485523179


                      Respecte ma putain d'autorité, Invité.
                      vava
                      Aila'Ra
                      groupe

                      AILA'RA
                       

                      GELEERDE
                       

                      Forgé dans les cendres


                      Griffonnant sur ce qui semblait être un petit calepin usé par le temps, la Val'Ka à la chevelure d'argent restait relativement en retrait durant les différents échanges qui rythmaient le petit groupe de beuverie, n'intervenant que par de rares moments avant de se replonger dans ses écrits. Une chose qui était d'ailleurs étonnant à voir, le peuple de Val n'étant guère du genre à faire danser la plume sur le papier, les Val'Ka sachant et aimant écrire étaient chose très rare et voir une native de Val avoir cette passion, si jeune, intriguait beaucoup la jumelle.

                      Faisant suite à la prise de parole d'Aila'Ra à son égard, la barbare aux allures sauvages finit par rendre son sourire à son interlocutrice avant de lui donner quelques précisions sur sa présence ici. Contant qu'elle venait d'un clan se spécialisant dans l'assistance aux jeunes bénis que ce soit dans la compréhension de leurs nouveaux dons ou dans leurs entraînements. Levant un sourcil devant ses affirmations, Aila'Ra s'étonnait de n'avoir jamais entendu parler de ce genre de pratique limite un peu trop altruiste pour Val et son peuple... Cependant, elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de beaucoup s'éloigner de la tribu et elle avait déjà entendu beaucoup de choses étranges et nouvelles ses dernières semaines... Donc cela ne l'étonnait finalement pas très longtemps. Puis la promesse d'un affrontement honorable ne pouvait que réjouir notre héroïne au finale ! C'est donc lorsque la louve vint frapper la choppe de la Dévoreuse, un sourire carnassier aux lèvres, que notre amie lui répondit avec le même sourire, un éclair de défi dans le regard.

                      -Qui pourrait refuser une telle proposition ?! Que les Anciens en soient témoins, je baptiserais ma lame avec toi ! Cela dis, je ne sais pas combien de temps vas durer la Bénédiction. Je n'ai pas eut la chance d'avoir beaucoup d'explications sur le déroulé de la cérémonie, j'espère que les Anciens pourront m'aiguiller...

                      S'inquiétait la jumelle en passant sa main sans sa chevelure pourpre, avant de reprendre une gorgée d'alcool. Vint alors le sujet de HOPE et des événements qui s'étaient déroulé avec l'organisation. Il ne fallut pas longtemps pour que les marchands fassent leurs barbares en crachant, littéralement, sur le vaisseau monde et ses habitants. Comme Geleerde, Aila'Ra écoutait les Val'Mar'Ka sans prendre part à leur cri de guerre, ni argumenter, la Dévoreuse n'ayant aucun avis sur ses sois disant Agents de la paix qu'elle n'avait vu qu'à trois ou quatre reprises, de loin, quand elle était petite... Au moins, ses compagnons de beuverie avaient validé la véracité de ses rumeurs, ce qui ne présageait rien de bon...

                      Un autre Val'Ka prit alors la parole pour la suite de la conversation, celle qui intéressait bien plus la demoiselle. Yeux dans les yeux, le vieil Val'Ka se décrit comme un ancien camarade du père de notre amie, un air ému et nostalgique sur le visage en évoquant ses vieux souvenirs. Évidemment, ce sujet encore chaud dans le cœur de l'orpheline la fit serrer les dents et porter sa main libre sur son bras gauche couvert de tatouages, le hurlement des bêtes saccageant sa maison résonnaient encore clairement dans son esprit... Mais plus intéressant encore, le marchand semblait en savoir plus sur le sujet, au grand étonnement d'Aila'Ra. Malheureusement, celui-ci fut coupé dans sa lancé par l'un de ses compagnons qui avait un peu trop poussé sur la boisson, posant l'une de ses pattes moite sur la cuisse de la rouquine en s'approchant un peu trop d'elle.

                      -Maiiiis tu sais qu'il suffirait de passer une nuit en bonne compagnie pour que ton petit clan ne renaisse... Si tu vois ce que je veux dire...

                      Au vu du sujet de la conversation, ce n'était clairement pas le bon moment pour ce genre de chose... Sursautant légèrement en sentant cette main sur sa peau, la jumelle tournait un regard noir en direction de l'émécher, attrapant l'un de ses doigts pour commencer à le retourner dans un craquement peu rassurant.

                      -Je vois que tu n'as pas remarqué que je n'étais pas l'une de tes esclaves. Ma couche ce mérite, ou dois-je t'expliquer d'où viens le nom de « Dévoreur » de ma tribu ?
                      -Ça va, ça va, je plaisantais !


                      Chaque clan et tribu avaient son histoire et leurs noms avaient généralement en origine un fait d'armes et une habitude inspirant respect ou peur à ceux qui l'entendrait. Aujourd'hui devenues rumeurs ou légende urbaine, ces origines plus ou moins fondées ne sont connues que des plus curieux, mais les Dévoreurs de Flammes ne font, évidemment, pas exception à la règle. Retrouvant la liberté de son doigt, le marchand s'écartait de la furie à la chevelure de flamme en massant son précieux, avalant le contenu de son verre en guise d'anesthésiant.

                      Revenant sur celui qui l’intéressait, Aila'Ra constaté qu'il avait profité de ce moment d’inattention pour vider sa choppe d'une traite, comme si il cherchait à se remettre les idées en place après un moment d'égarement. Relançant le sujet malgré tout, cherchant des réponses, le Val'Ka se contenter de fixer le fond de son verre en reprenant à demi-voix.

                      -... Mais ce ne sont que des rumeurs, tu ne devrais pas y faire attention.



                      Dernière édition par Aila'Ra le Mer 8 Jan 2020 - 14:09, édité 2 fois


                      Forgé dans les cendres Signre10
                      vava
                      Geleerde
                      groupe


                      Ft. Aila'Ra


                      Forgé dans les cendres

                      Forgé dans les cendres Gel1210



                      La belle du désert avait répondu favorablement à sa proposition. Sourire aux lèvres, Aila'ra semblait sincèrement enjoué à l'idée de croiser le fer avec elle, provoquant chez la louve une certaine satisfaction intérieure. Appréciant la population de Val pour leur soif de combattre, Geleerde regrettait toutefois leur caractère xénophobe : ne sachant que trop bien la haine viscérale qu'ils éprouvaient envers HOPE, l'indomptable se devait de faire profil bas concernant son ancien statut d'Agente.

                      Ce n'était toutefois pas par peur qu'elle agissait ainsi, en prenant l'apparence d'une native de Val, mais bien par désir d'apprendre. Attirée par leurs coutumes et leur idéologie, elle en avait conclu que le meilleur moyen pour elle serait de, dans un premier temps, se faufiler parmi eux sans éveiller les soupçons. Bien-sûr, Geleerde avait en tête un plan bien précis quant à sa situation et celle des barbares : l'idée n'étant pas de les tromper à l'aide de divers subterfuges, mais bien à les élever vers une compréhension du monde et ses alentours.

                      Devant les inquiétudes de Aila'ra, l'un des Val'Ka tenta une approche : se préparant à lui proposer de la guider, il fut malheureusement coupé par la louve qui fut plus rapide que lui.

                      — Si tu as des appréhensions, je pourrais toujours t'accompagner. Je resterais simplement en retrait, observant dans l'ombre ta cérémonie sans interférer.


                      Il n'y avait aucun mensonge ni même arrière-pensée dans ses propos. Seule la simple curiosité de la trompeuse de mort à en savoir encore et toujours plus. Le nez toujours plongé dans son calepin, elle le referma aussitôt d'un geste sec avant de le ranger dans la poche arrière de son pantalon. Une mèche rebelle vint obstruer un instant son visage et qu'elle dégagea doucement d'un index : bien qu'encore stable, Geleerde se méfiait de sa propre capacité à changer d'apparence. Depuis la fois où elle en avait perdue le contrôle en plein Colisée de Kor, la louve poussait sa — très faible — chance en renforçant sa compétence avec l'aide de la méditation. Avec le temps et les années, elle estimait ne plus en avoir besoin et donc ne le pratiquait plus avec la même discipline d'autrefois, mais en vu des récents événements touchant sa personne, la louve savait qu'elle n'avait guère le choix.

                      Assise en tailleur, yeux clos et paumes dirigées vers le ciel tandis que ses mains étaient reposées contre ses cuisses, elle inspira longuement avant d'expirer. Quelques secondes furent suffisantes pour cela, ne permettant donc pas d'être trop mis à l'écart du groupe. Au même instant, et bien que fortement déplacé, l'un des barbares cru bon de faire la cour à Aila'ra. Hélas pour lui, il le regretta très rapidement : ouvrant un œil pour observer, l'hybride afficha un sourire carnassier devant la réaction de la jeune femme. Comme le voulait la loi de Val, les femmes guerrières étaient également de très fortes têtes et donc difficilement impressionnables.  

                      — Calme tes ardeurs, Bur'lorm : il serait regrettable que ta lame croise la sienne.


                      Sous le ton de la moquerie, l'indomptable tacla le barbare au sujet de sa virilité en usant de métaphore. À cela, le concerné vociféra une fausse provocation de duel contre l'hybride avant de rire à son tour : les combats étant interdits dans ce lieu, sa demande ne devait donc pas être pris au sérieux.

                      Naturellement, Geleerde était pour le moins curieuse d'en apprendre plus au sujet de la tribu de Aila'ra : le terme de Dévoreur étant plus qu'explicite, elle s'en demandait malgré tout l'origine même. Le cannibalisme existait-il à Val ? De ce qu'elle avait pu saisir, son clan avait été décimé par un étranger, projetant ainsi contre sa volonté Aila'ra au rang de survivante. Devant cette révélation, l'attention de Geleerde se porta lentement vers le ciel : combien de fois la louve avait-elle pu assister à l'extinction d'un peuple ?

                      — Que comptes-tu faire de cet étranger lorsque tu l'auras retrouvé ?


                      Par la suite, le barbare évoquant l'étranger cherchant à détruire plusieurs tribus ne donna hélas rien de bien concret dans les investigations de la belle des sables. Le fait que l'inconnu puisse venir d'un autre monde n'était clairement pas un avantage pour la louve : comment pourrait-elle mener à bien son plan d'élévation si un étranger s'invitait dans l'équation ? Il paraissait évident qu'à cause de cela, les Val'Ka deviendraient encore plus méfiants envers les errants et anciens agents de HOPE. Une épine de plus dans le pied qu'elle se devrait d'éradiquer au plus vite...

                      * * *

                      Les heures passèrent jusqu'à ce qu'il ne reste finalement plus qu'Aila'ra et la louve encore debout. Le reste du groupe désormais endormi, Geleerde fumait une herbe locale à l'aide de ce qui s'apparentait à un calumet de la paix et que l'un des Val'Ka avait généreusement partagé avec les autres. Tendant l'objet en direction de sa partenaire, elle se massa par la suite mollement la nuque avant de boire une nouvelle gorgée de son verre alcoolisé. L'aube ne tarderait bientôt plus à se lever, annonçant par la même occasion, la potentielle décision de Aila'ra à se diriger vers la statue afin d'accéder à sa bénédiction. Un léger rire étouffé s'enticha de la gorge de l'hybride qui plaisanta sur le fait que les hommes ne tenaient pas l'alcool avant qu'elle ne reprenne de son sérieux en observant l'arme de la Val'Ka :   

                      — C'est une belle lame que tu as là. As-tu déjà eu l'occasion de t'en servir ?




                      Respecte ma putain d'autorité, Invité.
                      vava
                      Aila'Ra
                      groupe

                      AILA'RA
                       

                      GELEERDE
                       

                      Forgé dans les cendres



                      Geleerde était décidément une Val'Ka bien mystérieuse... Devant l’inquiétude de la jumelle, la louve se hâtait de proposer ses services et son aide à cette dernière dans la mise en œuvre de sa cérémonie. Ayant la supposé vocation de son clan comme argument allant dans son sens et expliquant cette soudaine envie d'aider, Aila'Ra restait cependant méfiante devant cette proposition venant d'un inconnu avec qui elle n'avait que partager quelques verres. Ne sachant pas trop encore quoi en penser, la jumelle ne répondait à la louve qu'avec un simple sourire, laissant sa décision finale en suspens pour le moment.

                      C'était alors que le reste des événements se déroulèrent, comme l’audacieuse provocation en duel, à demi-caché, que proliférer le pervers envers Geleerde en réponse au tacle qu'il venait de se prendre de ça passer, bien qu'il dût faire passer ça pour une plaisanterie, sachant très bien que de telles paroles étaient interdites en ce lieu Saint. De l'autre côté de la table, la conversation tournant autour de l'étranger arrivait à son terme, au grand dam de notre héroïne désireuse de réponses.

                      Cherchant à gratter d'avantage, Aila'Ra ne put cependant plus rien tirer de ce Val'Mar'Ka qui s'était complètement refermé sur lui-même. Grinçant des dents et s’apprêtant à insister encore, la rouquine fut cependant coupée par l'autre Val'Mar'Ko que comptait cette tribu éphémère et qui posé là une question qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, n'avait pas encore traversé l'esprit de la survivante. Quel sort allait-elle réserver à cet étranger hypothétique qui serait la cause de la destruction de sa tribu ?




                      Déjà, il allait falloir confirmer l'existence de cet « étranger » et de son implication dans tous ça, mais la question restait très bonne et coupé Aila'Ra dans son élan, la faisant se retourner en direction de la louve, affichant un air surpris et un peu pris au dépourvu. Se posant un instant, les yeux baissés et pensif, il fallut quelques minutes avant que notre amie ne relève la tête, un regard noir et emplie d'émotion brûlant de colère et de tristesse sur le visage. Sortant sa lame de son tissue, elle portait son arme près de son cœur avant de répondre à l’interrogation de la louve.

                      -Si il est vraiment responsable de tous ça, je vais lui enfoncer ma lame dans la gorge jusqu'à ce qu'elle ressorte par son fondement. Je le couperais en deux, de haut en bas, avant de faire flamber son cadavre et dévorer son cœur encore fumant comme le veulent les traditions de ma tribu.

                      Sur ses mots qui sortait de la bouche de la rouquine avec un calme malsain et devant le regard haineux de la jeune femme, la petite équipe restait silencieuse pendant de longues secondes, jusqu'à ce qu'Aila'Ra ne se rende compte de ses propos. Son visage devenant rouge, l'espace d'un instant, la jumelle retrouvait son sourire tout en reposant sa lame à côté d'elle, passant sa main dans sa chevelure rouge avant de reprendre la parole dans un ton plus enjoué.

                      -Oui, enfin, c'est le sort que mes ancêtres auraient réservés aux ennemis de la tribu selon les Anciens... Mais je n'ai jamais vu qui que ce soit pratiquer ce genre de chose, ce ne sont que des légendes, Ahah...

                      Lâchant un petit rire nerveux, Aila'Ra avait laissé sa colère et sa peine l'emporter pendant une fraction de seconde. Il fallut un moment avant que l'ambiance de redevienne normal, les marchands se laissant emporter par le sommeil de rôle jusqu'à laisser les deux demoiselles seules. Partageant un calumet entre deux bâillements, Aila'Ra avait de petits yeux alors qu'elle regardait l'horizon qui se teintait lentement d'une couleur rouge sang à mesure que le soleil se levait à travers l'épaisse couche nuageuse de Val. Bientôt, Aila'Ra pourra aller demander à recevoir sa bénédiction et le stress qu'elle avait ressentit la veille revenait doucement dans le cœur de la Val'Ka. Échangeant quelques blagues sur les hommes qui ronflaient près d'elles, Geleerde vint à demander à notre amie si sa lame avait déjà servi. Affichant un sourire amusé, la jumelle sortait la lame noire de son fourreau à l'aide de sa main gauche, la tendant en direction de la louve afin qu'elle puisse la voir de plus près.

                      -Non, Aurore cendrée est encore vierge de toute trace de sang, elle sort tout juste de la forge. Dans cet acier rugissent les âmes des membres de ma famille... Grâce à un habile jeu de lumière et de perspective, le long tatouage d'Aila'Ra se reflétait sur la lame noire alors qu'elle prononçait ses mots. Et toi, à quoi ressembles à ton arme ? Tu dois déjà avoir reçu ta bénédiction, non ?



                      Forgé dans les cendres Signre10
                      vava
                      Geleerde
                      groupe


                      Ft. Aila'Ra


                      Forgé dans les cendres

                      Forgé dans les cendres Gel1210





                      À la proposition de la louve, Aila'ra resta muette. Se contentant du sourire qu'elle lui avait offert, Geleerde ne comptait pas la forcer en quoi que ce soit. Sa curiosité avait certes pris le dessus l'espace d'un instant, mais elle ne pouvait aller contre la décision de la belle des sables.


                      Gardant une oreille attentive à la réponse de la barbare, elle fut happée par ses propos, au point que plus rien autour d'elle n'avait d'importance. Encore une âme meurtrie par le destin...

                      Ta bravoure t'honore, mais la vengeance n'apporte rien, si ce n'est qu'agrandir la plaie béante qui a pris possession de ton cœur.


                      C'est ce que la louve pensait. Ce qu'elle aurait voulu dire à Ailar'a. Mais en vue de sa condition actuelle et du fait que les Val'Ka pourraient considérer ses propos comme étant contraire à l'éthique des guerriers de Val, la louve préféra s'abstenir de dire quoi que ce soit. Malgré cela, elle comprenait les émotions de la combattante. Mieux : elle l'avait vécue également. Passer une vie entière à haïr un ennemi invisible aux yeux des Hommes. À accuser sa Némésis de chacun de ses maux. Condamner son opposant pour des fautes qui ne sont, finalement, que les conséquences de sa propre trahison... Et lorsque, enfin, elle avait pu y mettre un terme, il ne lui restait plus que ses yeux pour pleurer.

                      La vengeance brûle les âmes d'un feu incandescent.


                      À défaut de ramener les morts dans le monde des vivants, la vengeance soulagera le poids qu'ils portent sur leurs épaules. Certains se complaisent à le dire, persuadés qu'ils seront enfin libérés de leurs démons du passé. Mais la seule chose qu'ils obtiennent toujours une fois le méfiait commis, n'est qu'un profond vide intérieur...


                      Visage en direction d'Aila'ra, la louve lui accorda une longue entrevue silencieuse durant lequel elle plongea son regard dans le sien. Oh, si tu savais. Aila'ra, la Dévoreuse. Si tu savais seulement à quoi t'attendre, lorsque tu feras face à ton passé. Il te faudra être forte pour ne pas succomber.


                      Derrière ses deux yeux couleurs rubis, Geleerde laissa une faible brèche permettant de dévoiler son âme : celle d'une louve solitaire, perdue dans les chemins sinueux de sa propre mémoire détériorée. Le feu sacré continuant pourtant toujours de s'embraser comme jamais à l'intérieur de son être, elle dégageait une détermination sans faille, malgré les meurtrissures de son esprit.  

                      * * *

                      La lame d'Aila'ra était constituée d'un matériau des plus nobles que la louve salua respectueusement. Il y avait, dans la finesse d'une lame, une certaine pureté dévastatrice que les armes à feu ne pouvaient posséder. Contrairement à elles, une épée obligeait le contact rapproché afin de vaincre son adversaire. Être au plus proche possible de lui. Croiser son regard. Voir sa vie disparaître lentement avant qu'il ne laisse s'abandonner à la mort.

                      — Ta tribu serait fière de combattre à tes côtés par l'intermédiaire d'Aurore Cendrée.


                      Elle le pensait. Le plus sincèrement qu'il soit possible.

                      Lorsque la question lui fut retournée, la louve poussa un bref soupir. Devrait-elle lui montrer ? Présentant lentement sa paume à Aila'ra, une arme s'y matérialisa en quelques secondes, semblant se séparer de la chair de Geleerde. L'exposer ainsi lui demandait certes de l'abnégation, mais en guise de bonne foi, elle avait décidée de ne pas lui cacher. Grossissante à vue d'œil et une fois l'invocation terminée, l'hybride attrapa le pommeau d'un geste ferme.  

                      — Je peux invoquer mon arme comme je l'entends. Elle prend la forme que je désire, la taille et le poids que je veux.


                      Le regard légèrement brouillé par la fatigue, elle porta ensuite son attention vers l'arme qu'elle tenait. En vérité, la forme de l'épée ne changeait pas uniquement selon le bon vouloir de Geleerde...

                      Mais le temps de conter cette partie de son histoire n'est pas encore venue.  




                      Respecte ma putain d'autorité, Invité.
                      vava
                      groupe
                      Aller en haut MenuAller en bas